26/07/2011

Le Conseil communal du 9 septembre 2010 en bref

maison cale.jpg

- Le MR s’est abstenu sur le projet de marché de travaux relatif à l’aménagement du terrain communal sis rue Pied du Bois Gilles.  Il s’agit d’aménager un terrain pour accueillir les forains expulsés du quai de l’Abattoir en raison de la construction du nouveau hall omnisports.

L’aménagement de ce terrain fait suite à la convention passée entre la Ville de Herstal et les forains dans le cadre d’une conciliation devant la justice de paix.  En vertu de cette convention, les forains s’engagent à quitter le terrain du quai de l’Abattoir au plus tard pour le 31 décembre 2010.  Le terrain de la rue Pied du Bois Gilles sera mis à disposition des forains pour une durée indéterminée.  Toutefois, dès qu’il ne subsistera plus au minimum 12 familles sur ledit terrain, cette mise à disposition prendra fin pour l’ensemble des familles moyennant un préavis de 6 mois.  Ce terrain sera aménagé et équipé (voiries, plantations, eau, électricité, égouts) et comprendra 25 parcelles d’une superficie de 168 m² par parcelle et une aire de parking pour les véhicules et métiers forains.  Le loyer est fixé à 200 EUR par mois et est indexé annuellement.

Conformément à ce qui avait été évoqué, aucun subside n’a pu être obtenu pour l’aménagement du terrain, qui n’accueille pas de gens du voyage. 

L’impact de l’arrivée des forains sur le quartier a également été évoqué.  Selon le Bourgmestre, cela ne va pas révolutionner le passage dans la rue Pied du Bois Gilles.  S’il reconnaît que celle-ci n’est pas en bon état (comme l’avait déjà signalé le MR en 2007), surtout dans les deux derniers tronçons, une rénovation complète de la rue n’est pas prévue pour tout de suite.  En effet, le quartier compte trois passages à niveau (celui au pied de la rue Charlemagne, celui avant la Place César de Paepe et celui de la rue de la Baume).  L’objectif du Bourgmestre est qu’Infrabel, qui envisage de supprimer ces passages à niveau, prenne une partie de la rénovation des voiries en charge.  Si ces travaux sont effectués, la rue Pied du Bois Gilles deviendra un cul de sac.  En effet, en ce qui concerne le passage à niveau rue de la Baume, l’idée est de faire un passage sous voie pour les piétons et les cyclistes.  Toutefois, on ne connaît pas à l’heure actuelle le timing précis de ces travaux.  Si le délai de réalisation de ceux-ci s’avère trop long, une petite rénovation à court-terme sera effectuée par les services communaux.  Dans ce cas, il pourrait être intéressant d’examiner avec l’expert en mobilité de la commune l’intérêt de mettre temporairement la rue en circulation locale.

 

- Le site Internet de la ville de Herstal fournit des informations quant à l’avancement des travaux de réaménagement du centre urbain et aux désagréments occasionnés.  Toutefois, il ne fournit pas vraiment d’informations quant au trajet emprunté par les bus des TEC pendant la durée de ces travaux.  Le site Internet des TEC renseigne les perturbations sur les lignes concernées. 

 

- Le Conseil a de nouveau fait le point sur le dossier très sensible de l’Esplanade de la Paix. Le projet de Visimmo comportait deux facettes : d’une part, un terrain situé sur la gauche en venant de Coronmeuse, sur lequel l’architecte Valentini souhaitait ériger la fameuse tour « infernale » de 27 étages, et, d’autre part, un terrain situé sur la droite où se trouvait un vestige de station-service. 

En ce qui concerne le terrain de gauche, le propriétaire du terrain, qui souhaite le valoriser au plus vite, n’a actuellement plus d’acheteur.  Il est ainsi dans l’attente d’un vrai projet présentant des caractéristiques urbanistiques acceptables.  A ce jour, rien n’a encore été rentré.  On sait toutefois aujourd’hui que le propriétaire envisagerait deux immeubles, plus petits que la tour initialement prévue (un de 11 étages et un autre de 8 étages). 

Sur le terrain situé en face, la station-service à l’abandon est en train d’être reconstruite sur base d’un permis accordé en 1999 pour une station-service et un car-wash.  Pas de tour donc à cet endroit, contrairement au projet déposé à l’époque par Visimmo (qui souhaitait y construire une deuxième tour, plus petite que la première). 

