07/10/2009

Le Conseil communal du 9 juillet 2009 en bref

Maison cale

- Les chefs de groupe des différentes formations représentées au Conseil ont rédigé ensemble une motion relative au projet d’implantation du futur stade du Standard sur le site de Coronmeuse.  Celle-ci a été adoptée à l’unanimité.

 

- Le Conseil communal a voté un projet de marché en vue de la réalisation d’une étude pour la construction d’un nouveau hall omnisports au centre de Herstal, la Région wallonne ayant déjà marqué un accord de principe sur la demande de subsides introduite à cette fin.

 

- Le MR a voté contre les modifications budgétaires proposées.  En effet, les frais de réception et de représentation, déjà fort élevés, augmentent encore de 2.000 EUR.  A cela viennent encore s’ajouter 16.000 EUR pour la communication liée au nouveau statut de Ville de Herstal.

 

- La demande de permis unique pour la construction d’une nouvelle voirie donnant sur la rue visé voie à Vottem en vue de la construction d’une maison de repos, une résidence service et 96 logements sur le site de la caserne à Vottem a été rejetée.  Un nouveau projet devra être introduit.

30/09/2009

Plan communal de mobilité : les remarques formulées par le MR

Remarques

 

Je ne vais pas revenir sur mes précédentes interventions mais le moins que l’on puisse dire est que l’accouchement de ce plan a été lent et douloureux. 

 

Comme M. le Bourgmestre l’a dit « il était temps d’atterrir », ce avec quoi nous sommes bien d’accord.  On peut toutefois regretter que, malgré le temps mis par « l’expert » pour élaborer le PCM, celui-ci présente de nombreuses incohérences, s’en tient à des lieux communs se retrouvant dans presque toutes les études menées par son auteur, démontre parfois une méconnaissance de la réalité du terrain local et tient peu compte de l’arrivée programmée du tram.

 

Même s’il ne s’agit que d’un outil stratégique et non de contrainte, on aurait pu s’attendre à un travail un peu plus sérieux de la part du consultant qui, s’il est payé par la région et non par la commune, n’en est pas moins payé par le contribuable.

 

Le groupe MR remercie dès lors des fonctionnaires communaux et de police qui ont été amenés à coopérer avec l’expert sur ce plan car sans leur contribution, on est en droit de se demander si le PCM aurait servi à autre chose qu’à l’obtention de certains subsides conditionnés par l’adoption de celui-ci.

 

Il convient également de rappeler que le plan communal de mobilité se heurte, comme son nom l’indique, aux limites de l’autonomie communale.  En effet, certains projets envisagés dans des communes limitrophes (ex. : le trilogiport, le Standard) auront inévitablement des conséquences en termes de mobilité sur notre ville.  C’est alors au niveau du PUM (plan urbain de mobilité) qu’il faudra agir et que les autorités communales devront se montrer particulièrement vigilantes. Il en va de même pour les sites problématiques situés à cheval sur deux communes ou situés sur une autre commune tout en ayant des implications pour Herstal (ex. : carrefour Bonnier du Chêne-rue du Plope à Vottem, sortie d’autoroute de Vottem dangereuse à hauteur du feu)

 

Le PCM prend l’option de désengorger le centre de Herstal du trafic de transit, ce qui en soi, est plutôt une bonne chose pour préserver les zones d’habitat.  Cela soulève néanmoins deux craintes :

-         par rapport à la circulation sur les quais d’une part : si le gros du trafic contourne le centre de Herstal via les quais, ne risque-t-on pas d’avoir un engorgement à ce niveau qui paralysera l’axe Liège-Herstal-Oupeye ?  Avec les nombreux ronds-points programmés sur le Boulevard, ne risque-t-on pas de se retrouver dans une situation similaire à celle de Fléron ? Le trafic y est certes ralenti…tellement bien qu’il est à l’arrêt !   

