30/08/2012

Question orale de J. Maus relative à la pollution aux particules fines sur Herstal

Question

 

Il s’agit de revenir sur ma question posée en octobre dernier quant à l’implication de la société TERVAL dans la pollution aux particules fines sur Herstal.

 

D’après des articles parus récemment dans la presse, il semblerait que deux sociétés situées sur l’île Monsin soient aujourd’hui clairement incriminées par l’étude de la Région Wallonne menée à ce sujet (TERVAL qui concasse et stocke du charbon et CTB Magemon qui stock des produits minéraux).

 

Quels sont nos moyens d’actions concrets, sachant que ces deux sociétés ne sont pas établies sur notre territoire ?  Qu’en est-il actuellement du recours de Terval contre les conditions imposées dans le cadre de son nouveau permis d’environnement) ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par signaler que le point de mesurage est à la limite entre Liège et Herstal et dépasse les normes à cause d’une pollution sur le territoire de la Ville de Liège.

 

Quoiqu’il en soit, nous avons enfin les resultats et il va falloir les affiner.  Pour le Bourgmestre, il serait bon de prévoir, dans le cadre d’une commission du conseil, un débat spécifique sur ce thème avec des représentants de l’ISSEP.

 

La société la plus incriminée a demandé un renouvellement de son permis.  A cette occasion, la Ville de Liège a indiqué les mesures qu’il serait bon de prendre en termes de protection environnementale.  Ladite société a donc introduit un recours.  Le Ministre a sans doute de quoi refuser celui-ci, au vu du rapport de pollution.  Par ailleurs, les comités de participation de Herstal ont récolté plus de 1000 signatures dans le cadre d’une pétition à ce sujet.  Le collège a relayé cette pétition auprès du ministre et espère que cela  aura un impact.  La Ville n’a pas de pouvoir décisionnel, bien que le problème implique son territoire.  La seule possibilité reste de sensibiliser l’autorité régionale compétente.

22/11/2011

Proposition de motion de J. Maus visant à l’amélioration de la mobilité et du cadre de vie à Milmort

Proposition

 

« Vu l’article 80.1 de l’arrêté royal du 1.12.1975 portant règlement général sur la police de la circulation routière ;

 

Vu l’article 13 de la loi relative à la police de la circulation routière, coordonnée par l’Arrêté royal du 16.3.1968 ;

 

Considérant le souhait de mettre en œuvre la ZACC 4 dite « Derrière les jardins Martin » à Milmort ;

 

Considérant que le Rapport Urbanistique et Environnemental a estimé que cette mise en œuvre amènerait plus de 500 nouveaux habitants ;

 

Considérant également l’implantation d’un lotissement entre les rues Masuy et Clos du Cerisier ;

 

Considérant par ailleurs, les conclusions du Plan de Mobilité signalant l’importance du trafic de transit lié au Zoning des Hauts-Sarts sur le territoire de Milmort et plus particulièrement les nuisances dues au passage de poids lourds dans les rues du village;

 

Considérant également le caractère semi-rural de Milmort qu’il convient de préserver, conformément aux options retenue par le Schéma de structure communal ;

 

Considérant l’importance de garantir aux citoyens et aux acteurs économiques implantés sur notre territoire une mobilité durable et efficace ;

 

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un cadre de vie agréable pour l’ensemble des herstaliens ;

 

Le Conseil DECIDE

 

1)      de confier au service d’études de la Ville le soin d’élaborer un rapport, d’ici la fin du 1er trimestre 2011, sur la manière la plus opportune d’encourager les véhicules de plus de 3,5 tonnes (à l’exception des transports en commun et des véhicules à usage agricoles) en transit vers et à l’intérieur des Hauts-Sarts à emprunter les autoroutes ou voiries adaptées et de limiter ainsi leur passage par le village de Milmort

 

2)      de charger le Collège d’initier, dans les mêmes délais, des contacts avec la SPI+ et Infrabel afin de trouver une solution au problème de gabarit posé par le pont de chemin de fer qui surplombe la rue Bêche afin d’assurer une liaison efficace entre les différentes zones des Hauts-Sarts, ou de trouver une solution équivalente permettant d’atteindre cette objectif

 

3)      de charger le Collège de proposer un Plan Communal d’Aménagement spécifique à Milmort et développer un vrai projet de village, conformément au Schéma de structure communal et en concertation avec les Milmortois »

 

Réponse

 

Le Bourgmestre s’est tout d’abord réjoui de constater que les idées de l’opposition et de la majorité peuvent se rejoindre autour de certaines recommandations du plan communal de mobilité (PCM).