 

- La question de la sécurité de la circulation rue de l’Agriculture est revenue sur la table du Conseil.  A cet égard, le point de vue du Bourgmestre est radicalement différent de celui émis en 2008 (à l’époque, le Bourgmestre avait expliqué qu’il n’était pas prévu que cette rue serve d’axe de communication entre les différentes entités d’Herstal.  Pour cela, il entendait plutôt privilégier la rue de Milmort).  A présent, en effet, les options préconisées par le plan communal de mobilité sont connues et celui-ci qualifie la rue de l’Agriculture de route de liaison, même s’il préconise aussi d’y réduire la vitesse.  Il lui donne une importance non négligeable, toute autre que celle d’une route de quartier.

Si les risques d’accidents doivent être relativisés au vu des statistiques en la matière (un accident grave depuis début 2009), il est néanmoins évident que cette voirie présente des facettes de risque par le nombre de véhicules qui l’empruntent, sa physionomie en ligne droite et des trottoirs quasi inexistants.  Selon le bourgmestre, les choses pourraient être un peu améliorées à court-terme grâce à quelques emprises, accotements et éventuellement la mise en sens unique d’un tronçon de la route.  Des réflexions sont en cours de finalisation au sein de la commission AMSR de la Ville.  Une solution de fond devra également être trouvée à long-terme vu la montée en régime de la voirie.  Cela pourrait être le cas via un prochain plan triennal.

Cela n’arrange toutefois pas les affaires des habitants de la rue dont l’aspect campagnard va être clairement altéré et dont le bien va être dévalué.

 

- Les habitants des rue des Artisans, J. Piette Tinlot et du 3 Juin se plaignent de dégâts à leurs immeubles, qu’ils attribuent au détournement de la circulation suite aux travaux entrepris au carrefour des rues Célestin Demblon, Louis Demeuse et Avenue de l’Europe.

Selon les techniciens de la Ville, il ne paraît pas qu’un lien puisse être établi entre ces dégâts et le chantier.  Le Bourgmestre conseille aux personnes concernées d’introduire une déclaration de sinistre auprès de leur compagnie d’assurance qui fera une recherche de responsabilité.

 

- l’Echevin LEFEBVRE a fait part des actions de communication prévues avant l’entrée en vigueur du nouveau système de collecte des déchets.

Début septembre, les citoyens ont reçu une première information sur le changement de collecte en même temps que les avertissement-extraits de rôle relatifs à la taxe sur l’enlèvement des immondices

Le 15  septembre 2010, les services communaux seront sensibilisés à la question afin de pouvoir répondre aux inquiétudes des citoyens.  Il en sera de même le 6 octobre avec les groupes-relais (comités de participation).

Le 11 octobre, un premier mailing sera envoyé par Intradel à destination du grand public.  Le courrier reprendra les dates des différentes séances d’information qui seront organisées.  Elles se tiendront dans les différents quartiers.  La Ville et Intradel pourront ainsi communiquer vers le citoyen et écouter ses préoccupations

Le 18 octobre, un deuxième mailing sera envoyé, toujours par Intradel, au sujet de la capacité des conteneurs.

D’octobre à novembre, les différents modèles de conteneurs seront exposés au service Environnement et dans les antennes administratives.

Début novembre, un dernier mailing sera envoyé par Intradel afin que les citoyens puissent confirmer leur choix de conteneur et la date de livraison. 

 

- La question d’une future extension du Parc Industriel des Hauts-Sarts est revenue sur la table du Conseil.  Il y a quelques semaines, la Région Wallonne a en effet à nouveau consulté le Collège communal à ce sujet (2 projets d’extension sur Herstal, principalement sur le village de Liers).

Dans sa réponse, l’Echevin a commencé par rappeler les répercussions d’une extension du parc industriel :

1) au niveau de la mobilité, d’importants problèmes sont déjà constatés actuellement à Milmort, qui est traversé par une série de poids lourds en provenance des autoroutes et que les GPS amènent au cœur des quartiers, ce qui est source de nuisances pour les riverains mais a également une répercussion sur l’état des voiries.  Afin d’assurer la jonction entre les 3 zones actuelles des Hauts-Sarts, il faudrait créer une zone de contournement qui ne passe pas par les villages mais par des voiries adaptées et impose d’élargir le pont de bêche.  Une extension du parc industriel amènerait de plus un nouveau charroi transitant par les voiries de Liers, qui ne sont pas adaptées pour cela.

