28/10/2010

Conseil communal du 1er avril 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1.  Question orale relative au tracé du tram sur Herstal

2. Question orale des groupes ECOLO/MR/PTB+ relative à l’acquisition de deux berlines

3.  Question orale relative au devenir du hall omnisports de Vottem

4.  Question orale relative au choix du futur support pour bulletins de vote

 

26/08/2010

Le Conseil communal du 19 novembre 2009 en bref

Maison cale.jpg

- Le groupe MR a tout d’abord demandé des précisions quant à une éventuelle modification de l’heure de début des débats, vu le retard systématique du collège (entre 30 et 45 minutes).  Il s’agit d’un réel manque de respect des Echevins PS-Cdh/Eph tant vis-à-vis des conseillers que de ceux qui les ont élus, sans parler de la presse et du public présent dans la salle.

 

- La proposition de tracer un passage pour piétons Chaussée Brunehault à Vottem, à hauteur de la pompe à essence (rue Sous la Ville), n’a pas été rejetée.  Au contraire, un examen plus approfondi de cette question (notamment quant à l’estimation du nombre d’usagers potentiels de ce passage) sera réalisé dans le cadre de la prochaine réfection de la voirie.  Outre la sécurité des piétons, il s’agirait en effet, pour l’expert en mobilité Guy HUBENS, d’un bon moyen de signaler le carrefour à cet endroit.

 

- Le Conseil a marqué son accord quant à la convention d’occupation signée avec la Régie communale immobilière pour la surface commerciale et de parking sise rue Laixheau 69 (ancien magasin Aldi).  Cet espace est destiné à accueillir une partie des services communaux pendant les travaux liés au Nouvel Hôtel de ville (NHV).  Le montant à charge du budget communal pour cette occupation s’élève à 2000 EUR par mois hors charges, avec des frais de mise en état de 101.650 EUR.  Le parking de la surface ne sera pas exclusivement destiné au personnel communal concerné mais restera accessible à tous. 

 

- Le Conseil a été amené à voter la modification d’une convention liant le PAC (Présence et Actions Culturelles) de Vottem et la ville de Herstal pour les animations musicales et/ou théâtrales lors des manifestations et cérémonies relatives aux noces de Diamant, de Brillant, de Platine et de Centenaires.  Le MR a tout d’abord interrogé l’Echevin LAVERDEUR sur l’opportunité de recourir au PAC pour l’animation de ces festivités officielles.  En effet, il s’agit d’un groupement clairement apparenté au PS. 

Mais de l’aveu même de l’Echevin, nous avons alors appris que dans ce cadre, le PAC fait appel à un groupe de musiciens âgés qui travailleraient sans facture  Raison de plus pour le MR de s’interroger : la majorité PS-Cdh/Eph de la Ville recourt à un organisme proche du PS pour assurer l’animation de certaines festivités officielles de la Ville tout en sachant que cet organisme élude les obligations fiscales et sociales liées au statut des artistes ! En synthèse : la majorité cautionne la fraude sociale et fiscale dans le cadre de l’animation de festivités officielles ! 

Selon l’Echevin et le Bourgmestre, il n’y a toutefois pas de problème car le PAC prend ses propres responsabilités.  Une clause du contrat stipule en effet expressément que le PAC doit rémunérer ses prestataires de services conformément à la législation en vigueur.  La Ville est donc couverte juridiquement. Pour le Bourgmestre, c’est comme si la ville faisait appel à un traiteur qui emploie du personnel au noir : elle n’en serait pas complice…Si ce n’est qu’en l’occurrence, la ville est parfaitement au courant de la situation, ce qui est tout à fait intolérable aux yeux du MR !

Après une intervention du secrétaire communal précisant son ignorance du procédé, le bourgmestre a conclu en précisant qu’une enquête serait menée à cet égard et que la convention serait révoquée si la fraude était avérée.

Lire l'article du journal La Meuse à ce sujet

19/08/2010

Question orale de J. Maus relative au réaménagement de la Place Gilles Gérard à Vottem

Question

 

A présent que le PCM est clôturé et que les crédits nécessaires ont été inscrits au budget, quand la majorité chargera-t-elle un auteur de projet de réaliser l’étude relative au réaménagement de la Place Gilles Gérard à Vottem ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord reconnu qu’il s’agit d’un dossier qui me tient à cœur.  En effet, je suis déjà intervenue à de nombreuses reprises pour demander un réaménagement de la Place.

