05/09/2012

Le Conseil communal du 26 janvier 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le Conseil communal a marqué son accord sur le découpage territorial de la Province de Liège en 6 zones de secours (dont une formée par le territoire actuel de l'IILE).

Cette question avait déjà été évoquée en avril 2008. A l'époque, le Conseil avait émis un avis défavorable sur le découpage proposé sous réserve de l'obtention de certaines garanties (le MR s'était abstenu). Un arrêté royal déterminant la délimitation territoriale des zones de secours était néanmoins paru, puis avait été annulé par le Conseil d'état sur un recours introduit par l'IILE (dont le but n'était pas de contester le découpage territorial mais d'amener le Gouvernement fédéral à revoir la loi du 15 mai 2007 pour permettre le maintien de l'intercommunale). Le Gouverneur est donc amené à redémarrer entièrement la procédure de consultation des communes liégeoises afin qu'un nouvel arrêté royal soit pris sur cette base pour délimiter les zones de secours de la province. Le découpage territorial proposé reste toutefois le même que le précédent.

 

- Le 27 juin 2002, le Conseil a désigné l'association momentanée CRAU/IUAT comme auteur de projet du marché relatif à l'élaboration d'un schéma de structure communal (SSC) et du règlement communal d'urbanisme (RCU). Le 30 septembre 2010 (soit 8 ans plus tard...), le Conseil a approuvé provisoirement le SSC et le RCU.

Toutefois, l'avis de la Direction de l'Aménagement Local de la Région Wallonne rendu le 21 septembre 2011 s'avère particulièrement sévère à l'égard du projet de SSC et hypothèque ses chances d'être approuvé par le Gouvernement. De profondes corrections du document sont donc rendues nécessaires, relatives notamment à des points prépondérants de nature à modifier de manière sensible la structuration du territoire. Les projets de SSC et de RCU amendés devront également être à nouveau soumis à enquête publique.

L'auteur de projet n'étant pas responsable des retards par rapport aux délais initialement fixés ni des amendements à apporter aux études déjà réalisées, des prestations supplémentaires seront facturées à la Ville pour un montant de 34.379,49 EUR.

 

- Le Conseil a voté le remplacement de la pelouse du terrain de football existant de la plaine des sports Emile Muraille par un revêtement synthétique.

 

- Le Conseil a discuté de l'opportunité pour le Bourgmestre et les Echevins d'avoir envoyé 35.000 cartes de vœux pour le Nouvel an. A titre de comparaison, la Ville de Liège en envoie 6300. Encore une dépense bien peu éthique qui s'ajoute aux berlines de luxe et aux iPhones du Collège...

 

- Le Conseil communal du 11/05/2009 a confié au groupe AMSR le soin de se livrer à une étude concernant les aménagements de sécurité les plus adaptés à chaque configuration d’école sur l'entité. Selon le Bourgmestre, cela a déjà permis de mener différentes actions sur des thèmes tels que l'éclairage des passages pour piétons, l'entretien des infrastructures, la prise en compte des écoles lors de réfections de voiries, etc.

 

- L'Echevin a confirmé que le placement de conteneurs collectifs de déchets est à l'étude pour les habitats verticaux comptant au moins 80 habitants (essentiellement des immeubles de la SRL et ceux de l'Esplanade de la Paix, actuellement soumis à collecte privée) et uniquement pour les déchets résiduels (les citoyens devraient donc également disposer d'un conteneur pour les organiques).

Selon l'Echevin, le recours à ce conteneur collectif aurait pour avantage de permettre un tri des déchets organiques et résiduels, ce qui n'est pas le cas actuellement pour les ménages qui utilisent les sacs roses. Cela diminuerait également le nombre de personnes devant venir à la commune chercher des sacs roses. En revanche, il reconnaît que cela impliquerait un changement d'habitudes pour les personnes concernées ainsi que la nécessité d'assurer une maintenance régulière des conteneurs. De plus, le stockage des conteneurs verts reste malaisé dans les endroits où l'installation d'un conteneur collectif est envisagée. Pour les immeubles recourant actuellement à un collecteur privé, le choix ne serait pas évident car le système proposé est moins cher mais plus compliqué.

Une rencontre est prévue prochainement avec Intradel et la SRL pour pour mesurer l'opportunité concrète de ce système.

