10/02/2011

Bref bilan du travail de la majorité herstalienne à mi-législature

Le bilan que tire le MR des quatre années de législature n’est pas plus positif qu’en 2006. 

 

Les citoyens ne bénéficient toujours pas d’un cadre de vie à la hauteur des impôts qu’ils payent.  Les rues restent sales et en piteux état. 

 

Des sommes colossales sont dépensées pour un nouveau centre administratif qui ne rencontrera pas l’objectif souhaité (regrouper l’ensemble des services) et ne s’intégrera pas dans le bâti actuel.  Même la CCAT, où le PS est largement représenté, a voté contre !

 

Et que dire de l’Echevin d’ouverture : nous n’aurons pas le centre culturel promis.  Les petits commerçants souffrent et souffriront du réaménagement de la Place J. Jaurès avec ses conséquences sur le trafic et le stationnement qui deviendra payant.  Sans parler du marché du jeudi ! Enfin, il a quand même avalisé l’achat de berlines à 80 000 EUR aux frais du contribuable…un peu décevant !

 

Pour les deux ans à venir, le MR espère une concrétisation rapide de cinq de ses propositions : la création d’espaces multisports dans les quartiers ; la rénovation de la place de Vottem ; l’amélioration de la mobilité entre les villages et le centre de la commune ; la création d’un cadastre des voiries avec un échéancier de leur rénovation ainsi que la préservation de l’ensemble des terrils et leur aménagement en lieu de promenade.

 

 

Lire l’article du journal La Meuse

06/10/2008

Communiqué de presse relatif à l’absence de la commune de Herstal au salon de l’emploi de la Basse-Meuse

2008 039Les communes d’Oupeye, Visé et Bassenge, en collaboration avec l’ASBL Basse-Meuse Développement et le forem, organisent le 11 octobre prochain la 4e édition du salon de l’emploi de la Basse-Meuse.

 

Le MR s’étonne de constater qu’une fois de plus, la commune de Herstal brillera par son absence, et ce, alors même qu’un accord de partenariat avec Visé et Oupeye vient d’être voté au Conseil communal concernant la maison de l’emploi de la Basse-Meuse.  La logique aurait voulu que Herstal s’associe à ces mêmes communes dans le cadre du salon de l’emploi.

 

Interrogé à ce sujet l’an passé par J. MAUS, chef de groupe MR, F. DAERDEN avait estimé qu’il y avait suffisamment de concret pour l’emploi à Herstal et qu’aussi longtemps que l’organisation du salon ne serait pas confiée à l’ASBL Basse-Meuse Développement qu’il préside, Herstal n’y participerait pas !  (pour 2006, voir ici)

 

Evidemment, le dossier de la maison de l’emploi est, quant à lui, mis en œuvre par l’ASBL, et l’implantation principale sera située à Herstal…

 

Le Mouvement Réformateur regrette pour sa part que le parti dit « socialiste » herstalien laisse une question d’emprise politique l’emporter sur l’opportunité de participer à une démarche sociale, sur un thème primordial pour les citoyens, à l’heure où la hausse du pouvoir d’achat constitue une priorité.

 

D’autre part, même si la concrétisation toute proche de la maison de l’emploi – réclamée par l’opposition depuis deux législatures – est sans conteste une belle avancée,  aucune action n’est superflue en matière d’emploi, et surtout pas dans une commune comme Herstal, qui compte tout de même plus de 3500 demandeurs d’emplois inoccupés.

26/08/2006

Promouvoir l'utilisation du vélo comme moyen de transport à Herstal

Le Gracq, ASBL ayant pour but de favoriser l'usage utilitaire du vélo et d'augmenter sa quote-part dans l'ensemble des transports, a pris contact avec les chefs de fils des différents partis politiques afin de voir si leurs programmes contient des aspects relatifs à la promotion du vélo comme mode de transport :

- efforts en matière d'infrastructures (stationnement vélo, réduction de la pression motorisée,...)

- actions concrètes de sensibilisation et de promotion du vélo (éducation d'enfants et d'adultes au vélo,...)

- des budgets et des moyens humains (coordination, concertation,...)...

