19/02/2014

Déclaration de politique communale 2013-2018 : la position du MR

déclaration de politique communale, déclaration de politique communale 2012-2018, régie communale autonome du commerce, comité de commerçants ambulants, commerçants, commerçants ambulants, cantonniers, propreté publique, immeubles inoccupés, marchands de sommeil, parkings, stationnement, agents de quartier, présence policière, caméras de surveillance, caméras, mobilité, ruralité, villages, cadastre des voiries, Place Gilles Gérard, Vottem, Basse-Campagne, e-conseil, médiation, route des terrils, observatoire du commerce, observatoire du commerce en ligne, réaménagement du centre urbain, stationnement payant, nouvel hôtel de Ville, NHV, politique de la jeunesse, primo-arrivants, intégration, mobilité intracommunale, mobilitéLe groupe MR s’est abstenu sur la déclaration de politique communale 2013-2018.  En tant que chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix.

 

« Comme je suis d’humeur aimable, je ne relèverai pas le fait que votre déclaration de politique communale soit le fil rouge de la législature (désolée, André).  Je ne m’appesantirai pas davantage sur tout ce que vous déclarez vouloir « poursuivre », « optimiser », « accentuer » et qui constitue une partie considérable de votre déclaration (rien de neuf sous le soleil à cet égard, donc)

 

Je préfèrerai relever les quelques idées plus novatrices que vous citez, telles que la création d’une régie communale autonome du commerce, celle d’un comité de commerçants ambulants, l’engagement de cantonniers et la création d’un service communal chargé d’identifier les immeubles inoccupés et de traquer les marchands de sommeil.  Ce sont des idées judicieuses qui rejoignent des préoccupations que le MR a mises en avant lors de la campagne électorale.

 

Sans doute avez-vous voulu être aimable également en soulignant votre volonté de concertation avec l’Union des Classes Moyennes, et plus encore en reprenant bon nombre de demandes émanant du groupe MR, dont nous avons largement débattu sans qu’elles aient pu être concrétisées jusqu’ici.  Il s’agit notamment :

- Des solutions de parkings pour l’hyper centre

- De la revalorisation des agents de quartier et d’une plus grande présence policière sur le terrain

- Des caméras de surveillance

- Des aménagements de mobilité pour la préservation du caractère rural des villages

- Du cadastre des voiries

- De la rénovation de la Place Gilles Gérard à Vottem

- Du désengorgement du quartier Basse-Campagne

 

Il est inutile de dire que sur tous ces thèmes, nous attendons, enfin, votre passage à l’acte avec beaucoup d’impatience !

 

Monsieur le Bourgmestre, j’irais jusqu’à dire que vous nous avez bluffés, car je ne vous pensais pas aimable au point de défendre des idées jadis portées par le MR et jugées impraticables par vous, telles que l’e-conseil, la mise en œuvre d’un service de médiation via le PCS, l’affiliation à la route des terrils ou encore la création d’un observatoire du commerce en ligne !

 

Néanmoins, temporisons notre enthousiasme !

 

En effet, nous continuons à regretter non le principe, mais la manière dont a été pensé le réaménagement du centre, nous n’approuvons pas plus le passage prochain à un stationnement payant et nous regrettons que le Nouvel Hôtel de Ville grève le budget communal.  Par ailleurs, votre déclaration manque à notre sens d’une véritable politique de la jeunesse ainsi que d’une véritable politique d’aide à l’intégration des primo-arrivants.  L’amélioration de la mobilité intracommunale mériterait également une réflexion approfondie.

 

Il vous manque donc encore un peu de touche libérale…Ce sera pour la prochaine fois !

 

Peut mieux faire, donc.

 

A titre d’encouragement, nous voterons l’abstention ».

 

Lire l’article du journal la Meuse

07/02/2014

Question orale de J. MAUS relative au projet immobilier de 40 appartements rue Emile Muraille/rue du Paradis – 5e division – Section G – n°213C2 et 213P3

Question

 

La question fait suite à un courriel de contestation envoyé le 20 novembre dernier par des habitants des rues du Paradis et du Coq Mosan.  80 personnes ont signé une pétition concernant le projet susmentionné.

