16/09/2010

Conseil communal du 28 janvier 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1.  Question orale relative à l’application des sanctions administratives communales (reportée à la demande du Bourgmestre faisant fonction)

2.  Question orale relative au parking rue des Mineurs

3.  Question orale relative au projet d’implantation du centre culturel turc sur le site des anciennes usines Forir

 

09/09/2010

Le Conseil communal du 23 décembre 2009 en bref

Maison cale.jpg

- Il a été demandé de mettre à sens unique la rue Richard Heintz dans un souci de sécurité.  En effet, en raison du stationnement, la rue est trop étroite pour permettre le croisement de véhicules en toute sécurité.  Par ailleurs, s’agissant d’une ligne droite, la vitesse y est souvent excessive.  Enfin, les travaux en cours sur le Boulevard Zenobe Gramme y ont amené davantage encore de trafic de transit.  Il est temps de réagir, d’autant qu’un enfant a été heurté par un véhicule à cet endroit.

Le Commissaire HUBENS, expert en mobilité, a confirmé que la circulation devient de plus en plus difficile dans cette rue du fait du comportement de certains conducteurs, non respectueux du code de la route, mais aussi du nombre de véhicules en stationnement dans cette rue, en croissance suite aux constructions de ces dernières années.  Il a également confirmé que la fermeture de la rue des Mineurs durant quelques semaines dans le cadre des travaux sur les Boulevards n’a fait qu’amplifier les problèmes.  Toutefois, une mise à sens unique n’est selon lui, pas souhaitable à court-terme car le risque est alors de voir la vitesse augmenter dans cette rue.  Le Plan Communal de Mobilité (PCM) préconise cependant cette mise en sens unique, mais ce ne sera pas le cas dans l’immédiat

 

- L’Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW) a proposé aux communes l’adoption d’une motion demandant aux autorités fédérales un « plan d’urgence » pour démarrer dès 2010 la réforme prévue par la loi du 15 mai 2007 sur la sécurité civile.  Cette loi fixe notamment un mécanisme financier permettant un rééquilibrage de la prise en charge des coûts des services d’incendie, à hauteur de 50/50 à terme entre le fédéral et les communes, contre une répartition actuelle avoisinant les 90% à charge des communes et seulement 10% financés par l’autorité fédérale. 

Le MR, qui envisageait initialement de voter favorablement à cette motion, s’est finalement abstenu.  En effet, la majorité communale a apporté certaines modifications au texte soumis par l’UVCW afin de demander le maintien de l’intercommunale liégeoise d’incendie (ILE) dans le cadre de la création des nouvelles zones de secours prévue par la loi. Or, il s’agit pour le MR, par ailleurs bien conscient de la qualité du travail fourni par le personnel de l’intercommunale, d’un combat d’arrière-garde qui revient à défendre un système qui coûte cher aux contribuables herstaliens (près de 40 EUR par habitant pour les communes membres de l’ILE).  Ce sujet avait déjà été discuté lors du Conseil communal du 24 avril 2008.

12/08/2010

Le Conseil communal du 29 octobre 2009 en bref

Maison cale.jpg

-  On a avancé sur le système des sanctions administratives : les deux fonctionnaires constatateurs ont été désignés.

 

- Le Conseil a été amené à se prononcer sur le projet de marché de travaux pour le réaménagement du centre urbain de Herstal.  Le coût des travaux est estimé à 7 millions d’euros TVAC, en partie à charge du FEDER et en partie à charge de la ville. 

Le MR a voté contre, en rappelant que les commerçants, tout comme les riverains, se sont opposés massivement au projet, de manière légitime, et que malgré tout, la majorité en place continue à avancer avec des œillères.  Or, lorsque l’on envisage de modifier à ce point le visage d’une ville, il faut avoir l’adhésion des habitants et des acteurs économiques sur le projet, ce qui du reste était promis par la majorité dans sa publicité à ce sujet.

Le Bourgmestre a tout d’abord relativisé : il ne s’agit pour lui que de craintes émises par quelques commerçants rétifs au changement.  Ces craintes se portent surtout sur les sens de circulation et l’insuffisance de places de stationnement, et il se dit disposé à retenir l’une ou l’autre suggestion.  Au niveau du parking, plusieurs réunions ont eu lieu avec l’expert en mobilité, Guy HUBENS.  Un mesurage de l’utilisation actuelle des parkings a été effectué, sur base des questions suivantes : par qui et pour combien de temps ?  Le dépouillement de ce recensement est en cours.  Des contacts ont aussi été pris quant à l’aménagement ou la construction d’espaces de parking.  Le Bourgmestre s’est dit ouvert à certaines modifications mais tout en annonçant que la philosophie du projet est immuable.

