03/03/2014

Le Conseil communal du 28 février 2013 en bref

maison cale.jpg

- Le conseil a voté pour les marchés publics relatifs à l'aménagement d'un carrefour à feux tricolores entre l'Avenue d'Alès et la rue Thier des Monts (carrefour de la crèche communale).

 

- Le dossier relatif à la mise en place d'une nouvelle commission des sports devrait passer au conseil du 25 avril 2013.

 

- Le Conseil a voté pour la rénovation du tronçon de la Chaussée Brunehault entre les rues Visé-Voie et Vert-Vinâve à Vottem et la réalisation d'aménagements de sécurité à cet endroit (trottoirs et chicanes), que le MR demandait depuis longtemps.

 

- Le MR s'est abstenu sur la constitution d'un droit de superficie de 5 ans au profit de la société d'économie mixte (SEM) à constituer entre Urbeo Invest et Besix Park sur la parcelle des anciennes usines Browning rue Faurieux. Concrètement, l'objet de ce projet est de démolir une partie du site Browning, de raboter les murs de clôture et de réaliser sur la zone libérée un parking d'une capacité d'environ 150 places. Ce parking doit être vu comme une solution transitoire permettant d'accroitre l'offre en places de stationnement en attendant la réalisation de projets à plus long terme. Il est toutefois précisé qu'il sera payant avec un système par abonnement ou rotatif à tarif réduit et qu'une barrière sera mise en place avec une borne de paiement et une borne à ticket.

Si le MR rejoint la majorité sur la nécessité de trouver une solution permettant de répondre à la demande en matière de parking dans l'attente de la construction de celui derrière NHV, il estime inacceptable de rendre l'accès à celui-ci payant pour les usagers.

En effet, la construction de ce parking temporaire ne fait qu'apporter une ébauche de solution aux problèmes causés par la politique de la majorité, qui a fait tout à l'envers. Selon le MR, le collège des Bourgmestre et Echevins aurait dû s'assurer, avant le début des travaux de réaménagement de l'hypercentre, de pouvoir répondre à la demande en matière de parking. Or, cela n'a pas été fait et ces travaux ont, de l'aveu même de la majorité, « entraîné une nette diminution de l'offre en places de parking ». La situation devenant catastrophique pour les commerçants, qui ont souffert de la longueur des travaux, de la modification des sens de circulation mais aussi de la perte de nombreuses places de parking, le MR estime que la moindre des choses aurait été de mettre ce parking provisoire gratuitement à disposition des clients et usagers de l'hypercentre.

Lire l'article du journal La Meuse

Lire l'article de la DH

27/01/2014

Le Conseil communal du 5 juillet 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le MR est le seul parti à avoir voté contre les différents règlements destinés à mettre en place les nouveaux sens de circulation autour de la Place Jean Jaurès ainsi que la zone de rencontre à savoir :

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Faurieux, qui prévoit notamment que la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la Place Camille Lemmonier, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Nadet, qui prévoit notamment que la circulation en direction de la rue Guillaume Delarge ainsi qu'en venant de la place Laixheau en direction de la rue Martin Herman est interdite à tout conducteur, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Nozé, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la place Laixheau et l'Avenue d'Alès, la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la Place Laixheau, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la Place Laixheau, qui prévoit notamment qu'un panneau sera placé au carrefour avec la rue Nadet pour obliger les usagers à circuler en direction de la rue Laixheau

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Laixheau, qui prévoit notamment que la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la rue Thier des Monts, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Voie de Liège, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la rue Jolet et la rue Laixheau, la circulation est interdite à tous les usagers dans le sens Laixheau vers Jolet et que dans l'autre sens, la circulation est interdite aux véhicules de plus de 5 tonnes.

