13/12/2013

Question orale de J. Maus relative à la création d’un rond-point au carrefour des rues du Plope, Bonnier du chêne et Gaillard-Cheval à Vottem

 

Question

 

Serait-il envisageable de créer un rond-point au carrefour entre les rues du Plope, Gaillard-Cheval, et Bonnier du Chêne ?

 

En effet, ce carrefour, qui est un point d’accès important vers Vottem en provenance de Liège et de l’autoroute, est actuellement dangereux

 

Les automobilistes s’y engouffrent relativement vite, spécialement en venant du haut de la rue du Plope, et souvent sans grand égard pour les règles de priorité. 

 

Aucun marquage routier ne permet à l’automobiliste de savoir où prendre son virage, ni aux piétons de savoir où traverser en toute sécurité. 

 

La place disponible à cet endroit permettrait sans nul doute de créer un rond-point afin de résoudre les différents conflits de priorité et de ralentir la vitesse des automobilistes ainsi que de tracer plusieurs passages pour piétons.

 

Réponse

 

Ce carrefour est compliqué et situé très largement sur le territoire de la Ville de Liège.

 

Il est au centre de 5 voiries et est peu lisible par les automobilistes, avec une différence de niveau entre Liège et Vottem.

 

Selon la police, le dessin des rues ne se prête pas à la réalisation d'un rond pont sans redessiner une des rues au moins.

 

Une étude approfondie est nécessaire pour aménager le carrefour, avec des répercussions sur les conduites des impétrants et l'égouttage.

 

Le thème a déjà été abordé avec la Ville de Liège, avec laquelle une concertation devra avoir lieu en termes d'étude, de financement et de capacité de puiser dans le plan triennal.

 

La question sera réabordée lors de la prochaine réunion de concertation avec la Ville de Liège mais quand à la question de savoir quand cette réunion aura lieu, le Bourgmestre n'apporte pas de réponse.

05/07/2011

Question orale de J. Maus relative à l’écoulement des eaux par temps de pluie rue du Vinâve à Liers

Question

 

La rue du Vinâve à Liers connaît un important problème d’écoulement d’eaux, particulièrement à hauteur de la chapelle, qui viendrait du manque d’entretien d’un fossé à ciel ouvert situé à hauteur de la voie de Mélen et sensé servir à leur évacuation. 

 

Lors des orages du 14 juillet, le problème s’est posé très manifestement, la rue se transformant en rivière.  En effet, deux arbres (apparemment situés sur un terrain communal) sont tombés dans le fossé à ciel ouvert, faisant ainsi barrage à l’écoulement déjà caduc de la rue du Vinâve.

 

Par temps chaud, les odeurs sont particulièrement nauséabondes.  

 

Le problème aurait déjà été signalé à diverses reprises aux échevins concernés, sans réaction.

 

Qui a la responsabilité de l'entretien des filets d'eau et du fossé ? Quelle solution les services communaux peuvent-ils offrir aux riverains pour remédier à cette situation et pour éviter les éventuels dégâts pouvant être occasionnés aux habitations ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord reconnu l’existence d’un problème d’écoulement des eaux rue du Vinâve.

 

Cette rue, dépourvue d’égouts, recueille les eaux de ruissellement de plusieurs autres rues, ce qui explique l’afflux d’eau dans cette voirie lors de fortes pluies. 

 

Le 13 septembre 2010 marquera le début des travaux d’égouttage (liés au plan triennal) des rues Cyclistes frontières, Chèvre-voie et du Vinâve (partie supérieure).  Cela permettra de réduire la quantité d’eau amenée dans la rigole située dans le bas de la rue du Vinâve.

 

Par ailleurs, l’entretien du fossé (qui appartient à la Société Régionale du Logement de Herstal) est réalisé au bout d’un temps par les services communaux.  Il a été effectué peu avant le Conseil, ce qui a permis de résoudre le problème lié aux orages du 14 juillet (Quel heureux hasard !)

