23/03/2009

Le Conseil communal du 29 janvier en bref

Maison cale

- Les problèmes de mobilité dans le quartier Basse-Campagne ont été débattus.  En effet, depuis l’arrivée du Mediamarkt et l’agrandissement du pôle commercial, les embouteillages se sont considérablement accrus dans ce quartier, au point que nombreux sont ceux qui évitent de prendre leur véhicule le samedi après-midi.  A l’époque de la création du rond-point du 12e de Ligne, le Bourgmestre nous avait joué l’Arlésienne, revenant sur la prolongation du tronçon de route à la sortie d’Intradel.  La question était donc de savoir quand les citoyens pourront espérer retrouver enfin un semblant de mobilité à Basse-Campagne. 

Le Bourgmestre a reconnu l’existence d’un problème de fluidité du trafic.  Le rond-point de Clawenne a amélioré les choses, tant au niveau de la sécurité que de la mobilité, mais cela ne suffit pas.  Toutefois, en dépit des excellents contacts qu’il entretien avec le MET (et « Papa »), le Bourgmestre a souligné l’impossibilité d’exiger de lui à la fois, la réfection du Boulevard, la bretelle d’Intradel, etc. Cela sera demandé, mais il est impossible de réaliser tous les travaux de manière concomitante tant il y a à faire.

- Les préoccupations des habitants de la rue Brixhe ont été relayées au collège.  Ceux-ci se plaignent en effet des dégâts et désagréments causés par les camions d’une entreprise qui y est implantée lors de la réalisation de manœuvres.  Le collège a tout d’abord nuancé le problème, en rappelant que, vu la configuration des lieux, il était question de poids lourds roulant à faible allure et à raison de 5 véhicules/semaine. La rue ne pouvant être élargie, la conclusion et qu’il est impossible de trouver une solution à ces nuisances sans porter atteinte à l’activité même de l’entreprise (qui est bien consciente que l’endroit n’est pas idéal, mais ne peut envisager un déménagement à l’heure actuelle)

 

- La polémique a fait rage sur le projet de construction d’une nouvelle tour à l’Esplanade de la paix.   Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, il faut savoir que le CWATUP défini l’opération de revitalisation urbaine comme « une action visant, à l’intérieur d’un périmètre défini, l’amélioration et le développement intégré de l’habitat, en ce compris les fonctions de commerce et de services, par la mise en œuvre de conventions associant la Commune au service privé ».

Le dossier de l’Esplanade est ainsi arrivé une première fois sur la table du Conseil en juillet 2008.  A cette occasion, il a été dit qu’un promoteur privé avait un projet d’appartements sur deux propriétés lui appartenant, jouxtant l’espace communal de l’Esplanade de la Paix et de l’autre côté de la rue.  Grâce à l’opération de revitalisation urbaine, la commune peut ainsi réaliser le réaménagement de l’espace de l’Esplanade de la Paix donnant sur la rue Hayeneux.  Le Conseil a donc été invité à décider de la passation d’un marché public de services par procédure négociée sans publicité visant à arrêter une convention avec un auteur de projet, chargé de la mission de réaménagement de l’espace public de l’esplanade de la paix et de l’élaboration du dossier de revitalisation urbaine.  Il a également été décidé de solliciter des subsides auprès de la Région wallonne.

Suite à cette décision du Conseil, le Collège a désigné, fin juillet 2008, 3 bureaux d’architecture à consulter.  Parmi ceux-ci, un seul a rentré une offre, à savoir le bureau Valentiny, qui a ainsi été retenu comme adjudicataire, toujours par le collège, début octobre 2008.