Préambule

L’association communale MR d’Herstal est particulièrement sensible à la démarche du Gracq.  Tant dans un souci de sécurité, que de mobilité et de préservation de l'environnement, il nous paraît important de porter une attention toute particulière aux usagers dits « faibles », et notamment aux deux roues.

 

Vous trouverez ci-dessous, en substance, la réponse que j'ai adressée, en tant que tête de liste du MR d'Herstal,  au courrier du Gracq.  Je tiens à préciser d'emblée que cette réponse ne se veut pas exhaustive : nous sommes conscients qu'il y aurait encore bien d'autres choses à faire pour promouvoir l'utilisation du vélo à Herstal !  Etant donné le peu qui est fait actuellement pour faciliter ce type de déplacement dans notre commune, nous avons jugé préférable de nous montrer réalistes, et de nous limiter, pour l'instant, à émettre quelques propositions que nous jugeons primordiales et réalisables à relativement court-terme.

 

La réponse

 

Notre programme en vue des élections communales d’octobre 2006 place la sécurité au premier rang de nos priorités.  La vitesse de circulation est un réel problème dans notre commune.  Il n’est pas rare de voir des camions ou voitures passer dans les rues à une vitesse avoisinant les 90 km/h ! Il conviendrait, à tout le moins, de faire respecter la vitesse de 50 km/h en aglomération (voire 30 km/h lorsqu’une vitesse supérieure est inadaptée à la configuration des lieux) par une politique de prévention (chicanes, casse-vitesses, radar préventif, actions de sensibilisation…) mais aussi de répression (utilisation du radar mobile aux endroits « stratégiques ») efficace.

 

L’état des voiries communales est également problématique à Herstal.  Celles-ci sont particulièrement abîmées, et les nids de poules peuvent s’avérer fort dangereux pour les cyclistes.  De simples réparations n’apportent pas de solution durable.  Le Mouvement Réformateur propose dès lors de procéder à la réfection progressive de nos rues lorsque l’état de celles-ci le requiert.

 

Dans le cadre du plan de mobilité qui devrait être adopté prochainement par la commune, le MR veillera à ce que l’utilisation du vélo comme moyen de transport soit intégrée dans le schéma de réflexion.   S’il est inconvable, pour des raisons techniques de tracer des pistes cyclables sur l’ensemble du territoire communal, notamment en raison de l’étroitesse de la chaussée à certains endroits, il me paraît souhaitable de réaliser une forme d'itinéraire urbain pour cyclistes, un schéma de déplacement évitant les endroits dangereux ou à circulation dense, et intégrant les SUL ainsi que les tronçons du RAVEL qui, reliés entre eux et avec le réseau de voirie « normal », peuvent devenir bien plus qu’un simple espace de promenade.

17:37 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : velo, mobilite |  Facebook |

14/08/2006

Un concert qui coûte cher !

Vous l’avez certainement vu sur RTL-TVI, un concert gratuit sera organisé à Herstal le 9 septembre.

 

Gratuit ? Pas tant que ça ! Car à y regarder de plus près, c’est 42.000 EUR que vont devoir débourser les contribuables Herstaliens pour aller écouter Natasha St Pier !!

 

Dans une commune dont la situation financière est loin d’être reluisante (faut-il rappeler que Herstal est sous plan de gestion ?), où l’on rogne sans cesse sur le budget du CPAS, et où l’on prétexte constamment du manque de moyens pour réaliser un tas de choses utiles (voire indispensables) à la communauté, il y a vraiment de quoi être scandalisé !

 

Serait-ce donc que je n’aime pas la musique ? Pas du tout, au contraire, je pense que la commune devrait cesser de faire de la culture le parent pauvre de sa politique budgétaire.  Ceci dit, n’y avait-il pas moyen d’assurer un divertissement musical à un coût nettement moindre, par exemple, en invitant de jeunes artistes locaux qui ne demandent qu’à être entendus ? 

 

Mais rassurez-vous : en contrepartie de cette quote-part versée par la commune, nous aurons droit à de la publicité gratuite sur la grande chaîne nationale !

 

A qui va profiter cette pub à un mois des élections ?

