02/09/2012

Proposition de motion J. Maus relative à la création d’une ligne de tram entre Seraing et Herstal

tram.jpg

Proposition

 

«Considérant que l’agglomération liégeoise connaît des problèmes croissants de mobilité ;

 

Considérant que toutes les grandes métropoles européennes disposent d’un réseau de transport en commun structurant ;

 

Considérant que Liège et Seraing sont les deux Villes les plus peuplées non seulement de l’arrondissement de Liège, mais également de la Province ;

 

Considérant que Liège a rentré sa candidature en vue d’accueillir l’exposition internationale de 2017, et que l’existence projetée du tram est un élément essentiel du dossier de candidature ;

 

Considérant que depuis plusieurs années la réinstauration d’un tram à Liège est à l’étude et qu’un consensus politique s’est dégagé en vue de la réalisation d’un premier tronçon entre Seraing et Herstal ;

 

Considérant que le gouvernement wallon s’est à plusieurs reprises engagé à soutenir cette réalisation et à dégager les moyens budgétaires utiles pour y parvenir ; que le tram liégeois est par ailleurs repris dans la déclaration de politique régionale ;

 

Que le Ministre Antoine en particulier s’était engagé avant les élections régionales de juin 2009 à soutenir la réalisation du tram à Liège, de même que le Ministre Henry tant avant qu’après ces élections ;

 

Considérant que la coordination provinciale des pouvoirs locaux soutient également la mise en œuvre d’un tram entre Seraing et Herstal ;

 

Considérant qu’en décembre dernier, le gouvernement wallon s’est toutefois accordé sur un tracé réduit à un axe Sclessin-Coronmeuse ;

 

Considérant qu’un tel projet s’adresserait à un public potentiel réduit et circonscrit à une partie seulement de la Ville de Liège, sans connexité avec les villes et communes voisines ; qu’une telle version du tram ne permettrait pas une réelle amélioration ni réorganisation de l’offre de transports en commun sur l’agglomération liégeoise et serait purement et simplement un gaspillage d’argent public ;

 

Considérant qu’aucune garantie n’est par ailleurs donnée sur un prolongement effectif de la ligne après la réalisation du tronçon projeté ; que si un phasage de la réalisation du tram pouvait être accepté, voire imposé par la nature des travaux à accomplir, un phasage des décisions et des moyens est susceptible de condamner le projet dans son ensemble ;

 

Considérant que les forces vives liégeoises se sont accordées sur l’intérêt qu’il y a à travailler au redéploiement de Liège sur une base supracommunale ; que la mise en œuvre du tram est un des axes forts de la supracommunalité ; qu’un projet de tram limité à une partie seulement de la Ville de Liège n’est pas de nature à répondre aux impératifs de la supracommunalité ;

 

Le conseil

 

1.   Répète son souhait de voir réaliser une ligne de tram entre Seraing et Herstal, et ce de manière significative d’ici à 2017 ;

2.   Demande instamment au gouvernement wallon de revoir sa délibération limitant le tracé projeté au tronçon entre Sclessin et Coronmeuse, et de décider d’emblée de la réalisation d’une ligne complète à tout le moins entre Seraing et Herstal

 

La présente délibération sera envoyée au Gouvernement wallon ainsi qu’à l’ensemble des parlementaires wallons de la Province de Liège. »

 

Réponse

 

Le Bourgmestre est d'accord : limiter le tracé du tram à ce tronçon n'a pas de sens. La volonté initiale était de restructurer la mobilité dans toute l'agglomération liégeoise. Or, la décision prise équivaut à peu de choses près à remplacer une ligne de bus par un tram. Ce serait payer fort cher pour pas grand chose. Partant, le risque est grand qu'il n'y ait pas de tram du tout.

 

A l'heure actuelle, le Bourgmestre estime toutefois qu'il ne faut pas encore perdre espoir et continuer à se battre. La décision du Gouvernement n'est pas limpide. Le thème est par ailleurs à l'ordre du jour de la prochaine réunion de Liège Métropole (conférence des Bourgmestres). Le Bourgmestre espère que la décision de la Région ne vise qu'à un phasage des travaux, qui seraient dans un premier temps réduits à l'axe Sclessin-Coronmeuse, et garde l'espoir que le permis et le financement soient envisagés globalement pour toute la ligne, ce qui offrirait plus de garantie de voir un jour le tram arriver à Basse-Campagne.

