03/03/2014

Le Conseil communal du 28 février 2013 en bref

maison cale.jpg

- Le conseil a voté pour les marchés publics relatifs à l'aménagement d'un carrefour à feux tricolores entre l'Avenue d'Alès et la rue Thier des Monts (carrefour de la crèche communale).

 

- Le dossier relatif à la mise en place d'une nouvelle commission des sports devrait passer au conseil du 25 avril 2013.

 

- Le Conseil a voté pour la rénovation du tronçon de la Chaussée Brunehault entre les rues Visé-Voie et Vert-Vinâve à Vottem et la réalisation d'aménagements de sécurité à cet endroit (trottoirs et chicanes), que le MR demandait depuis longtemps.

 

- Le MR s'est abstenu sur la constitution d'un droit de superficie de 5 ans au profit de la société d'économie mixte (SEM) à constituer entre Urbeo Invest et Besix Park sur la parcelle des anciennes usines Browning rue Faurieux. Concrètement, l'objet de ce projet est de démolir une partie du site Browning, de raboter les murs de clôture et de réaliser sur la zone libérée un parking d'une capacité d'environ 150 places. Ce parking doit être vu comme une solution transitoire permettant d'accroitre l'offre en places de stationnement en attendant la réalisation de projets à plus long terme. Il est toutefois précisé qu'il sera payant avec un système par abonnement ou rotatif à tarif réduit et qu'une barrière sera mise en place avec une borne de paiement et une borne à ticket.

Si le MR rejoint la majorité sur la nécessité de trouver une solution permettant de répondre à la demande en matière de parking dans l'attente de la construction de celui derrière NHV, il estime inacceptable de rendre l'accès à celui-ci payant pour les usagers.

En effet, la construction de ce parking temporaire ne fait qu'apporter une ébauche de solution aux problèmes causés par la politique de la majorité, qui a fait tout à l'envers. Selon le MR, le collège des Bourgmestre et Echevins aurait dû s'assurer, avant le début des travaux de réaménagement de l'hypercentre, de pouvoir répondre à la demande en matière de parking. Or, cela n'a pas été fait et ces travaux ont, de l'aveu même de la majorité, « entraîné une nette diminution de l'offre en places de parking ». La situation devenant catastrophique pour les commerçants, qui ont souffert de la longueur des travaux, de la modification des sens de circulation mais aussi de la perte de nombreuses places de parking, le MR estime que la moindre des choses aurait été de mettre ce parking provisoire gratuitement à disposition des clients et usagers de l'hypercentre.

Lire l'article du journal La Meuse

Lire l'article de la DH

28/02/2014

Question orale de J. MAUS relative à la mise en œuvre de la ZACC 1 « Devant l’Abbaye/Liers »

 

Question

 

Les habitants de Liers, et plus particulièrement les habitants de la Route Provinciale, de la rue L. Thonon et de la Chaussée Brunehault sont particulièrement inquiets par rapport à la mise en œuvre de la ZACC 1 dite « devant l’Abbaye ».

 

Une pétition circule quant à ce projet et recueille, à l’heure de la rédaction de cette question, déjà 115 signatures.

 

Si les riverains ne contestent pas l’opportunité de permettre l’urbanisation de cet îlot enclavé dans les habitations, ils s’inquiètent principalement de la densité de logements sur cet espace et des répercussions de celle-ci en termes de qualité de vie et de mobilité.

 

En effet, le projet prévoit la construction de 90 à 130 logements, pour la plupart mitoyens, accueillant 250 à 350 nouveaux habitants.  Cela équivaut à une densité moyenne de 20 à 30 logements à l’hectare alors que la partie nord de Liers a une densité moyenne de 17 logements par ha. 

 

De plus, en estimant que la totalité des ménages est dotée d’un véhicule, le nouveau quartier devrait générer environ 500 à 700 mouvements de véhicules.

 

Le Collège a marqué son accord sur le RUE en date du 10 décembre 2012. 

