29/11/2011

Le Conseil communal du 21 décembre 2010 en bref

maison cale.jpg

- Le coût du bal annuel de la Ville de Herstal a été évoqué.  Celui-ci a en effet drainé approximativement 900 personnes dont 778 entrées payantes pour un coût final de 24.000 EUR.  Pour les années à venir, le Bourgmestre envisage un sponsoring avec des entreprises.

 

- Le fonctionnement des interventions de déneigement sur le territoire de la Ville a également été abordé.  Une garde est organisée du 15 novembre au 15 mars 24h/24.  4 tournées de 4 camions sont prévues.  L’épandage commence à 4h30 du matin, sauf le dimanche où il démarre à 7h du matin.  Depuis le 15 novembre, 480 tonnes de sel ont été épandues, soit 900 heures de prestations et un coût de 27.360 EUR.  Les particuliers ont également la possibilité d’obtenir du sel auprès du service des travaux.

 

- Dans le cadre des assemblées générales des intercommunales ALG et TECTEO du 22 décembre ayant pour objet d’adopter le projet de fusion entre ces deux entités, le Collège a décidé de laisser les délégués représentant la Ville de Herstal libre de leur vote.  Le MR a soutenu une motion déposée par la majorité concernant cette fusion .

 

- L’ancienne épicerie Grosjean située au coin de la rue du Grand Puits et de la rue Derrière les Rhieux est laissée à l’abandon depuis plusieurs années. La façade a même déjà fait l’objet d’une consolidation afin d’éviter son écroulement sur la voirie.  La question a été posée de savoir si ce bâtiment ne représente plus aucun danger, si le propriétaire paye bien la taxe sur les bâtiments inoccupés et si des projets sont envisagés par la Ville pour faire disparaître le chancre que constituent les quelques bâtiments abandonnés situés sur cet axe important de Herstal.

Ces problèmes remontent à 2002 lorsque les infractions urbanistiques ont été constatées.  Il y avait eu alors demande de permis, mais l’architecte avait ensuite renoncé à sa mission.  En 2008, un permis a été délivré.  Celui-ci n’est pas encore périmé car valable jusqu’en 2013.  Le propriétaire affirmant vivre au numéro 7 et louer le reste de l’immeuble, la taxe sur les immeubles inoccupés n’est pas applicable. L’Echevin n’a pas apporté de réponse à la question de savoir s’il ne s’agirait pas d’une fausse domiciliation, eu égard à l’état de délabrement avancé du bâtiment.  Par ailleurs, il n’est pas possible, dans le cas présent, d’exproprier le bâtiment sans le consentement du propriétaire.  Or Urbeo a pris contact avec lui mais il ne s’est pas montré intéressé.  La Ville est donc impuissante jusqu’en 2013, date à laquelle le permis expirera. 

 

- Le Conseil a adopté la convention d’occupation du terrain sis Pied du Bois Gilles par les forains ainsi que le règlement d’administration intérieur du même terrain.  

La convention prévoit la mise à disposition de l’usager d’un emplacement de 168m² destiné à accueillir un abri mobile (caravane, roulotte ou toute autre installation mobile aménagée en logement).  Cet emplacement est raccordé au réseau de distribution d’eau, à l’égouttage, au réseau électrique et au réseau de communication.  Il comprend également un abri de jardin à usage de remise.  Une aire de parking commune pour les véhicules et métiers forains est prévue.  Cette convention est une convention d’occupation précaire et non un bail à loyer.  Elle est conclue pour une durée indéterminée et est assortie d’une clause résolutoire (lorsqu’il n’y a plus un minimum de 12 familles sur le terrain, l’occupation de celui-ci prend fin pour l’ensemble des usagers signataires de la convention).  La convention ne peut donc pas être transmise aux enfants des forains.  L’usager est tenu de payer une indemnité d’occupation de 168 EUR/mois (indexé).  Toutes les taxes, à l’exception du précompte immobilier, sont à charge de l’usager, de même que l’entretien, hormis celui des parties communes (voiries, parking, espaces verts).

Le règlement d’administration intérieure reprend quant à lui des dispositions similaires à celles de la Charte de qualité du cadre de Ville du 9 juillet 2010 (sanctions administratives), qui ne trouve pas à s’appliquer sur le terrain de la rue Pied du Bois Gilles, relevant du domaine privé communal et non public.  Le but est donc d’imposer à toute personne présente sur le site diverses obligations ou interdictions en matière de détention d’animaux, de bruit, de déchets, de propreté et de sécurité et de soumettre les contrevenants à des sanctions administratives similaires à celles applicables en cas d’infractions commises sur le domaine public.

