03/04/2012

Question orale de J. Maus relative au nouveau système de collecte des déchets

conteneurs.jpg

Question

 

Est-il exact qu’une « tolérance » est actuellement d’application en ce qui concerne le tri des déchets organiques et non-organiques ?

 

Si oui, quelles conséquences cela a-t-il sur le recyclage des déchets ?  L’absence de tri de certaines personnes a-t-elle pour conséquence de réduire à néants les efforts fournis par la majorité des citoyens ?

 

Quand cette tolérance prendra-t-elle fin ? Quelles seront alors les conséquences pour les personnes qui trient mal leurs déchets (absence de vidange du conteneur ? Sanction ?) ?

 

Par ailleurs, de nombreux citoyens se plaignent de devoir systématiquement nettoyer à grande eau leur conteneur vert après ramassage en raison des odeurs.  Ne pourrait-on envisager que ce nettoyage se fasse par Intradel ? Cela engendre en effet une plus grande consommation d’eau au sein des ménages (ce qui réduit un peu le bénéfice écologique du tri) et un coût supplémentaire sur leur facture d’eau.

 

 

Réponse

 

Un “surveillant” pour les collectes opère sur le territoire de la ville.  Quand il aperçoit un conteneur mal trié, il y appose une main rouge et tente de joindre le propriétaire pour lui expliquer où se situe le problème.  A ce stade, il n’y a donc pas de volonté de sanction et le conteneur sera quand même collecté.  En revanche, quand le tri n’est manifestement pas fait et ce, de manière répétitive, une main noire est apposée sur celui-ci et il n’est pas collecté.  Le citoyen doit alors le trier et le présenter à la prochaine collecte.  Si le conteneur est laissé sur le trottoir, le contrevenant s’expose à des sanctions administratives.  Selon l’Echevin, il s’agit donc plutôt d’une politique d’explication que d’une politique de tolérance.

 

En ce qui concerne la propreté des conteneurs, l’Echevin conseil l’utilisation de sacs biodégradables et de sacs à pain pour éviter la prolifération de mouches et les odeurs dans le conteneur vert.  Il n’est pas à l’ordre du jour de faire effectuer un lavage des conteneurs par Intradel.

24/05/2009

Faut-il imposer le conteneur vert ?

conteneur

Article du journal La Meuse édition basse-meuse du 23/05/2009

Sur Herstal, voir aussi le conseil communal d’octobre 2008

 

Eté 2009 : les craintes se confirment : 

- Article de la DH du 31/07/2009 : « Une puanteur sans nom ! »

- Article de la DH du 18/08/2009 : « Seraing : où les ranger ? »

05/05/2009

Le Conseil communal du 26 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le projet de délocaliser le stade du Standard à Coronmeuse est revenu sur la table du Conseil, mais sans que l’on en apprenne beaucoup plus à ce sujet.  Le Bourgmestre a répété que la SPI+ avait été chargée de réaliser une étude à ce sujet, et qu’il ressortait de celle-ci que le site de Coronmeuse pourrait convenir.  Une autre phase de l’étude, plus précise, devrait être commandée par le Standard à la SPI+ mais ça n’a pas encore été le cas.  Frédéric DAERDEN a dit rejoindre les préoccupations des conseillers quant aux nuisances que l’arrivée du stade à cet endroit du territoire de la Ville de Liège pourrait engendrer.  Dans un courrier qu’il lui a adressé en décembre, il a d’ailleurs déjà sensibilisé Willy DEMEYER quant aux aspects qui l’inquiètent plus particulièrement  à savoir l’aspect urbanistique (gabarit, lieu d’implantation, comptabilité avec constructions adjacentes), la mobilité (déplacements et stationnement, risque d’engorgement de la voirie située sur notre territoire), la sécurité et le maintien de l’ordre public. Il a ainsi demandé au bourgmestre de Liège que ces différents aspects soient intégrés dans la réflexion.  La ville de Liège a répondu à ce courrier en janvier en précisant que ces aspects seraient pris en compte quelque soit le site retenu et que si le site de Coronmeuse était sélectionné, la commune de Herstal serait associée à la réflexion.  Frédéric DAERDEN a toutefois rappelé que le site d’implantation relève de l’autonomie du standard et de la ville de liège, et que par conséquent le pouvoir de Herstal en la matière est limité. Depuis cet échange de courrier, il n’y a plus eu de nouvelles officielles.  Le coût pour Herstal si le stade était implanté à Coronmeuse (frais de police, stationnement, organisation de la circulation, nuisances sonores et autres) est impossible à évaluer à l’heure actuelle, le dossier comportant trop d’inconnues.  Quant à l’argument de l’espace vert actuellement utilisé par les habitants de Herstal à cet endroit et qui serait perdu, le Bourgmestre promet une réflexion sur les abords en cas de certitude sur l’implantation du stade.