 

La promiscuité qu’engendrera inévitablement le projet tel que présenté risque d’amener son lot de conflits de voisinage et de nuire à la quiétude dont pouvaient bénéficier les riverains précédemment.  Envisagez-vous une réduction du nombre de logements à construire afin de tenir compte de ces considérations et de garantir la préservation du caractère rural du village de Liers, comme inscrit dans votre déclaration de politique communale ?

 

A la lecture du RUE, seul un accès semble garanti pour les véhicules.  Un accès pourrait également être créé vers la rue Provinciale via le parking du magasin Delhaize.  Des contacts ont-ils déjà été pris à cet égard ?

 

A l’heure actuelle, la durée d’attente pour traverser le carrefour près de l’Eglise est estimée par les riverains à environ 10 minutes.  Les nouveaux mouvements de véhicules générés par le futur quartier risquent fort de ne pas arranger cette situation.  Avez-vous envisagé une modification de l’aménagement dudit carrefour afin d’y fluidifier le trafic ?

 

Réponse

 

Aux yeux du Collège, l’augmentation démographique attendue sur Herstal justifie l’activation de la ZACC 1, d’autant que celle-ci est bien située et aisément accessible.

 

Le nombre total moyen de nouveaux logements proposé serait de l’ordre de 90 à 130 logements, soit une densité moyenne de 20 à 30 logements à l’hectare. Il s’agit du minimum requis pour les petits centres périurbains ou ruraux. Toutefois, le RUE ne reprend que des pistes d’aménagement. La densité doit être fixée par le Collège après l’enquête publique et l’Echevin n’exclut pas la possibilité de limiter la densité à 20 logements par hectare net (hors voirie).

 

A ce jour, aucun contact n’a été pris avec les gérants du Delhaize, en dehors de la réunion du 6 février. La création d’un accès via le parking de ce commerce devra donc faire l’objet d’une négociation ultérieure.

 

L’aspect mobilité, notamment les risques d’engorgement du carrefour près de l’Eglise, est étudié par le groupe AMSR (Aménagement Mobilité Sécurité Routière).

21/05/2012

Question orale de J. Maus relative à la mise en place de nouveaux sens de circulation au centre de Vottem

Question

 

Le 29 mars 2007, je vous avais interrogés sur la possibilité de mettre la rue Lombard à Vottem en sens unique.  A l’époque, vous m’aviez répondu que la situation actuelle était la « moins mauvaise solution » et qu’une mise en sens unique entraînerait une déviation qui perturberait fortement le trafic vottemois.  Vous vous étiez toutefois engagé à attirer l’attention de l’auteur de projet du PCM (plan communal de mobilité) sur ce point, et à voir s’il pouvait dégager une solution pertinente pour la rue Lombard.

 

Il s’avère que le PCM retient une mise en sens unique de la rue Vandervelde, de la rue Vert Vinave et de la rue Lombard et la mise en place, par conséquent, d’un nouveau sens de circulation au centre de Vottem.  Il est vrai que ces rues permettent difficilement le croisement des véhicules et le stationnement en voirie.

 

Pouvez-vous dire quand les nouveaux sens de circulation préconisés par le PCM seront mis en place ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre confirme que le PCM prévoit la possibilité de mettre ces rues à sens unique.  Cela impliquera toutefois de prendre en compte l’amélioration du stationnement et la nécessité de limiter la vitesse et donc de réaliser certains aménagements.

 

La rue E. Vandervelde de même que la rue Vert Vinâve doivent être envisagées dans le périmètre de la Place Gilles Gérard, dont le réaménagement est prévu.  Pendant ces travaux, il sera nécessaire de conserver une liaison entre la place et la Chaussée Brunehault.  Il est donc préférable de maintenir en l’état les sens de circulation, au moins jusqu’à la fin des travaux

 

L’idée d’un aménagement provisoire « léger », à réaliser dans le cadre de la réfection de la Chaussée Brunehault, a été envisagée au sein du groupe AMSR mais abandonnée dans le souci de ne pas changer plusieurs fois sur un laps de temps plus ou moins court les habitudes des automobilistes.