08/11/2011

Le Conseil communal du 25 novembre 2010 en bref

maison cale.jpg

-Le Conseil a discuté du planning de la mise à disposition du terrain sis Pied du Bois Gilles pour les forains.  La procédure de marché public a été lancée pour les travaux d’aménagement du terrain.  Les offres sont attendues pour le 14 décembre 2010 et les travaux ne pourront donc débuter qu’en mars.  La durée estimée pour ces travaux est de 3 mois et le déménagement est ainsi prévu pour le 30 juin.

 

- Le MR a voté une motion de soutien à l’exposition internationale 2017 à Liège, sachant que Herstal est impliquée dans le projet puisqu’elle fait partie de la société chargée de coordonner et de réaliser toutes les étapes nécessaires au dépôt de la candidature et surtout que les retombées directes et indirectes sur la Ville d’un tel évènement seront énormes que ce soit en termes de mobilité (aménagements routiers, arrivée du tram), d’urbanisme (transformation du site au terme de la manifestation en éco-quartier, valorisation des alentours et notamment de notre périmètre de rénovation urbaine,…) ou sur un aspect touristique et commercial (horeca, hébergement, mise en valeur du patrimoine historique).

Le MR a toutefois insisté sur la nécessité d’avancer sur le tram et d’enfin concrétiser le tracé de celui-ci, afin que, si la candidature de Liège est retenue, l’exposition n’engendre pas une congestion du trafic routier sur le territoire de notre Ville.  Le Bourgmestre a rejoint cette préoccupation et a assuré que le tram irait au moins jusqu’à la gare de Herstal en 2017.

 

- Les habitants du quartier Marexhe, et plus particulièrement ceux de la rue Petite Voie, souhaiteraient que leur rue soit mieux entretenue, notamment par un passage du Glutton mais également par un entretien plus régulier des avaloirs.

L’Echevin a rappelé que le Glutton a été acquis exclusivement pour le centre de Herstal.  Il ne passe pas rue Petite voie, notamment pour des raisons de sécurité du personnel, mais quand sa capacité le permet, il peut parfois être utilisé jusque l’Esplanade de la Paix. 

La rue Petite Voie est en revanche couverte par la tournée de la balayeuse et du camion vidangeur qui effectuent en principe deux passages par an.

 

- Le MR a réclamé le nettoyage des tags et graffitis sur le bâtiment de l’Ecole du centre.  L’Echevin a précisé que la Ville n’est pas compétente pour sanctionner ce type de délit.  Les responsables doivent donc être appréhendés par la police et le dossier est ensuite transmis au parquet.  Si ce dernier n’engage pas de poursuites, la Ville est libre de demander une réparation au niveau civil.  5 tagueurs ont ainsi été appréhendés et ont dû acquitter la facture de nettoyage.  Concrètement, le nettoyage se fait par une firme extérieure.  La procédure de marché public visant à désigner cette firme va être lancée afin de nettoyer les tags, réalisés à l’occasion de la présence d’un échafaudage sur le bâtiment.

 

- Le Conseil s’est étonné du coût annoncé pour un projet de marché relatif à la fourniture d’une tondeuse industrielle de 150 cm de largeur de coupe minimum destinée au service des Plantations.  En effet, 54.000 EUR, ça semble fort cher pour une tondeuse !  Le Bourgmestre estime la dépense nécessaire en raison des 110.000m2 de terrains à tondre (terrains de foot, arboretum, résidence Louis Demeuse…) chaque semaine sur le territoire de la Ville.

 

- Le MR a soutenu la modification du règlement communal d’administration intérieure sur la collecte des déchets qui introduit enfin dans celui-ci les dérogations pouvant être obtenues.  Dans ces cas, les habitants peuvent être autorisés à utiliser des sacs roses plutôt que les conteneurs.  Il s’agit :

1) de dérogations collectives, pour les occupants d’immeubles qui soit, sont situés dans des voiries inaccessibles par le camion chargé de la collecte, soit, ne disposent pas de lieux de stockage des conteneurs dans un local commun suffisant ou approprié, ou encore qui ne disposent pas à leurs abords, de lieux de vidange suffisants ou appropriés.

2) de dérogations liées à l’inaccessibilité de l’immeuble par le camion de collecte, si la distance entre le lieu de vidange par le véhicule de collecte et l’immeuble est supérieure à 50 mètres.

3) de dérogations liées à la configuration des lieux, lorsque l’accès privé au logement ne permet pas, techniquement, l’utilisation d’un conteneur, en l’absence de tout lieu de stockage ailleurs.

4) de dérogations liées à l’état de santé de l’occupant, qui prouve au moyen d’une attestation médicale que sa réduction de mobilité ou son état de santé rend l’utilisation du conteneur difficile voire impossible.

