24/01/2014

Question orale de J. MAUS relative à l'existence d'un cadastre des surfaces commerciales disponibles

 

Question

 

Existe-t-il un cadastre des cellules commerciales vides ?

 

Le cas échéant, celui-ci est-il tenu à jour ? Par qui et comment peut-il être consulté ?

 

Réponse

 

Il n’existe pas de cadastre à proprement dit mais bien un relevé des commerces de la Commune de Herstal, effectué par le Segefa de l’Université de Liège en mai 2005.

 

Un nouveau relevé concernant uniquement les commerces du Centre a été effectué par le Segefa dans le cadre de la nouvelle étude qui leur a été commandée par la Ville. Il sera transmis officiellement au Collège avec ladite étude.

 

S'agissant d'une annexe à l’étude du Segefa, ce relevé est un document de travail interne à l’Administration. En pratique, les commerçants à la recherche d’immeubles, en très petit nombre ces dernières années, sont renvoyés vers la régie communale autonome Urbeo qui a notamment, dans ses missions, l’aide à la recherche de biens à louer et à vendre sur le territoire de la Ville de Herstal.

10/01/2014

Question orale de J. Maus relative à l'impact des modifications du centre-ville sur le commerce

 

Question

 

L'Echevin du commerce a régulièrement prétendu que les commerçants du centre de Herstal étaient plutôt satisfaits de l'évolution du centre-ville suite aux travaux entrepris et aux projets de la majorité.

 

Au vu de leurs récentes actions, nul ne peut aujourd’hui nier que l'ensemble des commerçants et des professions libérales du centre-ville se plaint des nouveaux sens de circulation visant à détourner le trafic automobile du centre de Herstal, ce qui leur fait perdre la clientèle de passage et, de manière générale, les clients qui cherchent un accès rapide et facile aux commerces.

 

L'absence de parking disponible pour la clientèle de l'hyper-centre est également un problème majeur qui, bien que dénoncé depuis bien avant le début des travaux, n'a toujours pas été solutionné, si ce n'est à long terme avec la construction d'un parking, qui en plus sera payant, derrière NHV.

 

En attendant, les commerçants du centre-ville ont perdu 30 à 50% de leur chiffre d'affaires. Une solution immédiate est donc nécessaire, pour défendre l'emploi indépendant comme salarié.

 

Lors d'interpellations précédentes du MR, vous aviez répondu que si les modifications apportées au centre-ville engendraient de graves difficultés dans la pratique, vous étiez prêts à apporter divers aménagements aux décisions prises, notamment en ce qui concerne les sens de circulation. Quels sont donc les aménagements que vous allez apporter au projet initial, tant qu'il en est encore temps ?

 

En ce qui concerne le parking, les commerçants ont besoin d'une solution immédiate. Sachant que ce souci est loin d'être neuf, qu'avez-vous à leur proposer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre reconnaît qu'indiscutablement, les commerçants commencent à trouver le chantier long et préjudiciable à leur entreprise. Le Collège ne le conteste pas. Le constat se marque plus ou moins fort en fonction du type de commerce mais c'est une période difficile. Cela était prévisible : des travaux d'une telle ampleur engendrent inévitablement des nuisances, des difficultés d'accès et donc une diminution de la clientèle et du chiffre d'affaires. De plus, la phase actuelle est particulièrement critique car c'est celle au cours de laquelle la Place Jean Jaurès est la moins accessible.

 

Le Collège a tenu 2 réunions constructives avec des représentants des commerçants : une la veille du conseil (soit le 30 mai 2012) avec les présidents de comités de commerçants qui ne cautionnaient pas le rassemblement prévu avant le conseil, et une le jour même du conseil avec une délégation de 3 commerçants manifestant.

 

Au cours de ces réunions, le Collège a confirmé que les travaux lourds seront finis pour fin juin. Il faudra peut être encore quelques semaines pour sécher le béton à certains endroits limités avant que les utilisateurs n'investissent la place. Le conducteur des travaux a promis de faire le maximum pour que tout soit sec d'ici les congés du batiment. Après les congés du batiment, les finitions seront réalisées et le mobilier urbain sera placé.

 

Le Bourgmestre rappelle qu'il y a plus de 12 ans, un projet de “tout à la voiture” avait été rejeté par le fonctionnaire délégué de la Région Wallonne. En 2006, l'étude du SEGEFA sur l'appareil commercial herstalien préconisait de laisser place au trafic automobile mais seulement dans une certaine mesure.