 

Lire l’article de la Dernière Heure

07/05/2012

Le Conseil communal du 26 mai 2011 en bref

maison cale.jpg

- Le MR a interrogé le Collège au sujet de coups de feu tirés du n°51 rue Saint Lambert en direction de la rue le 22 avril dernier aux environs d’1h56 du matin.  Le jour des faits, une voisine a déposé plainte et 4 douilles ont été retrouvées.  Il s’avère que l’immeuble depuis lequel les coups de feu ont été tirés est frappé par un arrêté d’inhabitabilité depuis le mois de mars.  La question se pose donc de savoir quand aura lieu l’expulsion des occupants et leur relogement.

Le Bourgmestre confirme le dépôt de plainte.  Les douilles remises aux services de police provenaient de balles à blanc. Les devoirs d’enquête ont été effectués.  Ils sont confidentiels. L’enquête, qui est toujours en cours, ne démontre pas qu’il y ait un lien entre les coups de feu et le problème de logement.  Il est exact que le rez-de-chaussée de celui-ci est frappé d’un arrêté d’inhabitabilité depuis le 16 mars 2011 mais vu que le ménage est composé de 3 enfants dont un handicapé, le Bourgmestre n’a pas voulu prendre un arrêté d’expulsion.  Aucun délai n’a été fixé pour la sortie des habitants sachant la difficulté de les reloger.  En effet, les listes d’attente sont longues au niveau de la SRL, surtout pour des ménages avec plusieurs enfants.  Le Bourgmestre renvoie la question du relogement de cette famille vers le CPAS.

 

- Comme annoncé lors du Conseil du mois de mars, le Conseil a voté sur les statuts de l’Agence Immobilière Sociale (AIS).  Créée en collaboration avec Oupeye et Bassenge, elle portera le nom « d’Agence Immobilière Sociale de la Basse-Meuse ».  L’AG constitutive de l’AIS se tiendra le 10 juin 2011.  Parmi les partenaires, on compte Herstal, Oupeye et Bassenge mais aussi les CPAS de ces villes et communes, la SRL et le Confort Mosan, la régie de quartiers de Herstal, URBEO, l’AIGS (partenaire privé), et la chambre des notaires

La Ville de Visé n’a pas été consultée pour la création de l’AIS, Frédéric DAERDEN ayant estimé qu’il était plus facile de mener les négociations sur base d’un nombre restreint de communes partenaires.  Toutefois les communes contigües non affiliées à une autre AIS pourront rejoindre celle de la Basse-Meuse ultérieurement.

L’objectif est de se doter d’un outil complémentaire permettant d’améliorer la qualité de l’habitat et d’augmenter le nombre de logements disponibles en Basse-Meuse.

Le MR a soutenu ce projet dont il était d’ailleurs demandeur.

 

- Cristina MANGIATORDI a démissionné de son mandat de conseillère communale du groupe MR pour raisons personnelles.  Elle sera remplacée par David JOSSAAR.

 

- Le Conseil a voté la réalisation d’aménagements de sécurité sur la chaussée Brunehault à Vottem, au niveau du carrefour du Bouxthay et de la rue Vert-Vinâve.

 

- Le Conseil a également voté la participation de la Ville de Herstal à la rénovation de la Tour Pépin, place Licour 13.  Ce monument classé a été racheté par un privé qui va le rénover.  Cette opération est subsidiée par la Région wallonne à concurrence de 60% mais la Ville a l’obligation de participer à concurrence d’au moins 1% du montant total des travaux.  La Ville a décidé de participer à hauteur de 30% de ce montant.  Par ailleurs, elle participera également, sur une base conventionnelle cette fois, à la réalisation de travaux supplémentaires destinés à permettre la visite des lieux (ex : éclairage de la tour, etc.).

 

- Les brochures éditées par Ecrido reprennent systématiquement une photo des Echevins concernés et du Bourgmestre.  D’après ce dernier, il est normal que le Collège soit mis en avant plutôt que, par exemple, les fonctionnaires concernés car ce sont les membres du Collège qui prennent les décisions et assument les actes posés sur base des dossiers préparés par l’administration.  Leur exposition publique à ce point est donc, selon lui, normale.