26/07/2011

Le Conseil communal du 9 septembre 2010 en bref

maison cale.jpg

- Le MR s’est abstenu sur le projet de marché de travaux relatif à l’aménagement du terrain communal sis rue Pied du Bois Gilles.  Il s’agit d’aménager un terrain pour accueillir les forains expulsés du quai de l’Abattoir en raison de la construction du nouveau hall omnisports.

L’aménagement de ce terrain fait suite à la convention passée entre la Ville de Herstal et les forains dans le cadre d’une conciliation devant la justice de paix.  En vertu de cette convention, les forains s’engagent à quitter le terrain du quai de l’Abattoir au plus tard pour le 31 décembre 2010.  Le terrain de la rue Pied du Bois Gilles sera mis à disposition des forains pour une durée indéterminée.  Toutefois, dès qu’il ne subsistera plus au minimum 12 familles sur ledit terrain, cette mise à disposition prendra fin pour l’ensemble des familles moyennant un préavis de 6 mois.  Ce terrain sera aménagé et équipé (voiries, plantations, eau, électricité, égouts) et comprendra 25 parcelles d’une superficie de 168 m² par parcelle et une aire de parking pour les véhicules et métiers forains.  Le loyer est fixé à 200 EUR par mois et est indexé annuellement.

Conformément à ce qui avait été évoqué, aucun subside n’a pu être obtenu pour l’aménagement du terrain, qui n’accueille pas de gens du voyage. 

L’impact de l’arrivée des forains sur le quartier a également été évoqué.  Selon le Bourgmestre, cela ne va pas révolutionner le passage dans la rue Pied du Bois Gilles.  S’il reconnaît que celle-ci n’est pas en bon état (comme l’avait déjà signalé le MR en 2007), surtout dans les deux derniers tronçons, une rénovation complète de la rue n’est pas prévue pour tout de suite.  En effet, le quartier compte trois passages à niveau (celui au pied de la rue Charlemagne, celui avant la Place César de Paepe et celui de la rue de la Baume).  L’objectif du Bourgmestre est qu’Infrabel, qui envisage de supprimer ces passages à niveau, prenne une partie de la rénovation des voiries en charge.  Si ces travaux sont effectués, la rue Pied du Bois Gilles deviendra un cul de sac.  En effet, en ce qui concerne le passage à niveau rue de la Baume, l’idée est de faire un passage sous voie pour les piétons et les cyclistes.  Toutefois, on ne connaît pas à l’heure actuelle le timing précis de ces travaux.  Si le délai de réalisation de ceux-ci s’avère trop long, une petite rénovation à court-terme sera effectuée par les services communaux.  Dans ce cas, il pourrait être intéressant d’examiner avec l’expert en mobilité de la commune l’intérêt de mettre temporairement la rue en circulation locale.

 

- Le site Internet de la ville de Herstal fournit des informations quant à l’avancement des travaux de réaménagement du centre urbain et aux désagréments occasionnés.  Toutefois, il ne fournit pas vraiment d’informations quant au trajet emprunté par les bus des TEC pendant la durée de ces travaux.  Le site Internet des TEC renseigne les perturbations sur les lignes concernées. 

 

- Le Conseil a de nouveau fait le point sur le dossier très sensible de l’Esplanade de la Paix. Le projet de Visimmo comportait deux facettes : d’une part, un terrain situé sur la gauche en venant de Coronmeuse, sur lequel l’architecte Valentini souhaitait ériger la fameuse tour « infernale » de 27 étages, et, d’autre part, un terrain situé sur la droite où se trouvait un vestige de station-service. 

En ce qui concerne le terrain de gauche, le propriétaire du terrain, qui souhaite le valoriser au plus vite, n’a actuellement plus d’acheteur.  Il est ainsi dans l’attente d’un vrai projet présentant des caractéristiques urbanistiques acceptables.  A ce jour, rien n’a encore été rentré.  On sait toutefois aujourd’hui que le propriétaire envisagerait deux immeubles, plus petits que la tour initialement prévue (un de 11 étages et un autre de 8 étages). 

Sur le terrain situé en face, la station-service à l’abandon est en train d’être reconstruite sur base d’un permis accordé en 1999 pour une station-service et un car-wash.  Pas de tour donc à cet endroit, contrairement au projet déposé à l’époque par Visimmo (qui souhaitait y construire une deuxième tour, plus petite que la première). 

