21/05/2012

Question orale de J. Maus relative à la mise en place de nouveaux sens de circulation au centre de Vottem

Question

 

Le 29 mars 2007, je vous avais interrogés sur la possibilité de mettre la rue Lombard à Vottem en sens unique.  A l’époque, vous m’aviez répondu que la situation actuelle était la « moins mauvaise solution » et qu’une mise en sens unique entraînerait une déviation qui perturberait fortement le trafic vottemois.  Vous vous étiez toutefois engagé à attirer l’attention de l’auteur de projet du PCM (plan communal de mobilité) sur ce point, et à voir s’il pouvait dégager une solution pertinente pour la rue Lombard.

 

Il s’avère que le PCM retient une mise en sens unique de la rue Vandervelde, de la rue Vert Vinave et de la rue Lombard et la mise en place, par conséquent, d’un nouveau sens de circulation au centre de Vottem.  Il est vrai que ces rues permettent difficilement le croisement des véhicules et le stationnement en voirie.

 

Pouvez-vous dire quand les nouveaux sens de circulation préconisés par le PCM seront mis en place ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre confirme que le PCM prévoit la possibilité de mettre ces rues à sens unique.  Cela impliquera toutefois de prendre en compte l’amélioration du stationnement et la nécessité de limiter la vitesse et donc de réaliser certains aménagements.

 

La rue E. Vandervelde de même que la rue Vert Vinâve doivent être envisagées dans le périmètre de la Place Gilles Gérard, dont le réaménagement est prévu.  Pendant ces travaux, il sera nécessaire de conserver une liaison entre la place et la Chaussée Brunehault.  Il est donc préférable de maintenir en l’état les sens de circulation, au moins jusqu’à la fin des travaux

 

L’idée d’un aménagement provisoire « léger », à réaliser dans le cadre de la réfection de la Chaussée Brunehault, a été envisagée au sein du groupe AMSR mais abandonnée dans le souci de ne pas changer plusieurs fois sur un laps de temps plus ou moins court les habitudes des automobilistes.

 

Lire l’article de la Dernière Heure

07/05/2012

Le Conseil communal du 26 mai 2011 en bref

maison cale.jpg

- Le MR a interrogé le Collège au sujet de coups de feu tirés du n°51 rue Saint Lambert en direction de la rue le 22 avril dernier aux environs d’1h56 du matin.  Le jour des faits, une voisine a déposé plainte et 4 douilles ont été retrouvées.  Il s’avère que l’immeuble depuis lequel les coups de feu ont été tirés est frappé par un arrêté d’inhabitabilité depuis le mois de mars.  La question se pose donc de savoir quand aura lieu l’expulsion des occupants et leur relogement.

Le Bourgmestre confirme le dépôt de plainte.  Les douilles remises aux services de police provenaient de balles à blanc. Les devoirs d’enquête ont été effectués.  Ils sont confidentiels. L’enquête, qui est toujours en cours, ne démontre pas qu’il y ait un lien entre les coups de feu et le problème de logement.  Il est exact que le rez-de-chaussée de celui-ci est frappé d’un arrêté d’inhabitabilité depuis le 16 mars 2011 mais vu que le ménage est composé de 3 enfants dont un handicapé, le Bourgmestre n’a pas voulu prendre un arrêté d’expulsion.  Aucun délai n’a été fixé pour la sortie des habitants sachant la difficulté de les reloger.  En effet, les listes d’attente sont longues au niveau de la SRL, surtout pour des ménages avec plusieurs enfants.  Le Bourgmestre renvoie la question du relogement de cette famille vers le CPAS.

 

- Comme annoncé lors du Conseil du mois de mars, le Conseil a voté sur les statuts de l’Agence Immobilière Sociale (AIS).  Créée en collaboration avec Oupeye et Bassenge, elle portera le nom « d’Agence Immobilière Sociale de la Basse-Meuse ».  L’AG constitutive de l’AIS se tiendra le 10 juin 2011.  Parmi les partenaires, on compte Herstal, Oupeye et Bassenge mais aussi les CPAS de ces villes et communes, la SRL et le Confort Mosan, la régie de quartiers de Herstal, URBEO, l’AIGS (partenaire privé), et la chambre des notaires

La Ville de Visé n’a pas été consultée pour la création de l’AIS, Frédéric DAERDEN ayant estimé qu’il était plus facile de mener les négociations sur base d’un nombre restreint de communes partenaires.  Toutefois les communes contigües non affiliées à une autre AIS pourront rejoindre celle de la Basse-Meuse ultérieurement.