 

- .Le MR s’est abstenu quant à la première modification budgétaire de l’exercice 2011 pour le CPAS.  En effet, celle-ci reprend une « nouvelle » dépense constituée par les arriérés de pécules de vacances à payer pour les pensionnés du CPAS à concurrence de 32.000 EUR.  Ce point avait été évoqué lors du conseil de mars 2011.  Le MR se réjouit bien entendu qu’une solution se soit dégagée pour ces personnes qui ont été lésées par leur ancien employeur pendant parfois plus de dix ans. Toutefois, il ne s’agit pas d’une « nouvelle dépense ».  En effet, la loi prévoit le paiement de pécules de vacances.  La situation est uniquement imputable à la mauvaise gestion du CPAS par l’équipe précédente.

14/02/2012

Le Conseil communal du 31 mars 2011 en bref

maison cale.jpg

- Le Bourgmestre a communiqué sur son intention de créer une agence immobilière sociale (AIS) à Herstal, avec Oupeye et Bassenge.  Les modalités concrètes de la création de cette AIS seront votées lors d’un conseil ultérieur.

J’avais déjà suggéré la création d’une AIS avec les communes voisines intéressées en 2007.  A l’époque, la majorité avait dit attendre la parution des arrêtés nécessaires à la SRL pour pouvoir exercer cette mission, afin de ne pas multiplier des bailleurs publics.  Le MR est donc satisfait de voir que le Collège a changé son fusil d’épaule, tout comme pour les sanctions administratives.

 

- Le Conseil a évoqué un accident survenu à la gare de Herstal le 18 février 2011.  En effet, celui-ci avait fait l’objet d’une question écrite à laquelle il n’a pas été répondu dans les temps.

Un mur de la gare s’est effondré sur un élève de Diepenbeek en visite dans notre ville dans le cadre d’un échange linguistique avec l’athénée.  La question s’est posée de savoir si la responsabilité de la Ville pouvait être engagée et si, dans le cadre de la compétence du Bourgmestre en matière de sécurité publique, il n’était pas possible d’intervenir pour remédier aux problèmes urgents de sécurité avant le commencement des travaux prévus sur le site.

Infrabel (SNCB) étant propriétaire de la gare, elle est responsable de la sécurité sur son bien.  En l’état, Infrabel tend à incriminer le comportement des élèves qui étaient assis dans une zone interdite au public et auraient exercé une pression suffisamment forte sur le mur pour que celui-ci s’effondre.  Des travaux sont actuellement en cours afin de sécuriser les lieux et la gare fait par ailleurs partie du périmètre de rénovation urbaine. 

 

 

- Le Conseil a voté la suppression de la taxe sur la construction des trottoirs réalisés après le 1er janvier 1995

 

- Les conseillers ont été informés de ce que depuis les années 60, le CPAS de Herstal a omis de verser à ses travailleurs pensionnés le pécule de vacances auquel ils ont droit.  C’est en 2010 que cette « erreur » a été décelée, lorsque le CPAS a confié la gestion de son fonds de pension à Ethias, qui a commencé à verser le pécule dû aux pensionnés. En raison de la prescription, le CPAS n’est tenu de verser que 5 années d’arriérés aux pensionnés concernés.  La décision a toutefois été prise de payer 10 années d’arriérés.  A titre de justification, le président du CPAS a expliqué que c’était une erreur commise il y a longtemps par une autre équipe que l’équipe actuelle…un peu facile !

 

- Dans le cadre du droit de tirage, la Ville a pu obtenir des subsides destinés aux travaux d’entretien des voiries communales pour les années 2010 à 2012 pour un montant de 759.824 EUR . Il a ainsi été décidé d’introduire un dossier « entretien de voirie 2010-2012 » et de solliciter les subsides auprès du SPW pour les travaux suivants :

1) travaux de raclage et de revêtement dans les rues Basse Préalle (partie), Jean-Baptiste Clobert, Michel Duchatto, du Tige, carrefour 2ème Avenue, route de Hermée, des Blés (partie), de Milmort (partie), Croix Jurlet (partie) et Hyacinthe Collette

2) travaux d’enduisage dans les rues Adrien Cartier, André Fivé, Campagne des Monts, Célestin Demblon (partie), Economie, En Bois, Moulin Maisse, Paradis, Trois Pierres, Lucien colson, Champ des oiseaux, route de Hermée, Croix Jouette, Bonnier du Chêne, Chaussée Brunehault (partie), Colombiers, de Liège (partie), Croix Jurlet (partie)

3) réfection totale et partielle de la rue de Hermée (tronçon compris entre la 1ère et la 2ème Avenue, ainsi que le carrefour avec la rue de l’Abbaye).  Les travaux consisteraient en une réalisation ponctuelle d’un nouveau coffre de voirie, le raclage général de la surface et la pose d’un nouveau revêtement hydrocarboné.