 

Le Bourgmestre a proposé une réunion avec les comités de commerçants, les experts du SEGEFA et le collège pour travailler sur la signalisation. Il est indispensable que les automobilistes, qu'ils viennent de Coronmeuse, de l'IPES, des Hauts Sarts ou de la préalle sachent clairement par où aller pour rejoindre les commerces et autres activités de la rue Laixheau et de la Place jean jaurès, de la rue Elisa dumonceau et de la rue Large voie, La signalisation doit donc être suffisamment précise en amont.

 

En ce qui concerne le parking au niveau de la Place, il est nécessaire de faire respecter une logique de rotation des places disponibles.

 

Actuellement et tant que les travaux ne seront pas terminés, les conditions de circulation ne rendent pas encore compte du plan de mobilité définitif. En effet, il sera possible de venir de la rue Laixheau en passant par la Place Jean Jaurès pour rejoindre la piscine. Pour l'instant, la boucle est longue mais il est prévu que le sens soit inversé et que la boucle soit plus petite. Inverser le sens de la rue Voie de Liège est plus délicat car cela requiert une dérogation de la Région Wallonne et il faut éviter que les camions de la FN aterrissent sur la Place. Quant à la rue Laixheau, les critiques amusent le Bourgmestre car quand elle a été mise à sens unique de la Place vers La Préalle, cela a été critiqué et à présent, la mise en sens unique dans l'autre sens est également critiquée. Selon lui, il faut simplement un temps d'adaptation par rapport au changement. Il faut agir dans l'intérêt général et pas celui d'un ou deux commerçants.

 

Lire l'article de la Dernière Heure

03/01/2014

Le Conseil communal du 26 avril 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le Conseil a voté un projet de marché relatif à des aménagements de sécurité rue Célestin Demblon (face au n°90 et 54), rue Joseph Germay (école Nozé), rue du Bouxthay (école d'enseignement spécialisé), et au carrefour des rues du Tilleul, de la Halette, de Fexhe et de Liers. Les travaux consistent principalement en la reconstruction et l'élargissement des trottoirs, la réfection de la voirie et la réalisation de passages pour piétons. Rue Visé Voie face aux n°454 et 351, les travaux consiste en la réalisation d'îlots avec rétrecissement de la voirie à une bande de circulation, la pose d'un coussin berlinois, la pose d'une signalisation afin de donner une priorité de passage pour la traversée de l'aménagement et la réfection de la voirie.

 

- Le Conseil a également voté un projet de marché relatif à la construction de trottoirs dans diverses rues sur le territoire de la Ville de Herstal.

 

- Le Conseil a voté la modification du règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l'organisation d'activités ambulantes sur les marchés publics. Le marché retrouve sa place définitive (Place Jean Jaurès, rue Laixheau, Place Laixheau, rue Thier des monts) et le périmètre définitif est ainsi inclus dans le règlement.

 

- Interrogé sur la réalisation d'une nouvelle étude sur le développement commercial, le Bourgmestre a précisé que celle-ci serait menée par les mêmes spécialistes qu'en 2006 (le SEGEFA) mais serait cette fois plus ciblée sur l'hypercentre. D'une part, l'objectif est de voir s'il est opportun d'intégrer, via le cahier des charges, une dimension commerciale dans la promotion immobilière privée derrière NHV. Le Bourgmestre pense qu'il serait préférable de ne pas le faire et de se concentrer sur la place mais il souhaite l'avis de spécialistes sur la question. D'autre part, il souhaite également leur avis sur la manière de redynamiser le commerce qui, il le reconnaît, a subi un certain déclin avant et pendant les travaux, quelles enseignes aller chercher pour en attirer d'autres, etc.

 

- Lors du conseil communal du 6 octobre 2011, une convention-cadre relative à l’octroi d’une avance de trésorerie à l’ASBL Basse-Meuse Développement a été soumise au vote du Conseil. Le MR a voté contre. Il avait été dit aux conseillers que ce prêt à court terme avait pour but d'assurer la mise en oeuvre de projets pour lesquels des subsides européens tardaient à être versés, et que la date de remboursement de ladite avance, à l'aide desdits subsides, serait déterminée lors d'une réunion ultérieure entre les représentants de la Ville et les responsables de l'ASBL. 6 mois plus tard, la question s'est posée de savoir si cette réunion avait eu lieu et si ce n'était déjà fait, à quelle date l'avance de trésorie serait remboursée à la Ville ?