 

- La question de la sécurité de la circulation rue de l’Agriculture est revenue sur la table du Conseil.  A cet égard, le point de vue du Bourgmestre est radicalement différent de celui émis en 2008 (à l’époque, le Bourgmestre avait expliqué qu’il n’était pas prévu que cette rue serve d’axe de communication entre les différentes entités d’Herstal.  Pour cela, il entendait plutôt privilégier la rue de Milmort).  A présent, en effet, les options préconisées par le plan communal de mobilité sont connues et celui-ci qualifie la rue de l’Agriculture de route de liaison, même s’il préconise aussi d’y réduire la vitesse.  Il lui donne une importance non négligeable, toute autre que celle d’une route de quartier.

Si les risques d’accidents doivent être relativisés au vu des statistiques en la matière (un accident grave depuis début 2009), il est néanmoins évident que cette voirie présente des facettes de risque par le nombre de véhicules qui l’empruntent, sa physionomie en ligne droite et des trottoirs quasi inexistants.  Selon le bourgmestre, les choses pourraient être un peu améliorées à court-terme grâce à quelques emprises, accotements et éventuellement la mise en sens unique d’un tronçon de la route.  Des réflexions sont en cours de finalisation au sein de la commission AMSR de la Ville.  Une solution de fond devra également être trouvée à long-terme vu la montée en régime de la voirie.  Cela pourrait être le cas via un prochain plan triennal.

Cela n’arrange toutefois pas les affaires des habitants de la rue dont l’aspect campagnard va être clairement altéré et dont le bien va être dévalué.

 

- Les habitants des rue des Artisans, J. Piette Tinlot et du 3 Juin se plaignent de dégâts à leurs immeubles, qu’ils attribuent au détournement de la circulation suite aux travaux entrepris au carrefour des rues Célestin Demblon, Louis Demeuse et Avenue de l’Europe.

Selon les techniciens de la Ville, il ne paraît pas qu’un lien puisse être établi entre ces dégâts et le chantier.  Le Bourgmestre conseille aux personnes concernées d’introduire une déclaration de sinistre auprès de leur compagnie d’assurance qui fera une recherche de responsabilité.

 

- l’Echevin LEFEBVRE a fait part des actions de communication prévues avant l’entrée en vigueur du nouveau système de collecte des déchets.

Début septembre, les citoyens ont reçu une première information sur le changement de collecte en même temps que les avertissement-extraits de rôle relatifs à la taxe sur l’enlèvement des immondices

Le 15  septembre 2010, les services communaux seront sensibilisés à la question afin de pouvoir répondre aux inquiétudes des citoyens.  Il en sera de même le 6 octobre avec les groupes-relais (comités de participation).

Le 11 octobre, un premier mailing sera envoyé par Intradel à destination du grand public.  Le courrier reprendra les dates des différentes séances d’information qui seront organisées.  Elles se tiendront dans les différents quartiers.  La Ville et Intradel pourront ainsi communiquer vers le citoyen et écouter ses préoccupations

Le 18 octobre, un deuxième mailing sera envoyé, toujours par Intradel, au sujet de la capacité des conteneurs.

D’octobre à novembre, les différents modèles de conteneurs seront exposés au service Environnement et dans les antennes administratives.

Début novembre, un dernier mailing sera envoyé par Intradel afin que les citoyens puissent confirmer leur choix de conteneur et la date de livraison. 

 

- La question d’une future extension du Parc Industriel des Hauts-Sarts est revenue sur la table du Conseil.  Il y a quelques semaines, la Région Wallonne a en effet à nouveau consulté le Collège communal à ce sujet (2 projets d’extension sur Herstal, principalement sur le village de Liers).

Dans sa réponse, l’Echevin a commencé par rappeler les répercussions d’une extension du parc industriel :

1) au niveau de la mobilité, d’importants problèmes sont déjà constatés actuellement à Milmort, qui est traversé par une série de poids lourds en provenance des autoroutes et que les GPS amènent au cœur des quartiers, ce qui est source de nuisances pour les riverains mais a également une répercussion sur l’état des voiries.  Afin d’assurer la jonction entre les 3 zones actuelles des Hauts-Sarts, il faudrait créer une zone de contournement qui ne passe pas par les villages mais par des voiries adaptées et impose d’élargir le pont de bêche.  Une extension du parc industriel amènerait de plus un nouveau charroi transitant par les voiries de Liers, qui ne sont pas adaptées pour cela.

2) au niveau de l’égouttage, le réseau est déjà actuellement presque saturé.  La construction de bassins d’orage est d’ailleurs imposée depuis plusieurs années aux entreprises désireuses de s’installer sur le territoire communal.