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Large Voie, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la rue Jolet et la Place Jean Jaurès, la circulation est interdite à tout véhicule en direction de la Place Jean Jaurès, excepté pour les bus et les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à l'implémentation d'une zone de rencontre englobant la Place Jean Jaurès, la Place Camille Lemoninier ainsi qu'une partie de la rue Laixheau, de la rue Large Voie, de la rue des Mineurs, de la rue Voie de Liège, de la rue Elisa Dumonceau et de la rue Faurieux. La logique dans cette zone est le partage de l'espace par les différents usagers dont les automobilistes et autres conducteurs d'engins motorisés avec une vitesse maximale formellement fixée à 20 km/h

 

- Le Conseil a enfin voté la passation d'un marché de services d'étude pour la requalification et le réaménagement de la Place Gilles Gérard et alentours à Vottem demandé de longue date par le MR et a approuvé le cahier spécial des charges relatif à celui-ci.

En effet, suite à la réponse négative du TEC et de la SRWT, il a été décidé que la Ville gérerait seule le marché de l'étude de la place. Dès lors, il est devenu souhaitable de réaliser une analyse plus pointue de l'aménagement de l'espace public de la place et de ses abords immédiats. Le marché en question vise ainsi à mener une réflexion urbanistique et à réaliser un plan d'amnéagement du centre de Vottem avec pour objectifs :

- la Place, lieu privilégié de la vie urbaine

- la priorité aux piétons

- la réflexion sur la mobilité

- l'espace de vie et de séjour

- l'amélioration du cadre commercial et des services

- la mise en valeur du patrimoine historique

- l'amélioration du cadre de vie

 

- Le Conseil a également voté la mise en sens unique d'une partie de la rue de l'Agriculture et la réalisation de différents aménagements dans celle-ci, ce qui correspond également à une demande de longue date du MR. Les dits aménagements consistent en la réalisation d'un trottoir en saillie d'1,50 m côté droit en direction de Milmort, la réalisation de 3 aménagements de sécurité visant à ralentir la circulation et la réalisation de 3 aménagements spécifiques de sécurité dans le carrefour entre les rues de l'Agriculture, de la Limite et des Martyrs.

 

- Le MR n'a pas approuvé les comptes annuels de l'ASBL Basse-Meuse Développement pour l'exercice 2011. Le Compte de résultats se solde par une perte de 80.408,19 EUR.

 

- le Conseil a voté à l'unanimité l'esquisse déposée par le bureau Espace-mobilités concernant l'aménagement des voiries du Pôle Marexhe-Gare (phase 1). Cette esquisse porte sur une récapitulation de la situation existante et l'énoncé des différentes problématiques rencontrées, la définition des objectifs visés et une proposition d'aménagement avec estimation des gros postes.

03/01/2014

Le Conseil communal du 26 avril 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le Conseil a voté un projet de marché relatif à des aménagements de sécurité rue Célestin Demblon (face au n°90 et 54), rue Joseph Germay (école Nozé), rue du Bouxthay (école d'enseignement spécialisé), et au carrefour des rues du Tilleul, de la Halette, de Fexhe et de Liers. Les travaux consistent principalement en la reconstruction et l'élargissement des trottoirs, la réfection de la voirie et la réalisation de passages pour piétons. Rue Visé Voie face aux n°454 et 351, les travaux consiste en la réalisation d'îlots avec rétrecissement de la voirie à une bande de circulation, la pose d'un coussin berlinois, la pose d'une signalisation afin de donner une priorité de passage pour la traversée de l'aménagement et la réfection de la voirie.

 

- Le Conseil a également voté un projet de marché relatif à la construction de trottoirs dans diverses rues sur le territoire de la Ville de Herstal.

 

- Le Conseil a voté la modification du règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l'organisation d'activités ambulantes sur les marchés publics. Le marché retrouve sa place définitive (Place Jean Jaurès, rue Laixheau, Place Laixheau, rue Thier des monts) et le périmètre définitif est ainsi inclus dans le règlement.

