20/03/2012

Le Conseil communal du 28 avril 2011 en bref

maison cale.jpg

- Le MR a interrogé la majorité quant au choix du pavé de rue comme revêtement pour la rue Elisa Dumonceau dans le cadre du réaménagement du centre urbain.  En effet, ce choix semble surprenant car les pavés sont source de nuisances sonores et de tremblements dans les habitations des riverains et surtout, s’enfoncent sous le poids de la circulation, en particulier des bus, rendant nécessaire un repavement régulier.  La Ville de Liège par exemple a, pour cette raison, changé le revêtement de la rue Feronstrée.

Pour le Bourgmestre, cela ne posera pas de problèmes à terme car le tronçon pavé sera réservé aux bus et la circulation limitée à 20 km/h.  Le bruit sera donc réduit quand la vitesse de circulation sur ce tronçon de rue le sera également.  D’autre part, il s’agit de pavés plus gros et plus grands qu’ailleurs et ils ont été posés conformément aux directives du centre de recherche routière.  Leur durabilité n’inquiète donc pas le Bourgmestre.  Ce sont sur les pavés situés sur l’Esplanade que l’auteur de projet a recommandé d’interdire la circulation aux véhicules de plus de 3,5 tonnes.  En effet, ces dalles sont différentes des pavés et n’offrent pas la même résistance.  Il est important de noter que les dalles de l’Esplanade seront plus praticables pour les PMR que les pavés de la rue Elisa Dumonceau.  Le Bourgmestre rappelle toutefois que le long des commerces, ce sont des dalles de petit granit et qu’il y a moyen de ne pas traverser sur les pavés de la rue Demonceau en faisant un détour par la rue des Mineurs.

 

- le MR a voté contre le partenariat public-privé (PPP) en matière de stationnement et parkings et donc contre la concession conjointe de services pour l’exploitation du stationnement payant en voirie et l’exploitation de parcs de stationnement.

Ce PPP qui vise à l’exploitation par un privé des futurs parkings et du stationnement en voirie, et donc qui rendra ceux-ci payants pour le citoyen, va, selon le MR, à l’encontre de l’objectif de redynamisation du centre.  Cette idée est dangereuse dans un centre déjà en déclin.  Une Ville comme Visé, dont le centre est pourtant bien plus dynamique que celui de Herstal, hésite à mettre en œuvre un stationnement payant afin de ne pas tuer son tissu de commerces de proximité.  A Herstal, ce sera le coup de grâce pour les commerçants du centre.  Par ailleurs, outre le fait que le dossier présenté par la majorité ne contenait pas toutes les pièces lors de la consultation par les chefs de groupe avant le Conseil, celui-ci présente encore beaucoup d’inconnues, notamment quant aux rues concernées par le stationnement payant en voirie et au coût des cartes riverains.  Aussi, le MR refuse de signer un chèque en blanc au Collège sur un point aussi important pour les commerçants, mais aussi pour les citoyens.  Car si les commerçants risquent d’en pâtir, c’est aussi et avant tout le cas des riverains qui habitent dans le centre de Herstal.  Généralement, les personnes qui font le choix d’habiter dans le centre Ville le font pour être proches de toutes les commodités et des commerces.  Si ceux-ci continuent à péricliter et qu’en plus le stationnement devient payant pour les riverains dans le centre, ceux-ci n’auront plus aucun intérêt d’y habiter.

Selon le Bourgmestre, il y a un problème en ce qui concerne le stationnement dans le centre et le périmètre mérite d’être géré par un professionnel qui fera profiter la Ville de son expertise.  Il est logique, selon lui, que toutes les modalités ne soient pas encore connues à ce stade.  En effet, il s’agit uniquement de donner une base juridique solide à la désignation du futur partenaire privé..  Le schéma prévu prévoit de laisser un rôle aux autorités publiques qui conservent un droit de regard.  Le règlement relatif aux cartes riverains, aux éventuelles heures de stationnement gratuites,  et aux autres modalités concrètes sera voté ultérieurement au Conseil. Le partenaire privé, une fois désigné, aura son mot à dire dans la manière de penser et organiser le stationnement à Herstal, et c’est justement là l’intérêt de l’opération. Par ailleurs, si les conseillers n’ont pas pu consulter toutes les pièces du dossier avant le Conseil, c’est parce qu’il y a eu des retards dans la transmission d’informations par l’avocat spécialisé désigné pour rédiger la concession conjointe de services. 