 

- Le Conseil communal a voté l’achat de poubelles et cendriers publics destinés à la collecte des petits déchets dans le domaine public.  Des poubelles plus grosses seront installées aux endroits stratégiques afin de limiter le nombre de vidanges.  L’Echevin a en revanche rejeté la proposition d’achat de poubelles permettant un tri sélectif – pourtant moins chères – au motif qu’il faut également réfléchir à la problématique de la collecte.

 

- En novembre 2007, un projet d’envergure était annoncé dans le cadre de la réhabilitation de l’ancien site des Forges de Zeeburges avec la création de 54 Lofts de standing.  Depuis ces grands effets d’annonce, le projet semble retombé dans l’oubli, alors que contrairement par exemple au dossier de l’Esplanade de la paix, où le Bourgmestre veut confiner des centaines de personnes sur un espace déjà fort peuplé, le site de FZ est depuis longtemps vide et ne demande qu’à être réaffecté, sans risque de surpeuplement.  La crainte était donc que ce beau projet soit tombé à l’eau mais d’après l’Echevin, il n’en est rien.  Le permis unique a été délivré par le collège en novembre 2008 et le chantier devrait débuter en août 2009.  Il reste à espérer que les appartements trouvent acquéreur malgré leur prix fort élevé pour une commune sinistrée comme la notre.

 

- A Herstal, le coût des funérailles pour les indigents est assumé par la commune, la collectivité.  Tout en reconnaissant que donc Herstal n’a pas la pire des politiques en la matière en comparaison avec d’autres commune, la demande visait à ce que l’on aille encore un pas plus loin en identifiant les tombes ou urnes des indigents par une plaque en résine gravée de quelques centimètres reprenant le nom, prénom et éventuellement la date de décès du défunt (il n’est donc pas question d’apposer des signes religieux).  Cela ne devrait pas représenter un coût trop important pour la collectivité ni grever le budget de la commune tout en marquant un certain respect pour ces personnes démunies et en permettant à leurs éventuels proches de pouvoir se recueillir.  Cela correspondrait aussi aux recommandations de la Région wallonne qui stipulent que la tombe est la norme et non l’exception.  S’en est suivi un dialogue de sourds avec l’Echevine THOMSIN, qui s’est obstinée à rappeler que la politique de la commune n’est pas mauvaise envers les indigents, ce que nul n’a pourtant contesté.  L’Echevine s’est finalement retranchée derrière le fait que la commune doit respecter un principe d’égalité devant les funérailles et qu’il ne serait pas opportun de distinguer les indigents des autres au moyen d’une plaque, ce qui n’a convaincu personne.  Comme quoi le parti socialiste n’a pas le monopole du social et comme l’a dit la Conseillère Bernadette Vandenbergh : « les morts ne vous intéressent pas, ils ne votent pas ! »

08/02/2009

Conseil communal du 27 novembre 2008 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Question orale relative au tracé du futur tram liégeois sur la commune de Herstal

2. Question orale relative au placement de poubelles publiques supplémentaires depuis l’Ecole technique et au-delà du rond-point de la rue Clawenne

3. Question orale relative au paiement de la redevance de « l’Ecailler »

07/12/2008

Question orale de J. Maus relative à la propreté à Herstal

poubelles

Question

 

Herstal est sale.  Le constat n’est pas neuf, loin de là.  Et la situation ne s’est pas améliorée avec la nouvelle majorité.  J’en veux pour preuve « le palmarès du bien-vivre en Belgique francophone » édité par le Vif l’Express. : en juin 2005, Herstal emportait la 265e place au classement général des 281 communes de Wallonie et de Bruxelles.  Elle était 258e en ce qui concerne l’environnement (en ce compris la propreté).  Dans la dernière édition de ce palmarès, datant de mai 2008, Herstal se place en 270e position au classement général et occupe une fort peu enviable 279e place en ce qui concerne l’environnement.  Loin de s’améliorer, Herstal continue donc son déclin.