 

La question de l’élargissement du Pont de Bêche, qui est la propriété de la SNCB, a été évoquée une dizaine de jours auparavant avec les représentants de cette dernière. Tout le monde s’accorde sur la nécessité de procéder à son élargissement.  Toutefois, le Bourgmestre estime qu’il est impossible de dire dans quel délai cette opération pourra être réalisée.

 

Le Bourgmestre reconnaît également qu’il est nécessaire d’adapter la signalisation du zoning.  La question a d’ailleurs été abordée avec la SPI+.  De même, il espère que l’extension du zoning des Hauts-Sarts sur Oupeye permettra une rapide amélioration des accès autoroutiers du zoning.

 

Il confirme par ailleurs la nécessité de dissuader le trafic de poids lourds dans les rues du village par la création de portails, casse-vitesses, contournements, chicanes, etc.

 

Il demeure en revanche difficile d’agir par rapport aux itinéraires préconisés par les GPS.  Si même une route est mise en « circulation locale », le GPS conseille malgré tout à l’utilisateur de l’emprunter.

 

Tous ces constats n’ont toutefois pas empêché la majorité, contre toute logique, de voter contre la proposition et de refuser de s’engager sur des délais pour un quelconque aménagement…

 

Lire l'article du journal La Meuse

 

Lire l'article de la Dernière Heure

15/11/2011

Conseil communal du 21 décembre 2010 : les points déposés par le MR

groupe.jpg

1.  Question orale des groupes ECOLO/MR/PTB+ relative à la création d’une zone de police unique pour la Basse-Meuse

2.  Proposition de motion visant à l’amélioration de la mobilité et du cadre de vie à Milmort

3.  Question orale relative à un bâtiment abandonné situé rue du Grand Puits

 

08/11/2011

Le Conseil communal du 25 novembre 2010 en bref

maison cale.jpg

-Le Conseil a discuté du planning de la mise à disposition du terrain sis Pied du Bois Gilles pour les forains.  La procédure de marché public a été lancée pour les travaux d’aménagement du terrain.  Les offres sont attendues pour le 14 décembre 2010 et les travaux ne pourront donc débuter qu’en mars.  La durée estimée pour ces travaux est de 3 mois et le déménagement est ainsi prévu pour le 30 juin.

 

- Le MR a voté une motion de soutien à l’exposition internationale 2017 à Liège, sachant que Herstal est impliquée dans le projet puisqu’elle fait partie de la société chargée de coordonner et de réaliser toutes les étapes nécessaires au dépôt de la candidature et surtout que les retombées directes et indirectes sur la Ville d’un tel évènement seront énormes que ce soit en termes de mobilité (aménagements routiers, arrivée du tram), d’urbanisme (transformation du site au terme de la manifestation en éco-quartier, valorisation des alentours et notamment de notre périmètre de rénovation urbaine,…) ou sur un aspect touristique et commercial (horeca, hébergement, mise en valeur du patrimoine historique).

Le MR a toutefois insisté sur la nécessité d’avancer sur le tram et d’enfin concrétiser le tracé de celui-ci, afin que, si la candidature de Liège est retenue, l’exposition n’engendre pas une congestion du trafic routier sur le territoire de notre Ville.  Le Bourgmestre a rejoint cette préoccupation et a assuré que le tram irait au moins jusqu’à la gare de Herstal en 2017.

 

- Les habitants du quartier Marexhe, et plus particulièrement ceux de la rue Petite Voie, souhaiteraient que leur rue soit mieux entretenue, notamment par un passage du Glutton mais également par un entretien plus régulier des avaloirs.