 

- Dans le cadre de la demande de reconnaissance de la maison des associations culturelles de Herstal auprès de la Communauté française, le Conseil a décidé de marquer son accord sur l’octroi, jusqu’en 2014 au moins, d’aides directes pour un montant annuel estimé à 35.500 EUR et d’aides indirectes pour un montant annuel estimé à 3.457 EUR. 

Par aides directes, il faut entendre une subvention de 30.000 EUR pour les années de 2011 à 2014 au moins, la prise en charge du loyer de nouveaux locaux, la prise en charge des factures de gaz, électricité et eau pour un montant estimé à 2000 EUR par an, la prise en charge des assurances nécessaires à la bonne organisation de 3 expositions pour un montant estimé à 1.500 EUR par an et enfin la prise en charge de vernissages et réceptions pour un montant estimé à 2.000 EUR par an.

Par aides indirectes, il faut entendre la mise à disposition du personnel nécessaire au bon déroulement des manifestations (5 ouvriers, 5 fois par an pendant 8 heures) pour un montant estimé à 2.902 EUR, les transports nécessaires au bon déroulement des manifestations pour un montant estimé à 305 EUR, et enfin la composition et l’impression d’un semestriel en quadrichromie en 500 exemplaires, 2 fois par an, 200 affiches, 500 invitations et ce à 5 reprises pour un montant estimé à 250 EUR par an.

Au nom du groupe MR, j’ai interrogé l’Echevin sur le retard mis par la Ville à répondre au courrier envoyé par la Communauté française.  En effet, c’est le 21 avril 2010 que celle-ci à demandé un complément d’information avant de se prononcer sur la recevabilité de la demande de reconnaissance de la Maison des Associations culturelles de Herstal comme Centre culturel.  Ce complément d’information portait notamment sur la description des aides directes et indirectes et des infrastructures mises à disposition par les pouvoirs publics associés au Centre culturel.  Or, c’est seulement en décembre 2010 que l’Echevin André NAMOTTE a demandé au Conseil communal de marquer son accord sur l’octroi des aides directes et indirectes pour les années 2011 à 2014. L’Echevin ne s’est pas montré très convaincant, expliquant qu’une procédure purement politique avait été menée et qu’il n’avait pas voulu la contrecarrer par le respect de la procédure administrative (!) dont il craignait qu’elle n’aboutisse à un refus.

 

- Le conseil a voté une modification du règlement communal du 10 juillet 2008 relatif à l’organisation des activités ambulantes sur les marchés publics.  En effet, certains ambulants ont déposé plainte contre la méthode de placement des « volants » sur le marché. Actuellement, le règlement communal prévoit que les emplacements attribués au jour le jour (aux ambulants dits « volants ») le sont par ordre chronologique d’arrivée, et lorsqu’il n’est pas permis de déterminer l’ordre d’arrivée sur le marché de deux ou plusieurs candidats, par tirage au sort.  Au vu des difficultés survenues en pratique, il a donc été décidé de permettre l’attribution des emplacements au jour le jour sur le marché par tirage au sort uniquement.

Par ailleurs, le Conseil a voté un avenant à la convention de concession de la gestion du Marché public de Herstal centre réduisant le nombre d’emplacements attribués au jour le jour à 5% maximum de la totalité des emplacements sur le marché, ce qui est le minimum légal.

27/11/2009

Proposition de J. Maus relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien

Proposition

 

Comme convenu avec M. l’Echevin, je redépose ma proposition relative à la création d’un centre culturel virtuel.

 « Considérant la richesse du patrimoine culturel et folklorique herstalien ;

Considérant la présence sur notre territoire de deux musées, dont l’un reconnu par la Communauté française ;

Considérant l’importance du tissu associatif local, regroupé en l’ASBL « maison des associations culturelles de Herstal »

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un centre culturel ;

Considérant que l’installation de celui-ci au sein de l’Espace Browning, telle qu’envisagée actuellement, pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides ;

Considérant que l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes ; 

Considérant, partant, l’importance d’être présents dans l’univers culturel numérique

Le Conseil décide :

De faire procéder à la réalisation et l’hébergement d’un site Internet portant création d’un centre culturel virtuel herstalien ;

De confier la gestion et la mise à jour de ce site à l’ASBL Maison des associations culturelles ;

De faire figurer sur ce site, sans que cette énumération soit limitative :

-         le descriptif et les coordonnées des associations, qui pourront ainsi être facilement mis à jour et viendront en complément du répertoire déjà existant en version papier

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (podiums, salles, chapiteaux, tables et chaises,…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles »

Réponse

 

Du personnel vient d’être engagé pour le centre culturel.  Celui-ci se positionne pour être reconnu comme centre culture officiel, et doit donc respecter la législation relative aux centres culturels reconnu. 

