15/04/2010

Question orale de J. Maus relative à la gare de Herstal

gare de Herstal

Question

 

Début 2009, la Ville a décidé de cofinancer, avec la SNCB, une étude permettant de fixer les objectifs partagés dans le dossier de réhabilitation du site de la gare.

 

Cette étude devait envisager le problème du stationnement, l’articulation des différents modes de déplacement, l’avenir de l’ancien bâtiment et la création d’un nouveau, ainsi que l’occupation des terrains actuellement en friche.

 

Pouvez-vous nous dire où en est cette étude ?  Qu’en est-il ressorti jusqu’ici ?

 

Le projet de zone d’activités économiques (avec la SPI+) est-il maintenu ?

 

Sera-t-on en mesure de respecter les délais fixés par l’Europe pour l’utilisation de l’enveloppe de subsides ?

 

L’idée d’un passage sous voie est-elle toujours à l’ordre du jour ?  En effet, tant les usagers que les riverains ne sont pas favorables à cette idée, pour des raisons de sécurité.

 

Réponse

 

L’étude en question est en cours et déjà bien avancée sur plusieurs points :

-         le sort de la gare actuelle

-         le moyen de créer la liaison entre les 2 cotés du chemin de fer

-         l’implantation éventuelle d’une nouvelle gare à droite des voies en venant de Coronmeuse (plus proche du carrefour Marexhe)

-         l’affectation du terrain à l’arrière de la gare (cour marchandises)

 

Des plans existent déjà.  Ils ont notamment été présentés à la SPI+, qualifiée par le Bourgmestre de « partenaire intéressé et intéressant ».  Elle serait en effet intéressée d’aménager, sur la cour aux marchandises, un espace entreprises.  L’ancienne gare servirait de bâtiment d’accueil pour entreprises naissantes

 

Un rendez-vous a été pris entre les partenaires (SNCB, SPI+ et Ville de Herstal) pour novembre 2009 afin de passer au montage financier (c'est-à-dire, la fixation du prix, les modalités pour la cession par la SNCB de la gare et du terrain, les possibilités de financement que la SPI+ peut obtenir de la Région Walonne).

 

Actuellement, l’idée d’un passage sous voie est maintenue mais plus sécurisé que ce qui était initialement prévu.  Le Bourgmestre précise que le dossier sera présenté lorsque la demande de permis sera introduite.

 

Lire l’article de La DH

05/05/2009

Le Conseil communal du 26 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le projet de délocaliser le stade du Standard à Coronmeuse est revenu sur la table du Conseil, mais sans que l’on en apprenne beaucoup plus à ce sujet.  Le Bourgmestre a répété que la SPI+ avait été chargée de réaliser une étude à ce sujet, et qu’il ressortait de celle-ci que le site de Coronmeuse pourrait convenir.  Une autre phase de l’étude, plus précise, devrait être commandée par le Standard à la SPI+ mais ça n’a pas encore été le cas.  Frédéric DAERDEN a dit rejoindre les préoccupations des conseillers quant aux nuisances que l’arrivée du stade à cet endroit du territoire de la Ville de Liège pourrait engendrer.  Dans un courrier qu’il lui a adressé en décembre, il a d’ailleurs déjà sensibilisé Willy DEMEYER quant aux aspects qui l’inquiètent plus particulièrement  à savoir l’aspect urbanistique (gabarit, lieu d’implantation, comptabilité avec constructions adjacentes), la mobilité (déplacements et stationnement, risque d’engorgement de la voirie située sur notre territoire), la sécurité et le maintien de l’ordre public. Il a ainsi demandé au bourgmestre de Liège que ces différents aspects soient intégrés dans la réflexion.  La ville de Liège a répondu à ce courrier en janvier en précisant que ces aspects seraient pris en compte quelque soit le site retenu et que si le site de Coronmeuse était sélectionné, la commune de Herstal serait associée à la réflexion.  Frédéric DAERDEN a toutefois rappelé que le site d’implantation relève de l’autonomie du standard et de la ville de liège, et que par conséquent le pouvoir de Herstal en la matière est limité. Depuis cet échange de courrier, il n’y a plus eu de nouvelles officielles.  Le coût pour Herstal si le stade était implanté à Coronmeuse (frais de police, stationnement, organisation de la circulation, nuisances sonores et autres) est impossible à évaluer à l’heure actuelle, le dossier comportant trop d’inconnues.  Quant à l’argument de l’espace vert actuellement utilisé par les habitants de Herstal à cet endroit et qui serait perdu, le Bourgmestre promet une réflexion sur les abords en cas de certitude sur l’implantation du stade.