-         par rapport à l’animation du centre ville d’autre part : si l’on évacue la grosse partie du trafic vers les voies rapides, on l’amène directement sur le pôle économique de Basse-Campagne où se trouvent les grandes surfaces et où le parking est aisé.  Or, les petits commerces qui font vivre la ville sont déjà délaissés au profit des grandes surfaces.  Si l’on décourage le passage dans le centre, qui se rendra encore dans les commerces qui s’y trouvent ?  Les boutiques de la rue Laixheau, ont, par exemple, souffert de la mise en sens unique de la rue qui y a réduit le passage.  Ne va-t-on pas créer de la sorte une cité dortoir adossée à un zoning commercial ? Il faut dès lors avant toute chose recréer un centre dynamique, agréable et convivial afin de donner l’envie aux herstaliens qui souhaitent se balader et faire du shopping de se rendre dans l’hypercentre

 

Le stationnement est et demeure « une problématique très problématique » comme l’énonce le PCM, qui n’apporte pas de solution convaincante, à tout le moins pour l’hypercentre :

-         les zones suggérées pour le stationnement hors voirie se situent sur des terrains privés et sont déjà exploitées aujourd’hui

-         le système rotatif nécessitera une surveillance constante alors qu’il y a actuellement, d’autres priorités en termes d’incivilités à traquer sur Herstal

-         si l’on introduit un système payant, on achève les derniers commerces du centre ville en encourageant la clientèle à se diriger vers les grandes surfaces dont le parking est gratuit

 

Pour le reste, les conseillers du groupe MR sont satisfaits de voir pris en compte plusieurs points soulevés par eux lors de précédents conseils :

-         l’amélioration de la liaison entre les entités du haut (Vottem, Milmort, Liers) et Herstal

-         la réflexion menée avec la SRWT, dans le cadre du réaménagement de la Place gilles Gérard à Vottem, au sujet de la possibilité de déplacer le stationnement du bus 24 rue Visé-Voie du côté du centre fermé

-         la sécurité au carrefour Meunier-Bouxthay où l’on a finalement bien décelé un problème...

-         la nécessité de revoir le plan de circulation dans le quartier de la rue Lombard à Vottem (circulation en double sens, stationnement difficile et trottoirs quasiment inexistants)

-         la nécessité de réduire la vitesse dans la rue de l’Agriculture (il faudrait aussi y créer des trottoirs)

 

Nous espérons également que le problème d’engorgement du quartier Basse-Campagne que nous avons soulevé lors d’un précédent conseil pourra être solutionné via les différentes pistes de solution proposées par le PCM.  Néanmoins, il est dommage de constater déjà que certains schémas de réaménagement sont irréalisables par manque de place sur la voirie !

 

Les habitants ont fréquemment le sentiment d’une vitesse excessive dans leur rue.  A ce titre, on peut saluer l’idée de généraliser les zones 30 dans les zones d’habitat, mais cela ne peut se faire que moyennant les aménagements nécessaires (plateaux, chicanes, ralentisseurs, coussins berlinois et autres) et partant, cela semble fort utopique.  Il sera donc nécessaire de sérier les priorités.

 

Nous continuons à être contactés par des habitants qui rencontrent des problèmes de vitesse inadaptée ou de stationnement dans leur rue (ex. : dans la rue Jean-Michel courard).  Pouvez-vous nous dire quand démarrera l’enquête publique ?  Pourriez-vous informer la population sur la manière de se faire entendre dans ce cadre via les « billets du bourgmestre » et pages d’actualités communales ?

 

Enfin, vu l’objectif de développer les voies de circulation lente, ne pourrait-on revenir sur l’idée précédemment émise de mettre à jour l’atlas des sentiers et chemins vicinaux et améliorer leur entretien ? Nous avons là un potentiel sous-exploité

 

Réponse

 

Le PCM a été réalisé par un expert commandé et financé par la RW. 

 

Le rapport a été émis après consultation de nombreux acteurs et notamment les services communaux

 

Le Bourgmestre reconnaît qu’il présente des lacunes et des incohérences et le regrette mais rappelle qu’il ne s’agit que d’un outil, un guide pour demain dans les décisions que la Ville devra prendre.

 

Au-delà de ce rôle, le PCM permettra d’obtenir certains subsides conditionnés par l’adoption d’un tel plan.

23/09/2009

Question orale de J. Maus relative au projet d’implantation du stade du Standard à Coronmeuse

standard

Question

 

Il nous est revenu qu’une réunion de concertation entre les autorités de la Ville de Liège, de la ville de Herstal et différents comités de quartier aurait eu lieu fin juin au sujet du projet d’implantation du stade du Standard à Coronmeuse.  Confirmez-vous cette information ? Le cas échéant, quels sont les éléments nouveaux apparus lors de cette réunion dans le cadre de ce dossier qui demeure assez flou ?