En conclusion, la ville de Herstal a émis un avis négatif sur le projet d’extension du zoning, tout en rappelant les potentialités existantes dans la zone de rénovation urbaine (friches industrielles).  Le MR salue cette volonté de l’Echevin de conserver à Liers son caractère rural et espère que la Ville s’en tiendra à cette position.

02/09/2010

Budget communal 2010 : la position du MR

Le groupe MR a voté contre le budget communal 2010.  En tant que chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix :

 

Tant de travaux sont envisagés sur la commune que l’on a parfois l’impression que le collège va jeter une bombe sur la ville et tout reconstruire !

 

Il est évident que des travaux sont nécessaires pour redynamiser Herstal et rendre la ville plus attractive.  Ceci dit, les travaux lancés actuellement tous azimuts ne recueillent pas l’adhésion : le projet de réaménagement du centre urbain a fait l’objet de nombreuses critiques émanant tant des riverains que des commerçants, le projet de Nouvel Hôtel de Ville a reçu un vote défavorable au niveau de la CCATM (commission consultative d’aménagement du territoire et de la mobilité), le projet de tour à l’Esplanade de la paix qui a plutôt suscité la guerre…C’est bien beau de chercher l’obtention de subsides, mais cela ne doit pas devenir un motif pour faire tout et n’importe quoi.  Qu’il s’agisse ou non d’un projet subsidié, l’argent dépensé provient toujours de la poche du contribuable.  Hors de question pour le MR d’imposer une tour de 27 étages parce que des subsides permettent dans ce cas d’obtenir un pseudo-espace vert ou de changer le visage de la ville sans l’adhésion de ses citoyens.

 

De plus, il est inquiétant, en termes d’éthique politique, d’entendre le Bourgmestre préciser dans sa présentation du budget qu’il compte sur les liens d’amitié unissant l’Echevin EPH-Cdh au Ministre Cdh André ANTOINE, en charge des sports et des infrastructures sportives, pour débloquer rapidement les subsides escomptés par la ville de Herstal en matière sportive.

 

Au-delà de l’action au niveau public, on ne note pas de volonté de favoriser l’initiative purement privée en termes de rénovation, par exemple en diminuant les additionnels au précompte immobilier pour les personnes qui rénoveraient leur habitat de manière significative.  Je le souligne à chaque budget : la  pression fiscale est de manière générale beaucoup trop élevée à Herstal.

 

Par ailleurs, certains investissements commencent à ressembler de plus en plus à des puits sans fonds, comme notamment le nouveau hall omnisports de la Préalle.   Au-delà de la construction même du bâtiment, il y a les frais de fonctionnement mais aussi tous les frais ultérieurs qui viennent encore alourdir la facture : par exemple : construction de bâtiments complémentaires pour le foot (+100.000 EUR par rapport à 2009), construction d’un bâtiment annexe (X2 par rapport à 2009 soit 820.000 EUR,…l’estimation des travaux a été revue à la hausse sur base du projet présenté au collège par l’architecte).  Espérons qu’il n’y ait pas de semblables sous-estimations dans d’autres dossiers (NHV, nouveau hall du centre,…). 

 

Les dépenses de représentation continuent à augmenter : jumelage (+7500 EUR), présentation des projets communaux (+10000), frais de déplacement des mandataires (+5000 EUR), frais de réception (une nouveauté : 12500 EUR)

 

Au niveau de la politique économique, rien n’est vraiment prévu hormis des manifestations de promotion épisodiques (braderies, foire des métiers de bouche, etc.)  Le stationnement est un problème crucial depuis des années, et le sera plus encore à l’avenir avec les nouveaux projets.  Or, aucune solution n’a été dégagée à cet égard.  L’accent est donc plus mis sur des dépenses anecdotiques (bien qu’utiles) que sur ce qui est indispensable à la survie du tissu commercial – ou de ce qu’il en reste.

 

De même, la politique de la jeunesse est noyée dans les projets intergénérationnels, sur lesquels on est plus que dubitatifs.  En revanche, des projets à nos yeux plus porteurs, comme les terrains multisports, qui seraient accessibles à tous les jeunes, qu’ils soient ou non membres d’un club, et dans leur quartier, sont reportés.