L’Echevin a rappelé que le Glutton a été acquis exclusivement pour le centre de Herstal.  Il ne passe pas rue Petite voie, notamment pour des raisons de sécurité du personnel, mais quand sa capacité le permet, il peut parfois être utilisé jusque l’Esplanade de la Paix. 

La rue Petite Voie est en revanche couverte par la tournée de la balayeuse et du camion vidangeur qui effectuent en principe deux passages par an.

 

- Le MR a réclamé le nettoyage des tags et graffitis sur le bâtiment de l’Ecole du centre.  L’Echevin a précisé que la Ville n’est pas compétente pour sanctionner ce type de délit.  Les responsables doivent donc être appréhendés par la police et le dossier est ensuite transmis au parquet.  Si ce dernier n’engage pas de poursuites, la Ville est libre de demander une réparation au niveau civil.  5 tagueurs ont ainsi été appréhendés et ont dû acquitter la facture de nettoyage.  Concrètement, le nettoyage se fait par une firme extérieure.  La procédure de marché public visant à désigner cette firme va être lancée afin de nettoyer les tags, réalisés à l’occasion de la présence d’un échafaudage sur le bâtiment.

 

- Le Conseil s’est étonné du coût annoncé pour un projet de marché relatif à la fourniture d’une tondeuse industrielle de 150 cm de largeur de coupe minimum destinée au service des Plantations.  En effet, 54.000 EUR, ça semble fort cher pour une tondeuse !  Le Bourgmestre estime la dépense nécessaire en raison des 110.000m2 de terrains à tondre (terrains de foot, arboretum, résidence Louis Demeuse…) chaque semaine sur le territoire de la Ville.

 

- Le MR a soutenu la modification du règlement communal d’administration intérieure sur la collecte des déchets qui introduit enfin dans celui-ci les dérogations pouvant être obtenues.  Dans ces cas, les habitants peuvent être autorisés à utiliser des sacs roses plutôt que les conteneurs.  Il s’agit :

1) de dérogations collectives, pour les occupants d’immeubles qui soit, sont situés dans des voiries inaccessibles par le camion chargé de la collecte, soit, ne disposent pas de lieux de stockage des conteneurs dans un local commun suffisant ou approprié, ou encore qui ne disposent pas à leurs abords, de lieux de vidange suffisants ou appropriés.

2) de dérogations liées à l’inaccessibilité de l’immeuble par le camion de collecte, si la distance entre le lieu de vidange par le véhicule de collecte et l’immeuble est supérieure à 50 mètres.

3) de dérogations liées à la configuration des lieux, lorsque l’accès privé au logement ne permet pas, techniquement, l’utilisation d’un conteneur, en l’absence de tout lieu de stockage ailleurs.

4) de dérogations liées à l’état de santé de l’occupant, qui prouve au moyen d’une attestation médicale que sa réduction de mobilité ou son état de santé rend l’utilisation du conteneur difficile voire impossible.

06/09/2011

Le Conseil communal du 30 septembre 2010 en bref

maison cale.jpg

- Le conseil a fait le point sur la mise en application des sanctions administratives communales.  La nouvelle réglementation votée par le Conseil en juillet est entrée en vigueur le 1er septembre 2010.  Le même jour, un folder est paru annonçant la mise en application de ces nouvelles sanctions.  Depuis lors, le Bourgmestre s’est adressé au corps de police pour leur expliquer l’importance de ce nouveau système.  Les principaux aspects techniques du règlement ont également été expliqués par la fonctionnaire sanctionnatrice.  Enfin, un service spécifique aux sanctions administratives a été créé au sein du corps de police.

 

- Le MR a voté une proposition de motion de soutien aux entreprises et aux travailleurs actifs dans le secteur de l’industrie de la défense à Herstal.  Cette motion demande au Gouvernement Wallon de mener une concertation étroite avec la direction et les représentants des travailleurs de ce secteur afin de déterminer une législation qui, dans le sillage des dispositions européennes, concilie règles éthiques, d’une part, et développement de l’emploi, d’autre part.

