21/03/2014

Question orale de J. MAUS relative aux moyens d’action en matière de propreté publique

 

Question

 

Afin d’améliorer la propreté publique à Herstal, maintes fois critiquées dans la presse, la majorité s’est engagée, dans sa déclaration de politique communale, à différentes actions, dont l’engagement de 12 cantonniers de proximité et un accroissement sensible du nombre de constatateurs environnementaux.

 

Quel est l’agenda fixé pour la concrétisation de ces projets ?

 

Réponse

 

Lors de la préparation du budget de la Police et de la Ville, le Collège a veillé à intégrer les moyens budgétaires nécessaires pour l'engagement de 12 cantonniers auxiliaires professionnels E1 et de 6 agents de police de terrain.

 

Toutefois, le bourgmestre souhaite encore affiner la procédure de recrutement avant de la lancer, et ce afin d'attirer des personnes qui aient pour objectif de rester en place à long terme, ce qui est nécessaire pour qu'ils puissent vraiment jouer le rôle de relais dans leur quartier.

 

Le raisonnement est le même pour l'engagement des 6 agents de police destinés à renforcer les équipes de quartier (agents de quartier spécifiquement dédiés à la problématique de la propreté). Cela sera repris dans le Plan Zonal qui sera présenté a la rentrée.

 

Le Bourgmestre souhaite qu'ils soient entrés en fonction début 2014.

19/02/2014

Déclaration de politique communale 2013-2018 : la position du MR

déclaration de politique communale, déclaration de politique communale 2012-2018, régie communale autonome du commerce, comité de commerçants ambulants, commerçants, commerçants ambulants, cantonniers, propreté publique, immeubles inoccupés, marchands de sommeil, parkings, stationnement, agents de quartier, présence policière, caméras de surveillance, caméras, mobilité, ruralité, villages, cadastre des voiries, Place Gilles Gérard, Vottem, Basse-Campagne, e-conseil, médiation, route des terrils, observatoire du commerce, observatoire du commerce en ligne, réaménagement du centre urbain, stationnement payant, nouvel hôtel de Ville, NHV, politique de la jeunesse, primo-arrivants, intégration, mobilité intracommunale, mobilitéLe groupe MR s’est abstenu sur la déclaration de politique communale 2013-2018.  En tant que chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix.

 

« Comme je suis d’humeur aimable, je ne relèverai pas le fait que votre déclaration de politique communale soit le fil rouge de la législature (désolée, André).  Je ne m’appesantirai pas davantage sur tout ce que vous déclarez vouloir « poursuivre », « optimiser », « accentuer » et qui constitue une partie considérable de votre déclaration (rien de neuf sous le soleil à cet égard, donc)

 

Je préfèrerai relever les quelques idées plus novatrices que vous citez, telles que la création d’une régie communale autonome du commerce, celle d’un comité de commerçants ambulants, l’engagement de cantonniers et la création d’un service communal chargé d’identifier les immeubles inoccupés et de traquer les marchands de sommeil.  Ce sont des idées judicieuses qui rejoignent des préoccupations que le MR a mises en avant lors de la campagne électorale.

 

Sans doute avez-vous voulu être aimable également en soulignant votre volonté de concertation avec l’Union des Classes Moyennes, et plus encore en reprenant bon nombre de demandes émanant du groupe MR, dont nous avons largement débattu sans qu’elles aient pu être concrétisées jusqu’ici.  Il s’agit notamment :

- Des solutions de parkings pour l’hyper centre

- De la revalorisation des agents de quartier et d’une plus grande présence policière sur le terrain

- Des caméras de surveillance

- Des aménagements de mobilité pour la préservation du caractère rural des villages

- Du cadastre des voiries

- De la rénovation de la Place Gilles Gérard à Vottem

- Du désengorgement du quartier Basse-Campagne

 

Il est inutile de dire que sur tous ces thèmes, nous attendons, enfin, votre passage à l’acte avec beaucoup d’impatience !

 

Monsieur le Bourgmestre, j’irais jusqu’à dire que vous nous avez bluffés, car je ne vous pensais pas aimable au point de défendre des idées jadis portées par le MR et jugées impraticables par vous, telles que l’e-conseil, la mise en œuvre d’un service de médiation via le PCS, l’affiliation à la route des terrils ou encore la création d’un observatoire du commerce en ligne !