Le MR a donc fait remarquer que c’est bien beau de se prétendre ouvert aux suggestions, mais concrètement, la majorité continue à avancer et si à un moment, il faut revenir en arrière sur certains points, comment fera-t-on ?  Il est par conséquent peu plausible que des concessions quelconques soient faites par rapport au projet tel qu’envisagé.  Des promesses sont faites mais on ne voit rien de concret venir et le problème du parking, pourtant essentiel à la survie d’un noyau commercial attractif, n’a toujours pas été solutionné.

L’Echevin de l’urbanisme a clôturé le débat en disant que l’opposition au projet se résumait à quelques courriers et à une pétition, mais que globalement, tout le monde est content.

 

- Lors du Conseil du 5 mars 2009, les conseillers ont appris que l’ancien stade de football du pré Wigi avait été vendu par le MET à un promoteur dont l’intention était d’y construire une implantation commerciale de 5000m².  Le 6 juillet 2009, la commune a été sollicitée concernant un permis d’urbanisme pour la construction d’une surface commerciale.  L’enquête a eu lieu du 28 août au 14 septembre et n’a pas soulevé de remarque ni de réclamation.  Le projet a été soumis à la CCAT, qui elle a rendu un avis défavorable, fondé notamment sur le risque d’aggravation des problèmes de mobilité déjà réels à cet endroit.  Le Collège communal, en sa séance du 5 octobre 2009, a remis un avis favorable mais conditionnel.  A ce jour, le dossier est toujours à l’étude chez le fonctionnaire délégué.

 

- Il a été demandé de placer des miroirs aux carrefours où un virage limite la visibilité.  Le Bourgmestre, se basant sur l’avis du Commissaire HUBENS, a fait savoir qu’il s’agit d’un thème bien plus controversé qu’on peut le penser a priori.  En effet, tout d’abord, il s’agit le plus souvent d’une solution de facilité pour le demandeur.  Or, le miroir donne une image déformée des distances.  Des notes élaborées par le MET attirent l’attention des décideurs sur ce sujet.  Ensuite, installer un miroir revient à reconnaître un danger potentiel, ce qui pourrait être un élément permettant d’établir une responsabilité de la commune dans le cadre d’une éventuelle procédure judiciaire.  Enfin, il y a tout l’entretien et le remplacement régulier de ce genre de matériel, souvent brisé.

Toutefois, le service technique n’a pas une attitude catégorique de refus à cet égard, une réflexion doit être menée au cas par cas.

26/04/2010

Question orale de J. Maus relative au nouvel Hôtel de Ville

nhvQuestion

 

La date du début des travaux pour la construction du Nouvel Hôtel de Ville (NHV) est-elle connue ?  Un calendrier des travaux a-t'il déjà été prévu ?

 

L’impact en termes de circulation a-t-il été étudié ?  Avez-vous déjà réfléchi à un système de déviation ?  Les travaux en cours sur les boulevards ne seront certainement pas achevés lors du début des travaux relatifs au NHV.  La ville risque de n’être plus qu’un vaste chantier pour ses habitants et les personnes amenées à la traverser.  Comment aller vous gérer les choses ?

 

L’objectif de ce nouveau bâtiment était de permettre de regrouper l’ensemble du personnel administratif de l’administration communale et du CPAS. Cet objectif sera t’il rencontré ? Si ce n’est pas le cas, où ira le personnel n’ayant pas pu y être installé ?  La commune devra-t-elle acheter ou louer un bâtiment supplémentaire ?

 

Les emplacements de parking prévus sera-t-il seront-ils suffisants pour accueillir les véhicules nécessaires aux employés communaux ?  Si non, le collège a-t-il une solution alternative ?

 

Il est prévu que le bâtiment de l’ancienne administration reste mais quel sera alors son rôle ?

 

Réponse

 

Le début des travaux pour la construction du NHV est actuellement envisagé pour le 2e semestre 2010 (automne).  La durée de ceux est quant à elle évaluée à 30 mois.

 

L’impact des travaux sur la circulation devrait être mineur, ceux-ci se feront surtout à l’intérieur de l’espace et via une entrée percée rue des Mineurs (pas par la Place J. Jaurès, mais il est prévu que celle-ci fasse également l’objet de travaux de réaménagement).