Au nom du groupe MR, j’ai fait remarquer que les partis composant la majorité au niveau de la Ville sont aussi ceux qui composent celle du Gouvernement wallon.  Dès lors, ce serait le moment que le Collège herstalien fasse jouer les « relais » dont il aime tant à se prévaloir en campagne électorale.  Il est regrettable de mettre en péril l’emploi en essayant de se montrer plus catholiques que le Pape

 

- Le Bourgmestre a été interpellé suite à l’arrêt du chantier du Boulevard Zenobe Gramme, bien que les congés du secteur de la construction soient terminés.  Il apparaît que l’AIDE a demandé à effectuer des travaux pour la pose d’une canalisation de refoulement entre la station de pompage de Herstal 3 et Milsaucy, afin de ne pas devoir rouvrir la voirie ultérieurement.  Ce chantier devrait initialement être terminé pour les grandes vacances mais il ne le sera finalement qu’à la mi-novembre 2010.

Le Bourgmestre a rappelé que la ville est dépendante des impétrants dont les sous-traitants travaillent à leur rythme et qui ne tiennent pas compte des impératifs et des contraintes pour les riverains.

 

- Le Conseil a été amené à se prononcer sur certains points relatifs au plan de cohésion socialeLe MR s’est abstenu sur un marché à passer par procédure négociée sans publicité relatif à l’achat d’un minibus.  En effet, un tel minibus aurait bien plus répondu aux préoccupations de la population s’il avait été acquis afin de relier entre elles les différentes entités de Herstal plutôt que pour relier les différentes maisons intergénérationnelles.

Le MR a également voté contre une Convention de partenariat à passer entre la Ville de Herstal et l’ASBL Anim’anerie pour la création d’un potager communautaire, estimant malsain de nouer, une fois de plus, un partenariat avec une ASBL gérée par un Echevin.  André NAMOTTE a toutefois tenu à souligner qu’il ne touchait pas un franc dans cette opération.

 

- Le MR a voté contre les règlements-taxes relatifs aux centimes additionnels au précompte immobilier et aux additionnels à l’IPP pour l’exercice 2011

 

- Le MR s’est abstenu sur un projet de marché de fournitures de 24 abris de jardin pour le terrain de la rue Pied du bois Gilles destiné aux forains.

 

- La majorité a résolu, le jour même du Conseil, un problème de signalisation soulevé par le MR au niveau du carrefour entre les rues Louis Demeuse et Célestin Demblon.  Le marquage au sol, obligeant à tourner à droite se trouvait sur un tout petit espace (3m), juste devant l'arrêt du bus.  Les automobilistes étaient ainsi obligés de venir se placer devant le bus si celui-ci était à l'arrêt, voire même de lui faire une queue de poisson afin de tourner à droite. De ce fait, la plupart des automobilistes restaient sur la bande centrale alors que les flèches au sol obligent à tourner à gauche, ce qui est source de danger en plein carrefour.

 

- Le MR a voté l’adoption provisoire du schéma de structure communal (SSC) et du règlement communal d’urbanisme (RCU) tout en précisant qu’il était regrettable d’avoir mis tant de temps pour élaborer ces documents (les études étaient en cours depuis 2005 pour le SSC).  Quand presque tout est bâti, il est un peu tard pour développer une vision stratégique en matière d’urbanisme ! 

Le Bourgmestre a répondu que diverses raisons expliquaient la lenteur mise à l’élaboration du SSC, dont notamment le fait que l’ULg n’avait pas que cette étude à réaliser. Il n’y a, selon lui, rien de mal fait car les options reprises confirment ce qui a été réalisé sur le terrain.  En ce qui concerne le RCU, l’administration faisait déjà référence au projet de règlement dans l’examen des dossiers d’urbanisme en cours.