L'Echevin confirme que l'avance de 100.000 EUR devait être remboursée pour le 24 avril 2012 au plus tard et à une date antérieure si l'ASBL obtenait les subsides attendus. A ce jour, les subsides n'ont pas encore été versés et la somme n'a donc pas été remboursée. En effet, les délais de versement sont longs même si l'octroi des subsides a été validé. Une réunion avec les 2 communes ayant octroyé des avances aura lieu afin de prévoir une prolongation. Selon l'Echevin, le besoin de préfinancement demeure tant que les projets ne sont pas terminés, et comme le craignait le MR, l'avance n'est donc pas ponctuelle, contrairement à ce qui avait été annoncé. L'Echevin conteste toutefois ce point de vue : pour lui, l'avance reste ponctuelle puisque la Ville en a réclamé le remboursement, mais elle est renouvelable.

 

20/12/2010

Proposition de J. Maus relative à la mise en place d’un observatoire du commerce herstalien

Proposition

 

« Considérant la nécessité de lutter contre le déclin de l’appareil commercial herstalien au sens large et, au contraire, de créer les conditions d’un développement harmonieux et équilibré de l’activité économique ;

 

Considérant que cet objectif se décline notamment par l’augmentation de la fréquentation commerciale, la diminution des cellules commerciales vides ou encore l’accroissement de la diversité commerciale ;

 

Considérant l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée en 2006 ;

 

Considérant que cette étude fait état de renseignements utiles à la mise en place d’une politique de développement commercial par la Ville, mais également pour les investisseurs et commerçants cherchant à s’implanter à Herstal

 

Considérant les démarches déjà entreprises par la Ville afin d’attirer les investisseurs à Herstal (demande du statut de Ville, participation au salon MIPIM, etc.) ;

 

Considérant le tout nouveau site internet dont s’est dotée la Ville de Herstal ;

 

Le conseil décide

1) de tenir une base de données informatisée permanente et donc, mise à jour, rassemblant, à l'échelle du territoire communal, des informaions quantitatives et qualitatives sur les activités économiques et de service en général e sur le commerce de détail en particulier

2) de mettre en place un outil gratuit, en ligne, ayant pour vocation de faciliter les recherches des investiseurs et reprenant comme informations géographiquement localisables :

- les commerces existants

- les cellules vides

- le mix commercial

- les flux piétons

- le revenu moyen par habitant

- les projets en cours

- les parkings

 

Réponse

 

D’emblée, l’Echevin du commerce souligne que la Ville n’a pas les ressources humaines et financières suffisantes pour mettre en place ce type d’outil.

 

Un relevé des cellules commerciales vides a été effectué suite à l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée par le SEGEFA (Etude réalisée en 2006).  Il n’est, selon l’Echevin, pas opportun que le grand public puisse recevoir des informations à ce niveau.  Il préfère mettre en contact les propriétaires et les investisseurs de manière plus discrète (à noter que la proposition visait à mettre le site internet reprenant ses données uniquement à portée des investisseurs potentiels, pas du grand public…).  Pourtant, dans sa déclaration de politique communale, le Collège s’engage à « mettre à la disposition des futurs commerçants un cadastre des surfaces commerciales disponibles »

 

L’Echevin a ensuite cité les démarches entreprises au niveau de son Echevinat afin, selon lui, de redynamiser le commerce herstalien :

- le réaménagement du centre urbain, qui va modifier l’image de la ville

- les outils de promotion du commerce tels que la foire des métiers de bouche, l’intégration au guide des bonnes tables de la Basse-Meuse en collaboration avec la Maison du Tourisme, les diverses festivités organisées en collaboration avec les associations de commerçants etc.

- la prochaine mise en place d’une commission de discussion avec les commerçants

 

L’Echevin, visiblement mal renseigné, a dit ne connaître qu’un seul observatoire du commerce, sur Bruxelles, et il n’est pas possible de comparer Herstal à Bruxelles.

 

L’observatoire du commerce est un outil certes ambitieux mais il n’existe pas que sur Bruxelles.  A titre d’exemple : l’observatoire montois (http://www.investinmons.be, accessible sur base d’un mot de passe délivré par la ville).  A ce niveau, on ne peut m’accuser de partis pris !

 

Pour le MR, les manifestations de promotion, c’est un début mais cela ne suffit absolument pas à redynamiser le commerce herstalien.  Par ailleurs, si l’ensemble des acteurs politiques et économiques, tout comme les citoyens, réclamaient depuis longtemps un nouveau visage pour le centre, il faut bien constater que le projet tel qu’il est envisagé par la Ville s’est heurté à de nombreuses objections.  Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal.  Par ailleurs, le projet réduit considérablement les possibilités de stationnement dans l’hyper-centre, alors que celles-ci sont déjà largement insuffisantes à l’heure actuelle, et ce, sans qu’aucune alternative crédible soit proposée.  Lors d’une réunion avec les commerçants en septembre 2009, l’Echevin a promis d’apporter une solution au moins concernant le parking mais on attend toujours ! Dès lors, il semble inopportun de se fonder sur ce projet pour espérer une redynamisation du commerce herstalien.