 

Le problème ne pourra être entièrement résolu qu’avec l’égouttage total de la rue du Vinâve.  Une série de voiries situées sur le territoire de Liers ont été retenues par la Ville pour figurer dans le plan triennal précédent.  Un nombre important de celles-ci a toutefois été rejeté par la Région.  Le plan triennal adopté tout récemment par le Conseil reprend à nouveau une série de voiries situées sur Liers.  Le Bourgmestre a eu l’occasion d’insister sur l’importance de retenir ces voiries au cours d’une récente réunion avec des représentants de la Région Walonne.

 

L’égouttage du bas de la rue du Vinâve n’étant, quoiqu’il en soit, pas pour demain, le MR a demandé que, lorsque les riverains constatent un problème dans leur rue et le signalent aux autorités communales, l’entretien du fossé soit effectué dans les meilleurs délais, même si celui-ci appartient à la SRL.  Ce n’est tout de même pas comme si le fossé appartenait à une société privée…

 

Lire l'article du journal La Meuse 

23/12/2010

Le Conseil communal du 24 juin 2010 en bref

Maison cale.jpg

- La question de l’installation des forains rue Pied du Bois Gilles est revenue sur la table du Conseil.  Nous avons ainsi appris que le loyer envisagé serait 10 fois plus cher que le loyer actuel et qu’une clause du contrat interdirait la transmission de l’autorisation d’occupation aux générations futures.  Une conciliation au sujet du montant du loyer est envisagée dans le courant du mois de juillet devant la justice de paix de Herstal.  Les personnes qui, parmi les forains relogés, rencontreront des difficultés financières devront faire appel au CPAS.

Par ailleurs, selon le Bourgmestre, la Ville ne pourrait pas obtenir de subsides de la Région wallonne pour l’aménagement du terrain situé rue Pied du Bois Gilles au titre d’aménagement d’un terrain familial.  En effet, ces subsides sont réservés à la création de terrains d’accueil pour les gens du voyage.  Or ici, il s’agit d’indépendants ayant atteint l’âge de la pension et non de gitans.  Ces gens sont sédentaires, puisqu’ils occupent le terrain de la rue de l’Abattoir depuis 24 années.

 

- Le Conseil a voté l’adoption du plan triennal 2010-2011-2012, qui sera essentiellement consacré à l’égouttage.  L’estimation globale de l’enveloppe pour ces trois années s’élève à environ 8 millions d’euros. Après celui-ci, il restera environ 2,5% des rues à égoutter.

 

- Le MR a voté contre les modifications apportées au budget 2010.  En effet, on ne compte plus les montants crédités pour des consultances diverses.  La dernière en date : un audit concernant les polices d’assurances prises par la Ville.  Un consultant aurait en effet fait valoir que cela permettrait une réduction du budget communal consacré au volet « assurances ».  L’Echevin a toutefois garanti que ce n’est pas forcément ce même consultant qui emporterait in fine le marché !  Par ailleurs, la dotation au CPAS a fait l’objet d’une diminution drastique, justifiée par l’Echevin comme étant une différence de calcul entre le CPAS et la Ville…Inquiétant !

 

- A la demande du MR, le passage pour piétons situé en haut de la rue des Mineurs a été retracé.

 

- L’Echevin de l’environnement a communiqué les résultats de l’étude menée par la Spaque sur le site de l’ancienne décharge de Vottem.  Une campagne de forage et d’échantillonnage a été faite.  Le rapport est celui-ci : une couche géologique a protégé les eaux souterraines d’une éventuelle contamination.  Trois échantillons ont été pris dans le ruisseau et n’ont rien révélé d’anormal.  La profondeur de déchets descend jusqu’à 11 mètres sous le sol. 

18/11/2010

Le Conseil communal du 1er avril 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Le MR s’est abstenu de voter le rapport financier et le rapport d’activités 2009 de même que le budget 2010 relatifs au Plan de Cohésion sociale.  En effet, tout cela semble fort abstrait et un peu creux.  Le Bourgmestre s’est pour sa part dit satisfait car il s’agit d’une mise en route.  Les projets ne sont donc pas parfaits et devront être évalués quant à leur mise en œuvre.  Il a également invité les différents groupes politiques à envoyer leurs suggestions et idées au Collège.