 

- Le Conseil communal a voté l’achat de poubelles et cendriers publics destinés à la collecte des petits déchets dans le domaine public.  Des poubelles plus grosses seront installées aux endroits stratégiques afin de limiter le nombre de vidanges.  L’Echevin a en revanche rejeté la proposition d’achat de poubelles permettant un tri sélectif – pourtant moins chères – au motif qu’il faut également réfléchir à la problématique de la collecte.

 

- En novembre 2007, un projet d’envergure était annoncé dans le cadre de la réhabilitation de l’ancien site des Forges de Zeeburges avec la création de 54 Lofts de standing.  Depuis ces grands effets d’annonce, le projet semble retombé dans l’oubli, alors que contrairement par exemple au dossier de l’Esplanade de la paix, où le Bourgmestre veut confiner des centaines de personnes sur un espace déjà fort peuplé, le site de FZ est depuis longtemps vide et ne demande qu’à être réaffecté, sans risque de surpeuplement.  La crainte était donc que ce beau projet soit tombé à l’eau mais d’après l’Echevin, il n’en est rien.  Le permis unique a été délivré par le collège en novembre 2008 et le chantier devrait débuter en août 2009.  Il reste à espérer que les appartements trouvent acquéreur malgré leur prix fort élevé pour une commune sinistrée comme la notre.

 

- A Herstal, le coût des funérailles pour les indigents est assumé par la commune, la collectivité.  Tout en reconnaissant que donc Herstal n’a pas la pire des politiques en la matière en comparaison avec d’autres commune, la demande visait à ce que l’on aille encore un pas plus loin en identifiant les tombes ou urnes des indigents par une plaque en résine gravée de quelques centimètres reprenant le nom, prénom et éventuellement la date de décès du défunt (il n’est donc pas question d’apposer des signes religieux).  Cela ne devrait pas représenter un coût trop important pour la collectivité ni grever le budget de la commune tout en marquant un certain respect pour ces personnes démunies et en permettant à leurs éventuels proches de pouvoir se recueillir.  Cela correspondrait aussi aux recommandations de la Région wallonne qui stipulent que la tombe est la norme et non l’exception.  S’en est suivi un dialogue de sourds avec l’Echevine THOMSIN, qui s’est obstinée à rappeler que la politique de la commune n’est pas mauvaise envers les indigents, ce que nul n’a pourtant contesté.  L’Echevine s’est finalement retranchée derrière le fait que la commune doit respecter un principe d’égalité devant les funérailles et qu’il ne serait pas opportun de distinguer les indigents des autres au moyen d’une plaque, ce qui n’a convaincu personne.  Comme quoi le parti socialiste n’a pas le monopole du social et comme l’a dit la Conseillère Bernadette Vandenbergh : « les morts ne vous intéressent pas, ils ne votent pas ! »

14/12/2008

Le Conseil communal du 25 septembre 2008 en bref

Maison cale

- Ca se précise enfin concernant la maison de l’emploi réclamée par l’opposition depuis des années.  Elle sera le fruit d’un partenariat entre Herstal, Oupeye, Visé et le Forem.  L’implantation principale se situera sur notre commune.  Ouverture en octobre.

 

- Le Conseil a adoptés les règlements-taxes pour les centimes additionnels au précompte immobilier et pour les additionnels à l’IPP.  Les taux restent inchangés.  Le MR a donc une fois de plus voté contre, mais la majorité continue à presser la classe moyenne comme un citron ! (voir aussi ici) 

 

- Les conseillers sont fréquemment interrogés par des citoyens se plaignant de nuisances occasionnées par les bruits.  Le chef de corps a rédigé une note reprenant les différentes hypothèses de nuisances et les solutions qui peuvent y être apportées.  Cliquez ici pour parcourir la note. 

 

- On en sait à présent un peu plus sur le projet d’extension du zoning Hauts-sarts (voir ici et ici).  La SPI+ envisage d’agrandir le zoning des Hauts-Sarts, à concurrence de 59 ha sur Herstal (Liers).  La zone a toutefois été classée « priorité 3 », ce qui signifie qu’elle ne fera pas partie des premiers dossiers mais est envisagée pour 2013 au plus tôt.  Il faudra modifier les plans de secteur, lancer des procédures d’expropriation etc.  La population sera consultée à plusieurs reprises, de même que la commune.  Le Bourgmestre a donc garanti qu’il n’y aurait pas d’expulsion brutale des agriculteurs et que les autorités communales resteront attentives à ce que le caractère rural du village de Liers soit préservé, à la mobilité, ainsi qu’à l’occupation de la friche des ACEC, des terrains se situant derrière la gare de Herstal, des espaces restés vides dans les Hauts-Sarts.