 

Le Conseil s'est ainsi mis d'accord sur une motion légèrement retravaillée, rappelant les concessions déjà faites par la Ville de Herstal (révision de la proposition de tracé initial afin de réduire le nombre d'expropriations, de faciliter la réalisation technique du parcours, d'écourter le délai des travaux et limiter l'impact budgétaire sur son territoire) et mentionnant les revendications de la Ville concernant le tram (notamment, la réalisation d'aménagements routiers préalables tels la mise à double sens des boulevards derrière l'IPES, la création de ronds-points et de zones alternatives de parking ; la réalisation d'un Park and ride à Basse-Campagne ; une attractivité équivalente en terme de fréquence entre le tronçon vers Bressoux et celui vers Basse-Campagne ; ainsi que la restructuration de l'offre des TEC sur le territoire de la Ville en lien avec le tracé retenu). Cette motion vise à répéter la volonté de la Ville de Herstal de voir se réaliser une ligne de tram entre Seraing et Herstal et à demander au Gouvernement wallon de garantir, au-delà du phasage décidé par les travaux, la réalisation d'un tram qui relie Jemeppe à Basse-Campagne en passant par le centre de Liège par un mode de financement adéquat et un permis unique pour toute la ligne.

 

Lire l'article de la Dernière Heure 

25/08/2012

Question orale de J. Maus relative au suivi de l’audit propreté voté en 2009

Question

 

Lors d’une question posée à ce sujet en février dernier, vous m’aviez répondu que vous attendiez plusieurs rapports devant tomber dans la première moitié de l’année 2011 avant de décider des mesures à prendre et de leurs modalités. 

 

Où en sont ces rapports, et en particulier celui proposant différents projets novateurs pour faire de Herstal une « ville verte » ?  Quel est le catalogue de solutions proposé par l’auditeur ?

 

Les rapports seront-ils présentés au conseil communal ?  Quand ?

 

Quelles décisions le collège a-t-il pris sur base de ceux-ci ?

 

Réponse

 

Pour le volet 1 de la phase 1 (“Diagnostic”) et le volet 2 (“Catalogue de propositions), les auditeurs ont remis un premier rapport.  Le comité de suivi de la Ville a demandé un complement entre autres pour un diagnostic plus précis et des propositions moins axées sur les aspects organisationnels.

 

Une enquête téléphonique a été realiseée du 10/01 au 18/02 auprès de 350 personnes dont  260 ont répondu (évaluation quantitative) et 2 réunions de focus groupe de 8 (évaluation plus qualitative) vont être realisées par les auditeurs le 26 février avec des représentants de groupements.  Les résultats de ces deux actions ont fait l’objet d’un rapport complémentaire. 

 

Suite à ce rapport, les autorités peuvent signaler la mise en place des actions suivantes :

-         Opérations de sensibilisation à la propreté dans le quartier Marexhe en septembre et à Liers en novembre, suivies par une phase de répression dans le quartier Marexhe

-         Engagement de 6 ouvriers articles 60 pour renforcer le service de propreté

-         Creation d’un nouvel article dans le budget 2012 pour l’élaboration d’un logo en lien avec la charte graphique et le lettrage de celui-ci sur les véhicules du service de la propreté (montant estimé à 11000 EUR)

-         Intégration des plaintes et des demandes pour le service de propreté dans le programme eATAL dans le but de pouvoir analyser le type de plaintes, les lieux et le suivi apporté

-         Achat prévu d’un 3ème jeu de caméras de surveillance pour le budget 2012

-         Acquisition de pictogrammes pour les sites susceptibles d’être surveillés par camera

-         Utilisation d’un véhicule banalisé pour la surveillance de sites

-         Elaboration et utilisation de supports de communication en matière de propreté publique (autcollants, affiches Intradel, cartons “Tri des déchets” et propreté des trottoirs).

 

Pour la phase 2 (“projets novateurs pour une ville verte”), 4 réunions ont eu lieu avec le comité de suivi et les auditeurs.  Une première ébauche a été envoyée par les auditeurs.  Elle propose certains axes et thèmes (énergie, biodiversité, recyclage, santé) qui ont été examinés par le comité de suivi. Une réponse a été envoyée aux auditeurs avec une série de critiques et d’objections aux propositions de cette ébauche.  Les auditeurs ont rencontré plusieurs personnes resources en lien avec les thématiques.

 

Nous attendons une nouvelle ébauche revue et corrigée selon les orientations discutées lors des différentes reunions qui s’intègrera dans un plan 2012-2017, soit un espace de temps debutant l’année du 20ème anniversaire du Sommet de la Terre à Rio en 1992 (qui a véritablement fondé la demarche du développement durable) et se terminant avec la possible exposition universelle de Liège, une dynamique régionale à laquelle Herstal à toutes les raisons de s’associer.  Elle devra également intégrer les grands projets en cours : chauffage urbain, liaisons douces, commune Maya…

21/08/2012

Question orale de J. Maus relative au tracé définitif du tram à Herstal

tram.jpg

Question

 

La presse a fait écho des quatre variantes subsistant pour le tracé du tram suite au Comité exécutif du 10 octobre 2011. En ce qui concerne Herstal, il semble que les experts préconisent plutôt un passage par les boulevards que par le centre.