 

- Des informations ont été communiquées en ce qui concerne la toute nouvelle procédure de droit de tirage en matière d’entretien de voiries communales, mise en place par la Région Wallonne.  En complément du plan triennal (notamment affecté à la réfection des voiries), une enveloppe spécifique à chaque commune, dédicacée à l’entretien des voiries communales, sera déterminée pour une période de 3 ans.  Chaque commune choisira les travaux à faire ainsi que la part communale qui y sera consacrée et disposera ainsi d’un droit de tirage dans son enveloppe.  L’enveloppe attribuée à chaque commune est fonction de 3 critères objectifs : le kilométrage de voiries communales (à hauteur de 50 %), le nombre d’habitants par commune (à hauteur de 50 %), ces deux critères étant pondérés par le revenu moyen par habitant.  Le montant de la subvention est lui calculé en fonction de l’état de dégradation de la voirie (ou du tronçon de voirie) : les voiries ou tronçons de voiries en très mauvais état (qui nécessitent une réfection totale, du coffre et du revêtement) pour lesquelles le montant maximal de la  subvention s’élèvera à 30€/m2, les voiries ou tronçons de voiries en mauvais état (qui nécessitent un raclage éventuel et la pose d’un nouveau revêtement) pour lesquelles le montant maximal de la subvention s’élèvera à 10€/m2, et les voiries ou tronçons de voiries dans un état peu dégradé (qui nécessitent un seul traitement de surface) pour lesquelles le montant maximal de la subvention s’élèvera à 2€/m2.  Les travaux ne seront donc pas subsidiés à 100%

Herstal devrait sur cette base obtenir pour trois ans une enveloppe d’un montant avoisinant les 675.000 EUR.  Plusieurs réunions ont déjà eu lieu en interne pour déterminer la méthodologie à adopter ainsi que le choix des voiries.  Ce choix n’est pas encore définitivement arrêté et ne peut donc pas encore être communiqué au Conseil.

 

- Le Collège a demandé au Conseil de voter l’adhésion au projet de rationalisation des collectes d’Intradel.  Pour rappel, en octobre 2008, Herstal avait choisi d’attendre avant d’entrer dans le système, qui prévoit le recours aux conteneurs en lieu et place du sac poubelle payant, et l’introduction d’un nouveau tri pour les déchets organiques.  La réflexion sur cette question sensible a été étendue à l’ensemble des groupes représentés au conseil, à travers un groupe de travail pluraliste dont les travaux ont été nourris et constructifs.

Le MR s’est abstenu sur ce vote.  En effet, le Mouvement Réformateur ne marque pas d’opposition sur le principe de la rationalisation des collectes et se montre favorable au tri sélectif et à une meilleure prise en compte de l’environnement et du principe pollueur-payeur.  Mais trop d’inconnues demeurent à l’heure actuelle dans la présentation qu’en fait le Collège : quid des immeubles à appartements ? Lorsque l’on vit par exemple en studio, devoir trier les organiques, les PMC, les cartons, les verres et les déchets résiduels implique de transformer une pièce de vie en parc à conteneurs ! Quid aussi de l’aspect financier ? Nous n’avons pas de données budgétaires. Si par exemple, il est nécessaire de recourir à un système de conteneurs collectifs enterrés à certains endroits, qui va payer ?  Intradel ou la Ville ?  Quels sont les endroits où ce système de collecte ne pourrait être envisagé et qui donc resteront dans le système des sacs poubelles payants ?  Quelles seront les mesures sociales prévues  (personnes à faibles revenus, gardiennes ONE, familles avec enfant en bas-âges et personnes âgées utilisant des langes) ? Des pistes ont été fournies lors des réunions du groupe de travail mais la proposition soumise au vote du Conseil ne mentionne aucune garantie par rapport à celles-ci.  Le MR s’abstient donc dans l’attente de connaître les modalités concrètes de l’opération et les conditions financières de celle-ci.