Pour le MR, le but du partenaire privé ne sera pas de réfléchir à l’intérêt des Herstaliens et des commerçants du centre mais de maximiser son profit…Il n’est donc pas du tout garanti que les options retenues par le partenaire privé aille dans un sens profitable à la Ville.  Par ailleurs, si on prend l’exemple de Liège, le coût du parking y est largement critiqué.  Le stationnement étant par ailleurs saturé en voirie, la conséquence est que les clients préfèrent fréquenter les grandes surfaces en périphérie qui bénéficient de vastes parkings gratuit.  L’effet risque d’être le même à Herstal, avec un renvoi de la clientèle vers le pôle économique de Basse-Campagne et ses grandes surfaces, d’autant que la circulation sera déviée vers les quais.

 

- Le Conseil a voté une modification du règlement communal d’administration intérieure sur la collecte des déchets.  En effet, certains habitants laissent leur conteneur en permanence sur les trottoirs, gênant ainsi la circulation des piétons.  Il est désormais prévu que les habitants devront rentrer leurs conteneurs à 20h au plus tard après le passage du collecteur, sous peine de sanction administrative.

20/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux craintes des commerçants concernant le réaménagement de la Place Jean Jaurès

place jaurès

Question

 

Nous sommes plusieurs à avoir reçu un mail d’un commerçant de la Place Jean Jaurès au sujet du projet de réaménagement de celle-ci.

 

Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal, au profit du zoning commercial de Basse-Campagne et de ses grandes surfaces. 

 

Le stationnement demeure également plus qu’insuffisant au centre dans le projet prévu.  Les commerçants perdront dès lors la clientèle qui cherche un accès rapide et aisé.  Si les places de stationnement sont éloignées des commerces et en nombre restreint, et qu’un certain temps est ainsi nécessaire pour se garer, les clients ne viendront plus y faire leurs achats.

 

Ces craintes ont par ailleurs déjà été relayées par le MR dans le cadre de la discussion sur le PCM.

 

On est donc bien loin des objectifs fixés par l’Etude du fonctionnement de l’appareil commercial présenté en 2007 qui voulait, notamment, que l’on recentre l’activité commerciale du centre sur la Place J. Jaurès et qui préconisait un projet global de rénovation du centre intégrant la dimension « commerce de détail ».

 

Les grandes surfaces de la périphérie bénéficient quant à elles d’un accès aisé et de vastes parkings. 

 

Sachant que les petits commerçants sont un pilier de la dynamisation des centres-villes et qu’ils contribuent à l’animation des quartiers ainsi qu’à la lutte contre le sentiment d’insécurité, de quelle manière comptez-vous intégrer au projet les craintes exprimées ?

 

Avez-vous l’intention d’organiser une réunion de concertation entre les auteurs de projet, des représentants de la Ville et les acteurs économiques du centre ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler que le centre-ville de Herstal ne se limite pas à la Place J. Jaurès : il peut être étendu aux rues Demonceau, Laixheau, Large-Voie et à la Place Camille Lemonnier.  Dans ces rues, l’accès est garanti.

 

La logique suivie dans le cadre de la rénovation de la place est de donner une plus grande importance aux piétons.  Le but est ainsi, pour le Collège, de réaménager les voiries avec une place conviviale qui pourrait être le point de départ d’une nouvelle dynamique et d’un redéploiement du commerce local.    Le Bourgmestre souhaite donc rassurer les commerçants.

 

Par ailleurs, la majorité ne craint pas la concurrence entre le zoning commercial de Basse-Campagne et les commerçants du centre, qui n’offrent pas le même type de marchandises.

 

 

Le stationnement, quant à lui, répondait à la demande d’après une étude menée en 2006.  Toutefois, quelques emplacements supplémentaires seraient les bienvenus.  Le PCM relève lui que le stationnement est un réel problème.  Un groupe de travail se penche actuellement sur cette question.  On se dirige vraisemblablement vers une zone de stationnement à rotation rapide dans le centre complétée par une offre gratuite en périphérie

 

Le Bourgmestre clôture sa réponse en conviant l’opposition à une réunion d’information.  Celle-ci s’est tenue le 30 septembre 2009 en présence de l’Echevin du commerce, des experts de la commune, des commerçants et des représentants de l’opposition (à l’exception du PTB+) mais en l’absence du Bourgmestre.

 

Lire l’article du journal La Meuse d’avant Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse d’après Conseil