 

Est-il exact que le Bourgmestre a marqué son accord sur cette alternative ?

 

Quel serait alors le tracé exact dans cette nouvelle perspective et où seraient situés les arrêts ? Quels sont les quartiers qui seront desservis ? Quel serait l’arrêt le plus proche de la place J. Jaurès ?

 

Et pour la gare, quel serait l’arrêt le plus proche ? Comment favoriser l’intermodalité dans de telles conditions ? Est-ce inenvisageable de créer un crochet par la gare dans le nouveau tracé ?

 

Quel serait le nombre d’expropriations à entreprendre si le tram passe par les Boulevards ? Quelles seraient les rues concernées par ces expropriations ?

 

Un parking de délestage est-il toujours envisagé à Herstal ? Si oui, où se trouvera-t-il ?

 

Quid de la proposition d’Urbagora (après Coronmeuse, le tram emprunterait la rue Hayeneux et la rue Saint Lambert où il passerait en-dessous de la gare avant de rejoindre la place Jean Jaurès, puis de longer la FN par la rue Voie de Liège et de redescendre vers la Place Licourt pour enfin poursuivre sa route vers les ACEC et Basse-Campagne) ? A-t-elle été analysée par les services et quel est leur avis à ce sujet?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence à rappeler l'importance du projet de tram pour la Région liégeoise dans son ensemble. C’est le fer de lance de la refonte de l’offre de mobilité. Il reliera les 3 villes les plus peuplées de l’arrondisssement : Liège, Seraing et Herstal. Il améliorera la mobilité des herstaliens, mais aussi de tous les habitants de la Basse-Meuse, dont Herstal est la porte d'entrée.

 

Le timing envisagé est le suivant : après la décision du Gouvernement wallon sur le tracé basée sur les réunions préparatoires, un avant-projet sera concrétisé pour avril 2012. Le permis devrait être déposé pour janvier 2013 et une notification à l'entreprise, partenaire dans le cadre du PPP devrait avoir lieu en avril 2014. Ainsi, dans le courant du 1er semestre de 2017, le tram pourrait être mis en service sur l’ensemble du tracé et serait donc opérationnel pour l’exposition internationale de juin 2017 si celle-ci a lieu à Liège.

 

A Herstal, il a été décidé que le tram passera par Coronmeuse et ira jusque Basse campagne, ce qui permettra d'offrir une meilleure mobilité aux habitants et une solution à la saturation de certains tronçons.

 

Le Bourgmestre s'estime déjà heureux que le tram aille plus loin que Coronmeuse. Selon lui, le délai de réalisation est très court et les enjeux techniques nombreux : étroitesse de certaines voiries, dénivelés,…Il faut 10 mètres de large pour faire circuler un tram en double voie dans une rue piétonne. En ajoutant une bande de circulation automobile, on passe à 14 voire 16 mètres. Si l'on ajoute encore un espace de stationnement, on est entre 16 et 18 mètres. Passer du dessin à la concrétisation présente donc certaines contraintes.

 

Ainsi, les suggestions d'Urbagora ne peuvent être retenues car il n'y a pas assez de largeur entre les façades pour mettre un tram sur deux voies et il est (hereusement) inenvisageable d'abattre un coté de toute une rue si longue. D'autre part, il ne serait pas non plus possible de mettre le tram en une seule voie (aller-retour) car le tronçon fait seulement 2 km avec au moins 2 arrêts sur le trajet. Eviter que les trams en sens inverses se croisent nécessiterait un trop long délai entre le passage de 2 trams successifs. Or, pour assurer la perennité du tram partant de Basse-Campagne, il faut que celui-ci ait le même rendement commercial que celui qui part de Bressoux.

 

A Herstal, faire passer le tram par les Boulevards est la solution la plus réaliste. Elle présente l'avantage de limiter le nombre d'expropriations, qui prennent du temps et coutent de l’argent, en plus des désagréments occasionnés aux expropriés. En effet, là où le tracé initial proposé par les services communaux (bien que suite à une question écrite de l'opposition posée en septembre 2010 , le Bourgmestre avait nié avoir donné une suggestion de tracé pour le tram) nécessitait plus de 120 expropriations, la nouvelle variante n'en représenterait que 10 à 15 afin d'optimiser l’intégration du tracé du tram, donc plus dans un souci urbanistique que par nécessité technique. Ces expropriations concerneraient le tronçon entre la Place Licourt et les ACEC.

