06/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux problèmes de sécurité et de vandalisme rue Emile Muraille

Question

 

Les habitants de la rue Emile Muraille se plaignent de nuisances occasionnées par une bande jeunes se réunissant près du hall omnisports : dégradations causées aux maisons, tapage nocturne, consommation d’alcool, immondices laissées sur la voie publique…

 

Outre cela, des dégradations sont causées à des biens appartenant à la SRL.  Des contacts pris à ce niveau, il ressort qu’il n’est pas possible de récupérer le préjudice subi auprès des parents de ces jeunes (ce qui serait peut être de nature à les responsabiliser par ailleurs) car les PV de la police ne citent pas de nom permettant d’identifier clairement les auteurs, même si la plupart des jeunes qui commettent ces méfaits sont connus.

 

La police a-t-elle examiné cette situation ? Quelles sont les mesures envisageables ?

 

Si la police se révèle impuissante à régler ce problème, envisagerez-vous d’introduire un couvre-feu comme l’ont fait certains de vos collègues (ex. : Axel Sœur à Courcelles, Paul Furlan à Thuin..).

 

Au-delà de la répression,  envisagez-vous d’engager des éducateurs de rue, par exemple, dans le cadre du plan de cohésion sociale (PCS) ?  Ne créerait-on pas une vraie maison de jeunes, qui les impliqueraient dans des projets et activités, encadrés d’éducateurs ?

 

Enfin, envisagez-vous d’engager des gardiens de la paix (loi du 15 mai 2007) ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord refusé de lire la réponse du chef de corps dans son entièreté en raison du timing imposé par le ROI (lien). 

 

En synthèse, le chef de corps estime que ce n’est pas par une intervention policière pure et dure que l’on pourra résoudre des problèmes de ce type, qui ne sont pas faciles à gérer.  Selon ses propres termes : « la police n’est pas Dieu le Père ».

 

Le  plan de cohésion sociale est axé sur l’insertion sociale intergénérationnelle.  Les éducateurs de rue (que le Bourgmestre qualifie de mesure « anti-jeunes ») ne sont donc pas envisagés dans ce cadre. 

 

Le PCS, avec sa démarche axée sur l’intergénérationnel, ainsi que les sanctions administratives, ont pour but d’éviter ce genre de nuisances en améliorant le cadre de vie des Herstaliens, en faisant en sorte qu’ils se sentent bien chez eux, en rendant la Ville et son image plus attractives.  A cet égard, le Bourgmestre affirme qu’un fait de vandalisme relaté en long et en large dans la presse nuit à l’image de la Ville.

 

Il se refuse également à toute attitude qu’il estime « excessive » par rapport aux rassemblements de nuit.  Il relève qu’il n’y a pas de dégradations au hall omnisports Emile Muraille, et ce, selon lui, parce que les jeunes viennent y jouer le mercredi et se sont ainsi approprié le hall.

 

Les gardiens de la paix ne sont pas non plus envisagés.

 

A titre de réplique, j’estime tout d’abord interpellant de rendre la presse responsable de l’image catastrophique de notre commune.  Ensuite, je rappelle ne jamais avoir défendu de position « anti-jeunes », étant quand même jeune moi-même !  La proposition n’a jamais visé à créer un état policier, mais au contraire, au-delà de la répression nécessaire, à créer un encadrement des jeunes autour d’un projet développé par eux, pour eux et avec eux.  Se contenter de dire que « la police n’est pas Dieu le Père », à un moment, ne suffit pas : il faut prendre en considération le légitime ras-le-bol des gens qui habitent à cet endroit et y apporter une réponse concrète.  Il est regrettable que la majorité soit sourde aux différentes pistes de solution avancées par le MR (couvre-feu, maison de jeunes, éducateurs de rue et gardiens de la paix).  Les habitants de la Préalle apprécieront.

 

Lire l’article du journal La Meuse paru avant le Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse paru suite au Conseil

15/04/2007

Question orale de J. Maus relative à l’attribution des terrains de football de la Plaine Emile Muraille.

hallsports01

Question

 

Comme vous avez pu le lire dans l’article que je vous ai fait parvenir, il a été écrit dans un quotidien liégeois que les terrains de football de la Plaine E. Muraille auraient été promis depuis bien longtemps à un club bien précis de l'entité d'Herstal, à savoir l’AS.

 

J’aurais donc souhaité savoir si vous confirmez ou infirmez cette information ?