 

Si, dans le contexte économique et social qui est le nôtre, ce n’était pas dramatique, la manœuvre serait vraiment, vraiment très drôle !

23:49 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : concert, finances, culture |  Facebook |

Commune envie de booster la jeunesse !

Que ce soit dans les clos, sur les places, dans les rues ou près de la gare de Herstal, il n’est pas rare de croiser les jeunes du quartier qui se retrouvent pour manger un bout, parler, écouter de la musique…

 

Rien de mal à cela ! Mais cela peut vite dégénérer en conflit lorsque les sachets de frites et les canettes jonchent le sol, que le bruit empêche les riverains de fermer l’œil avant une heure du matin, et que le phénomène « de bande » crée un sentiment d’insécurité, spécialement auprès des plus âgés.

 

D’autre part, il est bien plus valorisant pour les jeunes d’avoir un endroit rien qu’à eux pour se réunir, discuter, réfléchir et créer des liens.  Encadrés par un ou plusieurs éducateurs, les jeunes peuvent aussi développer des projets et activités, participer de manière active à la vie sociale et culturelle de leur commune et ainsi, se sentir responsabilisés.

 

C’est pourquoi le MR propose la création, dans chaque entité, d’une maison de jeunes où serait garantie la neutralité tant philosophique, que politique ou encore religieuse.

 

Cela marche dans bien d’autres communes.  Pourquoi pas chez nous ?

23:18 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : insecurite, jeunes |  Facebook |

28/06/2006

En Basse-Meuse, l'emploi on y croit...sauf à Herstal

Les 27 et 28 juin prochain se tiendra le deuxième salon de l’emploi de la Basse-Meuse. 

 

Le MR d’Herstal salue cette excellente initiative des communes de Visé, Oupeye et Bassenge, qui démontrent ainsi une réelle volonté de leurs mandataires locaux d’agir en synergie pour l’emploi, pour le développement économique et social de la Basse-Meuse, et pour l’avenir de leurs concitoyens.

 

En revanche, je m’interroge sur les motifs de l’absence, pour la deuxième année consécutive, de la commune de Herstal, qui compte tout de même 3784 demandeurs d’emploi inoccupés (source : Forem Conseil – photo locale de la demande d’emploi).

 

Cette absence est d’autant plus surprenante que Herstal, au même titre que Visé et Oupeye, fait partie de l’ASBL Basse-Meuse Développement – outil ayant pour objectif de fédérer les forces vives locales et de donner de la Basse-Meuse une image attractive aux investisseurs potentiels – présidée par notre Bourgmestre f.f. Frédéric DAERDEN. 

 

Visé et Oupeye le démontrent : la participation de l’ASBL au salon n’empêche nullement Herstal d’être directement partie prenante à celui-ci.  C’eut d’ailleurs été l’occasion de mettre en avant les entreprises herstaliennes, notamment celles des Hauts-Sarts. 

Malgré tout Herstal a refusé (ce qui est un comble) une première fois d’y participer, et est encore la grande absente de cette année. Interpellés par le MR l’année dernière, les mandataires PS avaient avancé des justifications plus qu’obscures et guère convaincantes. 

 

A mes yeux, toute initiative dans le domaine de l’emploi est à saisir, surtout pour une commune comme celle de Herstal et alors que le parti qui a chez nous la majorité prône un Plan Marshall pour la Wallonie 

 

F. DAERDEN a récemment promis la création d’une maison de l’emploi à Herstal, ce que réclamaient unanimement, depuis de nombreuses années, les conseillers de l’opposition.  Il est plus que temps.  Mais au vu de ce qui précède, on peut se demander s’il ne s’agit pas, une fois de plus, d’une vaine promesse à des fins électorales !

 

(Voir aussi article du journal La Meuse du 27/06/06)

22:41 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emploi, basse-meuse |  Facebook |

24/04/2006

La sécurité à la gare de Herstal

Mercredi passé, un jeune homme de 17 ans a été victime d'une agression mortelle a la gare centrale de Bruxelles.

 

Ce drame pose une fois de plus la question de la sécurité dans les gares et les transports en commun.