 

Assez récemment, un blog « herstalpropre » a même été créé, dénonçant, photos à l’appui et sur un ton plutôt décalé,  le manque de propreté de notre commune et l’inaction des autorités. 

 

J’ajouterai également que, le 31 août dernier (braderie en l’honneur de l’association des commerçants), j’ai eu l’occasion de constater lors de l’inauguration que les poubelles n’avaient pas été vidées, et débordaient déjà alors qu’on était seulement en début de journée.  Les herstaliens qui souhaitaient jeter leur détritus à la place qui leur revient étaient donc plutôt embarrassés.  Comment également apprendre aux enfants la propreté dans ces conditions ?

 

Le groupe MR est déjà intervenu à plusieurs reprises sur des questions de propreté.  Inlassablement, l’Echevin s’est retranché derrière l’article 5 du Règlement du 7 septembre 1981 relatif au nettoyage de la  voirie et à la propreté de la voie publique qui stipule que « tout riverain est tenu de nettoyer ou de faire nettoyer la rigole et le trottoir, l’accotement ou le talus qui se trouvent devant sa demeure ou sa propriété afin d’assurer la propreté, la salubrité et la sûreté de la voie publique »

 

Mais cela ne suffit pas, manifestement.  Le citoyen en a assez et attend une réaction de votre part.

 

Alors maintenant, je souhaiterais savoir : quelles mesures concrètes comptez-vous prendre pour lutter contre la malpropreté à Herstal et offrir un meilleur cadre de vie à vos administrés?

 

Par ailleurs, vous aviez, contrairement à l’ancienne majorité, laissé une porte ouverte quant à l’adoption du système des sanctions administratives communales.  Depuis l’adoption de la déclaration de politique communale , je vous ai donc interrogés à plusieurs reprises à ce sujet (voir ici et iciet, chaque fois, vous m’avez répondu que le collège menait une réflexion à ce sujet.  Avez-vous enfin adopté une position ferme et définitive ?

 

Réponse

 

L’Echevin commence par rappeler les derniers investissements communaux en matière de propreté : achat d’une nouvelle balayeuse, de gloutons…

 

En mai 2008, des auxiliaires du service des travaux sont venus en renfort, mais il faudra procéder à de nouveaux recrutements début 2009 pour renforcer encore les équipes existantes.

 

L’Echevin regrette aussi que l’incivisme soit en augmentation et que plus les services communaux ramassent, plus il y a à ramasser. 

 

Enfin, le collège s’est prononcé favorablement à l’adoption des sanctions administratives communales.  Reste à en attendre la concrétisation…

22/07/2007

Le Conseil communal du 26 avril 2007 en bref

- Suite à la question orale d’une conseillère relative au comportement agressif de certains animaux à Herstal, le Bourgmestre a rappelé l’existence du règlement communal du 28/09/1995 relatif à la divagation des chiens et autres animaux.  Selon le Chef de zone, la protection offerte par ce règlement est suffisante.  Le Bourgmestre va toutefois attirer de nouveau l’attention de la Police sur ce problème et rédiger un billet du Bourgmestre rappelant aux citoyens leurs obligations en la matière

 

- le Collège a présenté une communication relative à la politique énergétique de la Commune 

 

- le conseil a marqué son accord sur un projet de marché visant à l’achat de 35 poubelles métalliques destinées à la collecte des petits déchets dans le domaine public.  Globalement, ces poubelles viendront remplacer les anciennes, donc il n’y en aura pas davantage…

 

- il a également été question du centre culturel d’Herstal.  L’Echevin vise d’abord la création de l’institution avant la création du local.  Le but de la première réunion qui a eu lieu sur le sujet était d’informer les associations intéressées.  Beaucoup étaient présentes.  L’organisation sera pluraliste (clé d’hondt).  L’objectif est que l’institution fonctionne dès 2008, d’abord sans reconnaissance par la Communauté française, puis la reconnaissance sera demandée en 2009.