23/09/2009

Question orale de J. Maus relative au projet d’implantation du stade du Standard à Coronmeuse

standard

Question

 

Il nous est revenu qu’une réunion de concertation entre les autorités de la Ville de Liège, de la ville de Herstal et différents comités de quartier aurait eu lieu fin juin au sujet du projet d’implantation du stade du Standard à Coronmeuse.  Confirmez-vous cette information ? Le cas échéant, quels sont les éléments nouveaux apparus lors de cette réunion dans le cadre de ce dossier qui demeure assez flou ?

 

Lors d’une précédente interpellation à ce sujet, vous nous aviez fait savoir que le Bourgmestre de la Ville de Liège s’était engagé par courrier à tenir compte des craintes émises tant par les habitants que par les autorités herstaliennes en termes d’urbanisme, de mobilité, de sécurité, d’ordre public, etc. et à associer la ville de Herstal à la réflexion.  Qu’en est-il ? Le site de Coronmeuse est-il définitivement le site sur lequel se porte le choix du Standard et de la ville de Liège ? Une réunion entre les autorités des deux villes a-t-elle déjà eu lieu ?  De quelle manière les craintes énoncées ci-dessus sont-elles prises en compte ?  Des ébauches de réflexion ont-elles déjà été abordées ? 

 

Un certain flou entoure l’implantation exacte du futur stade.  Pouvez-vous nous dire si celle-ci concernera la patinoire, le site actuel des Halles des foires et/ou le Parc Astrid ? Les Halles des foires sont-elles appelées à disparaître ou à trouver une autre localisation ?

 

Une étude de faisabilité a été commandée au SEGEFA, en collaboration avec la SPI+.  Connaissez-vous l’état d’avancement de cette étude ?  L’impact économique en termes de retombées pour nos commerçants a-t-il été évalué ?

 

La police de Herstal sera-t-elle amenée à assurer la sécurité lors des matches ? Quel sera le coût pour la ville ?

 

Réponse

 

Une réunion a bien eu lieu en juin dernier, en l’hôtel de Ville de Liège, avec des représentants de différents comités de quartier de Liège et de Herstal, ainsi que les autorités des deux villes pour faire le point sur ce dossier.

 

Le club du standard a besoin d’un nouveau stade, répondant aux normes européennes.  Il a financé une étude qui s’est clôturée en novembre 2008.  Parmi les différents sites possibles, le site de Coronmeuse tient la corde tant auprès du club que de la SPI+ et de la Ville en raison notamment de l’espace disponible, du caractère public du propriétaire, de la desserte en transports publics avec la perspective du tram et de la nécessité de réaménager le site, avec le Hall des foires qui n’est plus adapté et la vétusté de la patinoire. Rien n’est cependant définitif.

 

Dans les courriers envoyés à la ville de Liège, le bourgmestre a attiré l’attention sur les craintes des herstaliens en termes d’urbanisme, de mobilité, de sécurité, d’ordre public, etc.  La question du commerce n’a pas été abordée mais cela lui paraît pertinent de s’interroger.

 

Ce dossier relève de l’autonomie du Standard et de la ville de Liège mais il faut que la ville de Herstal soit associée afin de préserver les intérêts de ses habitants et plus particulièrement des riverains et du quartier en pleine revitalisation urbaine.  D’où l’intérêt d’avoir participé à la réunion qui s’est tenue fin juin.

 

Il ressort de cette réunion que le dossier s’est précisé depuis le lancement des premières études.  Un échange de terrains entre la ville de Liège et la Région wallonne a été validé en conseil communal le 25 juin.  D’autre part,  les différents acteurs ont la volonté de mener une réflexion globale quant au réaménagement du site (pôle de loisirs, parc, école pour handicapés, etc.)  Enfin, le bourgmestre de Herstal a rappelé sa volonté d’être associé à ce projet, même si le site est sur Liège.  Tout en se réjouissant  du développement du Standard qui est une vitrine pour le pays de Liège, il a rappelé ses appréhensions par rapport à l’installation d’un stade à cet endroit ( sécurité, propreté, intégration urbanistique, mobilité, accessibilité au stade et à la ville de Herstal les jours de matches…).  Il a également profité de l’occasion pour insister sur la nécessité de poursuivre le tram au-delà de Coronmeuse jusque basse campagne

 

Quant à la police de Herstal, elle devrait également contribuer à assurer la sécurité lors des matches