06/09/2012

Elections communales du 14 octobre 2012

profil.JPG

Le 14 octobre 2012 ne sera pas une date comme les autres.

Ce jour là, vous allez prendre une décision.

Et pas la moindre !  Une décision qui aura un impact sur votre environnement immédiat et votre quotidien pour les six années à venir.

Avouez-le, ce n’est pas tous les jours que l’on vous laisse le choix…

Mais peut-être avez-vous l’impression que finalement, vous n’avez pas grand-chose à dire.  Que les politiciens sont tous les mêmes et que de toute manière ils ont décidé pour vous, puisqu’ils ont annoncé leur volonté de reconduire l’accord de majorité.  A quoi bon marquer son mécontentement si les mêmes s’entendent pour rester au pouvoir !

Détrompez-vous ! La seule vérité qui compte est celle qui sort de l’isoloir.

Avec plus de 239 interpellations depuis 2006, le Mouvement Réformateur n’a pas à rougir de son travail.  Les conseillers sortant ont la fierté du travail accompli et du respect de la parole donnée, avec même, ici et là, quelques victoires obtenues depuis les bancs de l’opposition.

Si vous trouvez que tout va bien, ne changez rien. Votez pour l’un ou l’autre des partis de la majorité, c’est du pareil au même, comme ils l’ont fait savoir.

 Mais si, en y réfléchissant, vous estimez que votre cadre de vie et les services dont vous bénéficiez ne sont pas à la hauteur des impôts que vous payez ; Que des sommes colossales sont investies dans un nouvel hôtel de ville alors que les rues de votre quartier son sales et en piteux état ; Que vous préférez vous promener ailleurs que dans votre ville, car celle-ci n’est pas attractive, que les commerces s’y font rares, que l’on y accède difficilement et qu’en plus, il est pour ainsi dire impossible de s’y garer ;

Si , en plus de tout cela, vous constatez que les gens à qui vous aviez accordé votre confiance se sont octroyés des smartphones et des voitures avec votre argent, pendant que vous peiniez à payer le chauffage et l’électricité sans parler de la crèche du petit.  Alors, c’est le bon moment de le faire savoir.

Ne laissez personne vous priver de votre droit de décider de ce que vous voulez comme avenir pour vous et vos proches.

Voter pour le MR, c’est soutenir une équipe soudée de candidats compétents qui estiment que notre ville et ses citoyens méritent mieux.

Opter pour le MR, c’est choisir la force des convictions.

Jennifer MAUS

1ère à la commune

1ère à la province

27/09/2011

Question orale de J. Maus relative au projet de centre culturel herstalien

Question

 

Le Conseil communal du 25 février 2010 a voté le contrat-programme 2010-2013 du Centre culturel, ce qui a permis l’introduction d’une demande de reconnaissance de celui-ci par la Communauté française.

 

Où en est le processus ? Est-il exact que la ministre de la Culture aurait imposé un nouveau moratoire par rapport aux demandes de reconnaissance des centres culturels ?

 

Si cette information est confirmée, quelles en seront les conséquences pour les activités que souhaite créer ou développer la maison des associations culturelles ? Des subsides ponctuels seront-ils suffisants pour les mener à bien ?

 

Quelles en seront les conséquences au niveau du futur bâtiment destiné à abriter le centre culturel ? Est-il exact que les ambitions herstaliennes (salle de 500 places avec gradins rétractables, espace forum pour accueillir des expos, espace plateau pour les loges et la technique) devront être revues à la baisse (salle de 100 places dans le cadre de la réhabilitation d’une habitation) ?

 

Ce bâtiment sera-t-il correctement insonorisé par rapport aux habitations voisines ?  Sera-t-il accessible aux PMR (personnes à mobilité réduite) ? Sera-t-il suffisamment grand pour accueillir des loges pour les artistes ? La capacité de la salle est-elle en adéquation avec le type d’évènement à organiser et le public visé (à savoir qu’une conférence sur Herstal risque par exemple d’attirer moins de foule qu’un concert pop-rock, avec comme conséquence que nous aurions une salle bien trop grande pour une conférence mais bien trop petite pour un concert) ?

 

Quid des montants inscrits au budget extraordinaire 2010 soit 363.000,00 EUR d’honoraires pour la construction du centre culturel (article 772/733-60/-20090129) et 3.630.000,00 EUR pour la construction (article 7721/722-60/-20090129), moyennant un subside estimé à 1.815.000,00 (article 7721/665-52/-20090129) ? 

 

Quelles en seront également les conséquences pour le personnel affecté actuellement à la maison des associations culturelles ?

 

Est-il possible de mener une politique culturelle si les subsides, le bâtiment et le personnel ne sont pas pérennes ?

 

 

Réponse

 

Le contrat-programme a été envoyé à la Province de Liège et à la Communauté française mais le dossier n’a pas encore été traité.

 

Actuellement, la Ville a pris un engagement de 30 000 EUR par an pendant 4 ans.  Le Centre culturel perçoit par ailleurs 25.000 EUR par an de la Communauté française, ce qui équivaut à une reconnaissance en catégorie 4. 

 

L’objectif est de conserver ce subside de 25.000 par an au moins pour les quatre années à venir, afin de garantir l’emploi du personnel et le maintien des activités.  En effet, l’Echevin reconnaît qu’il y a bien un blocage actuellement en ce qui concerne la reconnaissance des centres culturels par la Communauté française, dans l’attente d’une enquête sur le maillage des centres culturels.  Il faut donc attendre la sortie d’un nouveau décret, qui devrait avoir lieu dans les quatre ans.   

 

Dans un premier temps, le Centre culturel prendra bien place dans une maison de la rue Large Voie.  Il s’agit avant tout, selon l’Echevin, d’un siège temporaire destiné à permettre au Centre de tenir ses réunions dans de bonnes conditions.  Actuellement, la maison des associations culturelles organise plutôt des activités d’éducation permanente et des conférences.  Il n’y aura donc pas de concert, mais il faudra tout de même veiller à l’insonorisation du bâtiment.  Celui-ci sera accessible aux PMR au rez-de-chaussée mais pas dans les étages.

 

Les sommes budgétisées en 2010 ne seront pas utilisées.  Ce n’est que dans 4 ou 5 ans au mieux que l’on pourra introduire une demande de subvention pour la construction d’un vrai centre culturel.