L’objectif est de se doter d’un outil complémentaire permettant d’améliorer la qualité de l’habitat et d’augmenter le nombre de logements disponibles en Basse-Meuse.

Le MR a soutenu ce projet dont il était d’ailleurs demandeur.

 

- Cristina MANGIATORDI a démissionné de son mandat de conseillère communale du groupe MR pour raisons personnelles.  Elle sera remplacée par David JOSSAAR.

 

- Le Conseil a voté la réalisation d’aménagements de sécurité sur la chaussée Brunehault à Vottem, au niveau du carrefour du Bouxthay et de la rue Vert-Vinâve.

 

- Le Conseil a également voté la participation de la Ville de Herstal à la rénovation de la Tour Pépin, place Licour 13.  Ce monument classé a été racheté par un privé qui va le rénover.  Cette opération est subsidiée par la Région wallonne à concurrence de 60% mais la Ville a l’obligation de participer à concurrence d’au moins 1% du montant total des travaux.  La Ville a décidé de participer à hauteur de 30% de ce montant.  Par ailleurs, elle participera également, sur une base conventionnelle cette fois, à la réalisation de travaux supplémentaires destinés à permettre la visite des lieux (ex : éclairage de la tour, etc.).

 

- Les brochures éditées par Ecrido reprennent systématiquement une photo des Echevins concernés et du Bourgmestre.  D’après ce dernier, il est normal que le Collège soit mis en avant plutôt que, par exemple, les fonctionnaires concernés car ce sont les membres du Collège qui prennent les décisions et assument les actes posés sur base des dossiers préparés par l’administration.  Leur exposition publique à ce point est donc, selon lui, normale.

 

- .Le MR s’est abstenu quant à la première modification budgétaire de l’exercice 2011 pour le CPAS.  En effet, celle-ci reprend une « nouvelle » dépense constituée par les arriérés de pécules de vacances à payer pour les pensionnés du CPAS à concurrence de 32.000 EUR.  Ce point avait été évoqué lors du conseil de mars 2011.  Le MR se réjouit bien entendu qu’une solution se soit dégagée pour ces personnes qui ont été lésées par leur ancien employeur pendant parfois plus de dix ans. Toutefois, il ne s’agit pas d’une « nouvelle dépense ».  En effet, la loi prévoit le paiement de pécules de vacances.  La situation est uniquement imputable à la mauvaise gestion du CPAS par l’équipe précédente.

17/04/2012

Question écrite de J. Maus relative à l’état de la voirie rue Visé Voie à Vottem, à proximité du centre fermé

Question

 

La voirie rue Visé Voie, sur le tronçon à proximité du centre fermé est en très mauvais état.

 

Pourriez-vous me dire si un raclage est envisagé à cet endroit, et si oui, quand ?

 

Réponse

 

Le carrefour entre la sortie Aldi, l’entrée de l’autoroute, l’accès au domaine police, et la rue Visé Voie est effectivement en très mauvais état.

 

Par contre, l’état du tronçon droit entre le carrefour précité et le carrefour de la Fraise n’est pas trop préoccupant.

 

Néanmoins, il faut souligner que le carrefour sortie d’autoroute fait l’objet d’une étude du SPW afin de remplacer les feux par un grand giratoire et la Ville de Liège a informé la Ville de Herstal de son intention de rénover et de modifier le carrefour jusqu’au tronçon droit.

 

Dans un  autre domaine, un grand projet urbanistique concernant les anciennes casernes est à l’étude, bouleversant ainsi la structure du quartier.

 

Un simple raclage de la voirie n’est pas possible car la route en béton sous le tarmac est trop abîmée pour une réalisation d’un travail de bonne qualité et il serait judicieux de racler puis concasser les dalles de béton existantes afin d’y poser deux couches de tarmac.

 

Ces travaux sont estimés à 60.000 EUR et ne règleraient que le problème voirie sans tenir compte des autres paramètres.