 

Lire l’article du journal La Meuse

 

Lire l’article du journal Le soir

05/05/2009

Le Conseil communal du 26 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le projet de délocaliser le stade du Standard à Coronmeuse est revenu sur la table du Conseil, mais sans que l’on en apprenne beaucoup plus à ce sujet.  Le Bourgmestre a répété que la SPI+ avait été chargée de réaliser une étude à ce sujet, et qu’il ressortait de celle-ci que le site de Coronmeuse pourrait convenir.  Une autre phase de l’étude, plus précise, devrait être commandée par le Standard à la SPI+ mais ça n’a pas encore été le cas.  Frédéric DAERDEN a dit rejoindre les préoccupations des conseillers quant aux nuisances que l’arrivée du stade à cet endroit du territoire de la Ville de Liège pourrait engendrer.  Dans un courrier qu’il lui a adressé en décembre, il a d’ailleurs déjà sensibilisé Willy DEMEYER quant aux aspects qui l’inquiètent plus particulièrement  à savoir l’aspect urbanistique (gabarit, lieu d’implantation, comptabilité avec constructions adjacentes), la mobilité (déplacements et stationnement, risque d’engorgement de la voirie située sur notre territoire), la sécurité et le maintien de l’ordre public. Il a ainsi demandé au bourgmestre de Liège que ces différents aspects soient intégrés dans la réflexion.  La ville de Liège a répondu à ce courrier en janvier en précisant que ces aspects seraient pris en compte quelque soit le site retenu et que si le site de Coronmeuse était sélectionné, la commune de Herstal serait associée à la réflexion.  Frédéric DAERDEN a toutefois rappelé que le site d’implantation relève de l’autonomie du standard et de la ville de liège, et que par conséquent le pouvoir de Herstal en la matière est limité. Depuis cet échange de courrier, il n’y a plus eu de nouvelles officielles.  Le coût pour Herstal si le stade était implanté à Coronmeuse (frais de police, stationnement, organisation de la circulation, nuisances sonores et autres) est impossible à évaluer à l’heure actuelle, le dossier comportant trop d’inconnues.  Quant à l’argument de l’espace vert actuellement utilisé par les habitants de Herstal à cet endroit et qui serait perdu, le Bourgmestre promet une réflexion sur les abords en cas de certitude sur l’implantation du stade.

 

- Le Conseil communal a voté l’achat de poubelles et cendriers publics destinés à la collecte des petits déchets dans le domaine public.  Des poubelles plus grosses seront installées aux endroits stratégiques afin de limiter le nombre de vidanges.  L’Echevin a en revanche rejeté la proposition d’achat de poubelles permettant un tri sélectif – pourtant moins chères – au motif qu’il faut également réfléchir à la problématique de la collecte.

 

- En novembre 2007, un projet d’envergure était annoncé dans le cadre de la réhabilitation de l’ancien site des Forges de Zeeburges avec la création de 54 Lofts de standing.  Depuis ces grands effets d’annonce, le projet semble retombé dans l’oubli, alors que contrairement par exemple au dossier de l’Esplanade de la paix, où le Bourgmestre veut confiner des centaines de personnes sur un espace déjà fort peuplé, le site de FZ est depuis longtemps vide et ne demande qu’à être réaffecté, sans risque de surpeuplement.  La crainte était donc que ce beau projet soit tombé à l’eau mais d’après l’Echevin, il n’en est rien.  Le permis unique a été délivré par le collège en novembre 2008 et le chantier devrait débuter en août 2009.  Il reste à espérer que les appartements trouvent acquéreur malgré leur prix fort élevé pour une commune sinistrée comme la notre.

 

- A Herstal, le coût des funérailles pour les indigents est assumé par la commune, la collectivité.  Tout en reconnaissant que donc Herstal n’a pas la pire des politiques en la matière en comparaison avec d’autres commune, la demande visait à ce que l’on aille encore un pas plus loin en identifiant les tombes ou urnes des indigents par une plaque en résine gravée de quelques centimètres reprenant le nom, prénom et éventuellement la date de décès du défunt (il n’est donc pas question d’apposer des signes religieux).  Cela ne devrait pas représenter un coût trop important pour la collectivité ni grever le budget de la commune tout en marquant un certain respect pour ces personnes démunies et en permettant à leurs éventuels proches de pouvoir se recueillir.  Cela correspondrait aussi aux recommandations de la Région wallonne qui stipulent que la tombe est la norme et non l’exception.  S’en est suivi un dialogue de sourds avec l’Echevine THOMSIN, qui s’est obstinée à rappeler que la politique de la commune n’est pas mauvaise envers les indigents, ce que nul n’a pourtant contesté.  L’Echevine s’est finalement retranchée derrière le fait que la commune doit respecter un principe d’égalité devant les funérailles et qu’il ne serait pas opportun de distinguer les indigents des autres au moyen d’une plaque, ce qui n’a convaincu personne.  Comme quoi le parti socialiste n’a pas le monopole du social et comme l’a dit la Conseillère Bernadette Vandenbergh : « les morts ne vous intéressent pas, ils ne votent pas ! »