26/08/2010

Le Conseil communal du 19 novembre 2009 en bref

Maison cale.jpg

- Le groupe MR a tout d’abord demandé des précisions quant à une éventuelle modification de l’heure de début des débats, vu le retard systématique du collège (entre 30 et 45 minutes).  Il s’agit d’un réel manque de respect des Echevins PS-Cdh/Eph tant vis-à-vis des conseillers que de ceux qui les ont élus, sans parler de la presse et du public présent dans la salle.

 

- La proposition de tracer un passage pour piétons Chaussée Brunehault à Vottem, à hauteur de la pompe à essence (rue Sous la Ville), n’a pas été rejetée.  Au contraire, un examen plus approfondi de cette question (notamment quant à l’estimation du nombre d’usagers potentiels de ce passage) sera réalisé dans le cadre de la prochaine réfection de la voirie.  Outre la sécurité des piétons, il s’agirait en effet, pour l’expert en mobilité Guy HUBENS, d’un bon moyen de signaler le carrefour à cet endroit.

 

- Le Conseil a marqué son accord quant à la convention d’occupation signée avec la Régie communale immobilière pour la surface commerciale et de parking sise rue Laixheau 69 (ancien magasin Aldi).  Cet espace est destiné à accueillir une partie des services communaux pendant les travaux liés au Nouvel Hôtel de ville (NHV).  Le montant à charge du budget communal pour cette occupation s’élève à 2000 EUR par mois hors charges, avec des frais de mise en état de 101.650 EUR.  Le parking de la surface ne sera pas exclusivement destiné au personnel communal concerné mais restera accessible à tous. 

 

- Le Conseil a été amené à voter la modification d’une convention liant le PAC (Présence et Actions Culturelles) de Vottem et la ville de Herstal pour les animations musicales et/ou théâtrales lors des manifestations et cérémonies relatives aux noces de Diamant, de Brillant, de Platine et de Centenaires.  Le MR a tout d’abord interrogé l’Echevin LAVERDEUR sur l’opportunité de recourir au PAC pour l’animation de ces festivités officielles.  En effet, il s’agit d’un groupement clairement apparenté au PS. 

Mais de l’aveu même de l’Echevin, nous avons alors appris que dans ce cadre, le PAC fait appel à un groupe de musiciens âgés qui travailleraient sans facture  Raison de plus pour le MR de s’interroger : la majorité PS-Cdh/Eph de la Ville recourt à un organisme proche du PS pour assurer l’animation de certaines festivités officielles de la Ville tout en sachant que cet organisme élude les obligations fiscales et sociales liées au statut des artistes ! En synthèse : la majorité cautionne la fraude sociale et fiscale dans le cadre de l’animation de festivités officielles ! 

Selon l’Echevin et le Bourgmestre, il n’y a toutefois pas de problème car le PAC prend ses propres responsabilités.  Une clause du contrat stipule en effet expressément que le PAC doit rémunérer ses prestataires de services conformément à la législation en vigueur.  La Ville est donc couverte juridiquement. Pour le Bourgmestre, c’est comme si la ville faisait appel à un traiteur qui emploie du personnel au noir : elle n’en serait pas complice…Si ce n’est qu’en l’occurrence, la ville est parfaitement au courant de la situation, ce qui est tout à fait intolérable aux yeux du MR !

Après une intervention du secrétaire communal précisant son ignorance du procédé, le bourgmestre a conclu en précisant qu’une enquête serait menée à cet égard et que la convention serait révoquée si la fraude était avérée.

Lire l'article du journal La Meuse à ce sujet