 

Il m’a une nouvelle fois rejointe quant à la nécessité d’une révision complète de l’aménagement de cette place et des accès à celle-ci.

 

Une étude a été lancée il y a quelques mois au sein de la SRWT (Société Régionale Wallonne des Transports).  En effet, la Place de Vottem correspond également à un arrêt terminus de plusieurs lignes de Bus.  C’est donc en raison de l’importance des transports en commun sur la place que la SRWT s’est proposée de prendre à ses frais l’étude (esquisse d’aménagement), qui englobera une réflexion esthétique ainsi qu’une analyse en matière de mobilité douce (piétons et vélos).  Cette étude tiendra également compte du marché hebdomadaire du mardi.

 

Le Bourgmestre a enfin précisé qu’un contact a encore été pris en octobre 2009 avec la personne chargée du dossier au sein de la SRWT. Cette dernière a assuré que le dossier avance et que les premiers résultats seront présentés prochainement.

 

Conseil communal du 19 novembre 2009 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1.  Question orale relative au placement d’un passage pour piétons à Vottem

2.  Question orale relative au réaménagement de la place Gilles Gérard à Vottem

3.  Question orale relative au renouvellement de la peinture sur les passages pour piétons

07/10/2009

Le Conseil communal du 9 juillet 2009 en bref

Maison cale

- Les chefs de groupe des différentes formations représentées au Conseil ont rédigé ensemble une motion relative au projet d’implantation du futur stade du Standard sur le site de Coronmeuse.  Celle-ci a été adoptée à l’unanimité.

 

- Le Conseil communal a voté un projet de marché en vue de la réalisation d’une étude pour la construction d’un nouveau hall omnisports au centre de Herstal, la Région wallonne ayant déjà marqué un accord de principe sur la demande de subsides introduite à cette fin.

 

- Le MR a voté contre les modifications budgétaires proposées.  En effet, les frais de réception et de représentation, déjà fort élevés, augmentent encore de 2.000 EUR.  A cela viennent encore s’ajouter 16.000 EUR pour la communication liée au nouveau statut de Ville de Herstal.

 

- La demande de permis unique pour la construction d’une nouvelle voirie donnant sur la rue visé voie à Vottem en vue de la construction d’une maison de repos, une résidence service et 96 logements sur le site de la caserne à Vottem a été rejetée.  Un nouveau projet devra être introduit.

30/09/2009

Plan communal de mobilité : les remarques formulées par le MR

Remarques

 

Je ne vais pas revenir sur mes précédentes interventions mais le moins que l’on puisse dire est que l’accouchement de ce plan a été lent et douloureux. 

 

Comme M. le Bourgmestre l’a dit « il était temps d’atterrir », ce avec quoi nous sommes bien d’accord.  On peut toutefois regretter que, malgré le temps mis par « l’expert » pour élaborer le PCM, celui-ci présente de nombreuses incohérences, s’en tient à des lieux communs se retrouvant dans presque toutes les études menées par son auteur, démontre parfois une méconnaissance de la réalité du terrain local et tient peu compte de l’arrivée programmée du tram.

 

Même s’il ne s’agit que d’un outil stratégique et non de contrainte, on aurait pu s’attendre à un travail un peu plus sérieux de la part du consultant qui, s’il est payé par la région et non par la commune, n’en est pas moins payé par le contribuable.

 

Le groupe MR remercie dès lors des fonctionnaires communaux et de police qui ont été amenés à coopérer avec l’expert sur ce plan car sans leur contribution, on est en droit de se demander si le PCM aurait servi à autre chose qu’à l’obtention de certains subsides conditionnés par l’adoption de celui-ci.

 

Il convient également de rappeler que le plan communal de mobilité se heurte, comme son nom l’indique, aux limites de l’autonomie communale.  En effet, certains projets envisagés dans des communes limitrophes (ex. : le trilogiport, le Standard) auront inévitablement des conséquences en termes de mobilité sur notre ville.  C’est alors au niveau du PUM (plan urbain de mobilité) qu’il faudra agir et que les autorités communales devront se montrer particulièrement vigilantes. Il en va de même pour les sites problématiques situés à cheval sur deux communes ou situés sur une autre commune tout en ayant des implications pour Herstal (ex. : carrefour Bonnier du Chêne-rue du Plope à Vottem, sortie d’autoroute de Vottem dangereuse à hauteur du feu)

 

Le PCM prend l’option de désengorger le centre de Herstal du trafic de transit, ce qui en soi, est plutôt une bonne chose pour préserver les zones d’habitat.  Cela soulève néanmoins deux craintes :

-         par rapport à la circulation sur les quais d’une part : si le gros du trafic contourne le centre de Herstal via les quais, ne risque-t-on pas d’avoir un engorgement à ce niveau qui paralysera l’axe Liège-Herstal-Oupeye ?  Avec les nombreux ronds-points programmés sur le Boulevard, ne risque-t-on pas de se retrouver dans une situation similaire à celle de Fléron ? Le trafic y est certes ralenti…tellement bien qu’il est à l’arrêt !   

