03/01/2014

Le Conseil communal du 26 avril 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le Conseil a voté un projet de marché relatif à des aménagements de sécurité rue Célestin Demblon (face au n°90 et 54), rue Joseph Germay (école Nozé), rue du Bouxthay (école d'enseignement spécialisé), et au carrefour des rues du Tilleul, de la Halette, de Fexhe et de Liers. Les travaux consistent principalement en la reconstruction et l'élargissement des trottoirs, la réfection de la voirie et la réalisation de passages pour piétons. Rue Visé Voie face aux n°454 et 351, les travaux consiste en la réalisation d'îlots avec rétrecissement de la voirie à une bande de circulation, la pose d'un coussin berlinois, la pose d'une signalisation afin de donner une priorité de passage pour la traversée de l'aménagement et la réfection de la voirie.

 

- Le Conseil a également voté un projet de marché relatif à la construction de trottoirs dans diverses rues sur le territoire de la Ville de Herstal.

 

- Le Conseil a voté la modification du règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l'organisation d'activités ambulantes sur les marchés publics. Le marché retrouve sa place définitive (Place Jean Jaurès, rue Laixheau, Place Laixheau, rue Thier des monts) et le périmètre définitif est ainsi inclus dans le règlement.

 

- Interrogé sur la réalisation d'une nouvelle étude sur le développement commercial, le Bourgmestre a précisé que celle-ci serait menée par les mêmes spécialistes qu'en 2006 (le SEGEFA) mais serait cette fois plus ciblée sur l'hypercentre. D'une part, l'objectif est de voir s'il est opportun d'intégrer, via le cahier des charges, une dimension commerciale dans la promotion immobilière privée derrière NHV. Le Bourgmestre pense qu'il serait préférable de ne pas le faire et de se concentrer sur la place mais il souhaite l'avis de spécialistes sur la question. D'autre part, il souhaite également leur avis sur la manière de redynamiser le commerce qui, il le reconnaît, a subi un certain déclin avant et pendant les travaux, quelles enseignes aller chercher pour en attirer d'autres, etc.

 

- Lors du conseil communal du 6 octobre 2011, une convention-cadre relative à l’octroi d’une avance de trésorerie à l’ASBL Basse-Meuse Développement a été soumise au vote du Conseil. Le MR a voté contre. Il avait été dit aux conseillers que ce prêt à court terme avait pour but d'assurer la mise en oeuvre de projets pour lesquels des subsides européens tardaient à être versés, et que la date de remboursement de ladite avance, à l'aide desdits subsides, serait déterminée lors d'une réunion ultérieure entre les représentants de la Ville et les responsables de l'ASBL. 6 mois plus tard, la question s'est posée de savoir si cette réunion avait eu lieu et si ce n'était déjà fait, à quelle date l'avance de trésorie serait remboursée à la Ville ?

L'Echevin confirme que l'avance de 100.000 EUR devait être remboursée pour le 24 avril 2012 au plus tard et à une date antérieure si l'ASBL obtenait les subsides attendus. A ce jour, les subsides n'ont pas encore été versés et la somme n'a donc pas été remboursée. En effet, les délais de versement sont longs même si l'octroi des subsides a été validé. Une réunion avec les 2 communes ayant octroyé des avances aura lieu afin de prévoir une prolongation. Selon l'Echevin, le besoin de préfinancement demeure tant que les projets ne sont pas terminés, et comme le craignait le MR, l'avance n'est donc pas ponctuelle, contrairement à ce qui avait été annoncé. L'Echevin conteste toutefois ce point de vue : pour lui, l'avance reste ponctuelle puisque la Ville en a réclamé le remboursement, mais elle est renouvelable.

 

02/12/2010

Question orale de J. Maus relative au cadastre des voiries

routes.jpgQuestion

 

Un budget de 20.000 EUR était inscrit au budget extraordinaire de 2009 (421/742-53/20090022) pour le cadastre des voiries.  Ce budget ne figure plus au budget 2010. 

 

Ce logiciel a-t-il été créé ou acheté ? Est-il opérationnel à l’heure actuelle ?

 

Le cas échéant, pouvez-vous nous en expliquer le fonctionnement ainsi que les renseignements fournis par ce logiciel ? Notamment, celui-ci permet-il de déterminer un ordre de priorité dans la réfection des voiries ?  Donne-t-il un échéancier des travaux à effectuer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par souligner qu’un cadastre des voiries est indispensable à une bonne gestion en la matière.  Il s’agit d’objectiver les besoins, les priorités et la planification des réalisations.  La rénovation des voiries coûte beaucoup d’argent et il faut affecter au mieux les fonds disponibles ainsi que les subsides obtenus dans le cadre des plans triennaux et du droit de tirage.  Cela ne veut toutefois pas dire que la Ville fait n’importe quoi depuis des années : il y a une connaissance relativement précise des besoins de terrain et c’est sur cette base que les choix sont réalisés.

 

Le crédit budgétaire de 2009 n’apparaît plus en 2010 car il est globalisé dans un article « informatisation, travaux et études ».

 

Des démarches ont déjà été accomplies et il faut les poursuivre.  Le GIE Qualicité, auquel la Ville a adhéré, a pour utilité de développer des programmes informatiques pour ses membres, notamment dans le domaine des travaux.  Dans ce cadre, la Ville a déjà acquis l’application Gestravaux, permettant l’amélioration de la gestion des travaux.   Toutefois, ce logiciel, qui n’est pas spécifique aux voiries, n’est pas suffisant.  Il faut un outil en temps réel, mis à jour.

 

A cette fin, une rencontre a eu lieu avec un partenaire privé potentiel qui peut nous offrir un produit intéressant et multicritères (utilisation de la voirie, passage des TEC ou non, etc), au-delà de l’aspect purement technique.  Il faut toutefois tenir compte, d’une part, de la dimension financière, et d’autre part, des ressources humaines nécessaires à l’implémentation des données indispensables au fonctionnement de l’outil.  L’audit organisationnel des services communaux permettra de déterminer quels services seront chargés de l’élaboration, de la gestion, de la maintenance de l’outil entre le service d’exécution (présent sur le terrain) et le service d’études (qui bénéficie d’un certain recul).

 

Cela signifie-t-il que nous avons acquis un logiciel inutile, puisqu’il va falloir en acheter un autre ? 

 

D’après le Bourgmestre, non car les deux applications sont compatibles et complémentaires.  La première application a son utilité mais n’est pas suffisante à elle seule et devra donc être complétée par la deuxième pour créer un véritable cadastre des voiries.