 

Selon ces personnes, le projet immobilier risque de gravement nuire à leur cadre de vie :

-Tout d’abord, la hauteur des buildings d’appartements prévus dans la zone située au coin de la rue du Paradis et de la rue Emile Muraille risque de compromettre l’intimité des habitations actuelles qui seront exposées à la vue des nouveaux habitants

- Ensuite, un parking sous-terrain de 59 places qui serait situé à côté des jardins des habitations risque d’apporter son lot de nuisances

- De même, les riverains s’inquiètent des répercussions en termes de mobilité de l’accroissement de la densité de population à cet endroit

- Enfin, ils s’opposent à la création d’une voirie qui ferait la jonction entre la rue du Coq Mosan et une autre rue, en ce qu’elle transformait un lotissement actuellement paisible en lieu de passage

 

Les riverains demandent :

- Une diminution de la hauteur des buildings d’appartements

- Des brises-vues le long des nouveaux buildings

- Qu’aucune atteinte ne soit portée aux arbres qui longent déjà le trottoir de la rue du Coq mosan et que d’autres arbres soient ajoutés afin de créer un brise-vue naturel

- Que l’entrée du parking sous-terrain soit le plus éloigné possible des jardins actuels

- Que la rue du coq mosan garde son entrée unique existante (via la rue du paradis) et que l’accès aux nouveaux buildings et nouvelles constructions ne se fasse pas via la rue du coq mosan

 

Avez-vous déjà examiné les critiques et demandes des riverains ?

 

Quelle suite entendez-vous y réserver ?

 

Réponse

 

Selon l'Echevin, le bâtiment le plus haut se trouve à l’angle des 2 rues. Il ne se situe donc pas du côté des habitations existantes et celui-ci a une hauteur similaire aux immeubles à appartements de la SRL situé de l’autre côté de la rue. La façade arrière principale s’ouvre quand à elle sur la rue du Coq Mosan. Entre cette élévation et la voirie, il y aura un parc d’une largeur de +/- 20, 00 m au minimum.

 

Les dispositions du Code civil en matière de vuesdroites et obliques sont respectées puisque les baies du bâtiment le plus proche de la limite séparatrice se trouve à +/- 10, 00 m, ce qui équivaut à un vis-à-vis entre façades de part et d’autre d’une voirie.

 

L'Echevin estime que les bâtiments sont conformes au type de construction attendue en milieu urbain. En effet, les 2 futurs appartements situés à l’extrémité de la propriété du côté de la rue Paradis sont séparés de la maison voisine existante (rue Paradis n°2) par une haie, un accès aux garages et une zone de stationnement.

 

L’entrée du parking sous-terrain de 59 places est séparé des habitations par une partie du parc et se trouve à +/-20, 00 m de celles-ci. De plus, le projet prévoit le parking enterré donc en sous-sol par rapport à l’existant. Les nuisances évoquées par les riverains étaient des craintes quand à la pollution atmosphérique par les gaz d’échappement. A cet égard, l'Echevin rappelle qu'au projet du Règlement Communal Urbanistique approuvé provisoirement par le Conseil communal le 30 septembre 2010, le site se situe en sous-aire de développement péricentral. Nous sommes donc ici en zone urbaine et non en zone rurale. Les habitants ont donc une circulation automobile déjà existante. Par contre, il serait opportun qu’un dispositif de ventilation et d’évacuation adéquat soit prévu pour les parkings couverts.

 

En ce qui concerne la densité, le projet de Schéma de structure communal, projette 60 logements à l’hectare et donc autant de véhicules que d’habitations sinon plus. Le terrain total faisant ici +/- 7900 m², une densité de +/-48 logements serait acceptable Le projet dans sa globalité (2 phases) en comprendrait 49, ce qui est tout à fait acceptable pour l'Echevin. De plus, une étude d’incidence a été réalisée par un organisme agréé (STRATEC) sur le projet d’ensemble recouvrant les parcelles reprises au certificat d’urbanisme n° 2 délivré le 24 mars 2003 et incluant notamment la construction de 11 maisons rue Paradis, la démolition de la salle de sport et la construction d’un complexe de 40 appartements, d’une surface commerciale et de 9 maisons unifamiliales, la construction de 38 maisons et la création d’une voirie à l’intérieur de l’îlot. Cette étude a été déposée à l’Administration communale le 24 septembre 2004 et transmise au Fonctionnaire délégué le 6 octobre 2004.