 

En ce qui concerne les boulevards, la fin de la première phase des travaux est prévue pour fin 2009 et la deuxième phase débutera dans la foulée.  Il restera après cela le tronçon entre Coronmeuse et Marexhe, mais ces travaux auront moins d’incidence sur la Place et le NHV.

 

Le regroupement de l’ensemble du personnel est toujours l’objectif mais cela ne concernera pas la Police, ni la crèche, ni le hall des travaux situé dans les Hauts-sarts.  De même, les services facultatifs du CPAS (ex. : Titres services, etc.) conserveront peut-être l’une ou l’autre antenne, probablement dans l’actuel bâtiment du bureau d’études (à côté de la piscine).

 

Un parking de 150 places est prévu en sous-sol du NHV pour les véhicules de service, le personnel communal, voire les visiteurs.  Le Bourgmestre qualifie le nombre de place d’intéressant et estime qu’il s’agit d’un mieux par rapport à la situation actuelle (ce qui ne signifie pas pour autant qu’il y en ait suffisamment pour couvrir les besoins réels)..

 

L’ancienne maison communale servira quant à elle de « quartier général » au collège communal avec des espaces d’accueil pour les réunions et réceptions.  L’annexe sera démolie.

Lire l'article de la DH

20/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux craintes des commerçants concernant le réaménagement de la Place Jean Jaurès

place jaurès

Question

 

Nous sommes plusieurs à avoir reçu un mail d’un commerçant de la Place Jean Jaurès au sujet du projet de réaménagement de celle-ci.

 

Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal, au profit du zoning commercial de Basse-Campagne et de ses grandes surfaces. 

 

Le stationnement demeure également plus qu’insuffisant au centre dans le projet prévu.  Les commerçants perdront dès lors la clientèle qui cherche un accès rapide et aisé.  Si les places de stationnement sont éloignées des commerces et en nombre restreint, et qu’un certain temps est ainsi nécessaire pour se garer, les clients ne viendront plus y faire leurs achats.

 

Ces craintes ont par ailleurs déjà été relayées par le MR dans le cadre de la discussion sur le PCM.

 

On est donc bien loin des objectifs fixés par l’Etude du fonctionnement de l’appareil commercial présenté en 2007 qui voulait, notamment, que l’on recentre l’activité commerciale du centre sur la Place J. Jaurès et qui préconisait un projet global de rénovation du centre intégrant la dimension « commerce de détail ».

 

Les grandes surfaces de la périphérie bénéficient quant à elles d’un accès aisé et de vastes parkings. 

 

Sachant que les petits commerçants sont un pilier de la dynamisation des centres-villes et qu’ils contribuent à l’animation des quartiers ainsi qu’à la lutte contre le sentiment d’insécurité, de quelle manière comptez-vous intégrer au projet les craintes exprimées ?

 

Avez-vous l’intention d’organiser une réunion de concertation entre les auteurs de projet, des représentants de la Ville et les acteurs économiques du centre ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler que le centre-ville de Herstal ne se limite pas à la Place J. Jaurès : il peut être étendu aux rues Demonceau, Laixheau, Large-Voie et à la Place Camille Lemonnier.  Dans ces rues, l’accès est garanti.

 

La logique suivie dans le cadre de la rénovation de la place est de donner une plus grande importance aux piétons.  Le but est ainsi, pour le Collège, de réaménager les voiries avec une place conviviale qui pourrait être le point de départ d’une nouvelle dynamique et d’un redéploiement du commerce local.    Le Bourgmestre souhaite donc rassurer les commerçants.

 

Par ailleurs, la majorité ne craint pas la concurrence entre le zoning commercial de Basse-Campagne et les commerçants du centre, qui n’offrent pas le même type de marchandises.

 

 

Le stationnement, quant à lui, répondait à la demande d’après une étude menée en 2006.  Toutefois, quelques emplacements supplémentaires seraient les bienvenus.  Le PCM relève lui que le stationnement est un réel problème.  Un groupe de travail se penche actuellement sur cette question.  On se dirige vraisemblablement vers une zone de stationnement à rotation rapide dans le centre complétée par une offre gratuite en périphérie

 

Le Bourgmestre clôture sa réponse en conviant l’opposition à une réunion d’information.  Celle-ci s’est tenue le 30 septembre 2009 en présence de l’Echevin du commerce, des experts de la commune, des commerçants et des représentants de l’opposition (à l’exception du PTB+) mais en l’absence du Bourgmestre.