 

- Interrogé sur la réalisation d'une nouvelle étude sur le développement commercial, le Bourgmestre a précisé que celle-ci serait menée par les mêmes spécialistes qu'en 2006 (le SEGEFA) mais serait cette fois plus ciblée sur l'hypercentre. D'une part, l'objectif est de voir s'il est opportun d'intégrer, via le cahier des charges, une dimension commerciale dans la promotion immobilière privée derrière NHV. Le Bourgmestre pense qu'il serait préférable de ne pas le faire et de se concentrer sur la place mais il souhaite l'avis de spécialistes sur la question. D'autre part, il souhaite également leur avis sur la manière de redynamiser le commerce qui, il le reconnaît, a subi un certain déclin avant et pendant les travaux, quelles enseignes aller chercher pour en attirer d'autres, etc.

 

- Lors du conseil communal du 6 octobre 2011, une convention-cadre relative à l’octroi d’une avance de trésorerie à l’ASBL Basse-Meuse Développement a été soumise au vote du Conseil. Le MR a voté contre. Il avait été dit aux conseillers que ce prêt à court terme avait pour but d'assurer la mise en oeuvre de projets pour lesquels des subsides européens tardaient à être versés, et que la date de remboursement de ladite avance, à l'aide desdits subsides, serait déterminée lors d'une réunion ultérieure entre les représentants de la Ville et les responsables de l'ASBL. 6 mois plus tard, la question s'est posée de savoir si cette réunion avait eu lieu et si ce n'était déjà fait, à quelle date l'avance de trésorie serait remboursée à la Ville ?

L'Echevin confirme que l'avance de 100.000 EUR devait être remboursée pour le 24 avril 2012 au plus tard et à une date antérieure si l'ASBL obtenait les subsides attendus. A ce jour, les subsides n'ont pas encore été versés et la somme n'a donc pas été remboursée. En effet, les délais de versement sont longs même si l'octroi des subsides a été validé. Une réunion avec les 2 communes ayant octroyé des avances aura lieu afin de prévoir une prolongation. Selon l'Echevin, le besoin de préfinancement demeure tant que les projets ne sont pas terminés, et comme le craignait le MR, l'avance n'est donc pas ponctuelle, contrairement à ce qui avait été annoncé. L'Echevin conteste toutefois ce point de vue : pour lui, l'avance reste ponctuelle puisque la Ville en a réclamé le remboursement, mais elle est renouvelable.

 

27/12/2013

Le Conseil communal du 29 mars 2012 en bref

Avenue d'Alès, rue Thier des Monts, réaménagement du centre urbain, réaménagement du centre de Herstal, rue Elisa Dumonceau, rue des Mineurs, zone de rencontre, pavés, pavés sciés, Pré Madame, FN, SEVESO, cartoucherie, terrains à bâtir, Dieudonné, affaire Dieudonné, spectacle de Dieudonné, déchets, conteneurs gris, conteneurs verts

- Le carrefour entre l'avenue d'Alès et la rue Thier des Monts va être équipé de feux de signalisation. Pour réaliser ce type de signalisation et afin d'obtenir ds renseignements importants tels que l'étude de trafic, la grille horaire, etc., la Ville a besoin du soutien d'un bureau d'études ayant les outils et les connaissances spécifiques à la réalisation de ce projet. Une fois ces renseignements obtenus, le projet de marché pour la fourniture et la pose des feux pourra être réalisé. Le bureau chargé de l'étude sera également chargé de la surveillance des futurs travaux de pose des feux, qui s'annoncent complexes.

 

- Le MR s'est abstenu sur l'avenant numéro 5 relatif à la réalisation de travaux supplémentaires et modificatifs dans le cadre du réaménagement du centre de Herstal. En effet, outre que le MR ne soutient pas le réaménagement de la place tel qu'il a été conçu par le Collège , l'un des postes de cet avenant, concernant le réaménagement des rues E. Dumonceau et des des Mineurs, nous a plus particulièrement interpellé. En effet, le SPW (Région Wallonne)a considéré que les dallages sur la rue E. Dumonceau étaient de nature à séparer la voirie de la zone piétonne. Pour permettre la qualification en zone de rencontre de l'ensemble de la place, une modification du revêtement doit dès lors être envisagée et le dallage doit être par endroit remplacé par des pavés sciés.

