15/06/2009

2467x merci !!!

panneau blog2467 x merci pour votre confiance !

Le combat pour une autre Wallonie continue...

23:49 Écrit par Jennifer Maus dans Elections régionales 2009 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jennifer maus resultat |  Facebook |

05/06/2009

Pour me soutenir dimanche : liste 8, N°8 (MR)

grille-vote

Pour me soutenir, votez Jennifer MAUS, 8e effective sur la liste 8 (MR)

 

Vous pouvez valablement voter pour plusieurs candidats sur la même liste, chacun aura une voix pleine et entière (je vous invite à pointer le nom des candidats ou cocher la case à côté de leur nom pour marquer vos propres préférences).

 

Donc, faites-vous plaisir ! Soutenez-moi (8e effective) mais aussi Christine Defraigne et Didier Reynders ; notre président d’arrondissement Philippe Dodrimont ; sur la Basse-Meuse, Marcel Neven ; les jeunes candidats ; les femmes ; les candidats de la ceinture rouge ; les candidats de la Basse-Meuse…les possibilités ne manquent pas !

 

Pour une simulation de vote électronique, cliquez ici

 

Attention, votre vote ne sera pas valable si vous votez pour des candidats de plusieurs listes différentes pour un même scrutin.

 

31/05/2009

Présentation dans le journal La Meuse

campagne_meuse_BM

Un peu plus sur mes priorités pour les élections du 7 juin 2009

4-5 bMAUS flyer_15x10_FondFoule_Candidate

Issue d’une commune précarisée, mes priorités se portent naturellement sur l’emploi, la création d’entreprises, la formation et l’enseignement, qui sont des domaines indissociables à mes yeux.

 

Lutter contre le chômage implique d’attirer chez nous des PME (octroyant actuellement plus de 75% du travail salarié privé en Wallonie) mais aussi de les encourager à y rester.  Cela peut se faire par la voie fiscale, par exemple, en transformant les subventions à l’investissement en déductions fiscales ou en exonérant, dans une certaine mesure, les donations de sommes d’argent destinées à créer ou développer une entreprise.  La politique économique wallonne peut être davantage centrée sur les petites structures, que ce soit en renforçant le mécanisme de garanties octroyées par les sociétés de caution mutuelle ou en simplifiant la réglementation et les procédures administratives. L’indemnisation des commerçants mis en difficulté suite à des travaux publics doit être renforcée en comblant la franchise de 7 jours subsistant dans la mesure fédérale. 

 

Bon nombre d’entrepreneurs qui souhaitent engager du personnel regrettent que les candidatures ne répondent pas à leurs besoins.  La formation et l’enseignement ont par conséquent un rôle important à jouer.

 

La politique de formation du Forem manque d’efficacité.  Seuls 38% des formés trouvent un travail pour une durée de 6 mois et plus, et ce, en dépit des pénuries de main d’œuvre qui perdurent malgré la crise. Il devient urgent d’abolir le monopole du Forem en matière de formation et d’encourager, afin d’épouser plus facilement les besoins du marché de l’emploi, le recours à des prestataires externes payés au résultat.

 

L’enseignement secondaire n’a cessé de faire l’objet de réformes au cours des cinq dernières années pour un résultat désastreux.

 

Il convient tout d’abord de clarifier la finalité des différentes filières et de faire en sorte que celle-ci puisse être atteinte.  Le secondaire général a vocation à donner aux élèves un bagage et une méthode de travail leur permettant de suivre avec fruits les études supérieures qu’ils auront choisies.  Il est nécessaire d’y installer une vigilance particulière pour que les difficultés de certains ne conduisent pas à un mécanisme de relégation dans les filières techniques et professionnelles.  Celles-ci doivent être modernisées et les exigences en termes de fréquentation des cours et de niveau d’apprentissage doivent être aussi élevées que dans l’enseignement général.  L’enseignement technique de transition et de qualification doit être réorganisé en une seule filière visant à donner à l’élève un bagage technologique de haute qualité.  L’enseignement professionnel doit, quant à lui, permettre aux jeunes de s’insérer efficacement dans la vie professionnelle.  Il est par conséquent nécessaire de vérifier sans cesse l’adéquation de la formation aux besoins des entreprises.

 

Il ne pourra être mis fin aux « écoles ghettos » qu’en restaurant la liberté de choix et en nivelant la qualité des établissements vers le haut au bénéfice de tous les enfants.  La vraie égalité est celle des chances et non l’égalisation des têtes qui dépassent.  Il devient urgent d’établir un plan prioritaire de réinvestissement en moyens humains et matériels dans les écoles plus défavorisées.  De même, il conviendrait de mettre en place un financement différencié portable, calqué sur le principe de la discrimination positive à cette différence près que les moyens complémentaires sont portés par l’élève, quel que soit l’établissement où il s’inscrit.  Les difficultés, qu’elles soient scolaires ou sociales, seront ainsi déconcentrées et pourront recevoir une réponse plus efficace et plus rapide.