Lire l'article de la DH à ce sujet

 

- La question du retour éventuel au vote papier lors des différents scrutins, en lieu et place du vote électronique, a été posée.  En effet, le 18 mars 2010, la Ville a été interrogée afin de voir si elle souhaitait continuer ou pas à utiliser le vote électronique.  Une première réponse affirmative de la part de la Ville permettra de tester la fiabilité du matériel.  Une fois le rapport à ce sujet obtenu, la Ville se positionnera de manière définitive.  Ce rapport permettra en effet de voir s’il y aura des réparations ou remplacements à effectuer.  Les investissements déjà consentis en la matière valent la peine qu’on se positionne une première fois favorablement pour connaître l’état du matériel. 

29/08/2009

Question orale de J. Maus relative à l’information des citoyens en cas de réfection des trottoirs

Question

 

Lorsqu’une réfection de leur trottoir va être entamée, les autorités communales en avertissent les citoyens au moyen d’un mot laissé dans leur boite aux lettres.

 

Ne pourrait-on envisager que cette note les avertisse également de l’existence d’une taxe sur la construction des trottoirs et des modalités de calcul de celle-ci ?

 

Réponse

 

Quand des travaux sont menés dans le cadre du plan triennal, un courrier est envoyé avant le commencement de ceux-ci pour fournir aux citoyens des informations, le planning des travaux, ainsi qu’une personne de contact.  Ce courrier ne mentionne toutefois pas la taxe à payer.  C’est uniquement une fois les travaux réalisés que le citoyen est informé qu’il doit s’acquitter d’une taxe, dont on lui explique les modalités de calcul.

 

Hors plan triennal, le citoyen ne reçoit aucune information, ni sur la réalisation des travaux, ni sur la taxe.

 

Pour l’avenir, l’Echevin s’engage à mettre en place un circuit de communication interne entre le service des travaux et celui des taxes, afin que ce dernier puisse vérifier si une taxe sera due et en informer les citoyens

 

Le MR obtient ainsi une avancée en matière de communication entre l’administration communale et les citoyens.

27/08/2007

Le Conseil communal du 12 juillet 2007 en bref

Maison cale 

 - Le Conseil a tout d’abord été amené à se prononcer sur un projet de modification du règlement d'ordre intérieur du Conseil communal.  Ce projet avait déjà été soumis aux chefs des différents groupes politiques lors d’une réunion préparatoire, au cours de laquelle différentes objections avaient été émises.  La suggestion du groupe ECOLO d’inscrire dans le R.O.I. l’obligation pour le collège de communiquer aux conseillers, une semaine à l’avance, la déclaration de politique communale de début de législature, n'a pas été retenue.  Les objections du groupe PTB et MR quant au caractère fort peu démocratique de certaines dispositions (limitation du nombre de questions orales, chronométrage du temps de parole des conseillers communaux, impossibilité de revenir sur un point déjà soulevé lors d’un précédent conseil endéans un délai de 3 mois sauf élément nouveau) ne l'ont pas été davantage.  Le Bourgmestre a uniquement accepté de porter le nombre de questions orales de 3 à 4 par groupe politique, afin que chaque conseiller MR ait le droit d’en poser une ! 

En séance publique, le MR s’est donc abstenu sur le vote de ce règlement.  Nous n’avons pas voté contre, car il contient des éléments positifs : l’instauration d’un droit d’interpellation du citoyen (que j'avais demandée lors d'un précédent conseil), la création d’une conférence des chefs de groupes pour faciliter le travail du Conseil, l’attribution des présidences de commissions aux conseillers communaux (selon la clé d’Hondt, le MR a droit à une présidence de commission) et enfin, le droit pour les conseillers d’assister à toutes les commissions, ce qui n’a pas lieu dans toutes les communes.  Néanmoins, comme je l’ai expliqué lors du Conseil, les autres points mentionnés plus haut nous amènent à nous interroger : n’y a-t-il pas une volonté de la majorité de faire taire l’opposition ? Ou encore d’aller dormir plus tôt ? Dans un cas comme dans l’autre, c’est regrettable. Pour finir plus tôt, il faudrait déjà que le Bourgmestre arrive à l’heure, or, rien n’est prévu au sujet du retard du Bourgmestre (contrairement au modèle de R.O.I. établi par l'UVCW), ce qui nous contraint parfois à l’attendre de 10 min à une demie heure, comme lors du Conseil de juin.  Enfin, ce règlement ne tient pas compte de la force démocratique des différents groupes puisque chacun d’entre eux dispose du même quota de questions orales, qu’il compte un ou quatre conseillers ! Tout cela ne semble pas très en phase avec les principes de bonne gouvernance, et est même carrément antidémocratique ! 