15/04/2009

Le Conseil communal du 5 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le Bourgmestre a présenté le projet rentré par la commune de Herstal dans le cadre du plan de cohésion sociale 2009-2013 de la Région wallonne  L’objectif est, en synthèse, de lutter contre les formes de précarité et les facteurs d’insécurité en assurant le développement social des quartiers.  Le PCS se décline en actions coordonnées au sein de quatre axes : l’insertion socioprofessionnelle, l’accès à un logement décent, l’accès à la santé et le traitement des assuétudes (voir à ce sujet ma proposition de création d’un « point cannabis »), le retissage des liens sociaux, intergénérationnels et interculturels.  Concrètement, l’idée de la commune dans le cadre de ce PCS est de mettre en place une « maison de la cohésion sociale » ainsi que des relais installés dans des maisons intergénérationnelles, situées dans les actuels locaux de pensionnés (à Vottem, Milmort, Liers, Pontisse, La Préalle et Marexhe – où il devrait en être créé un).  Selon l’Echevin et le bourgmestre, cet outil devrait permettre aux partenaires d’avoir accès à  l’ensemble de l’information et d’avoir des lieux de rencontre et de travail mis à disposition par la commune.  Le budget afférant au PCS pour cette année est de 542.000 EUR, dont 25% à charge du budget communal.  Une dizaine de personnes devraient être engagées dans ce cadre.  L’opposition s’est, quant à elle, abstenue sur le projet, estimant que la réflexion n’était pas suffisamment aboutie alors que Herstal part de rien (notre commune a été classée 249e sur 262 en termes de cohésion sociale, tous les indicateurs étant dans le rouge).  La mise en place de cette maison de la cohésion sociale est certes une bonne idée, mais concrètement, quelle sera la politique menée ?  Tel que présenté, le projet de la commune laisse l’impression que l’on s’inscrit plus dans le registre des bonnes intentions que dans une politique globale et réfléchie à long terme.

- Dans le cadre du dossier de l’Esplanade de la paix, le projet d'arrêté de subvention a été approuvé majorité contre opposition, celle-ci doutant de la pertinence du projet dans le cadre de la revitalisation et estimant que le projet d’espace vert – ou plutôt de pelouse – est de la poudre aux yeux.  Le MR a pour sa part regretté l’autisme du Bourgmestre face au ressenti plus que négatif de la population par rapport au projet tel qu’exposé dans la presse.

- Le Conseil a voté à l’unanimité l’acquisition d’un système de vidéosurveillance destiné à surveiller les zones propices aux dépôts clandestins (bulles à verres, dessous de ponts, etc.)

- L’avenir du stade de football situé rue Delsupexhe à Herstal a été évoqué.  En effet, des rumeurs vont actuellement bon train quant à une éventuelle réaffectation  de celui-ci (centre commercial ou encore station essence avec relais pour routiers).  Le stade en question se situe sur un terrain qui appartenait initialement à la Région Wallonne.  En 2007, le SPW (anciennement MET) a revendu le bien à Urbanicom, qui souhaite y implanter un centre commercial de 5000 m².  La commune a déjà délivré le permis socio-économique, mais il faut encore voir l’avis du fonctionnaire délégué de la Région wallonne.  Le Bourgmestre soutient ce projet en raison du caractère déjà commercial de ce pôle et de la présence à proximité de la future ligne de tram.

- Le projet de ligne de tram, précisément, est revenu sur la table du Conseil.  La question était cette fois de savoir si cette donnée allait être intégrée au futur plan communal de mobilité (PCM).  Le Bourgmestre nous a fait savoir que le PCM ne parlerait que très vaguement du tram car à l’époque où l’on a commencé son élaboration, il n’y avait pas d’éléments concrets à ce sujet.  Ce plan n’est toutefois pas figé, il ne s’agit que d’une orientation stratégique, rien n’est donc définitif.  Au niveau du plan urbain de mobilité cette fois (PUM), qui est, lui, un outil supracommunal, tout ce qui est dit au sujet du tram, c’est que les conditions d’exploitation sont réunies dans la vallée de la Meuse, entre Jemeppe et Herstal, alors que ce n’est actuellement pas le cas ailleurs. C’est au TEC Liège et à la SRWT de réaliser une étude complète sur la meilleure manière de réorganiser le transport en commun en fonction du tram.  On sait déjà que des parkings-relais sont envisagés sur Herstal (l’un au terminus de Basse-Campagne et l’autre à Coronmeuse).  Mais les infos concrètes ne seront, selon le Bourgmestre, disponible que fin 2009 voire début 2010.