 

Inaugurée en octobre 1856, la gare de Herstal est, depuis plusieurs années déja,dans un état de délabrement (plus qu')avancé.

 

Du fait de sa vétusté, des agressions qui s'y sont déjà déroulées, et des bandes de jeunes qui y traînent, les navetteurs et le personnel de la SNCB qui y travaille ne s'y sentent pas en sécurité.

 

Qu'attend-on pour agir ?? Si des drames peuvent se produire dans des gares bondées en pleine heure de pointe, que risque-t-il d'arriver dans cette gare, isolée au beau milieu d'un quartier qui n'a rien a envier au Bronx ? Certes, les rondes de police sont un peu plus fréquentes depuis quelques années, mais cela ne suffit pas a régler le problème...

 

Evidemment, la solution de facilité pour la SNCB consiste a démolir la gare. Cette méthode permet d'évacuer rapidement les problèmes a moindre coût. Nos dirigeants communaux n'hésitent d'ailleurs pas a y recourir assez fréquemment : pas de plaines de jeux ni de bancs publics parce qu'on les vandalise, pas de poubelles publiques parce que des inciviques y jettent leurs déchets ménagers, pas de décorations de Noël parce qu’on les vole...

 

Toutefois, le raisonnement est un peu court. La majorité des citoyens n'a pas a faire les frais du comportement inacceptable de quelques-uns. Cela est particulièrement vrai concernant notre gare, surtout a l'heure où la mobilité constitue un enjeu politique majeur.

 

Dans une commune de 2354 hectares et 36324 habitants, posséder une gare a un sens. A l'heure actuelle, la gare de Herstal draine d'ailleurs près de 400 voyageurs en semaine et 150 le week-end.  Par rapport aux bus, elle a l'avantage de faciliter la mobilité a l'intérieur de la commune puisqu'elle relie le centre de Herstal aux autres entités communales, a l'exception de Vottem bien sûr qui ne dispose pas d'un point d'accueil ferroviaire. Elle permet également de relier le centre de liège plus rapidement qu'en bus ( et parfois même qu'en voiture aux heures de pointe).

 

Que faire dès lors ? Tout d'abord, une rénovation s'impose. Des projets de liaisons ferroviaires, tant internes a Herstal que dirigés vers l'extérieur, pourraient être  développés de manière a rentabiliser davantage la gare. Nos dirigeants communaux semblent d'ailleurs d'accord sur ce point. Il leur appartient a présent de mener la concertation avec la SNCB.

 

En ce qui concerne la sécurité, pourquoi ne pas faire comme d'autres communes et engager des agents de prévention et de sécurité (APS) ? Concrètement, les APS sont des demandeurs d’emploi de longue durée employés par la commune pour montrer une présence sur le terrain et effectuer des tâches aussi diverses que faciliter et sécuriser la sortie des écoles, surveiller les parkings, prévenir les actes de vandalisme et autres incivilités. Par ailleurs, il conviendrait également de revaloriser le rôle de l'agent de quartier.

 

Rappelons que, pour les élections communales d'octobre 2006, le MR de Herstal a fait de la sécurité sa priorité. Nous estimons en effet que les autorités communales sont en  première ligne pour développer des initiatives concrètes visant à lutter contre le sentiment d'insécurité, tant par une prévention efficace que par une répression adéquate (l'une est inutile sans l'autre).  A cet égard, le MR préconise à Herstal une politique de tolérance zéro, ce qui implique de poursuivre systématiquement lorsque les lois et règlements sont transgressés, même pour des faits de petite délinquance urbaine.

 

Enfin, pour éviter que des bandes de jeunes traînent dans la gare ou aux alentours de celle-ci, pourquoi ne pas créer une maison de jeunes a Herstal ? En effet, il n'existe pas dans notre commune d'infrastructure dédiée aux jeunes, et menant des actions éducatives, pédagogiques, sociales et culturelles !

 

Dans la même optique, il conviendrait de réengager des éducateurs de rue, qui, par leur présence sur le terrain, sont a l'écoute des habitants des différents quartiers, spécialement les plus jeunes, y tissent des liens et favorisent une cohabitation harmonieuse de tous.