 

Le Conseil communal a désigné des représentants au Conseil d’administration du centre culturel.  C’est ce Conseil d’administration qui prendra la décision de créer ou pas ce centre virtuel. 

 

Le CA d’octobre évoquera notamment la problématique du site internet.  La maison des associations culturelles va en effet être amenée à déposer un contrat-programme qui devra évoquer le site internet et les différentes informations que celui-ci comportera en plus des autres projets.  A cet égard, si l’Echevin estime très intéressant le principe de permettre aux différentes associations de se connaître entre elles et de se faire connaître, il juge l’idée d’exposition virtuelle plus délicate, le tout étant de faire en sorte que les gens voient encore l’intérêt de venir voir l’exposition physique.  Cela méritera donc un examen plus approfondi.  A noter également que le contrat-programme en question devra être avalisé par le Conseil communal.

07/04/2009

Proposition de J. Maus relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien

Proposition

 

La commune envisage la création d’un centre culturel au sein de l’Espace Browning (voir précédent post concernant le site Browning).  Cela pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides.

 

Par ailleurs, même si, malheureusement, tout le monde n’a pas accès à internet, l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes. 

 

L’idée est donc de créer un centre culturel virtuel, au moyen d’un site Internet dont la gestion serait confiée à l’ASBL Maison des associations culturelles. 

 

Figureraient sur ce site :

-        les coordonnées des associations culturelles, qui pourraient être mises à jour facilement

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (salles, podiums, chapiteaux, tonnelles, tables et chaises…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles

 

Ce site ne concurrencerait en aucun cas le centre culturel réel lorsque celui-ci existera, il lui serait complémentaire, et ferait même office de « fenêtre » sur celui-ci. 

 

Ce serait également une manière de susciter chez les jeunes un intérêt pour la culture sous ses différentes formes, y compris celles qui pourraient leur paraître plus hermétiques, au travers d’un mode de communication qu’ils maîtrisent et affectionnent particulièrement.

 

A l’heure où l’on discute beaucoup de moyens d’améliorer l’image de notre commune, notamment auprès d’investisseurs privés, je suis convaincue qu’un projet tel que celui-ci lui donnerait une image jeune, dynamique et tournée vers l’avenir.

 

Enfin, ce serait l’occasion d’inscrire résolument Herstal dans l’ère du numérique, à l’heure où le site web communal,  comme nous l’avons déjà constaté et comme l’a souligné un récent article du journal la Meuse, manque un peu d’attrait. 

 

« Considérant la richesse du patrimoine culturel et folklorique herstalien ;

 

Considérant la présence sur notre territoire de deux musées, dont l’un reconnu par la Communauté française ;

 

Considérant l’importance du tissu associatif local, regroupé en l’ASBL « maison des associations culturelles de Herstal » ;

 

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un centre culturel ;

 

Considérant que l’installation de celui-ci au sein de l’Espace Browning, telle qu’envisagée actuellement, pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides ;

 

Considérant que l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes ; 

 

Considérant, partant, l’importance d’être présents dans l’univers culturel numérique;

 

Le Conseil décide :

 

De faire procéder à la réalisation et l’hébergement d’un site Internet portant création d’un centre culturel virtuel herstalien ;

 

De confier la gestion et la mise à jour de ce site à l’ASBL Maison des associations culturelles ;

 

De faire figurer sur ce site, sans que cette énumération soit limitative :

-         le descriptif et les coordonnées des associations, qui pourront ainsi être facilement mis à jour et viendront en complément du répertoire déjà existant en version papier

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (podiums, salles, chapiteaux, tables et chaises,…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles »

 

Réponse

 

L’Echevin a tout d’abord rappelé qu’il convient de différencier le centre culturel en tant qu’institution des briques de celui-ci.  L’objectif est d’obtenir, en 2010, la reconnaissance par la Comunauté française de l’ASBL Maison des associations culturelles comme centre culturel local. Une fois cette reconnaissance obtenue, on pourra alors solliciter de la Communauté française des subsides pour construire le bâtiment du centre culturel.

 

Cette clarification faite, l’Echevin a ensuite marqué son accord sur la proposition, qu’il propose même d’élargir aux bibliothèques ainsi qu’au Musée.

 

La commune est actuellement en phase d’engagement de l’animateur(-trice) de la Maison des associations culturelles.  Celui(celle)-ci pourrait s’atteler à la réalisation du centre virtuel dès son engagement.

 

L’Echevin a dès lors proposé que la proposition soit retirée de l’ordre du jour et réinscrite lorsque l’animateur(-trice) aura été engagé.

 

Lire l’article du journal la Meuse d’avant conseil

 

Lire l’article du journal la Meuse d’après conseil

 

Lire l’article du journal le Soir