 

Lors d’une précédente interpellation à ce sujet, vous nous aviez fait savoir que le Bourgmestre de la Ville de Liège s’était engagé par courrier à tenir compte des craintes émises tant par les habitants que par les autorités herstaliennes en termes d’urbanisme, de mobilité, de sécurité, d’ordre public, etc. et à associer la ville de Herstal à la réflexion.  Qu’en est-il ? Le site de Coronmeuse est-il définitivement le site sur lequel se porte le choix du Standard et de la ville de Liège ? Une réunion entre les autorités des deux villes a-t-elle déjà eu lieu ?  De quelle manière les craintes énoncées ci-dessus sont-elles prises en compte ?  Des ébauches de réflexion ont-elles déjà été abordées ? 

 

Un certain flou entoure l’implantation exacte du futur stade.  Pouvez-vous nous dire si celle-ci concernera la patinoire, le site actuel des Halles des foires et/ou le Parc Astrid ? Les Halles des foires sont-elles appelées à disparaître ou à trouver une autre localisation ?

 

Une étude de faisabilité a été commandée au SEGEFA, en collaboration avec la SPI+.  Connaissez-vous l’état d’avancement de cette étude ?  L’impact économique en termes de retombées pour nos commerçants a-t-il été évalué ?

 

La police de Herstal sera-t-elle amenée à assurer la sécurité lors des matches ? Quel sera le coût pour la ville ?

 

Réponse

 

Une réunion a bien eu lieu en juin dernier, en l’hôtel de Ville de Liège, avec des représentants de différents comités de quartier de Liège et de Herstal, ainsi que les autorités des deux villes pour faire le point sur ce dossier.

 

Le club du standard a besoin d’un nouveau stade, répondant aux normes européennes.  Il a financé une étude qui s’est clôturée en novembre 2008.  Parmi les différents sites possibles, le site de Coronmeuse tient la corde tant auprès du club que de la SPI+ et de la Ville en raison notamment de l’espace disponible, du caractère public du propriétaire, de la desserte en transports publics avec la perspective du tram et de la nécessité de réaménager le site, avec le Hall des foires qui n’est plus adapté et la vétusté de la patinoire. Rien n’est cependant définitif.

 

Dans les courriers envoyés à la ville de Liège, le bourgmestre a attiré l’attention sur les craintes des herstaliens en termes d’urbanisme, de mobilité, de sécurité, d’ordre public, etc.  La question du commerce n’a pas été abordée mais cela lui paraît pertinent de s’interroger.

 

Ce dossier relève de l’autonomie du Standard et de la ville de Liège mais il faut que la ville de Herstal soit associée afin de préserver les intérêts de ses habitants et plus particulièrement des riverains et du quartier en pleine revitalisation urbaine.  D’où l’intérêt d’avoir participé à la réunion qui s’est tenue fin juin.

 

Il ressort de cette réunion que le dossier s’est précisé depuis le lancement des premières études.  Un échange de terrains entre la ville de Liège et la Région wallonne a été validé en conseil communal le 25 juin.  D’autre part,  les différents acteurs ont la volonté de mener une réflexion globale quant au réaménagement du site (pôle de loisirs, parc, école pour handicapés, etc.)  Enfin, le bourgmestre de Herstal a rappelé sa volonté d’être associé à ce projet, même si le site est sur Liège.  Tout en se réjouissant  du développement du Standard qui est une vitrine pour le pays de Liège, il a rappelé ses appréhensions par rapport à l’installation d’un stade à cet endroit ( sécurité, propreté, intégration urbanistique, mobilité, accessibilité au stade et à la ville de Herstal les jours de matches…).  Il a également profité de l’occasion pour insister sur la nécessité de poursuivre le tram au-delà de Coronmeuse jusque basse campagne

 

Quant à la police de Herstal, elle devrait également contribuer à assurer la sécurité lors des matches

 