Le MR s'est dès lors posé la question de savoir pourquoi les autorités herstaliennes ne s'étaient pas renseignés avant de faire les travaux afin de répondre directement à la notion de zone de rencontre, plutôt que d'en arriver à devoir arracher des travaux déjà effectués ?

Pour le Bourgmestre, il n'y a pas eu d'erreur, il faut juste ajuster le tir après avoir pratiqué les aménagements résultant des travaux.

 

- Le Dossier de la réhabilitation du site du Pré Madame avance. Le Conseil a en effet marqué son accord sur l'ouverture d'une voirie séparant les bâtiments 1 et 2 par son incorporation dans le domaine public et sur l'incorporation, dans le domaine public, de terrains privés devant recevoir des aménagements pour des accès aux bâtiments et des espaces végétalisés.

Le MR s'est toutefois inquiété de la prise en compte des arguments de la FN émis dans le cadre de l'enquête publique. En effet, cette entreprise relève d'une part qu'elle est classée SEVESO et que donc les habitants des nouveaux logements et les usagers du site encourraient un certain risque à proximité de celle-ci, et d'autre part qu'elle exploite une cartoucherie contigüe au site Pré Madame, qui génère une nuisance sonore qui semble peu compatible avec une maison de repos, une crèche et des habitations.

Le Bourgmestre rappelle que si les arguments sont fondés, il en sera tenu compte lors de la décision sur le permis.

 

- Suite à la question qui lui a été posée à ce sujet, le Bourgmestre a fait savoir qu'il n'existe pas de cadastre des terrains privés à bâtir, d'une part car l'inscription d'un bien dans cette base de données ne garantirait pas la volonté du propriétaire de vendre son bien, ni la constructibilité de celui-ci, et d'autre part car la ville ne dispose pas des moyens humains pour maintenir une telle base de données à jour. Les particuliers peuvent toutefois passer consulter les services s'ils ont des questions avant d'acheter

 

- Dans le prolongement de l'affaire Dieudonné, le Conseil a voté un motion visant à réaffirmer les valeurs de vivre ensemble et de lutte contre le racisme.

 

- Le conseil a fait le point sur le bilan 2011 en matière de ramassage des déchets. En effet, 2011 est la première année d'utilisation complète des conteneurs.

Le volume de déchets ramassés s'élevait à 6952 tonnes en 2009 et 6870 en 2010.

En 2011, il s'élevait à 3288 tonnes de déchets résiduels et 1867 tonnes de déchets organiques, soit un total de 5155 Tonnes et donc 1715 tonnes de moins qu'en 2010, et ce, sans compter que les gros soucis rencontrés fin de l'hiver 2010 ont entraîné un report en 2011.

Ces chiffres donnent une moyenne de 54,81 KG/habitant pour la fraction organique avec un coût supplémentaire d'en moyenne 1,49 EUR/habitant et une moyenne de 61 KG/habitant pour la fraction résiduelle avec un coût supplémentaire d'en moyenne 0,09 EUR/habitant

Il faut compter, pour chaque ménage ayant un conteneur, 9 levées en moyenne du conteneur vert et 13 levées en moyenne du conteneur gris, alors que le conteneur vert devrait en principe être sorti plus souvent.

01/09/2012

Le Conseil communal du 22 décembre 2011 en bref

maison cale.jpg

- Les travaux de rénovation de la Place Jean Jaurès devant prendre fin dans le courant de l’automne 2012, le Conseil communal a arrêté le plan d’implantation définitif du marché de Herstal centre applicable au 1er janvier 2013.  Ce plan d’implantation comprend la Place Jean Jaurès, la rue et la Place Laixheau et la rue Thier des Monts, uniquement sur l’accotement et le trottoir publics côté impair depuis la Place Laixheau jusqu’au prolongement de la mitoyenneté des immeubles sis n°12 et 14 rue Thier des Monts, sur le parking de l’ancien Aldi.  Le Collège communal définira le plan d’emprise du marché conformément à ce plan d’implantation sur base d’une proposition faite par les Etablissements Charve tenant compte de la répartition alimentaire/non alimentaire.