Les accès entre la rue Emile Muraille et la rue du Coq Mosan sont des piétonniers qui offriront une promenade dans le futur parc. L’entré à la rue du Coq Mosan gardera son accès voiture unique via la rue du Paradis. L’entrée commerciale, les accès au parking souterrain ainsi qu’aux appartements se feront via la rue Paradis et la rue Emile Muraille.

 

Des brises vues le long de la propriété seraient massifs et alourdiraient le projet qui perdrait en qualité. De plus, afin de limiter la vue à partir des appartements des étages, il faudrait monter trop haut ce qui aurait comme conséquence d’avoir un bunker plutôt qu’un parc aménagé, ouvert au public. Ce qui aboutirait à une perte d’ensoleillement et assombrirait aussi les habitations.

 

L'Echevin souligne que la végétation présente sur la parcelle du côté de la rue du Coq Mosan est plutôt un ensemble d’arbustes non repris sur la liste des arbres remarquables. D’ailleurs le projet prévoit l’aménagement d’un parc arboré.

 

L’enquête publique a eu lieu du 14 au 29 novembre 2012. L’examen des réclamations est en cours. Le collège transmettra ses conclusions et les documents d’enquête aux Fonctionnaires technique et délégué qui disposent d’une compétence d’avis en la matière. Si les réclamations sont fondées, le permis sera conditionné en conséquence.

27/01/2014

Le Conseil communal du 5 juillet 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le MR est le seul parti à avoir voté contre les différents règlements destinés à mettre en place les nouveaux sens de circulation autour de la Place Jean Jaurès ainsi que la zone de rencontre à savoir :

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Faurieux, qui prévoit notamment que la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la Place Camille Lemmonier, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Nadet, qui prévoit notamment que la circulation en direction de la rue Guillaume Delarge ainsi qu'en venant de la place Laixheau en direction de la rue Martin Herman est interdite à tout conducteur, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Nozé, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la place Laixheau et l'Avenue d'Alès, la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la Place Laixheau, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la Place Laixheau, qui prévoit notamment qu'un panneau sera placé au carrefour avec la rue Nadet pour obliger les usagers à circuler en direction de la rue Laixheau

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Laixheau, qui prévoit notamment que la circulation est interdite à tout conducteur en direction de la rue Thier des Monts, excepté pour les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Voie de Liège, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la rue Jolet et la rue Laixheau, la circulation est interdite à tous les usagers dans le sens Laixheau vers Jolet et que dans l'autre sens, la circulation est interdite aux véhicules de plus de 5 tonnes.

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à la rue Large Voie, qui prévoit notamment que dans la partie comprise entre la rue Jolet et la Place Jean Jaurès, la circulation est interdite à tout véhicule en direction de la Place Jean Jaurès, excepté pour les bus et les cyclistes

- le Règlement complémentaire de circulation relatif à l'implémentation d'une zone de rencontre englobant la Place Jean Jaurès, la Place Camille Lemoninier ainsi qu'une partie de la rue Laixheau, de la rue Large Voie, de la rue des Mineurs, de la rue Voie de Liège, de la rue Elisa Dumonceau et de la rue Faurieux. La logique dans cette zone est le partage de l'espace par les différents usagers dont les automobilistes et autres conducteurs d'engins motorisés avec une vitesse maximale formellement fixée à 20 km/h

 

- Le Conseil a enfin voté la passation d'un marché de services d'étude pour la requalification et le réaménagement de la Place Gilles Gérard et alentours à Vottem demandé de longue date par le MR et a approuvé le cahier spécial des charges relatif à celui-ci.

En effet, suite à la réponse négative du TEC et de la SRWT, il a été décidé que la Ville gérerait seule le marché de l'étude de la place. Dès lors, il est devenu souhaitable de réaliser une analyse plus pointue de l'aménagement de l'espace public de la place et de ses abords immédiats. Le marché en question vise ainsi à mener une réflexion urbanistique et à réaliser un plan d'amnéagement du centre de Vottem avec pour objectifs :

- la Place, lieu privilégié de la vie urbaine

- la priorité aux piétons

- la réflexion sur la mobilité

- l'espace de vie et de séjour

- l'amélioration du cadre commercial et des services

- la mise en valeur du patrimoine historique

- l'amélioration du cadre de vie

 

- Le Conseil a également voté la mise en sens unique d'une partie de la rue de l'Agriculture et la réalisation de différents aménagements dans celle-ci, ce qui correspond également à une demande de longue date du MR. Les dits aménagements consistent en la réalisation d'un trottoir en saillie d'1,50 m côté droit en direction de Milmort, la réalisation de 3 aménagements de sécurité visant à ralentir la circulation et la réalisation de 3 aménagements spécifiques de sécurité dans le carrefour entre les rues de l'Agriculture, de la Limite et des Martyrs.