 

Vu les différents projets en cours, tant pour le carrefour situé près de chez Aldi qu’à front de voirie de l’ancienne caserne, le bourgmestre considère opportun de revoir le problème dans son ensemble : accès, voiries, bordures filets d’eau, trottoirs, zones de stationnement, et ce, afin de régler définitivement et d’une manière durable le volet sécurité et mobilité sur ce tronçon sensible.

 

Au vu de tous ces éléments, le Bourgmestre n’envisage pas de se précipiter car il estime que le temps de la réflexion avec le SPW, la Ville de Liège et les lotisseurs est indispensable avant de passer à la réalisation.

10/04/2012

Question orale de J. Maus relative au réaménagement de la place Gilles Gérard à Vottem

Question

 

Comme chaque année depuis 2007, je reviens sur la nécessité de réaménager cette place centrale de Vottem.

 

Aux dernières nouvelles, il n’était plus certain que la SRWT s’occupe de l’étude relative à ce réaménagement car les TEC remettaient en cause la nécessité de maintenir le terminus des bus Place Gilles Gérard.  Au vu de ces éléments, vous m’aviez dit avoir chargé les services communaux de réaliser un projet de marché de services pour désigner un bureau d’études qui avancerait en parallèle de la SRWT.

 

Où en est-on aujourd’hui ?  Quand cette étude pourra-t-elle démarrer ? 

 

Réponse

 

Le Bourgmestre dit comprendre mon souci concernant cette place, qui mérite plus de convivialité. 

 

Le Collège prône également un réaménagement complet de l’espace, ce qui est d’ailleurs inscrit dans la déclaration de politique communale.

 

Le Bourgmestre a d’abord cru que les TEC et la SRWT seraient de bons partenaires pour la poursuite de cet objectif et qu’ils auraient pu prendre en charge le coût de l’étude, vu la présence du terminus des TEC sur la place, mais il s’avère que ce n’est pas si évident.

 

Etant arrivé au constat que se reposer sur la SRWT et les TEC était peine perdue, le Collège a fait inscrire au budget un article de 100.000 EUR destiné à couvrir les honoraires d’une étude sur le réaménagement de la place, et ce, dans le but de concrétiser des réflexions qui sont en cours depuis plusieurs années concernant la principale Place de Vottem. 

 

En ce qui concerne la passation du marché, les réflexions du groupe AMSR (Aménagement, mobilité, sécurité routière), consignées dans des PV, serviront à alimenter l’élaboration du cahier spécial des charges permettant de désigner un adjudicataire. Ce cahier des charges sera présenté prochainement, peut-être en juin 2011,  l’objectif étant de pouvoir désigner un adjudicataire avant la fin de l’année. 

 

Ce projet a été discuté avec le Comité de participation de Vottem, que le Bourgmestre a rencontré le 16 mai 2011.

 

En ce qui concerne les alentours immédiat de la Place, il faut mentionner l’intérêt de la Salle de l’Equipe, récemment rénovée.  Il convient également de réfléchir à l’utilité à venir de l’Antenne administrative, qui accueille en ce moment les mariages en raison des travaux dans le centre de Herstal.  Il y a également Le Rouby, qui est la propriété du CPAS et est inoccupé depuis plusieurs années.  Des contacts sont pris actuellement avec URBEO et le CPAS en vue d’une démolition de l’ancienne maison du peuple de Vottem, dans le but de créer un espace supplémentaire intéressant notamment pour le stationnement.  En effet, il est envisagé de déplacer le parking du centre de la Place vers ses abords.

 

La réflexion quant au terminus des bus à maintenir ou non sur la place est quant à elle prématurée car ce point doit être examiné avec la SRWT, ce qui, selon le Bourgmestre, n’est pas facile.

 

Lire l'article du journal La Meuse

 

Lire l'article du journal La Dernière Heure

21/02/2012

Question orale de J. Maus relative à la situation dans l’Allée des Arondes à Vottem

Question

 

En avril et en septembre 2010, je vous ai interrogés au sujet de l’Allée des Arondes à Vottem, où des problèmes liés aux difficultés de stationnement et à des conflits de voisinage rendent la vie de tout un quartier impossible depuis 10 ans.