2) au niveau de l’égouttage, le réseau est déjà actuellement presque saturé.  La construction de bassins d’orage est d’ailleurs imposée depuis plusieurs années aux entreprises désireuses de s’installer sur le territoire communal.

En conclusion, la ville de Herstal a émis un avis négatif sur le projet d’extension du zoning, tout en rappelant les potentialités existantes dans la zone de rénovation urbaine (friches industrielles).  Le MR salue cette volonté de l’Echevin de conserver à Liers son caractère rural et espère que la Ville s’en tiendra à cette position.

02/12/2010

Question orale de J. Maus relative au cadastre des voiries

routes.jpgQuestion

 

Un budget de 20.000 EUR était inscrit au budget extraordinaire de 2009 (421/742-53/20090022) pour le cadastre des voiries.  Ce budget ne figure plus au budget 2010. 

 

Ce logiciel a-t-il été créé ou acheté ? Est-il opérationnel à l’heure actuelle ?

 

Le cas échéant, pouvez-vous nous en expliquer le fonctionnement ainsi que les renseignements fournis par ce logiciel ? Notamment, celui-ci permet-il de déterminer un ordre de priorité dans la réfection des voiries ?  Donne-t-il un échéancier des travaux à effectuer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par souligner qu’un cadastre des voiries est indispensable à une bonne gestion en la matière.  Il s’agit d’objectiver les besoins, les priorités et la planification des réalisations.  La rénovation des voiries coûte beaucoup d’argent et il faut affecter au mieux les fonds disponibles ainsi que les subsides obtenus dans le cadre des plans triennaux et du droit de tirage.  Cela ne veut toutefois pas dire que la Ville fait n’importe quoi depuis des années : il y a une connaissance relativement précise des besoins de terrain et c’est sur cette base que les choix sont réalisés.

 

Le crédit budgétaire de 2009 n’apparaît plus en 2010 car il est globalisé dans un article « informatisation, travaux et études ».

 

Des démarches ont déjà été accomplies et il faut les poursuivre.  Le GIE Qualicité, auquel la Ville a adhéré, a pour utilité de développer des programmes informatiques pour ses membres, notamment dans le domaine des travaux.  Dans ce cadre, la Ville a déjà acquis l’application Gestravaux, permettant l’amélioration de la gestion des travaux.   Toutefois, ce logiciel, qui n’est pas spécifique aux voiries, n’est pas suffisant.  Il faut un outil en temps réel, mis à jour.

 

A cette fin, une rencontre a eu lieu avec un partenaire privé potentiel qui peut nous offrir un produit intéressant et multicritères (utilisation de la voirie, passage des TEC ou non, etc), au-delà de l’aspect purement technique.  Il faut toutefois tenir compte, d’une part, de la dimension financière, et d’autre part, des ressources humaines nécessaires à l’implémentation des données indispensables au fonctionnement de l’outil.  L’audit organisationnel des services communaux permettra de déterminer quels services seront chargés de l’élaboration, de la gestion, de la maintenance de l’outil entre le service d’exécution (présent sur le terrain) et le service d’études (qui bénéficie d’un certain recul).

 

Cela signifie-t-il que nous avons acquis un logiciel inutile, puisqu’il va falloir en acheter un autre ? 

 

D’après le Bourgmestre, non car les deux applications sont compatibles et complémentaires.  La première application a son utilité mais n’est pas suffisante à elle seule et devra donc être complétée par la deuxième pour créer un véritable cadastre des voiries.

31/03/2007

Question orale de J. Maus relative à l’élaboration du Plan Communal de Mobilité

Question

 

Dans le cadre du « plan escargot », le ministre wallon des Transports a lancé un appel aux communes afin qu'elles rentrent des projets de travaux dont l'objectif est d'adapter la vitesse des véhicules, augmenter la sécurité pour les modes de déplacement doux (vélos, piétons, etc.) et améliorer le cadre de vie..

 

Un financement de 8 millions d'euros sera disponible. La subvention accordée par la Région devrait permettre de financer une cinquantaine de projets. Elle couvre 75% du coût des travaux et est plafonnée à un montant qui varie de 150.000 à 250.000 euros suivant la taille de la commune.