Le dossier est alors revenu devant le Conseil communal en séance du 30 octobre 2008.  Le point a été admis en urgence, ce qui signifie qu’il n’était pas repris dans l’ordre du jour que reçoivent les conseillers une semaine avant la tenue du Conseil (il faut également savoir que, dans ce cadre, le Conseil est appelé à voter sur l’urgence d’un point dont il ne connaît pas le contenu…or, dans ce cas, comment savoir si le point est urgent ?).  Nous avons alors été informés du fait que le Collège avait retenu le bureau Valentiny comme auteur de projet. En ce qui concerne le projet de Visimmo (promoteur privé) pour l’Esplanade, il nous a été dit qu’il s’inscrivait parfaitement dans les enjeux du schéma directeur de rénovation urbaine ; que le promoteur envisageait la création d’un parking souterrain afin de dégager la vue ainsi que des espaces verts.  Il nous a également été dit que, pour que la commune puisse bénéficier d’une subvention de 100% accordée par la Région pour les aménagements publics, le Conseil devait approuver le périmètre de revitalisation englobant le domaine du privé et le domaine communal d’intervention ainsi que le dossier projet de revitalisation urbaine.  Au vu ces quelques éléments, le Conseil a dans une très large majorité approuvé le point.  De la même manière, le Conseil a adopté la convention de revitalisation urbaine passée avec le promoteur immobilier Visimmo.  Jamais il n’a été question lors de cette séance des plans et encore moins de la hauteur de la tour !

Depuis ce vote en octobre, les conseillers n’ont eu aucune information supplémentaire.  Par contre, le projet envisagé par Visimmo et Valentiny a été dévoilé dans la presse et présenté aux habitants de l’Esplanade.  Les riverains ont clairement marqué leur opposition à cette idée de gigantesque tour de 27 étages, qui ajouterait 300 habitants à un quartier déjà très densément peuplé, allant ainsi à l’encontre des objectifs de convivialité, de mobilité et de sécurité que la commune dit poursuivre au travers de la rénovation urbaine.  Une proposition a donc été déposée visant à suspendre l’évolution du projet et organiser une réunion de consultation et d’information objective des comités de gestion des immeubles actuels de l’Esplanade, du Comité de participation de Marexhe, du comité de Rénovation urbaine, de la CCATM, et des chefs de groupes des partis représentés au Conseil communal.

Pour le Bourgmestre, qui, clairement séduit par le projet, compare la tour à « un phare signalant l’entrée de Herstal et de la Basse-Meuse », il est impossible de suspendre ce qui n’a pas démarré, la demande de permis n’ayant pas encore été introduite.  Le processus d’enquête publique sera lancé dès la demande de permis introduite et à ce moment, chacun pourra exprimer ses remarques.  Après avoir tenu, en présence des nombreux riverains présents au fond de la salle, des propos aussi flous que contradictoires au sujet de sa connaissance des plans et de l’état d’avancement du dossier, il s’en est ensuite pris à l’opposition, l’accusant de ne pas avoir consulté le dossier lorsque celui-ci a été présenté en octobre.  Le MR a pour sa part rappelé qu’en octobre, il n’avait jamais été question d’une tour de 27 étages et a exprimé son sentiment d’avoir été trompé par le Bourgmestre, qui a tronqué la vérité en ne montrant du projet que ce qui pouvait en être perçu comme positif.  Il a également souligné le caractère grotesque du projet, qui prévoit la création d’une tour tout en hauteur à une époque où les constructions s’envisagent « à taille humaine », dans un souci de convivialité, de sécurité et de mobilité.  Ce projet va donc à l’encontre des préoccupations partagées et des objectifs poursuivis par l’ensemble des conseillers dans le cadre de la rénovation urbaine.  Majorité et opposition se sont en revanche rencontrées sur la nécessité de tenir des séances d’information avec les personnes concernées avant toute procédure officielle.

Lire l’article du journal La Meuse

 

-Nombreux sont les passages pour piétons qui mériteraient de connaître une nouvelle jeunesse sur le territoire communal.  Un certain nombre d’entre eux a pu être refait en 2008 mais c’est loin d’être terminé.  Il faut de surcroît attendre des jours plus cléments, l’opération ne pouvant être réalisée efficacement en-dessous d’une certaine température.  La commune va toutefois tester un nouveau matériel avec une durée de vie fort supérieure.