 

Une pétition vous a été envoyée par les habitants au courant du mois de janvier 2011.  Cette pétition, qui fait état d’un conflit ayant pu être résolu par l’intermédiaire d’une médiation entre voisins (ce dont vous m’aviez informée d’ailleurs dans votre courrier du 22 octobre 2010 suite à ma question écrite) réclame essentiellement une solution aux problèmes de stationnement existant dans la rue.

 

Les trottoirs mesurant 1,50 mètre, il est impossible de prévoir un stationnement à cheval sur ceux-ci vu l’article 23 du Code de la route qui stipule qu’une bande praticable d’au moins 1,50 mètre de largeur doit être laissée à la disposition des piétons du côté extérieur de la voie publique.

 

D’autre part, si les véhicules stationnent sur la chaussée, cela empêche le passage du camion poubelle et des véhicules de secours et contrevient à l’article 25 du Code de la route qui précise qu’il est interdit de mettre un véhicule en stationnement lorsque la largeur du passage libre sur la chaussée serait réduite à moins de 3 mètres.

 

Quelle solution préconisez-vous pour régler enfin de manière définitive et officielle le problème de stationnement dans l’Allée des Arondes ?

 

Serait-il envisageable de créer une zone résidentielle dans ce cul-de-sac où la densité du trafic est, par définition, faible, de manière à permettre aux piétons et conducteurs d’utiliser la totalité de l’espace disponible – la division classique en chaussée et trottoir n’étant plus appliquée ?  La voirie pourrait-elle être aménagée de manière à permettre une cohabitation plus harmonieuse des piétons et des véhicules tout en garantissant une possibilité d’accès des véhicules de secours ?  Aux dires des riverains, les piétons utilisent depuis bien longtemps la chaussée plutôt que le trottoir pour se déplacer d’un point à l’autre.  A ce niveau, cela ne ferait que figer une situation qui existe déjà.

 

Les relations de voisinage sont quant à elles tendues car à ce problème de stationnement s’ajoutent des difficultés de dialogue entre personnes de générations et de cultures différentes.  En effet, le bruit fait par certains jeunes dans la rue nuit à la tranquillité des plus âgés qui aspirent au calme et ne se sentent pas en sécurité, des disputes ont dégénéré en propos racistes, etc.

 

La médiation ayant déjà fait ses preuves entre certains protagonistes, serait-il possible d’envisager une médiation par les assistants sociaux engagés dans le cadre du Plan de cohésion sociale (PCS) ?

 

En effet, le diagnostic de cohésion sociale effectué relève, parmi les besoins à satisfaire dans l’axe 4, la nécessité de mettre en place du travail de rue (point 4.4.4.2. Travail de rue) et de réfléchir à la création d’un service de médiation (point 4.4.4.3. Médiation de voisinage, de quartier, …).

 

Une initiative de ce type pourrait, à mon sens, rentrer

- dans le cadre de l’action 11 du Plan d’actions de cohésion sociale : création d’une maison de la cohésion sociale avec un travailleur social assurant la mise en place des actions déterminées dans les sous-commissions dans les Maisons intergénérationnelles (visées à l’action 13), le but de l’action étant notamment de favoriser le retissage des liens sociaux, intergénérationnels et interculturels par un travail de terrain, l’animateur pouvant être amené à aller à la rencontre des citoyens dans le quartier

- dans le cadre de l’action 13 du même Plan : création de maisons intergénérationnelles dont l’objectif est de permettre un changement dans le regard porté sur les relations entre les générations en vue de faciliter l’entraide et l’échange entre les âges mais également de faire naître ou de préserver la notion de respect entre les différentes tranches d’âges ; l’idée principale étant de faire de ces maisons intergénérationnelles un outil de construction du lien social entre les générations en y intégrant également les différentes cultures. Outre un lieu d’échanges et de rencontres pour les habitants du quartier, elles peuvent aussi être utilisées pour mettre en œuvre des actions identifiées dans les sous-commissions composées des acteurs présents sur le territoire afin de compléter les services déjà disponibles, l’objectif de l’action étant de favoriser l’insertion sociale et culturelle, d’activer la participation citoyenne, de contribuer à la qualité de vie dans la commune, de favoriser la reconnaissance des groupes et communautés en privilégiant les rencontres intergénérationnelles et interculturelles et de renforcer la mixité sociale.

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par souligner qu’il ne s’agit pas uniquement de problèmes de stationnement.  En effet, de tels soucis se posent également dans d’autres rues mais la situation y est moins « folklorique », selon lui, que dans l’Allée des Arondes.