 

Malheureusement pour nous, il semble que ce plan ne s’adresse qu’aux communes qui ont déjà adopté un plan communal de mobilité, ce qui n’est pas encore notre cas.   Encore une fois, nous regarderons donc passer le train sans pouvoir monter à bord.

 

Ma question est donc la suivante : Pouvez-vous nous fournir un calendrier quant à l’adoption du Plan communal de mobilité à Herstal ?

 

Réponse

 

L'adoption du plan communal de mobilité se fait en 3 phases

 

La première phase a été clôturée suite à l'approbation par le collège des documents présentés il y a quelques semaines.

 

La deuxième phase consiste en la détermination des choix en matière d'objectifs.  On estime à deux mois la durée de cette phase. A la fin de celle-ci, il y a une nouvelle présentation au collège. Dans le mois qui suit se déroule alors une campagne d'information destinée au grand public.

 

La troisième phase est celle des plans détaillés et programmes d'actions. Cela dure quatre mois. Après enquête publique, le projet passe au Conseil.

 

Le Bourgmestre estime que le plan communal de mobilité sera adopté définitivement par le Conseil au cours du deuxième semestre de 2007.

04/03/2007

Déclaration de politique communale 2006-2012 : les critiques formulées par le MR

DPC1

La déclaration de politique communale (D.P.C.)

 

Cliquez ici pour en prendre connaissance

 

Questions préliminaires

 

- Quand seront finalisées les différentes études en cours (schéma de structure, étude des commerces, plan de mobilité,…) ?  D’après le Bourgmestre, certaines seront finies en juin, d’autres d’ici la fin de l’année

 

- Quand pourrons-nous connaître l’ordre de priorité établi par le collège en ce qui concerne les travaux de réfection des voiries et trottoirs (D.P.C., pg 11) ?  En fait, il n’y en aura pas car plusieurs travaux seront menés de front (pourquoi dès lors en parler dans la D.P.C. s’il n’y en aura pas ?  Mystère !)

 

- Dans la D.P.C., le collège s’engage à ne pas augmenter la pression fiscale de manière globale, mais parle tout de même d’ajustements internes en matière de recettes permettant à chacun de bénéficier d’une fiscalité plus juste et adaptée aux situations particulières.  Que faut-il entendre par là ? Certaines nouvelles taxes seront crées, d’autres seront diminuées mais il est impossible au Collège de donner plus de précisions là-dessus à l’heure actuelle.

 

- En matière d’action sociale, le bourgmestre s’engage-t-il à conserver la résidence Louis Demeuse dans le giron communal ? A ce sujet, le Bourgmestre s’en tient aux propos de la D.P.C. qu’il estime suffisamment clairs (« nous allons poursuivre le soutien à la résidence Louis Demeuse du CPAS, notamment pour la reconnaissance de lits MRS supplémentaires », D.P.C., pg 8).

 

- La D.P.C. mentionne la volonté du collège d’adapter le système de taxation des déchets.  Dans quel sens ?  Il y a un accord parmi les Echevins pour revoir la taxe sur l’enlèvement des immondices, mais ils ne savent pas encore comment.

 

- Vous parlez d’améliorer les infrastructures destinées à accueillir les jeunes et les organisations de jeunesse.  Qu’entendez-vous par là ?  S’agit-il de créer une maison de jeunes ou donner des subsides par exemple à la Charlemagn’rie ?  D’après le bourgmestre, leurs intentions vont au-delà de ce qui existe déjà.  L’Echevin de la jeunesse va faire un inventaire des infrastructures existantes pour les jeunes.  Peut-être vont-ils constater des manques. 

 

Vote et justification

 

Le groupe MR s’est abstenu sur la déclaration de politique communale 2006-2012.  En tant que Chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix :

 

Sur la forme, il est regrettable qu’à l’heure où le ministre de l’Intérieur de la Région wallonne confère des responsabilités considérables à l’opposition, nous ne recevions un document aussi important que la déclaration de politique communale seulement un jour à l’avance.  C’est même juridiquement contestable à partir du moment où l’article 1122-13, §2 CDLD précise que « pour chaque point de l’ordre du jour, toutes les pièces s’y rapportant sont mises à la disposition, sans déplacement, des membres du conseil communal dès l’envoi de l’ordre du jour ».  A Verviers notamment, les conseillers de la majorité comme de l’opposition ont pu prendre connaissance de la déclaration de politique communale dix jours avant le Conseil !  