 

- l’Echevin a fait le point sur les problèmes de pollution à l’ancienne décharge de Vottem, dénoncés par un médecin en décembre 2008.  Des contacts ont été pris avec la SPAQUE, qui, avant toute mesure de forage, de sondage ou autre, réalise un historique.  A ce titre, elle cherche d’ailleurs des personnes ressources pour nourrir le dossier.  Avis aux connaisseurs !  Aucun délai n’est actuellement connu pour la réalisation du travail de la SPAQUE.

16/03/2009

Question orale de J. Maus relative à la création d’un « point cannabis » à Herstal

minilogoQuestion

Ma demande vise à la création d’un « point cannabis » sur notre commune. 

Loin d’être un lieu de délivrance de drogue, le point cannabis est un lieu gratuit et anonyme de prévention et d’information à destination des consommateurs, de leurs proches et de tout interlocuteur privilégié des jeunes. 

La tendance actuelle est à la banalisation des drogues dites « douces ».  Pourtant, différentes études tendent à démontrer que consommer de telles substances n’est pas si anodin que cela.  Outre les risques notamment de dépendance liés à la drogue elle-même, il y a ce qui entoure l’usage de celle-ci : problèmes de décrochage scolaire, sécurité routière, conflits familiaux etc.   

S’il ne faut pas diaboliser le cannabis, il est bien que les jeunes aient un interlocuteur privilégié vers qui se tourner pour recevoir des informations objectives, faire le point sur leur propre consommation voire recevoir un appui s’ils souhaitent diminuer ou arrêter.

C’est tout cela et bien plus encore qu’offre le « point cannabis » tel que développé par la Province de Liège.  Suite au succès du Point Cannabis de Liège, Visé et Seraing ont, à leur tour, mis en place ce type d’infrastructure avec le soutien de la Province. 

Sur le plan géographique, Herstal est proche de Maastricht et ses coffee-shops.  Par ailleurs, nous accueillons sur notre territoire plusieurs établissements d’enseignement secondaire.  Or, les adolescents sont un public particulièrement vulnérable face à la drogue.  Enfin, cette initiative pourrait également à mon sens s’inscrire dans le cadre du plan de cohésion sociale de la Région wallonne, auquel la commune projette d’adhérer.  En effet, l’accès à la santé et le traitement des assuétudes constitue l’un des quatre axes orientant la stratégie d’actions à mettre en place par les communes dans le cadre du PCS.

La venue des représentants provinciaux à Herstal le 4 février prochain m’a semblé être une bonne occasion pour prendre votre avis à l’égard de ce type de projet.

Pensez-vous que ce type d’initiative pourrait être étendue à Herstal ?  Quel est votre avis sur ce projet ?

Réponse 

L’Echevin de la santé reste très évasif.  Le collège communal et le collège provincial ont inscrit ce point à l’ordre du jour de leur réunion commune du 4 février 2009.  Il sera donc discuté lors de collège commun.

L’Echevin rappelle qu’il existe déjà un centre qui s’occupe de problèmes de toxicomanie rue St Lambert, à Herstal, et qui dépend de l’AIGS (Celui-ci s’occupe toutefois essentiellement des drogues dites « dures ») 

Lire l’article du journal La Meuse d’avant le Conseil

Lire l'article du journal La Meuse d'après Conseil

Lire l'article du journal La Meuse suite au collège commun Province/commune

En lien avec le sujet, voir le reportage d’RTC : « cannabis : forte consommation des jeunes »

Conseil communal du 29 janvier 2009 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Question orale relative à la sécurité des habitants de la rue Brixhe

2. Question orale relative à la mobilité

3. Question orale relative à la nécessité de retracer les bandes blanches des passages pour piétons

4. Question orale relative à la création d’un « point cannabis » à Herstal

 

22/02/2009

Le Conseil communal du 18 décembre en bref

Maison cale

- Le Conseil a adopté, à l’unanimité, un règlement de police relatif à l’ouverture et l’exploitation de salons de prostitution, de bars à serveur(s) et d’établissements érotiques.  Le but est d’empêcher l’ouverture de tels établissements à Herstal (et plus spécialement dans le périmètre de rénovation urbaine…) suite à la fermeture de plusieurs d’entre eux à Liège.