 

- Comme la fois précédente, le MR s’est abstenu quant au règlement communal d’administration intérieure sur la collecte des déchets, établissant le principe d’un ramassage, par Intradel, au moyen de conteneurs à puce, avec un conteneur séparé pour la fraction organique.  En effet, trop d’inconnues subsistent, les exemptions dont pourra bénéficier la population n’étant toujours pas définies à ce stade.  Par ailleurs, le règlement-taxe, établissant le coût du nouveau système pour le citoyen, sera soumis ultérieurement au vote du Conseil.

 

- Le MR a voté contre le cahier des charges pour un appel d’offres concernant la mise en concession de la gestion du marché public de Vottem, souhaitant, au vu des nombreux problèmes rencontrés sur le marché de Herstal centre, que la Ville prenne désormais à sa charge la gestion de l’ensemble des marchés hebdomadaires.  Par ailleurs, il serait souhaitable de favoriser le paiement des ambulants par carte bancaire pour limiter les transactions de la main à la main.

L’Echevin a souligné que selon lui, gérer un marché hebdomadaire est un métier et que certains concessionnaires le font très bien.  Il n’y a jamais eu de plainte en ce qui concerne le concessionnaire en charge du marché de Vottem.

Le Bourgmestre a, quant à lui, signalé qu’il serait attentif à l’attitude qu’allait avoir le concessionnaire en charge du marché de Herstal centre d’ici à la fin de son contrat car il n’était pas satisfait du dialogue mené par lui avec les commerçants depuis le déplacement du marché en raison des travaux.  Le paiement par carte bancaire quant à lui nécessiterait une révision du règlement sur les marchés.

 

- Le MR a voté en faveur d’un nouveau déplacement du marché de Herstal centre.  Celui-ci avait été déplacé une première fois en raison des travaux publics sur la Place Jean Jaurès et alentours (ce à quoi le MR s’était opposé).  Cette implantation modifiée avait provoqué la colère des ambulants et des riverains dans la rue Nozé.  Par ailleurs, un test grandeur nature réalisé avec les pompiers fin août 2010 avait révélé qu’il serait difficile de respecter la distance légale de 3,50 mètres entre les échoppes dans le haut de la rue Nozé les jours d’affluence.

Le Conseil a donc décidé de retirer la rue Nozé du plan d’implantation du Marché de Herstal Centre et de rendre celle-ci à la circulation.  Il a également été décidé de replacer, en deux temps, les commerçants ambulants de la rue Nozé dans la rue Laixheau à partir du n°2 et sur une partie du parking situé face à la Crèche communale Avenue d’Alès.

Le phasage a été arrêté comme suit :

- au 1er octobre 2010 : le marché aura lieu rue Laixheau, à partir du n°2, parking de l’ancien Aldi, Place Laixheau, rue Thier des Monts jusqu’à l’avenue d’Alès, rue Nozé jusqu’au numéro 25 compris.

- au 1er novembre 2010 : le marché aura lieu rue Laixheau, à partir du n°2, parking de l’ancien Aldi, Place Laixheau, rue Thier des Monts jusqu’à l’avenue d’Alès, une partie du parking situé face à la Crèche communale.

Le MR a souligné qu’il était grand temps d’adopter cette nouvelle implantation.

30/12/2010

Le Conseil communal du 9 juillet 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Le Conseil communal a adopté l’ensemble des règlements de police rendant effectives les sanctions administratives communales.

Comme l’a rappelé le Bourgmestre, l’adoption de ce système ne s’est pas faite sans débat au sein de la majorité, initialement opposée à ce type de répression.  Toutefois, de plus en plus de personnes se montrent irrespectueuses du cadre de vie, de l’environnement, de leurs voisins sans qu’aucune réponse soit apportée par le pouvoir judiciaire, qui n’est plus à même de sanctionner les incivilités.  La majorité a donc enfin reconnu la nécessité pour l’autorité communale de légiférer en la matière.

