24/02/2014

Le Conseil communal du 31 janvier 2013 en bref

berline,berline de luxe,voitures de fonction,éthique en politique,rue nadette,sécurité,sécurité routière,radar mobile,sidérurgie,arcelor,règlement d'ordre intérieur du conseil communal,pole marexhe-gare

- Le MR a voté contre le remplacement de la berline destinée au Collège communal (concrètement, au Bourgmestre).

Outre le principe même de l'achat, auquel il s'était déjà opposé en 2009, le MR a dénoncé le prix du véhicule (montant estimé du marché : 60.000 EUR), mais aussi les caractéristiques techniques que celui-ci devra remplir pour répondre aux attentes du Bourgmestre. En effet, selon le cahier des charges, le moteur devra être au minimum un 2,5 litres avec une puissance d'au moins 165 Kw. Quelle est l'utilité d'acquérir un des véhicules les plus puissants mais aussi les plus polluants et gourmands en carburant du marché ? Quelle est l'utilité d'avoir un véhicule capable de rouler à 240 Km/h alors que la vitesse maximale est de 120 ? Est-il nécessaire que le Bourgmestre se déplace si vite ?

Le Bourgmestre a tenté de minimiser le coût de cet achat, avançant qu'il couterait « seulement » 10.000 EUR/an à la Ville. Pour le MR, 10.000 EUR c'est le prix que le herstalien moyen débourse pour un véhicule, ce qui rend la dépense d'autant plus choquante. Il est également paradoxal de se permettre tant de frais et de prétendre en même temps défendre la cause des travailleurs d'Arcelor Mittal qui risquent fort de ne plus pouvoir s'offrir une Twingo ! Enfin, le montant avancé par le Bourgmestre ne tient pas comptes de tous les frais annexes tels que la taxe de mise en circulation et de circulation mais aussi le prix de l'assurance, des pneus, des entretiens...qui sont considérables pour un véhicule de cette gamme.

 

- Le MR a interpellé la majorité sur la vitesse de circulation excessive des automobilistes empruntant la rue Nadet afin que soit installée au plus vite un radar, un casse-vitesse ou tout autre dispositif ralentisseur de vitesse. Le Bourgmestre a promis l'installation d'un radar mobile, tant dans un but préventif que dans le but de mesurer la vitesse réelle dans cette rue.

 

- Le Conseil a voté à l'unanimité une motion de soutien aux travailleurs de la sidérurgie, issue de discussions entre les différents chefs de groupes (lire l'article de la DH)

 

- Le MR a voté pour une modification du règlement d'ordre intérieur du Conseil communal, visant principalement à le mettre en conformité avec les nouvelles dispositions du code de la démocratie locale.

 

- Dans la continuité du conseil du 5 juillet 2012, le MR a voté pour l'avant-projet de l'étude des voiries du Pôle Marexhe-Gare dans le cadre de la rénovation urbaine (phase 2). En effet, d'après les éléments fournis en commission, les remarques des riverains ont été prises en considération dans la mesure du possible, comme promis lors du conseil du 20 décembre 2012.

21/02/2014

Budget communal 2013 : la position du MR

Le groupe MR a voté contre le budget communal 2013.  En tant que chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix :

 

« Autant nous nous sommes abstenus sur la Déclaration de politique communale, autant nous voterons contre le budget 2013.

 

En effet, si les dépenses de fonctionnement à l’ordinaire diminuent (même les dépenses « strass et paillettes » dénoncées lors des exercices antérieurs), c’est en réalité, tous les postes et ambitions qui sont clairement revus à la baisse, ce qui parait difficilement compatible avec votre Déclaration de politique communale, qui prend du coup plutôt l’allure d’un catalogue de bonnes intentions dont on ne sait s’il sera un jour possible de les concrétiser.

 

Il faut dire que le mali de 290.029,57 EUR constaté à l’exercice propre incite à la prudence.  Ou plutôt, devrait y inciter, car cela n’empêche pas la majorité de se permettre quelques extras à l’extraordinaire (c’est le cas de le dire), dont :

-                     L’achat d’une berline de luxe pour le bourgmestre, inscrite pour un budget de 60.000 EUR.  Cet achat avait déjà été décrié précédemment par l’opposition.  Il s’élevait alors à 76.000 EUR pour…2 berlines.  Il est choquant de constater qu’à peine (ré)installée, la majorité se permet une telle dépense simplement pour se faire plaisir avec une « belle bagnole », alors qu’en parallèle nombre d’allocataires sociaux et de chômeurs augmente sur le territoire communal

-                     La construction d’une annexe au hall omnisports afin d’y créer une salle de fitness, budgétisée pour un montant de 820.000 EUR.  Le Collège nous a quand même signalé en commission qu’il ne s’agissait pas d’une dépense prioritaire…Ravis de l’apprendre !

 

A côté de cela, on note toutefois quelques chouettes investissements comme les caméras de surveillance, l’aménagement du carrefour de l’Avenue d’Alès, l’engagement d’agents de proximité, les différents investissements dans les écoles et la crèche, la rénovation de la Place Gilles Gérard, l’aide aux commerçants pour l’harmonisation de leurs terrasses…Ces préoccupations rejoignent largement celles défendues par le MR.

 

L’extraordinaire est toutefois toujours bien gonflé de réinscriptions (plus des ¾ du budget).  On note quand même avec plaisir que le « vrai centre culturel », celui dont on sait qu’il ne verra pas le jour avant plusieurs années, a disparu du budget.  C’est une remarque que nous avions précédemment soulevée, et l’on ne peut que se réjouir de sa prise en compte, qui rend le budget bien plus réaliste en termes d’investissements.  Pour la boutade, on note au passage la diminution de moitié du budget consacré aux jumelages et de celui consacré au tourisme, patrimoine et folklore…vous n’avez pas gâté votre partenaire de majorité !

 

En résumé, il s’agit d’un budget de crise. Bien qu’il subsiste des réserves, il a fallu puiser dans celles-ci (les faisant passer de 11.244.967, 07 à 8.493.380,43) et recourir dans une large mesure à l’emprunt (à concurrence de 14.603.745,23 EUR soit 45% du budget extraordinaire).   Nous estimons cela préoccupant pour les années à venir, d’autant que la situation financière du CPAS est, elle aussi, problématique, que les perspectives en termes de dividendes sont mauvaises, sans compter que les pouvoirs locaux doivent assumer toujours plus de compétences sans augmentation structurelle de leurs recettes »

 

Lire l’article du journal Le Soir

 

Lire l’article du journal La Meuse

 

Lire l’article de la DH