 

Néanmoins, temporisons notre enthousiasme !

 

En effet, nous continuons à regretter non le principe, mais la manière dont a été pensé le réaménagement du centre, nous n’approuvons pas plus le passage prochain à un stationnement payant et nous regrettons que le Nouvel Hôtel de Ville grève le budget communal.  Par ailleurs, votre déclaration manque à notre sens d’une véritable politique de la jeunesse ainsi que d’une véritable politique d’aide à l’intégration des primo-arrivants.  L’amélioration de la mobilité intracommunale mériterait également une réflexion approfondie.

 

Il vous manque donc encore un peu de touche libérale…Ce sera pour la prochaine fois !

 

Peut mieux faire, donc.

 

A titre d’encouragement, nous voterons l’abstention ».

 

Lire l’article du journal la Meuse

01/03/2008

Question orale de J. Maus relative au suivi donné par les services de police à la pétition des habitants du quartier Marexhe reçue par M. le Bourgmestre le 24 octobre 2007

 Question

Une pétition signée par plus de 180 familles du quartier Marexhe a été remise à M. le Bourgmestre par laquelle les habitants font part d'un important sentiment d'insécurité et d'un « ras-le-bol » général par rapport à leur cadre de vie et au manque de propreté.

Ils demandent une présence policière accrue dans leur quartier et une plus grande répression des infractions qu'ils ont l'occasion de constater chaque jour.

Ils citent notamment une vingtaine de rétroviseurs cassés au cours d'une nuit ; un trafic de drogue rue des Mineurs; des règlements de compte à l'arme à feu rue Hoyoux ; des courses poursuites de véhicules sur le Boulevard, des problèmes de propreté (détritus et poubelles que l'on dépose n'importe quel jour de la semaine)

Copie de cette pétition ayant été transmise à M. le chef de zone, quelles suites concrètes les forces de l'ordre comptent-elles donner à cette pétition ? 

Les habitants demandent un plus grand investissement de l'agent de quartier.  Quelles sont exactement les limites de la mission de celui-ci ? 

Envisage-t-on une présence policière renforcée dans ce quartier apparemment sensible ?

Dans ce cadre, pourrait-on imaginer, comme cela se fait dans un nombre sans cesse croissant d'autres communes, l'installation de caméras de surveillance, tant dans un but de dissuasion que pour faciliter le travail des forces de l'ordre ?

Les citoyens réclament une meilleure répression des incivilités qui pourrissent leur quotidien.  Lors d'un précédent conseil, vous avez dit mener une réflexion par rapport au système des sanctions administratives communales.  Où en est cette réflexion ?

Réponse

Le 29 octobre, le collège a examiné le dossier et répondu aux trois pétitionnaires.  Le dossier a été transmis à Marc PAQUAY, qui a été chargé de mettre en place une vigilance accrue dans le quartier.

Suite à cela, le Chef de zone a contacté le bourgmestre pour rencontrer les pétitionnaires.  Un premier échange a eu lieu le 3 janvier 2008.  Le message a été passé aux agents de quartier en ce qui concerne notamment la propreté.

Il s'agit d'un problème important.  La commune a un grand projet de rénovation urbaine qui concerne le bâti mais a aussi un aspect social.  Il s'agit toutefois d'un projet ambitieux et qui prendra donc du temps.  Cela ne signifie pas pour autant qu'il ne faut rien faire dans l'immédiat pour limiter l'hémorragie.  La police doit être attentive pour que ça commence à s'améliorer.  Il convient notamment d'instaurer un meilleur dialogue entre la commune, la police et les citoyens.  Une réflexion est également en cours en vue d'une réorganisation des agents de quartier et d'un renforcement de leur action dans le quartier Marexhe afin que la rénovation urbaine soit utile.

La réflexion au sujet des sanctions administratives est toujours en cours.  Le Bourgmestre insiste sur le fait que cela ne signifie pas que l'impunité règne actuellement en la matière à Herstal.

Les caméras, quant à elles, sont actuellement utilisées dans le cadre de la lutte contre les dépôts clandestins d'immondices.  Il s'agit de caméras mobiles.  Une réflexion est en cours en vue de l'utilisation éventuelles de caméras  fixes à certains endroits « stratégiques »