 

Il énumère également les actions de la Ville et de la Police pour tenter d’apaiser la situation : interventions répétées de l’agent de quartier pour inviter certains riverains à respecter le voisinage, médiation, rencontre du Bourgmestre avec les habitants, verbalisation des infractions de stationnement et enlèvement de véhicules non immatriculés

 

Le PCS peut, selon le Bourgmestre, avoir un rôle dans les difficultés rencontrées au sein des différents quartiers mais il n’est pas outillé pour un rôle de médiation, en particulier dans un contexte comme celui de l’Allée des Arondes.  Toutefois, une recherche de partenariat dans le cadre d’une convention permanente avec un organisme spécialisé en la matière est en cours.

 

Par ailleurs, le groupe AMSR (aménagement, mobilité, sécurité routière) se penche de manière précise sur le problème de stationnement dans la rue et est en train de finaliser une proposition à mettre en œuvre dans les prochaines semaines.

La zone résidentielle a été envisagée par le chef de corps.  Toutefois, une solution de cet ordre nécessite du temps et de l’argent et ne se concrétise pas du jour au lendemain.  Tout étant de plain pied dans une zone résidentielle, il faut revoir le revêtement et rabaisser les trottoirs ce qui implique des investissements et des travaux conséquents.  A noter que dans le cadre du plan communal de mobilité (PCM), il existe une réflexion visant à donner un caractère résidentiel à d’autres quartiers également.  Les réflexions du groupe AMSR sont menées à plus brève échéance et pourront aboutir d’ici fin juin 2011.

Le Bourgmestre attire l’attention sur le fait que si l’aménagement de la rue devient plus structuré, il y aura moins d’espace pour le stationnement afin d’assurer le respect des usagers faibles, des entrées de garage et le passage des poids lourds.  En revanche, la situation sera clarifiée et l’agent de quartier pourra, le cas échéant, verbaliser plus facilement puisque la tolérance en cours actuellement engendre des abus dans le chef de certains.

 

Lire l’article du journal La Meuse

24/01/2012

Le Conseil communal du 24 février 2011 en bref

maison cale.jpg

- Les problèmes causés par un îlot placé rue Hayeneux ont été relayés.  En effet, celui-ci est mal signalé et oblige les véhicules à se déporter au milieu de la rue lorsque des poids-lourds assument des livraisons dans celle-ci.

Le Bourgmestre a consulté le chef de corps sur cette problématique.  Celui-ci a reconnu la difficulté de passage en cas de livraison mais a souligné la nécessité du plateau qui protège essentiellement le passage pour piétons se trouvant à cet endroit.  Il n’y a par ailleurs pas d’accidents à déplorer à cet endroit.  Toutefois, la voirie est appelée à être refaite dans le cadre de la réalisation du pôle Hayeneux.  Une réflexion est en cours et, dans ce cadre, il sera tenu compte des désagréments en cas de livraison.  Dans le plan communal de mobilité (PCM) – qui n’est pas encore définitivement approuvé – il serait aussi possible d’imaginer une modification de la circulation dans cette rue mais il est actuellement prématuré de décliner le PCM dans les rues

 

- Le Conseil a apporté son soutien à la demande de maintien de l’ambulance 112 de la Croix-Rouge dans la Basse-Meuse

 

- Le Conseil a fait le point sur le fonctionnement du Point Cannabis.  Le Point Cannabis de Herstal est ouvert le mardi matin et le mercredi après-midi.  Actuellement, une dizaine de personnes en ont franchi la porte.  Par ailleurs, des contacts sont actuellement en cours avec la Députée Provinciale Katty Firquet (MR) afin d’étudier la possibilité d’élargir le champ d’action de celui-ci à la problématique de la consommation d’alcool chez les jeunes.

10/01/2012

Conseil communal du 24 février 2011 : les points déposés par le MR

groupe.jpg

1.  Question orale relative à l’ilot directionnel rue Hayeneux

2.  Question orale relative au stationnement dans les rues avoisinant la clinique André Renard

3.  Question orale relative au suivi de l’audit propreté voté en 2009

4.  Question écrite relative à l’accident survenu à la gare de Herstal le vendredi 18 février 2011