-         par rapport à l’animation du centre ville d’autre part : si l’on évacue la grosse partie du trafic vers les voies rapides, on l’amène directement sur le pôle économique de Basse-Campagne où se trouvent les grandes surfaces et où le parking est aisé.  Or, les petits commerces qui font vivre la ville sont déjà délaissés au profit des grandes surfaces.  Si l’on décourage le passage dans le centre, qui se rendra encore dans les commerces qui s’y trouvent ?  Les boutiques de la rue Laixheau, ont, par exemple, souffert de la mise en sens unique de la rue qui y a réduit le passage.  Ne va-t-on pas créer de la sorte une cité dortoir adossée à un zoning commercial ? Il faut dès lors avant toute chose recréer un centre dynamique, agréable et convivial afin de donner l’envie aux herstaliens qui souhaitent se balader et faire du shopping de se rendre dans l’hypercentre

 

Le stationnement est et demeure « une problématique très problématique » comme l’énonce le PCM, qui n’apporte pas de solution convaincante, à tout le moins pour l’hypercentre :

-         les zones suggérées pour le stationnement hors voirie se situent sur des terrains privés et sont déjà exploitées aujourd’hui

-         le système rotatif nécessitera une surveillance constante alors qu’il y a actuellement, d’autres priorités en termes d’incivilités à traquer sur Herstal

-         si l’on introduit un système payant, on achève les derniers commerces du centre ville en encourageant la clientèle à se diriger vers les grandes surfaces dont le parking est gratuit

 

Pour le reste, les conseillers du groupe MR sont satisfaits de voir pris en compte plusieurs points soulevés par eux lors de précédents conseils :

-         l’amélioration de la liaison entre les entités du haut (Vottem, Milmort, Liers) et Herstal

-         la réflexion menée avec la SRWT, dans le cadre du réaménagement de la Place gilles Gérard à Vottem, au sujet de la possibilité de déplacer le stationnement du bus 24 rue Visé-Voie du côté du centre fermé

-         la sécurité au carrefour Meunier-Bouxthay où l’on a finalement bien décelé un problème...

-         la nécessité de revoir le plan de circulation dans le quartier de la rue Lombard à Vottem (circulation en double sens, stationnement difficile et trottoirs quasiment inexistants)

-         la nécessité de réduire la vitesse dans la rue de l’Agriculture (il faudrait aussi y créer des trottoirs)

 

Nous espérons également que le problème d’engorgement du quartier Basse-Campagne que nous avons soulevé lors d’un précédent conseil pourra être solutionné via les différentes pistes de solution proposées par le PCM.  Néanmoins, il est dommage de constater déjà que certains schémas de réaménagement sont irréalisables par manque de place sur la voirie !

 

Les habitants ont fréquemment le sentiment d’une vitesse excessive dans leur rue.  A ce titre, on peut saluer l’idée de généraliser les zones 30 dans les zones d’habitat, mais cela ne peut se faire que moyennant les aménagements nécessaires (plateaux, chicanes, ralentisseurs, coussins berlinois et autres) et partant, cela semble fort utopique.  Il sera donc nécessaire de sérier les priorités.

 

Nous continuons à être contactés par des habitants qui rencontrent des problèmes de vitesse inadaptée ou de stationnement dans leur rue (ex. : dans la rue Jean-Michel courard).  Pouvez-vous nous dire quand démarrera l’enquête publique ?  Pourriez-vous informer la population sur la manière de se faire entendre dans ce cadre via les « billets du bourgmestre » et pages d’actualités communales ?

 

Enfin, vu l’objectif de développer les voies de circulation lente, ne pourrait-on revenir sur l’idée précédemment émise de mettre à jour l’atlas des sentiers et chemins vicinaux et améliorer leur entretien ? Nous avons là un potentiel sous-exploité

 

Réponse

 

Le PCM a été réalisé par un expert commandé et financé par la RW. 