- Une enquête sur la propreté publique a été menée à la demande du Ministre LUTGEN dans les 262 communes wallonnes entre le 7 août et le 12 octobre 2008 par le bureau d’études SONECOM.   Sans grande surprise, les résultats de cette enquête, récemment dévoilés dans la presse, ne sont pas très positifs pour Herstal, classée comme « peu satisfaisante ».  L’Echevin a répondu ne pas encore avoir reçu les résultats détaillés de cette enquête, et donc, ne pas pouvoir les présenter au conseil.  Il a également souligné les actions déjà mises en place : existence d’un numéro vert, actions de sensibilisation et d’éducation, poubelles supplémentaires (y compris des poubelles spécifiques pour les déjections canines), achat d’une nouvelle balayeuse,...  L’Echevin a également fait part de sa volonté de faire réaliser une autre enquête, plus précise, destinée à compléter la démarche du Ministre.  Sur la propreté, à noter également cet article du journal La Meuse qui classe Herstal parmi les « mauvais élèves » en raison d’une augmentation de 2% du volume des déchets ménagers par habitant entre 2007 et 2008.

26/03/2009

Communiqué de presse : Frédéric DAERDEN tente de vendre à l’opposition un chat dans un sac

2008 039

Les groupes Ecolo, PTB et MR au conseil communal de Herstal s’unissent pour dénoncer les nombreuses zones d’ombre du projet de revitalisation urbaine pour l’Esplanade de la paix.

 

Ils ont en effet l’impression que leur Bourgmestre tente de leur vendre un chat dans un sac.  Pourquoi ?

 

Lorsque le conseil a été appelé à se prononcer sur le périmètre et le dossier-projet de rénovation urbaine ainsi que sur la convention entre la commune et le promoteur en octobre 2008, le projet a été présenté aux conseillers sous son meilleur jour, en dissimulant tous les éléments dérangeants de celui-ci, dont notamment la hauteur de la tour.  C’est une fois de plus grâce à la presse que les élus ont pu être informés de la teneur exacte du projet, et non par les autorités communales.  La question qui se pose aujourd’hui est : pourquoi cette volonté de dissimulation ?  Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

 

Tout d’abord, il faut regretter l’absence de réponse du Bourgmestre à deux courriels envoyés par une conseillère à ce sujet.

 

Ensuite, ce n’est pas, contrairement à ce qu’ont avancé certaines mauvaises langues lors des débats, le travail de l’opposition qui est ici à remettre en cause : en octobre 2008, c’est en urgence que le point avait été inscrit à l’ordre du jour.  Les conseillers n’en ont donc pris connaissance que lors des débats, sur base des seuls éléments que la majorité PS-EPH a bien voulu leur expliquer, sans possibilité de consultation préalable du dossier. 

 

La notion d’urgence permet l’inscription d’un point supplémentaire le jour même du Conseil lorsque le vote sur celui-ci ne peut attendre le mois suivant sans porter préjudice aux intérêts de la commune et, selon les termes du Code de la démocratie locale « occasionner du danger ».  Ayant enfin pu prendre connaissance des pièces du dossier, Anne-Marie BALTHASART (ECOLO), Jennifer MAUS (MR) et Nadia MOSCUFO (PTB+) ont rédigé ensemble un courrier à l’attention du Secrétaire communal demandant que la motivation de l’urgence leur soit clairement expliquée par écrit, celle-ci n’ayant pas été développée en conseil et n’apparaissant pas au procès-verbal.

 

Afin d’éviter une crise de confiance dans le fonctionnement démocratique communal, les trois drôles de dames exigent aujourd’hui que toute la lumière soit faite sur ce dossier.  Les arguments – du reste contradictoires – de Frédéric Daerden quant à l’étendue de sa connaissance du projet et des plans n’ont pas convaincus, voire même, inquiètent.  Après avoir passé l’ensemble du dossier au peigne fin, trop d’inconnues subsistent encore, par exemple, quant au titre de propriété du terrain sur lequel la construction de la tour est envisagée.

 

Anne-Marie BALTHASART (Ecolo)

Jennifer MAUS (MR)

Nadia MOSCUFO (PTB+)

 

Lire l’article du journal La Meuse

 

Lire l’article du journal Le Soir