09/12/2010

Question orale de J. Maus relative aux premiers résultats de l’audit organisationnel des services communaux

Question

 

Le conseil a voté la passation d’un marché de services en vue de la réalisation d’un audit organisationnel sur les services communaux.

 

Où en est cet audit ? A-t-il déjà livré certains résultats ?

 

Quels sont les aspects positifs qui peuvent d’ores et déjà être mis en avant quant au fonctionnement de l’administration et au travail de ses agents ?

 

Dans l’autre sens, quels sont les points négatifs relevés et de quel ordre sont-ils ?  Des irrégularités sont-elles à déplorer au sein de l’un ou l’autre service ?

 

Réponse

 

L’auditeur a présenté la 1ère phase de son travail (diagnostic) au Collège le 17 mai dernier.  Dans ce cadre, environ 80 personnes ont été rencontrées de manière à couvrir l’ensemble des missions dévolues à l’administration communale conformément au cahier des charges.  280 points (suggestions, points de satisfaction, critiques) ont été relayés par les membres du personnel.  Tout cela a été regroupé en 42 thèmes par le consultant.

 

La 2ème phase est une phase de propositions d’améliorations avec des thématiques pouvant être réglées rapidement.  31 thèmes feront ainsi l’objet d’un groupe de travail mixte composé de représentants de l’administration communal et du consultant.  La synthèse sera soumise au Collège.

 

Selon le Bourgmestre, l’audit organisationnel des services communaux crée l’engouement des services qui collaborent activement et ont une bonne perception du consultant.

 

En ce qui concerne les éventuelles irrégularités relevées, le Bourgmestre restera fort évasif, rappelant que si l’on souhaite le maintien d’une bonne collaboration avec le personnel communal sur cette démarche, l’audit ne doit pas être perçu par lui comme ayant pour objet de repérer des dysfonctionnements au sein des services.  Si toutefois des problèmes devaient être constatés, ils feraient l’objet d’une sanction appropriée.

02/12/2010

Question orale de J. Maus relative au cadastre des voiries

routes.jpgQuestion

 

Un budget de 20.000 EUR était inscrit au budget extraordinaire de 2009 (421/742-53/20090022) pour le cadastre des voiries.  Ce budget ne figure plus au budget 2010. 

 

Ce logiciel a-t-il été créé ou acheté ? Est-il opérationnel à l’heure actuelle ?

 

Le cas échéant, pouvez-vous nous en expliquer le fonctionnement ainsi que les renseignements fournis par ce logiciel ? Notamment, celui-ci permet-il de déterminer un ordre de priorité dans la réfection des voiries ?  Donne-t-il un échéancier des travaux à effectuer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par souligner qu’un cadastre des voiries est indispensable à une bonne gestion en la matière.  Il s’agit d’objectiver les besoins, les priorités et la planification des réalisations.  La rénovation des voiries coûte beaucoup d’argent et il faut affecter au mieux les fonds disponibles ainsi que les subsides obtenus dans le cadre des plans triennaux et du droit de tirage.  Cela ne veut toutefois pas dire que la Ville fait n’importe quoi depuis des années : il y a une connaissance relativement précise des besoins de terrain et c’est sur cette base que les choix sont réalisés.

 

Le crédit budgétaire de 2009 n’apparaît plus en 2010 car il est globalisé dans un article « informatisation, travaux et études ».

 

Des démarches ont déjà été accomplies et il faut les poursuivre.  Le GIE Qualicité, auquel la Ville a adhéré, a pour utilité de développer des programmes informatiques pour ses membres, notamment dans le domaine des travaux.  Dans ce cadre, la Ville a déjà acquis l’application Gestravaux, permettant l’amélioration de la gestion des travaux.   Toutefois, ce logiciel, qui n’est pas spécifique aux voiries, n’est pas suffisant.  Il faut un outil en temps réel, mis à jour.

 

A cette fin, une rencontre a eu lieu avec un partenaire privé potentiel qui peut nous offrir un produit intéressant et multicritères (utilisation de la voirie, passage des TEC ou non, etc), au-delà de l’aspect purement technique.  Il faut toutefois tenir compte, d’une part, de la dimension financière, et d’autre part, des ressources humaines nécessaires à l’implémentation des données indispensables au fonctionnement de l’outil.  L’audit organisationnel des services communaux permettra de déterminer quels services seront chargés de l’élaboration, de la gestion, de la maintenance de l’outil entre le service d’exécution (présent sur le terrain) et le service d’études (qui bénéficie d’un certain recul).

 

Cela signifie-t-il que nous avons acquis un logiciel inutile, puisqu’il va falloir en acheter un autre ? 

 

D’après le Bourgmestre, non car les deux applications sont compatibles et complémentaires.  La première application a son utilité mais n’est pas suffisante à elle seule et devra donc être complétée par la deuxième pour créer un véritable cadastre des voiries.