 

- Le MR n'a pas approuvé les comptes annuels de l'ASBL Basse-Meuse Développement pour l'exercice 2011. Le Compte de résultats se solde par une perte de 80.408,19 EUR.

 

- le Conseil a voté à l'unanimité l'esquisse déposée par le bureau Espace-mobilités concernant l'aménagement des voiries du Pôle Marexhe-Gare (phase 1). Cette esquisse porte sur une récapitulation de la situation existante et l'énoncé des différentes problématiques rencontrées, la définition des objectifs visés et une proposition d'aménagement avec estimation des gros postes.

10/01/2014

Question orale de J. Maus relative à l'impact des modifications du centre-ville sur le commerce

 

Question

 

L'Echevin du commerce a régulièrement prétendu que les commerçants du centre de Herstal étaient plutôt satisfaits de l'évolution du centre-ville suite aux travaux entrepris et aux projets de la majorité.

 

Au vu de leurs récentes actions, nul ne peut aujourd’hui nier que l'ensemble des commerçants et des professions libérales du centre-ville se plaint des nouveaux sens de circulation visant à détourner le trafic automobile du centre de Herstal, ce qui leur fait perdre la clientèle de passage et, de manière générale, les clients qui cherchent un accès rapide et facile aux commerces.

 

L'absence de parking disponible pour la clientèle de l'hyper-centre est également un problème majeur qui, bien que dénoncé depuis bien avant le début des travaux, n'a toujours pas été solutionné, si ce n'est à long terme avec la construction d'un parking, qui en plus sera payant, derrière NHV.

 

En attendant, les commerçants du centre-ville ont perdu 30 à 50% de leur chiffre d'affaires. Une solution immédiate est donc nécessaire, pour défendre l'emploi indépendant comme salarié.

 

Lors d'interpellations précédentes du MR, vous aviez répondu que si les modifications apportées au centre-ville engendraient de graves difficultés dans la pratique, vous étiez prêts à apporter divers aménagements aux décisions prises, notamment en ce qui concerne les sens de circulation. Quels sont donc les aménagements que vous allez apporter au projet initial, tant qu'il en est encore temps ?

 

En ce qui concerne le parking, les commerçants ont besoin d'une solution immédiate. Sachant que ce souci est loin d'être neuf, qu'avez-vous à leur proposer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre reconnaît qu'indiscutablement, les commerçants commencent à trouver le chantier long et préjudiciable à leur entreprise. Le Collège ne le conteste pas. Le constat se marque plus ou moins fort en fonction du type de commerce mais c'est une période difficile. Cela était prévisible : des travaux d'une telle ampleur engendrent inévitablement des nuisances, des difficultés d'accès et donc une diminution de la clientèle et du chiffre d'affaires. De plus, la phase actuelle est particulièrement critique car c'est celle au cours de laquelle la Place Jean Jaurès est la moins accessible.

 

Le Collège a tenu 2 réunions constructives avec des représentants des commerçants : une la veille du conseil (soit le 30 mai 2012) avec les présidents de comités de commerçants qui ne cautionnaient pas le rassemblement prévu avant le conseil, et une le jour même du conseil avec une délégation de 3 commerçants manifestant.

 

Au cours de ces réunions, le Collège a confirmé que les travaux lourds seront finis pour fin juin. Il faudra peut être encore quelques semaines pour sécher le béton à certains endroits limités avant que les utilisateurs n'investissent la place. Le conducteur des travaux a promis de faire le maximum pour que tout soit sec d'ici les congés du batiment. Après les congés du batiment, les finitions seront réalisées et le mobilier urbain sera placé.