Pour le MR qui réclamait depuis longtemps la fin de l’impunité régnant en la matière et donc le recours à cet outil mis à la disposition des communes que sont les sanctions administratives, il s’agit d’une remarquable avancée.  Le Mouvement Réformateur ne peut que se réjouir de l’évolution de l’avis du Collège en la matière.  Il était (plus que) temps !  Le travail colossal réalisé par la fonctionnaire sanctionnatrice mérite également d’être souligné.  Comme tout texte législatif, il est fort probable que ces règlements développent certaines « maladies de jeunesse » et qu’il faudra, le cas échéant, rectifier le tir en fonction de leur application pratique.  Au-delà du principe même, le MR se félicite d’avoir été, par le biais de ses différentes interventions tant au niveau communal qu’à d’autres niveaux de pouvoir, le moteur des dispositions aboutissant à interdire le port de la burqa dans les espaces publics ou réglementant la mendicité.  Selon nous, une bonne information de la population au sujet de ce nouveau dispositif sera cruciale, bien que nul n’est censé ignorer la loi.  Cette information pourra, en effet, avoir en soi un but dissuasif, préventif.  Mais il faudra évidemment que, très rapidement, ces textes donnent lieu à une véritable répression de l’ensemble des incivilités constatées sur le territoire de notre Ville, avec une priorité axée sur les 5 incivilités les plus incommodantes désignées par les citoyens ayant répondu au sondage organisé à ce sujet.  La police, de même que les agents constatateurs, vont avoir un fameux boulot !

Le Bourgmestre a rejoint le MR sur la nécessité d’une bonne information à ce sujet.  Celle-ci se fera via la presse, le bouche à oreilles, les Comités de participation (qui vont recevoir une formation à ce sujet), le Conseil communal des enfants, les enseignants, …La mise en œuvre du système fera l’objet d’une évaluation d’ici un an.

A noter que les groupe PTB+ et Ecolo n’ont pas voté l’adoption du système…

Lire l'article du journal La Meuse

 

- Suite aux travaux publics sur la Place Jean Jaurès et alentours (réaménagement du centre urbain), le plan d’implantation du marché de Herstal Centre a dû être modifié.  Comme annoncé dans la réponse à ma question orale posée en février 2010, le marché démarrera à hauteur du Café « Le romantique » et remontera vers la Place Laixheau, le bas de la rue Thier des Monts et la rue Nozé.  Ces modifications seront effectives dès le début du mois d’août.

Il ne s’agit ici que de l’approbation du plan terrier : c’est le concessionnaire qui installera les ambulants déplacés sur base d’accords pris avec eux

Le MR, opposé au projet de réaménagement du centre urbain et à toutes ses conséquences négatives pour le commerce herstalien, a voté contre cette modification. 

Lire l'article du journal La Meuse à ce sujet.  

La position du MR a d'ailleurs été confirmée par la suite, cette modification du marché ayant causé de nombreuses difficultés aux commerçans concernés et aux riverains : lire l'article du journal La Meuse.

 

- Afin d’améliorer la fluidité du trafic à l’intersection des rues Croix Jurlet, en Bois et Clawenne, il a été demandé d’envisager le placement de feux de signalisation ou d’un rond-point.  Selon le Bourgmestre, l’objectif des travaux menés au croisement de la rue Louis Demeuse et Célestin Demblon est d’améliorer la fluidité du trafic en amont.  Ces travaux ont pris du retard suite à un manque de coordination des impétrants.  Il conviendra donc de refaire le point sur cette question à la fin des travaux, en automne.

27/12/2010

Question orale de J. Maus relative à l’avenir du terril de la Petite Bacnure et des terrils herstaliens de manière générale

belga-picture-349150_terrilherstal.jpg

Question

 

D’après un article paru récemment dans la presse, les travaux de sécurisation et de remise en état liés à l’éboulement du terril de la Petite Bacnure touchent à leur fin.

 

La ville avait été condamnée solidairement avec des sociétés privées (SIR et FSA) à effectuer ces travaux.  Qu’en est-il des sommes avancées ?  Pourront-elles être récupérées ?  Quel est l’état des démarches à cet égard ? 

 

Le même article fait état de votre volonté de vider le terril de ses schistes.  Le conseil communal avait voté la saisie conservatoire de ceux-ci  afin de garantir notre créance sur la société FSA en difficultés financières.  S’agit-il pour la commune de vendre les schistes afin de récupérer le montant de la créance en tout ou en partie ?