 

Parce que l’école est aussi le lieu où l’on apprend la vie en société, c’est là que les notions du goût de l’effort et du respect d’autrui se forgent.  Le phénomène du décrochage scolaire peut être enrayé en réagissant dès le premier jour d’absence et en supprimant la possibilité de s’absenter sans motif.   Il ne faut pas craindre de responsabiliser les parents en la matière.  Il en va de même pour la violence scolaire.  L’heure est venue de « dégeler » le projet de centre de rescolarisation initié par Pierre HAZETTE afin de permettre une prise en charge appropriée des élèves plus difficiles.

 

Enfin, la neutralité de l’enseignement public doit être garantie.  De même, l’obligation de fréquenter les cours, quels qu’ils soient, ne peut souffrir d’aucune dérogation fondée sur des raisons religieuses ou des discriminations sexuelles.

 

 

13/05/2009

Mes priorités pour les élections régionales du 7 juin prochain

4-5 bMAUS flyer_15x10_FondFoule_Candidateü Issue d’une commune précarisée, la lutte contre le chômage est ma principale priorité.  A cette fin, je souhaite que la politique économique soit centrée sur les PME, créatrices d’emplois, et que l’école réhabilite les valeurs d’effort, de travail et de mérite.  L’enseignement doit être plus en adéquation avec les attentes des entreprises, spécialement dans les filières techniques et professionnelles qui méritent d’être revalorisées.  

 ü  Le nombre de places d’accueil pour la petite enfance doit être considérablement augmenté afin de répondre aux besoins et de permettre aux parents de concilier vie familiale et vie professionnelle. 

 ü  La mobilité est également un enjeu majeur des années à venir.  Les transports en commun doivent notamment assurer le service minimum et offrir plus de sécurité.  Par ailleurs, le réseau routier doit être restauré et mieux entretenu.

ü  Sur le plan institutionnel, je défends la création d’une véritable Fédération Wallonie-Bruxelles, qui renforcerait les liens entre francophones et réduirait le nombre de ministres. 

ü  Comme les 21 500 personnes qui ont signé la pétition du MR, je réclame la suppression immédiate de la redevance télévision.

10/05/2009

Le libéralisme n'est pas la cause de la crise : il est la solution

Certains dénoncent la crise financière et en rendent le libéralisme responsable.

 

Au-delà de la démagogie et de la caricature, qu’en est-il réellement ?

 

- la liberté d’entreprendre est le moteur de la prospérité et du progrès social partout dans le monde On n’a jamais vu des gens tenter de franchir le mur de Berlin pour chercher un avenir meilleur à l’Est. 

 

- Certaines formations politiques visent à exploiter électoralement les retombées négatives de la crise et à attirer les suffrages en imputant la baisse du pouvoir d’achat au libéralisme. C’est oublier un peu vite que, depuis l’apparition du libéralisme, le pouvoir d’achat s’est accru considérablement. Sur le seul 20e siècle, le pouvoir d’achat a été multiplié par dix et les ouvriers ont vu leur volume horaire de travail divisé par deux. Il faut donc réfléchir avant de tout remettre en cause

 

-  il faut distinguer capitalisme et libéralisme. Le libéralisme est une doctrine philosophique, politique et économique. Le capitalisme n’est que l’instrument économique qui permet la réalisation de cette doctrine au niveau économique. Il faut encadrer le capitalisme, le réguler. Nous disons cela depuis des décennies avec le PLP, le PRL, le MR, … Le libéralisme c’est surtout l’égalité des chances, l’esprit de responsabilité, la confiance en l’individu, le respect de ses choix et de ses convictions, le refus du conservatisme, etc.

 

- la crise financière résulte non pas du libéralisme mais d’une mauvaise régulation du marché. Les causes de l’actuelle crise financière sont multiples. Beaucoup ont dénoncé, à juste titre, le sentiment de toute puissance de certains et l’incompétence de certains autres. Outre le devoir de faire des bénéfices, un investisseur a aussi celui de ne pas faire faillite. Pour notre malheur, voilà une évidence qui semble avoir été perdue de vue par l’establishment financier. Certains courtiers peu scrupuleux, des agences de notation désinvoltes, des conseils d’administration imprudents sont autant de responsables que l’on peut légitimement pointer du doigt.

 

Loin d’en être la cause, le libéralisme est la solution à la crise :

 

- Jamais dans l’histoire humaine, une société n’a autant fait preuve de générosité sociale que la société libérale. Santé, bien-être, éducation, minimum vital,… : autant de choses essentielles qui n’existeraient pas, et cesseraient rapidement d’exister sans l’économie libérale car il faut bien créer de la richesse avant de la redistribuer. En ce sens, le libéralisme est un véritable « acquis social ».

 

- le libéralisme fournit les moyens financiers pour faire face à la crise. Contrairement à beaucoup d’Etats dans le monde, l’Etat libéral de la Belgique doit à la vitalité de son économie, la capacité de disposer d’une très grande capacité d’emprunt. Au gouvernement fédéral, nos mandataires politiques ont actionné les leviers de l’Etat et mobilisé des moyens considérables pour amortir le choc et relancer la machine économique.

28/04/2009

Talk Elections RTL-TVI

Découvrez un xtrait de l'interview sur le blog http://grand-barnum.blogspot.com/2009/05/jennifer-maus-de... 

 

Lire l'article du ciné-télé revue