 

-  Le Conseil a également fait le point quant à la présence d’amiante sur le chantier de démolition de La Ruche.  Cette amiante, qu’il était impossible de déceler avant les travaux de démolition, va engendrer des travaux supplémentaires, et donc un retard sur l’avancement du chantier mais aussi des surcoûts importants.  La Ville va en effet devoir respecter les obligations légales en matière de désamiantage. 

13/08/2012

Question orale de J. Maus relative à différents problèmes rencontrés par les habitants de la rue Malgagnée à Herstal

Question

 

Les habitants de la rue Malgagnée à Herstal se plaignent d’un trafic inadapté et d’une vitesse de circulation excessive dans leur rue depuis la fermeture du passage à niveau proche de la Place J. Brel

 

Il semble que le comité de participation Croix Jurlet vous ait informés de ce problème.

 

Quelles mesures envisagez-vous de prendre pour remédier à cette situation ?

 

En effet, il semblerait que le nombre d’accidents y soit en augmentation. 

 

Ces habitants se plaignent également de la dangerosité bien connue du carrefour avenue d’Ales/Thier des Monts.  Quand peut-on espérer la création du rond-point attendu de longue date à cet endroit ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre  reconnait l’existence d’inconvénients  liés aux travaux sur les passages à niveau.  Toutefois, il faut garder à l’esprit que la création du viaduc devrait permettre d’améliorer la liaison entre Vottem et Herstal et fluidifier le trafic.  La fête de la Charlemagn’rie approchant, le Collège a la volonté de faire avancer les choses au plus vite.

 

Il est vrai que, meme en dehors de cette période de travaux, la rue pose problème depuis des années, au vu de la vitesse à laquelle passent les voitures et de l’absence de trottoir.  Cela a été dit lors de la rencontre du Collège avec le comité de participation.  La mobilité dans ce quartier, et dans la rue Malgagnée, doit être repensée.  Une reflexion doit être menée à cet égard, par rapport notamment au recours éventuel à l’une ou l’autre expropriation et à l’utilisation de coussins berlinois. 

 

Le carrefour de la crèche est inscrit dans le plan triennal.  Le Bourgmestre espère avoir les financements lies à celui-ci et pouvoir bientôt rédiger les cahiers de charges et lancer les marchés. En effet, ce poste avait déjà été rejeté du plan triennal par le passé.

19/07/2011

Question orale de J. Maus relative aux difficultés rencontrées par les commerçants et les riverains suite au déplacement du marché de Herstal

marché.jpg

Question

 

Le déplacement du marché hebdomadaire de Herstal en raison du démarrage des travaux de réaménagement du centre urbain semble susciter de nombreuses critiques, tant auprès des ambulants concernés que des riverains.

 

Pouvez-vous confirmer que la redistribution des places a été plus favorable pour certains « volants » que pour certains « abonnés » ?

 

Qu’en est-il des conditions de sécurité et du passage des véhicules de secours ?

 

Qu’en est-il de la répartition des indépendants selon leur secteur d’activité ? Est-il exact que des ambulants vendant des marchandises similaires sont placés côte à côte ?

 

L’Echevin a-t-il pu apporter une solution aux problèmes dénoncés par les commerçants ?

 

Réponse

 

L’Echevin du commerce André NAMOTTE (Eph/Cdh) a répondu à la question dans le cadre d’un premier bilan sur le déplacement du marché.

 

Comme voté par le Conseil (le MR avait voté contre), celui-ci a été déplacé le 12 août 2010 vers les rues Thier des Monts et Nozé.