 

Le Bourgmestre rappelle qu'il y a plus de 12 ans, un projet de “tout à la voiture” avait été rejeté par le fonctionnaire délégué de la Région Wallonne. En 2006, l'étude du SEGEFA sur l'appareil commercial herstalien préconisait de laisser place au trafic automobile mais seulement dans une certaine mesure.

 

Le Bourgmestre a proposé une réunion avec les comités de commerçants, les experts du SEGEFA et le collège pour travailler sur la signalisation. Il est indispensable que les automobilistes, qu'ils viennent de Coronmeuse, de l'IPES, des Hauts Sarts ou de la préalle sachent clairement par où aller pour rejoindre les commerces et autres activités de la rue Laixheau et de la Place jean jaurès, de la rue Elisa dumonceau et de la rue Large voie, La signalisation doit donc être suffisamment précise en amont.

 

En ce qui concerne le parking au niveau de la Place, il est nécessaire de faire respecter une logique de rotation des places disponibles.

 

Actuellement et tant que les travaux ne seront pas terminés, les conditions de circulation ne rendent pas encore compte du plan de mobilité définitif. En effet, il sera possible de venir de la rue Laixheau en passant par la Place Jean Jaurès pour rejoindre la piscine. Pour l'instant, la boucle est longue mais il est prévu que le sens soit inversé et que la boucle soit plus petite. Inverser le sens de la rue Voie de Liège est plus délicat car cela requiert une dérogation de la Région Wallonne et il faut éviter que les camions de la FN aterrissent sur la Place. Quant à la rue Laixheau, les critiques amusent le Bourgmestre car quand elle a été mise à sens unique de la Place vers La Préalle, cela a été critiqué et à présent, la mise en sens unique dans l'autre sens est également critiquée. Selon lui, il faut simplement un temps d'adaptation par rapport au changement. Il faut agir dans l'intérêt général et pas celui d'un ou deux commerçants.

 

Lire l'article de la Dernière Heure

08/01/2014

Question orale de J. Maus relative à la gestion de la problématique de la mobilité

 

Question

 

La mobilité est une thématique importante et le sera encore plus dans les années à venir.

 

La Direction de la Planification de la Mobilité du SPW organise des formations de conseiller en mobilité, qui peut être défini comme un relais entre les usagers de l’espace public (citoyens, associations, commerçants,…), les responsables politiques et les techniciens.

 

Certains fonctionnaires communaux ou de police ont-ils suivi cette formation ?

 

Au-delà des orientations données par le groupe AMSR, existe-t-il aujourd’hui, au sein du personnel communal ou de police, une personne ressource en matière de mobilité, dont la principale voire l’unique mission serait de gérer les problèmes ponctuels pouvant se poser au quotidien en la matière mais aussi, de manière plus structurelle, d’identifier les dysfonctionnements, de repérer les éventuelles incohérences dans la gestion des déplacements, d’ alerter les responsables concernés, d’organiser les réunions et d’accompagner les décideurs dans la recherche de solutions, etc. ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre reconnaît que la matière de la mobilité est importante. Elle relevait des missions de la police et pendant longtemps, Guy Hubens en a assumé la gestion. Depuis son départ à la retraite, le chef de corps, Marc PAQUAY a pris la relève.

 

Il est exact que la mobilité prend, au fil du temps, une ampleur sans commune mesure avec ce qui a été connu auparavant, indépendamment des grands travaux en cours. La voiture, les vélos, les piétons, les transports en commun, le parking sont autant de facettes qui rendent la gestion de cette matière très prenante et le Chef de zone ne pourra pas éternellement continuer à y consacrer une grosse partie de son temps. Il a donc été convenu, lors du renouvellement de son mandat, qu'il serait progressivement déchargé de cette tâche.

 

Deux agents du bureau technique ont suivi les formations leur permettant d'être agréés comme conseillers mobilité mais ils ont de plus en plus de tâches suite à la multiplication des travaux d'infrastructure donc ils ne peuvent pas s'investir totalement même si leur expertise reste utile.

 

Le groupe AMSR, quant à lui, n'est qu'un groupe de coordination entre les différents intervenants.

 

La meilleure réponse à cette problématique est donc de prévoir un emploi à temps plein de conseiller en mobilité avec un profil déterminé, qui aurait une formation de niveau supérieur en mobilité, appuyée par une expérience de terrain en la matière.