05/05/2009

Le Conseil communal du 26 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le projet de délocaliser le stade du Standard à Coronmeuse est revenu sur la table du Conseil, mais sans que l’on en apprenne beaucoup plus à ce sujet.  Le Bourgmestre a répété que la SPI+ avait été chargée de réaliser une étude à ce sujet, et qu’il ressortait de celle-ci que le site de Coronmeuse pourrait convenir.  Une autre phase de l’étude, plus précise, devrait être commandée par le Standard à la SPI+ mais ça n’a pas encore été le cas.  Frédéric DAERDEN a dit rejoindre les préoccupations des conseillers quant aux nuisances que l’arrivée du stade à cet endroit du territoire de la Ville de Liège pourrait engendrer.  Dans un courrier qu’il lui a adressé en décembre, il a d’ailleurs déjà sensibilisé Willy DEMEYER quant aux aspects qui l’inquiètent plus particulièrement  à savoir l’aspect urbanistique (gabarit, lieu d’implantation, comptabilité avec constructions adjacentes), la mobilité (déplacements et stationnement, risque d’engorgement de la voirie située sur notre territoire), la sécurité et le maintien de l’ordre public. Il a ainsi demandé au bourgmestre de Liège que ces différents aspects soient intégrés dans la réflexion.  La ville de Liège a répondu à ce courrier en janvier en précisant que ces aspects seraient pris en compte quelque soit le site retenu et que si le site de Coronmeuse était sélectionné, la commune de Herstal serait associée à la réflexion.  Frédéric DAERDEN a toutefois rappelé que le site d’implantation relève de l’autonomie du standard et de la ville de liège, et que par conséquent le pouvoir de Herstal en la matière est limité. Depuis cet échange de courrier, il n’y a plus eu de nouvelles officielles.  Le coût pour Herstal si le stade était implanté à Coronmeuse (frais de police, stationnement, organisation de la circulation, nuisances sonores et autres) est impossible à évaluer à l’heure actuelle, le dossier comportant trop d’inconnues.  Quant à l’argument de l’espace vert actuellement utilisé par les habitants de Herstal à cet endroit et qui serait perdu, le Bourgmestre promet une réflexion sur les abords en cas de certitude sur l’implantation du stade.

 

- Le Conseil communal a voté l’achat de poubelles et cendriers publics destinés à la collecte des petits déchets dans le domaine public.  Des poubelles plus grosses seront installées aux endroits stratégiques afin de limiter le nombre de vidanges.  L’Echevin a en revanche rejeté la proposition d’achat de poubelles permettant un tri sélectif – pourtant moins chères – au motif qu’il faut également réfléchir à la problématique de la collecte.

 

- En novembre 2007, un projet d’envergure était annoncé dans le cadre de la réhabilitation de l’ancien site des Forges de Zeeburges avec la création de 54 Lofts de standing.  Depuis ces grands effets d’annonce, le projet semble retombé dans l’oubli, alors que contrairement par exemple au dossier de l’Esplanade de la paix, où le Bourgmestre veut confiner des centaines de personnes sur un espace déjà fort peuplé, le site de FZ est depuis longtemps vide et ne demande qu’à être réaffecté, sans risque de surpeuplement.  La crainte était donc que ce beau projet soit tombé à l’eau mais d’après l’Echevin, il n’en est rien.  Le permis unique a été délivré par le collège en novembre 2008 et le chantier devrait débuter en août 2009.  Il reste à espérer que les appartements trouvent acquéreur malgré leur prix fort élevé pour une commune sinistrée comme la notre.

 

- A Herstal, le coût des funérailles pour les indigents est assumé par la commune, la collectivité.  Tout en reconnaissant que donc Herstal n’a pas la pire des politiques en la matière en comparaison avec d’autres commune, la demande visait à ce que l’on aille encore un pas plus loin en identifiant les tombes ou urnes des indigents par une plaque en résine gravée de quelques centimètres reprenant le nom, prénom et éventuellement la date de décès du défunt (il n’est donc pas question d’apposer des signes religieux).  Cela ne devrait pas représenter un coût trop important pour la collectivité ni grever le budget de la commune tout en marquant un certain respect pour ces personnes démunies et en permettant à leurs éventuels proches de pouvoir se recueillir.  Cela correspondrait aussi aux recommandations de la Région wallonne qui stipulent que la tombe est la norme et non l’exception.  S’en est suivi un dialogue de sourds avec l’Echevine THOMSIN, qui s’est obstinée à rappeler que la politique de la commune n’est pas mauvaise envers les indigents, ce que nul n’a pourtant contesté.  L’Echevine s’est finalement retranchée derrière le fait que la commune doit respecter un principe d’égalité devant les funérailles et qu’il ne serait pas opportun de distinguer les indigents des autres au moyen d’une plaque, ce qui n’a convaincu personne.  Comme quoi le parti socialiste n’a pas le monopole du social et comme l’a dit la Conseillère Bernadette Vandenbergh : « les morts ne vous intéressent pas, ils ne votent pas ! »