 

Lire l’article du journal La Meuse d’avant Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse d’après Conseil

12/06/2008

Conseil communal du 24 avril 2008 : les points déposés par le MR

groupe MR 1.  Question orale relative à la sécurité routière rue de l'Agriculture

2.  Question orale relative au stationnement aux alentours de la clinique André Renard

3.  Question orale relative à l'avenir de la gare de Herstal

4.  Proposition visant à permettre de favoriser l'augmentation de la fréquentation de la piscine communale

16/02/2008

Le Conseil communal du 29 novembre 2007 en bref

Maison cale  - La bâtiment de l'ancienne bibliothèque fait l'objet d'un bail emphytéotique de 50 ans au bénéfice de la SRL.Il va être transformé en deux logements sociaux, qui devraient être mis en location en 2009

- Il a également été question du « Grand Ecailler » organisé chaque année à Herstal. Le fait que le parking de la piscine communale (l'un des seuls parkings du centre de Herstal) soit monopolisé pendant plus d'un mois pendant les fêtes de fin d'année,  au profit d'un seul commerçant, conseiller communal socialiste par ailleurs, a été évoqué.  En effet, il s'agissait d'une revendication de bon nombre des commerçants de la rue Large Voie consultés dans le cadre de notre tour des commerçants réalisé en décembre 2005.  Ceux-ci estimaient que le quasi-blocage du parking leur faisait perdre une bonne partie de leur clientèle, à défaut de parking suffisant et proche, en cette période importante pour leur chiffre d'affaire.  La question a également été posée de savoir si la commune perçoit une redevance à cette occasion.  L'Echevin, après avoir précisé qu'aucun commerçant ne s'est plaint auprès de lui de l'occupation du parking, estime quant à lui estime que l'Ecailler contribue à la promotion globale du commerce herstalien en attirant de la clientèle à Herstal.  Il précise également que la commune perçoit bien une redevance de 4015 EUR pour occupation du domaine public

- Le collège a enfin réalisé une communication relative à la problématique des antennes GSM (contraignant ainsi l'opposition à retirer sa proposition quant au même objet).   Les trois partis d'opposition à l'origine du débat ont ainsi pu mesurer l'ampleur des avancées obtenues par rapport aux propos tenus par la majorité au mois de mars 2007  :

 a) L'organisation d'un débat

Alors qu'à l'époque, l'Echevin avait estimé que ce n'était pas pertinent au motif que la commune n'est pas compétente pour les normes d'émission, une séance d'information de la population quant à l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé s'est tenue le 8 novembre 2007, en présence des autorités communales, du CLAG et de représentants des différents partis politiques.

b) La réalisation d'un plan d'implantation

Alors qu'à l'époque, l'Echevin estimait la tâche irréalisable, le Bourgmestre précise que le collège entend développer le plus possible le cadastre des implantations (actuellement partiel car les antennes ne sont plus soumises à permis d'environnement et ne sont pas toujours soumises à permis d'urbanisme) et de leur rayonnement, en collaboration avec l'IBPT, l'ISSeP et les opérateurs afin d'obtenir une vision encore plus précise de la situation à Herstal.

c) Au niveau de la SRL

Au-delà des antennes GSM, les antennes WIFI et autres installations similaires émettant des ondes électromagnétiques, ne pourront plus non plus, suite à une pétition, être installées sur les toits des logements sociaux herstaliens

d) L'adoption d'une ordonnance de police

Le collège ne ferme plus totalement la porte à l'adoption d'une ordonnance, mais, vu l'incertitude juridique pesant sur la démarche, propose, avant de prendre toute initiative en la matière, d'adresser un courrier au Ministre Courard afin qu'il expose clairement les conditions à respecter afin d'élaborer une ordonnance de police qui offre un maximum de garanties juridiques et rencontre l'objectif souhaité.  Par ailleurs, le collège propose d'attendre la décision de la Cour d'appel devant intervenir sur l'ordonnance de la ville de Visé.

e) L'information des enfants

Alors que l'Echevin en mars n'estimait pas cette démarche pertinente, une sensibilisation dans les écoles est à présent envisagée, en collaboration avec les directions d'école et les enseignants, avant la fin de l'année scolaire

Le collège marque aussi de l'intérêt pour la proposition du CLAG de porter, dans le cadre de l'enquête publique, le périmètre de consultation de 50 à 300 mètres, le collège marque un intérêt sur celui-ci.  Il consultera l'UVCW et le ministre de l'aménagement du territoire quant à la légalité de cette mesure.

A force d'enfoncer le clou, l'opposition herstalienne aura finalement réussi à sortir les autorités communales de leur inertie sur ce dossier !