19/06/2008

Question orale de J. Maus relative à l’avenir de la gare de Herstal

gare de Herstal Question

Monsieur le Bourgmestre, vous annoncez sur votre site Internet : « le dossier de la gare de Herstal est sur les rails » et vous vous réjouissez de l'avancement du dossier.   Tout le monde s'accorde à dire, le MR en premier, que la gare doit être mieux utilisée en matière de mobilité, que ce soit entre les villages de notre commune ou de manière plus large.  Votre schéma directeur de rénovation urbaine trace les modalités d'un partenariat entre le groupe SNCB, la SPI+ et la commune.  Vous annoncez mener un groupe de travail très fructueux seulement voilà : la gare est à vendre et ce n'était pas vraiment ce qui était prévu !

Initialement, la gare était considérée comme un bâtiment à rénover et à réinvestir.  Il était prévu que la SPI+ achète le bâtiment gare, qui serait occupé en partenariat avec BMD en vue de l'aménagement de bureaux, ateliers, salle de formations/réunions.  Un nouveau bâtiment signal devait être construit par ailleurs.

Il faut croire que la SPI+ n'a pas vraiment l'air intéressée par votre projet... Aviez-vous consulté la SPI avant de dévoiler urbi et orbi votre schéma de rénovation urbaine ?  Sinon, comment expliquez-vous ce revirement de situation ? On peut s'inquiéter de ce qui y sera fait si un privé se montre intéressé par l'acquisition.

La SNCB envisage-t-elle toujours bien de maintenir un point d'arrêt à Herstal avec construction d'un nouveau « bâtiment signal » en partenariat avec la commune ? Si oui, se trouvera la nouvelle gare ? Sera-t-elle mieux située et plus visible que l'ancienne ? La commune aura-t-elle son mot à dire dans le projet ? Où cela en est-il ?

Que vend la SNCB au juste ?  Le bâtiment gare uniquement, ou le terrain également ?

Quels sont les conséquences de tous ces changements sur le schéma de rénovation urbaine dont la gare faisait partie intégrante. ?  Ne va-t-on pas un peu passer à côté des objectifs de « développement d'un site d'activité économique le long du rail », de « création d'emplois, réinsertion sociale, dynamique économique » décrits par le schéma ?

Réponse

L'espace de la gare est dans le périmètre de rénovation urbaine.  A cet égard, les deux pôles que sont Marexhe et la gare ont été regroupés dans le cadre du projet FEDER.  Le Bourgmestre rappelle qu'il croit à l'importance de ce pôle et confirme qu'avant la remise du dossier FEDER, il avait effectivement pris des contacts avec la SNCB et la SPI+ qui s'étaient montrés intéressées par le projet communal.  Le Bourgmestre attend l'avis de la Région wallonne quant à l'attribution du subside FEDER. Une réponse positive favoriserait grandement les choses pour la commune.

Le 20 février 2008, le Bourgmestre a pris contact avec le directeur du patrimoine de la SNCB.  La SPI+ a quant à elle été reçue en Mars.  Le Bourgmestre a chaque fois insisté sur l'importance d'un partenariat en tripartite.

Le Bourgmestre estime qu'il s'agit d'un endroit idéal pour accueillir une pépinière d'entreprises.  Il confirme croire toujours en son projet avec la SPI+.

La SNCB voulant abandonner le bâtiment actuel, il était convenu qu'un autre point d'arrêt serait créé dans le prolongement.  En dépit de contacts répétés, la SNCB a rentré une demande de permis auprès des autorités communales pour un projet ne correspondant pas avec le schéma de rénovation urbaine.  La commune a donc émis un avis défavorable quant à la demande de permis. 

Le Bourgmestre estime que la gare a été mise en vente de manière un peu surprenante.  Il dit clairement qu'il déconseille à quiconque de l'acheter sauf si un partenaire privé voulait y investir en conformité avec le projet de rénovation urbaine.  Il précise donc que l'acheteur potentiellement intéressé à tout intérêt à s'adresser à la commune plutôt qu'à la SNCB avant d'acheter.

Lire l'article du journal Le soir

Lire l'article du journal La Meuse