Le Bourgmestre, après avoir souligné les éléments positifs sur lesquels l’opposition rejoint la majorité, a dit percevoir un malaise de l’opposition par rapport à la limitation du nombre de question orales et au minutage.  Il a fait valoir qu’un tel minutage existe dans toutes assemblées afin de permettre une gestion correcte des débats.  Il a également dit qu’il gérera la procédure avec une certaine souplesse.  Il a aussi rappelé qu’à côté des questions orales, il existe un arsenal d’autres possibilités : questions écrites, propositions, questions d’actualité.  Il a enfin estimé que les questions récurrentes vont à l’encontre d’un bon fonctionnement du Conseil.  Il clôture en précisant qu’il conviendra d’évaluer ce nouveau règlement.   

 

- Le Conseil s’est ensuite penché sur un projet de règlement relatif au soutien de manifestations d'intérêt communal. Le but est de promouvoir les initiatives citoyennes en toute transparence.  Le MR ne peut que soutenir ce genre de démarche, le règlement est adopté à l’unanimité. 

 

- Le Conseil a enfin voté le projet de plan triennal 2007-2009 tant attendu ! Celui-ci devait normalement être introduit on-line (e-triennal), mais suie à de grosses difficultés pratiques, on en est revenus à ce brave envoi postal…Le nouveau cru du plan triennal fait, comme d’habitude, la part belle à l’égouttage, qui est une priorité à Herstal (sur Liers et Milmort principalement) mais propose également quelques travaux de voirie (notamment le très attendu projet de rond point au carrefour avenue d’Alès – rue Thier des Monts).  Reste à voir ce qu’en pensera la Région wallonne, on croise les doigts !  

 

- La majorité a (pour une fois, serait-on tenté de dire) saisi l’opportunité de solliciter l’octroi d’un subside dans le cadre du projet « PIC-verts » (plan d’itinéraires communaux verts). Le but du projet est de mettre en évidence des tronçons destinés à la mobilité douce tout en leur offrant des itinéraires sécurisés et adaptés.  Le subside s’élève à un taux de 80% du montant total des travaux subsidiables, avec un plafonnement à 150 000 EUR.  La commune a ainsi introduit sa candidature, en proposant de remettre en valeur un ancien chemin vicinal près du Post House. La proposition est adoptée à l’unanimité.  

 

- Le règlement d’ordre intérieur du Conseil communal des Enfants a également subi une légère modification, mais dans le bon sens : jusqu’ici, une nouvelle élection avait lieu chaque année, de sorte que les élèves de 5e primaire qui souhaitaient poursuivre leur mandat de conseiller devait se présenter.  Dorénavant, ils auront la possibilité de rester conseiller si, évidemment, ils le souhaitent.  

 

- La Commission consultative d’aménagement du territoire et de la mobilité (C.C.A.T.M.) est renouvelée.  

 

- Enfin, l’Echevin a présenté le programme communal d’actions en matière de logement 2007-2008.  Il y a tout d’abord 2 opérations localisables. Il s’agit de la création de 2 logements dans un immeuble de la rue Large-Voie (adjudication en 2008) et de la réhabilitation d’un site industriel pour la création de 20 logements (site du « pré madame » - adjudication prévue en 2009).  Il y a également 3 opérations non localisables : la création de 2 logements d’insertion dans le centre de Herstal (adjudication en 2009-2010), la création de 10 logements dans le quartier de rénovation urbaine (adjudication prévue en 2010) et de la création de 2 logements de transit dans le centre de Herstal (adjudication en 2009-2010).  Des subsides de la Région wallonne sont sollicités.