 

Le rapport a été émis après consultation de nombreux acteurs et notamment les services communaux

 

Le Bourgmestre reconnaît qu’il présente des lacunes et des incohérences et le regrette mais rappelle qu’il ne s’agit que d’un outil, un guide pour demain dans les décisions que la Ville devra prendre.

 

Au-delà de ce rôle, le PCM permettra d’obtenir certains subsides conditionnés par l’adoption d’un tel plan.

29/04/2009

Question orale de J. Maus relative au plan communal de mobilité

Question

 

Je vous avais déjà interrogés en mars 2007 pour connaître le calendrier quant à l’adoption du plan communal de mobilité.  Vous aviez dit vouloir faire passer celui-ci en Conseil au cours du 2ème semestre 2007.

 

Ce timing n’ayant pas été respecté, je vous ai réinterrogés à ce sujet en mai 2008, toujours pour obtenir un timing ferme et définitif pour l’adoption du PCM.   Vous m’aviez répondu que le consultant externe chargé de la réalisation de celui-ci avait pris du retard et que vous l’aviez déjà relancé plusieurs fois.  Vous espériez à l’époque disposer du projet à présenter au Collège à la rentrée de septembre et ensuite au Conseil.

 

Or nous sommes en mars 2009 (soit pile 2 ans après ma 1ère question), et toujours pas de trace du PCM !

 

Ce plan de mobilité conditionne de nombreux dossiers importants, notamment celui de la rénovation de la Place Gilles Gérard à Vottem.  En effet, concernant celui-ci vous m’aviez répondu que « tout devrait commencer fin 2008, quand le plan de mobilité sera finalisé, le cahier des charges préparé et la modification budgétaire destinée à couvrir les honoraires de l’auteur de projet chargé de l’étude votée »

 

L’arrivée du tram est par ailleurs un enjeu stratégique important, pour lequel nous devons être correctement outillés. 

 

La mobilité sera de plus en plus un enjeu crucial au cours des mois et années à venir

 

Ma question est donc, sans surprise, celle-ci : pouvez-vous nous dire où en est le plan communal de mobilité qui aurait dû être adopté depuis 2007 ?

 

Quels sont les éléments qui justifient le retard pris par le consultant externe chargé de la réalisation de celui-ci ? 

 

Des pénalités de retard sont-elles prévues dans le contrat qui nous lie au consultant ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre s’est tout d’abord dit convaincu que la mobilité constitue quelque chose de fondamental, surtout au niveau supracommunal (PUM – plan urbain de mobilité).  Il ne peut donc, lui aussi, que regretter le retard pris dans l’élaboration du plan.

 

C’est cependant la Région Wallonne, et non la commune, qui est maître d’œuvre.  C’est elle qui a désigné le consultant.  Si des pénalités sont dues, c’est donc entre le consultant et la Région wallonne.

 

Le retard s’explique par des problèmes inhérents au consultant (départ de membres du personnel qui ont dû être remplacés, ce qui a nécessité le lancement d’une procédure de recrutement etc.) et donc indépendants de la volonté de la commune ou de la Région wallonne

 

A côté de cela, les interlocuteurs autour de la table n’ont pas toujours été, selon le Bourgmestre, de bonne volonté. 

 

Actuellement, une version qui se veut définitive du PCM a été remise par le consultant à la Région, mais il reste encore des points de discussion entre ces deux parties.  La commune n’a donc pas encore été sollicitée quant à l’adoption du plan.

 

Le Bourgmestre estime pour sa part qu’il est temps d’atterrir et que la Région Wallonne et le consultant doivent se mettre d’accord rapidement sur les points qui restent à régler.

 

Quant à la question de savoir quels sont les interlocuteurs qui, selon ses propres termes, « n’ont pas toujours été de bonne volonté » (est-ce la Région wallonne elle-même ??), Frédéric DAERDEN reste évasif, soulignant qu’il n’y a pas que la Région autour de la table mais également des représentants du monde associatif, de la SNCB, du TEC,… avec leur propre sensibilité.  Les services communaux se sont, quoiqu’il en soit, toujours montrés pleinement coopératifs.

 

Le Plan communal de mobilité a une finalité d’orientation stratégique et non de contrainte (lien précédent post).  Mais il mérite plus qu’une présentation de quelques minutes au conseil communal.  C’est pourquoi la création d’une commission restreinte et pluraliste « mobilité » est envisagée.