 

Sur le fond, je vais commencer en vous taquinant quelque peu.

 

Monsieur le Bourgmestre, à l’heure où votre Papa se fait chanteur, j’ai l’impression que votre collège nous fait un remake de Dalida.  « Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots.  Des mots magiques, des mots tactiques qui sonnent faux.  Paroles, paroles, encore des paroles que tu sèmes au vent »

 

Certes, vous précisez que l’objectif poursuivi est plutôt de présenter votre philosophie de travail que de nous fournir un catalogue exhaustif de mesures précises, d’actions à mettre en œuvre au cours de la législature.

 

Mais le citoyen attend du concret, et non des promesses.

 

Or, votre déclaration de politique générale – qui reprend mot pour mot des pans entiers du programme du PS, au point que l’on se demande pourquoi le collège a dû « partir au vert » pour élaborer celle-ci – s’apparente surtout à une déclaration d’intentions, sans vraiment d’éléments concrets, et plus grave, sans calendrier, sans échéances.  Outre les nombreuses études entamées mais non encore achevées, votre déclaration 2006-2012 reprend plusieurs promesses faites dans la déclaration 2000-2006, et qui n’ont jusqu’ici pas abouti.  Je citerai à titre d’exemples :
-         « des espaces de convivialité et des parcs »  (il y en a de moins en moins !),

-         « la valorisation du patrimoine naturel et architectural hestalien » (qu’a-t-on fait en 6 années pour tenter de préserver ce qu’il reste de la chapelle du Bouxthay ?)

-         « une attention particulière au commerce local » (qui se meurt de plus en plus)

A ce tarif là, peut-être retrouvera-t-on encore ces promesses dans la déclaration 2024-2030 ?

 

Vous me permettrez également de sourire à l’évocation de quelques mots magiques mentionnés dans votre déclaration :

-     « cohérence entre les différentes compétences qui ont été dévolues à chacun des membres du collège » : les compétences de vos collègues souffrent tellement d’exceptions que vous ne leur laissez que des miettes !

-         « recherche efficace de financements publics » : nous sommes tellement en retard sur tout que nous regardons sans cesse passer le train, comme je le démontrerai avec ma question sur le calendrier d’adoption du plan de mobilité
-        
« transparence » : ma question relative au site Internet, et à la manière dont celui-ci rend compte des activités du Conseil parlera d’elle-même.

-         « repenser la problématique de la mobilité et des parkings pour réussir notre développement commercial » : comme Cristina l’a démontré à plusieurs reprises, les choses s’engagent mal à ce niveau là  !

-         « le rôle des comités de participation » : encore faudrait-il qu’ils soient écoutés et, mieux encore, entendus ! (et je sais de quoi je parle !)

 

En revanche, le Mouvement Réformateur est ravi de voir pris en compte ses idées et propositions :

-         la possible adoption du système des sanctions administratives (voir ici et ici et encore ici),

-         la présence d’agents de prévention et de sécurité (voir ici et ici),

-         les murs anti-bruit (voir ici),

-         l’amélioration de la gare ainsi que de la mobilité par bus entre Vottem, Milmort, Liers et le Centre (voir ici et ici),

-         la relance de la Commission des sports, même si nous aurions souhaité que l’opposition qui l’a tant défendue y soit associée (voir ici),

-         la valorisation du patrimoine monumental qui avait fait l’objet d’une question restée sans réponse sous l’ancienne législature (voir ici),

-         la prise de mesures permettant la reconnaissance de notre Académie de musique par la Communauté française (voir ici),

-         la mise en place d’un droit d’interpellation du Conseil communal par le citoyen (voir ici et ici),
-         le relooking du site Internet (voir ici et ici)

 

Comme quoi, une opposition constructive permet à la majorité d’avancer !  Nous continuerons donc à vous soumettre de nouvelles propositions afin d’améliorer le quotidien des habitants du grand Herstal !

 

Lire l’article de la DH du 3 mars 2007

Lire l’article du Soir du 3 mars 2007

Lire l’article de La Meuse du 3 mars 2007