 

Concrètement, le tram passera par Coronmeuse, empruntera le Boulevard avec un 1er arrêt au pied de la rue Marexhe (avec une distance entre la station et le Pôle Marexhe d’un peu moins de 400 mètres), puis redémarrera avant de s’arrêter au pied de la rue des Mineurs (à un peu plus de 200m du NHV), puis reprendra son chemin en direction de la Place Licourt, où il s’arrêtera avant de prendre l’axe intérieur, de s'arrêter au 12e de ligne, et de rentrer dans le site des ACEC pour finir sa route derrière le Delhaize de Basse-Campagne. La fréquence sera équivalente vers Basse-Campagne et vers Bressoux. Au niveau du Boulevard, il n'y aura plus qu'une bande de circulation à la place de 2 puisque le tram passera au milieu. Par rapport au fait que des travaux viennent juste d'être terminés sur les Boulevards, le Bourgmestre n'a pas le sentiment d'avoir gaspillé l'argent du contribuable. En effet, la partie principale des boulevards aura quand même servi quelques années avant d’être modifiée pour le tram. Par ailleurs, tous ces travaux seront à charge de la Région Wallonne. Le 3ème tronçon des Boulevards sera néanmoins réaménagé en tenant compte de la perspective du tram.

 

Pour le Bourgmestre, le tram permettra de désengorger l'axe A. Delsupexhe/PJ Antoine, de transformer les boulevards en réels boulevards urbains et de repenser l'offre de mobilité dans les quartiers. Le tracé retenu, en ce qu'il est réaliste, et le fait qu'il n'y ait qu'un seul PPP garantissent le passage du tram à Herstal.

Un parking P+R de 300 places sera créé soit aux ACEC, soit au niveau du Delhaize de Basse-Campagne (terminus) afin de rendre le tram attractif pour les gens qui ne viennent pas des endroits parcourus par le tracé mais d’ailleurs à Herstal ou dans la Basse-Meuse.

 

En conclusion, le Bourgmestre se dit satisfait de l’évolution du dossier, qui n’est pas facile. Maintenant, il n'y aura de certitude quant au passage du tram à Herstal que quand on l'y verra. Même si une étape importante a été franchie, il reste un certain nombre d’aléas : obtenir le permis, trouver le partenaire du PPP, l’enveloppe budgétaire...

 

15/08/2012

Le Conseil communal du 1er septembre 2011 en bref

maison cale.jpg- Le Conseil a approuvé un projet de marché de services pour la mission d’auteur de projet en vue de l’aménagement des voiries du Pôle Marexhe-Gare, comprenant les rue Petite Voie, Hoyoux et E. Dumonceau ainsi que le carrefour formé par les rues Hayeneux, Saint Lambert et Michel Duchatto. 

 

- Le Conseil a également approuvé un projet de marché de travaux de réfection d’une partie de la rue de Hermée, dans le cadre du droit de tirage.

  

- le MR a voté contre un point déposé en urgence concernant un projet de marché de services en vue de désigner un prestataire qui exercerait une mission de consultance en matière d’infrastructures scolaires et culturelles et dont la mission serait d’assister le bureau d’études, par exemple en ce qui concerne la construction et la rénovation d’écoles, d’annexes au musées, etc.  En effet, cela représente un coût de 67.000 EUR, non subsidié même partiellement.

 

- Le MR a également voté contre une modification budgétaire déposée en urgence sur la table du conseil et prévoyant une dépense supplémentaire de 4.200.000 EUR dans le cadre du Nouvel Hôtel de Ville (NHV)

 

- La Ville de Herstal restera au système de vote électronique

 

- Le Conseil a également fait le point sur la décision de la SNCB de fermer le guichet de la gare de Herstal.  Selon le Bourgmestre, cette décision a été prise sur une base purement arithmétique, parce que seuls 31 billets sont vendus par jour.  Il a donc écrit à l’administrateur délégué, pour faire valoir ce qui a été évoqué lors du Conseil de juin, à savoir que, grâce à la rénovation du Pôle Marexhe-Gare dans son ensemble, qui augmentera l’attractivité du quartier, à la construction d’un nouveau bâtiment par la SNCB, aux négociations en cours avec la SNCB et la SPI pour faire un pôle économique à l’actuelle gare, mais aussi grâce à Liège 2017, la gare de Herstal est en passe de devenir une grande gare. De l’aveu même du Bourgmestre, la gare actuelle est un coupe-gorge et il est donc logique que peu de billets soient vendus même si c’est un axe fort desservi.  Ce sur quoi la SNCB devrait se baser, c’est plutôt le potentiel de la future gare.  Le Bourgmestre attend la réponse à son courrier et espère que la décision de la SNCB n’est pas définitive.  Si toutefois la SNCB devait maintenir sa position, la volonté de la Ville est de garder un espace voyageurs protégé en cas d’intempérie avec un distributeur de billets automatique. Donc les besoins d’usagers seront rencontrés mais ce qui manquera ce sont les conseils pour des voyages plus complexes.