 

L'intention de la ville est de lancer rapidement la procédure dans le cadre du budget 2013 afin de décharger le chef de zone de cette tâche.

06/01/2014

Conseil communal du 31 mai 2012 : les points déposés par le MR

Allée des Arondes, Vottem, mobilité, commerce, commerçants, réaménagement du centre urbain, guerre, commémorations, guerre 14-18, guerre 40-45, nouvel hôtel de Ville, NHV, collecte des déchets, jumelages

1. Question orale relative à l’évolution de la situation Allée des Arondes à Vottem

2. Question orale relative à la gestion de la problématique de la mobilité

3. Question orale relative à l'impact des modifications du centre-ville sur le commerce

4. Question orale relative à la célébration du Centenaire de la guerre 14-18 par et sur le territoire de la Ville de Herstal

5.Proposition relative aux commémorations de l’Armistice et de la Capitulation du 8 mai 1945 sur le territoire de la Ville de Herstal

6.  Question écrite relative au nouvel Hôtel de Ville

7. Question écrite relative relative à la collecte des déchets ménagers

8.  Question écrite relative aux jumelages

12/09/2012

Le programme

Au-delà de ces petites et grandes victoires, différents combats initiés par le MR depuis 2006 n’ont malheureusement pas (encore) trouvé écho auprès de la majorité.  Il va de soi que ces préoccupations demeurent au cœur de notre programme :

- Engager des gardiens de la paix

- Installer des caméras de vidéosurveillance dans les endroits sensibles et concrétiser la sécurisation des commerces via télépolice Vision

- Accentuer la lutte contre les incivilités

- Elargir le champ de passage de l’aspirateur de déchets urbains (Glutton)

- Créer un cadastre des voiries pour la réfection des voiries communales

- Finaliser enfin l’égouttage

- Installer des panneaux anti-bruits le long de toutes les autoroutes

- Concrétiser le réaménagement de la Place Gilles Gérard à Vottem

- Classer les terrils en zone naturelle et y créer des lieux de promenade

- Engager un conseiller en mobilité dont ce serait l’unique tâche

- Fluidifier le trafic à Basse-Campagne

- Améliorer l’offre de transports en commun entre les villages et le centre de Herstal

- Protéger Milmort du trafic de poids lourds en transit (signalisation, aménagements routiers)

- Diminuer les additionnels à l’IPP et au précompte immobilier

- Revoir la taxation des déchets en assurant l’application stricte du principe pollueur-payeur

- Créer un observatoire du commerce herstalien

- Recréer un accès rapide, aisé et gratuit aux commerces de l’hyper-centre

- Créer une maison de jeunes, encadrée par des éducateurs

- Interdire le port de signes religieux ostentatoires dans les écoles communales, l’administration et le CPAS

- Ne plus prendre à charge du budget communal les voitures de fonction et smartphones des échevins

- Rationnaliser les dépenses de réception, représentation, séjour, jumelages, audits etc.

 

Le programme du MR comporte aussi évidemment certaines propositions nouvelles, issues des rencontres des élus et candidats avec la population :

- Amender le nouveau système de collecte des déchets afin d’apporter une réponse au problème de place dans certains logements et de nuisances liées à la fraction organique

- Créer une prime visant à encourager la fréquentation du parc à conteneurs

- Mettre en place des récyparcs mobiles

- Créer une prime à l’installation de nouveaux commerces dans le périmètre de rénovation urbaine

- Octroyer une remise de la taxe communale additionnelle au précompte immobilier aux contribuables qui réalisent une rénovation significative de leur habitation unifamiliale ou qui transforment un immeuble composé de plusieurs petits appartements ou kots en maison unifamiliale

- Octroyer un subside pour le ravalement et l’embellissement des façades à rue d’immeubles privés non classés

- Créer des plaines de jeux dans les différents quartiers de la Ville, comprenant des modules adaptés aux enfants handicapés

- Organiser des consultations populaires sur les grands projets entrepris au niveau communal

- Développer des services en ligne de l’administration communale sans déplacement du citoyen via le timbre digital (IntelliStamp)

- Créer une crèche dans le zoning des hauts-sarts, éventuellement via un partenariat public-privé

 

Découvrez ici le programme du Mouvement Réformateur pour Herstal