22/02/2009

Le Conseil communal du 18 décembre en bref

Maison cale

- Le Conseil a adopté, à l’unanimité, un règlement de police relatif à l’ouverture et l’exploitation de salons de prostitution, de bars à serveur(s) et d’établissements érotiques.  Le but est d’empêcher l’ouverture de tels établissements à Herstal (et plus spécialement dans le périmètre de rénovation urbaine…) suite à la fermeture de plusieurs d’entre eux à Liège.

 

- Le MR a voté contre la convention entre la commune et le CPAS visant à facturer à celui-ci les prestations en matière de communication effectuées au niveau de la Commune.  Le montant annoncé de plus ou moins 15 000 EUR nous a semblé excessif par rapport aux besoins du CPAS en matière de communication.    Le but caché de la mesure est encore et toujours la propagande du collège que nous avons dénoncé lors du vote sur le budget 2009.  Nous ne trouvons pas adéquat d’entamer le budget de l’aide sociale pour cette finalité.

 

- Le site des anciennes usines Browning va être exproprié dans le cadre de la rénovation urbaine mais on ignore toujours dans quel objectif

 

- En urgence, le Conseil a approuvé la convention fixant les conditions du partenariat entre la SNCB holding et la commune dans le cadre de la réaffectation du site de la gare de Herstal (voir ici).  Il a ainsi été convenu de faire une étude d’orientation, qui sera confiée à la SNCB, en fonction d’objectifs partagés : possibilités de réaffectation des anciens bâtiments de la gare ainsi que des terrains en friche derrière celle-ci et réalisation d’un nouveau bâtiment pour la gare, plus en aval et donc plus visible de la rue.  Le but du Bourgmestre reste d’accueillir des PME, tout en gardant des espaces verts et de convivialité.  L’affectation n’est toutefois pas prédéterminée.  L’étude devrait durer 6 mois.  Le financement se fait à 50% par la commune et à 50% par la SNCB, avec un maximum de 25.000 EUR par partenaire.

 

- Le MR a souhaité en savoir davantage sur le projet de stade de football à Coronmeuse évoqué à différentes reprises dans la presse.  Bien que le stade serait situé sur la ville de Liège, les conséquences pour Herstal seraient inévitables, notamment en termes de mobilité.  La question visait donc en premier lieu à savoir si le Bourgmestre avait été consulté sur ce projet, et à connaître son avis.  En deuxième lieu, si le projet se concrétise, il devrait être tenu compte des travaux en cours sur le Boulevard, et ce, afin d’éviter d’ouvrir et refermer la voirie ou de prolonger indéfiniment les travaux, qui accusent déjà un certain retard.  Le Bourgmestre a fait tout d’abord le point sur l’état d’avancement du dossier.  La SPI+ a en effet réalisé une étude afin de voir où il serait possible de construire un stade  à vocation européenne.  Il se peut qu’il apparaisse par la suite que Coronmeuse n’est pas l’endroit le plus approprié.  Rien n’est encore sûr.  Quoiqu’il en soit, le Bourgmestre a déjà écrit à Willy DEMEYER pour attirer son attention sur l’impact que le stade aurait pour Herstal, que ce soit au niveau de la mobilité, de l’urbanisme (la vue serait fort différente pour les riverains), ou encore de l’ordre public et de la sécurité.  Il semble impératif que les autorités herstaliennes soient présentes autour de la table pour discuter du projet, même si le stade s’implanterait sur Liège.

15/02/2009

Conseil communal du 18 décembre 2008 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Question orale relative au projet de stade de football à Coronmeuse

2. Question orale relative à la réalisation d’un espace fitness au complexe Emile Muraille