 

Pouvez-vous nous confirmer la levée des arrêtés d’inhabitabilité rue Campagne de la Banse pour fin de cette année ?  Cette levée sera-t-elle dans certains cas assortie de conditions ?

 

Je vous avais interrogés en 2006 par rapport au projet de « route des terrils », dont notre commune ne fait actuellement toujours pas partie.  Vous m’aviez dit à l’époque marquer votre intérêt pour ce projet mais attendre le dénouement du dossier de la Petite Bacnure car il aurait été inopportun d’inscrire d’abord les autres terrils puis éventuellement celui-là, qui présente un grand intérêt au niveau environnemental et touristique.  Quelle est votre position à cet égard aujourd’hui ? 

 

Réponse

 

En ce qui concerne la récupération des sommes, le Bourgmestre souligne tout d’abord qu’il regrette la décision rendue en appel.  En effet, la Ville n’est, selon lui, en rien responsable dans les évènements.  Toutefois, la justice s’est prononcée et Herstal a été co-condamnée.  La Ville a donc, contrairement aux deux autres sociétés également condamnées (FSA et SIR), pris ses responsabilités et fait sécuriser le site.  A présent, les travaux touchent à leur fin et bientôt, le problème sera donc réglé, conformément au jugement.  Il va s’agir de récupérer ce qui peut l’être auprès de la FSA et de la SIR, avec l’aide de l’avocat engagé par la Ville.  Les mesures conservatoires qui s’imposent seront prises, notamment la saisie conservatoire des schistes.  Toutefois, le Bourgmestre n’est pas très optimiste quant à nos chances de succès à ce niveau.

 

La levée des arrêtés d’inhabitabilité pourra avoir lieu dès que le jugement aura été appliqué dans toutes ses facettes techniques, et donc, quand la commune aura été dégagée entièrement de sa responsabilité.  Le timing à cet égard n’est pas précis, car tout dépend de la réception des travaux de sécurisation, mais on peut considérer que ce sera le cas vers la fin du mois d’octobre, au plus tard en décembre.  Dès la levée de ces arrêtés, les propriétaires et locataires pourront officiellement réintégrer leur habitation.  Des demandes de permis d’urbanisme pourront également être à nouveau introduites.

 

Enfin, l’avenir du terril devra également être envisagé.  Pour le Bourgmestre, un terril qui serait seulement là pour être regardé, cela ne sert à rien.  Tout le monde s’accorde sur un point : il s’agit d’un héritage du passé dont nous devons être fiers et qui doit être valorisé.  Mais quant à cette valorisation du terril, le Bourgmestre entrevoit plusieurs possibilités : soit en faire un lieu de promenade, soit en valoriser les schistes.  Le bourgmestre ne ferme donc pas la porte à un projet éventuel de qualité permettant une valorisation écologique et environnementale du site mais il laisse également la porte (grande) ouverte à un arasement du terril aux fins d’y construire des logements (qui seraient, dans son optique, minoritaires par rapport aux espaces verts qui y seraient créés).  Il souligne que les articles parus dans la presse et faisant état d’une décision quasiment certaine d’évacuer les schistes ne sont que pure provocation…La presse appréciera ! Selon le Bourgmestre, il est trop tôt pour dire quoique ce soit à ce niveau et il espère que l’on pourra y voir plus clair prochainement, ce qui, implicitement, signifie qu’il existe bel et bien un projet de logements à cet endroit.

 

Pour le MR, l’arasement du terril, à partir du moment où le site est entièrement sécurisé, ne pourra qu’être une source de nouvelles nuisances considérables, même si les schistes sont évacués par le rail, sans compter la perte écologique que représenterait la disparition du terril de la Petite Bacnure, au vu de la flore et de la faune qui s’y est développées au fil des ans.

 

Lire l'article du journal Le Soir

 

Lire l'article du journal La Meuse

 

Voir le reportage d'RTC-Liège