 

- Le MR a voté contre la convention entre la commune et le CPAS visant à facturer à celui-ci les prestations en matière de communication effectuées au niveau de la Commune.  Le montant annoncé de plus ou moins 15 000 EUR nous a semblé excessif par rapport aux besoins du CPAS en matière de communication.    Le but caché de la mesure est encore et toujours la propagande du collège que nous avons dénoncé lors du vote sur le budget 2009.  Nous ne trouvons pas adéquat d’entamer le budget de l’aide sociale pour cette finalité.

 

- Le site des anciennes usines Browning va être exproprié dans le cadre de la rénovation urbaine mais on ignore toujours dans quel objectif

 

- En urgence, le Conseil a approuvé la convention fixant les conditions du partenariat entre la SNCB holding et la commune dans le cadre de la réaffectation du site de la gare de Herstal (voir ici).  Il a ainsi été convenu de faire une étude d’orientation, qui sera confiée à la SNCB, en fonction d’objectifs partagés : possibilités de réaffectation des anciens bâtiments de la gare ainsi que des terrains en friche derrière celle-ci et réalisation d’un nouveau bâtiment pour la gare, plus en aval et donc plus visible de la rue.  Le but du Bourgmestre reste d’accueillir des PME, tout en gardant des espaces verts et de convivialité.  L’affectation n’est toutefois pas prédéterminée.  L’étude devrait durer 6 mois.  Le financement se fait à 50% par la commune et à 50% par la SNCB, avec un maximum de 25.000 EUR par partenaire.

 

- Le MR a souhaité en savoir davantage sur le projet de stade de football à Coronmeuse évoqué à différentes reprises dans la presse.  Bien que le stade serait situé sur la ville de Liège, les conséquences pour Herstal seraient inévitables, notamment en termes de mobilité.  La question visait donc en premier lieu à savoir si le Bourgmestre avait été consulté sur ce projet, et à connaître son avis.  En deuxième lieu, si le projet se concrétise, il devrait être tenu compte des travaux en cours sur le Boulevard, et ce, afin d’éviter d’ouvrir et refermer la voirie ou de prolonger indéfiniment les travaux, qui accusent déjà un certain retard.  Le Bourgmestre a fait tout d’abord le point sur l’état d’avancement du dossier.  La SPI+ a en effet réalisé une étude afin de voir où il serait possible de construire un stade  à vocation européenne.  Il se peut qu’il apparaisse par la suite que Coronmeuse n’est pas l’endroit le plus approprié.  Rien n’est encore sûr.  Quoiqu’il en soit, le Bourgmestre a déjà écrit à Willy DEMEYER pour attirer son attention sur l’impact que le stade aurait pour Herstal, que ce soit au niveau de la mobilité, de l’urbanisme (la vue serait fort différente pour les riverains), ou encore de l’ordre public et de la sécurité.  Il semble impératif que les autorités herstaliennes soient présentes autour de la table pour discuter du projet, même si le stade s’implanterait sur Liège.

19/02/2009

Budget communal 2009 : la position du MR

Le groupe MR s'est abstenu sur le budget communal 2009.  En tant que chef de groupe, je me suis exprimée pour justifier ce choix :

 « Comparaison de certains postes par rapport au compte de l'exercice 2006

 Tout d'abord, je me suis livrée à un exercice de comparaison de certaines des dépenses communales par rapport au compte de l'exercice 2006.