 

Le 19 août, quelques améliorations ont été apportées suite aux critiques formulées par les marchands et les riverains : des plans ont été affichés aux entrées du marché et la disposition des échoppes au niveau de la rue Nozé a été quelque peu aérée (elles étaient collées contre les habitations).

 

Le 26 août (mieux vaut tard que jamais), un test grandeur nature a été effectué afin de s’assurer du passage sans encombre des véhicules de secours en cas de problème.  La situation dans le fond de la rue Nozé s’est avérée problématique.  Aussi, une proposition de déplacement sera soumise au Conseil communal de fin septembre 2010 afin d’abandonner la fin de la rue Nozé.

 

Suite aux articles parus dans la presse et aux plaintes des commerçants, l’Echevin a fait savoir que le placement des ambulants relève du concessionnaire (les entreprises CHARVE).  Le marché de Herstal comporte 120 abonnés qui ont une place fixe.  Les « volants » (ambulants occupant des emplacements attribués au jour le jour), qui représentent 5% minimum de la totalité des emplacements, sont ensuite, en principe, placés par ordre d’arrivée et en fonction de leur spécialisation. 

 

Est-il dès lors exact que la redistribution des places s’est avérée plus favorable pour certains « volants » que pour certains abonnés ? De même, quid de la répartition commerciale des marchands ?

 

En réponse à ces éléments de ma question orale, l’Echevin NAMOTTE se retranche confortablement derrière le placeur.  Selon lui, ces problèmes dépendent des établissements CHARVE et il appartient aux commerçants concernés de porter plainte en cas de problème.  La Ville n’a, selon lui, pas à intervenir.

 

Mais alors, quelle est l’intérêt des obligations imposées par la Ville dans le cadre de la Convention de concession de la gestion du marché public de Herstal centre et dans le règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l’organisation des activités ambulantes sur les marchés publics si le respect de celles-ci ne fait l’objet d’aucun contrôle par la ville ?

 

L’Echevin Namotte ne répond pas à cette question.

 

Il est fort surprenant de voir l’Echevin se décharger ainsi de toute responsabilité et de toute intervention dans les problèmes d’attribution d’emplacements aux ambulants  En effet, tant le règlement communal que la convention passée avec les établissements CHARVE prévoient des dispositions à cet égard.  Il appartient également à la Ville de les faire respecter :

 

1)      dans le règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l’organisation des activités ambulantes sur les marchés publics

6. Attribution des emplacements au jour le jour

Les emplacements attribués au jour le jour le sont, s’il y a lieu en fonction de leur spécialisation, par ordre chronologique d’arrivée sur le marché.

7.  Attribution des emplacements par abonnements

7.4. Registre des candidatures et plan des emplacements

« En vue de l’attribution des emplacements par abonnement, le Concessionnaire tient un registre et un plan des emplacements conformément à l’article 34 de l’AR du 24 septembre 2006 relatif à l’exercice et à l’organisation des activités ambulantes

(…)

L’affectation des places, en respectant la chronologie, tiendra compte de la répartition des différents commerces »

 

2)      dans la convention de concession de la gestion du marché public de herstal centre, on trouve :

Article 1 – objet :

« La ville de Herstal concède au soumissionnaire désigné, qui l’accepte, la gestion de son marché public et en particulier le mandate pour accomplir les tâches suivantes :

-          placement des ambulants sur base des textes en vigueur, de l’égalité des usagers et d’une bonne répartition commerciale

-          (…)

-          Contrôle des modalités réglementaires relevant de son ressort »

Article 16 – déchéance :

« S’il s’avère que le concessionnaire manque gravement aux obligations de la présente convention, tant celles envers la Ville que celles envers les bénéficiaires du service qu’il doit assurer, le Collège communal enverra une lettre recommandée avec accusé de réception le mettant en demeure de se conformer dorénavant à ses obligations

En cas de violation renouvelée des obligations, le collège communal pourra prononcer la déchéance de la concession »

 

Lire l'article du journal La Meuse