 

Etant donné la présence de plusieurs membres éminents du parti socialiste au sein du conseil d’administration de l’AS Herstal, et afin de dissiper tout malentendu pouvant surgir à cet égard, pourriez-vous préciser sur base de quels critère objectifs lesdits terrains de football ont été ou seront attribués (rôle social du club ? nombre d’équipes ? performances sportives ?)?

 

Si rien n'est encore acquis à cet égard, ne serait-il pas imaginable que les différents clubs de football d'Herstal qui le souhaitent (je suppose qu’il y en a) se partagent l'utilisation de cette infrastructure communale au prorata du nombre de leurs équipes ?

 

Enfin, les autres clubs de football qui n’ont pas ou n’auront pas accès à ces terrains auront-ils droit à une compensation (sous forme de subside ou autrement) ?

 

Réponse

 

D'après l'Echevin des sports, tous les clubs déjà présents dans les installations pourront y rester. Il s'agit de l'AS Herstal, mais aussi d'un club de tennis, d'un club de boxe, etc.

Un contrat de bail en bonne et due forme sera signé avec ces clubs.

 

Aucune compensation pour les autres clubs de football ne pourra être envisagée car ce serait la porte ouverte a des demandes émanant de tous les clubs, toutes disciplines confondues.

 

Enfin, un audit sera prochainement organisé au sein des différents clubs de foot en vue d'une fusion éventuelle de certains clubs entre eux

04/03/2007

Conseil communal du 1er mars 2007 : les points déposés par le MR

groupe MR

1.  Question orale relative au placement d’un passage pour piétons rue Large-Voie, en face de la pharmacie  « Materne » et du coiffeur « Elivra »

2. Question orale relative à l’adoption du système des sanctions administratives communales

3.  Question orale relative au contenu du site Internet communal

4.  Question orale relative à l’introduction d’un droit d’interpellation du Conseil communal par les citoyens

5.  Question orale concernant le projet relatif à la construction d’un rond-point, Place du 12e de Ligne

6.  Question orale relative au plan communal de mobilité

7.  Question orale relative à la gare de Herstal

8.  Question orale relative à l’attribution des terrains de football de la Plaine Emile Muraille

9.  Question orale relative à l’Académie de Musique

12/02/2007

Conseil communal du 1er février 2007 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Question orale relative à l’éventualité de mettre en circulation un minibus/taxi-navette pour les séniors de l’entité du grand Herstal et environs ?

2. Question orale concernant le projet de construction d’un rond-point Place du 12e de Ligne

3. Question orale relative à l’obtention d’une liste des terrains à bâtir communaux à vendre

 

Mes trois questions orales, l’une relative à l’attribution des terrains de football de la Plaine E. Muraille, l’autre relative au site Internet communal et la troisième relative au droit d’interpellation du Conseil communal par les citoyens, se sont toutes heurtées à un refus d’inscription à l’ordre du jour au motif que ces questions ne rencontraient pas les conditions fixées par l’article 58 du Règlement d’ordre intérieur communal (« Le membre qui se propose de poser une question au conseil communal fait connaître au président l’objet de sa demande par une déclaration écrite, accompagnée d’une note indiquant d’une manière précise les faits sur lesquels les explications sont demandées.  Dans le cas de questions orales, cette déclaration comporte également un exposé des principales considérations que le membre se propose de développer ».)

 

Je suis donc intervenue en début de séance afin d’obtenir quelques précisions concernant ledit article du règlement d’ordre intérieur…dont nous ne disposons d’ailleurs que depuis cet incident, et ce, alors que le nouveau conseil a été installé en décembre 2006!

 

En effet, aucun des conseillers MR n’a jusque là déposé pareille note ou exposé, et cela n’a jamais constitué un obstacle au dépôt de nos questions !

 

Nous n’avons pas été beaucoup plus avancés avec les explications qui nous ont été fournies.  Tout est en fait une question d’appréciation…il ne faut pas de note à proprement parler, mais il faut que la question soit suffisamment précise, ce qui au final est fort subjectif.

 

D’autre part, il est à noter que d’autres conseillers avaient déposé des points ne respectant pas le Code de la démocratie locale, et que ces points ont pu être inscrits.  Comprenne qui pourra…

 

Et après ça, le ministre Courard reprochera encore à l’opposition de ne pas faire son travail…

 

Qu’à cela ne tienne, je reposerai mes questions en mars…