 Je commencerai par épingler les dépenses de propagande de la majorité :

  • le poste «organisation de conférences de presse» est passé de 0 à 2500 EUR
  • le poste «communications officielles communales» est passé de ± 10 000 EUR à 21.500 EUR
  • le poste «présentation des projets communaux» est passé de 0 à 15 000 EUR
  • le poste «maison de la presse» est passé de 0 à 300 EUR

 Donc, si on laisse de côté l'épisode « Natascha st Pier » (qui était sensé nous rapporter des retombées formidables que l'on attend toujours mais passons), on voit qu'avec le temps, la majorité consacre une part de plus en plus importante de l'argent du contribuable à son auto-promotion

 De la même manière, on constate que le « strass et paillette » tend également à prendre de l'ampleur à Herstal :

  • les de déplacement et de séjour des mandataires sont passés de 844 EUR à 5500 EUR
  • les frais de réception et de représentation sont passés de ±7600 à 16 000 EUR (augmentation de 1000 EUR par rapport au budget 2008)
  • le coût du jumelageest passé de ±7000 EUR à 12500 EUR

Comparaison du budget culture par rapport au budget consacré au sport

Le budget consacré aux halls omnisports est assez conséquent à Herstal mais nous ne le critiquerons pas car nous sommes pour la promotion du sport et qu'une grande partie se fait sur base de subsides. 

Nous sommes heureux de l'investissement dans les plaines de jeux et terrains multisports qui sont accessibles à tous contrairement aux halls qui sont surtout réservés aux membres de clubs. 

A côté du budget « sport », on peut regretter que la culture fasse un peu toujours office de parent pauvre, même si on note quand même des investissements dans le musée et le centre culturel.

L'augmentation des dépenses à la fonction « Educ. Popul. Et arts » est liée principalement à des investissements en matière sportive.

L'augmentation de l'intervention communale pour le CPAS

Nous saluons l'augmentation de l'intervention communale dans les charges de fonctionnement du CPAS même si nous trouvons fort particulier le raisonnement qui consiste à lier les allocataires sociaux et la lutte contre le banditisme (en effet, dans son rapport, le Collège écrit : « en parallèle à l'intervention communale supplémentaire de 200 000 EUR pour la sécurité, l'intervention communale dans les charges de fonctionnement du CPAS se voit augmentée de 200 000 EUR, en plus de l'indexation annuelle de 2% ») 

La taxation

Fidèle à sa politique de défense de la classe moyenne, le MR ne peut que dénoncer la pression fiscale sur le contribuable herstalien.

Le taux d'additionnels à l'IPP pénalise les revenus du travail, alors qu'Herstal connaît un taux de chômage extrêmement élevé.

Les sacs poubelles gratuits promis par St Nicolas dissimulent mal l'augmentation de la taxe sur les immondices.

Enfin, j'ai du mal à saisir la cohérence entre le projet de rénovation urbaine et le taux des additionnels au précompte immobilier. La rénovation est nécessaire mais engloutit des millions parce que pendant des années la majorité n'a pas encouragé les propriétaires à entretenir leur bien immobilier.  Il faut permettre aux gens de consacrer des moyens financiers à la rénovation de leur logement ! Or, vous étranglez fiscalement des propriétaires modestes dont le logement est tout aussi modeste.  Cela n'encourage pas à la dépense. La Ville de Liège, elle, octroie des remises de précompte immobilier correspondant au montant de la taxe communale additionnelle pendant 4 ans aux personnes qui réalisent une rénovation significative de leur habitation !  D'autre part, une étude sur l'évolution des loyers en Belgique menée par la SA Korfina Services révèle qu'Herstal est la commune de Belgique où le loyer moyen est le plus bas.  Or, la valeur de location ou de revente d'un bien est un incitant pour un propriétaire à entretenir correctement son immeuble, à investir.  Vous devez poser un geste pour le bâti de tout Herstal, pas seulement dans le périmètre de rénovation, même si c'est à cet endroit que c'est le plus crucial, sinon la rénovation ne sera qu'un emplâtre sur une jambe de bois.

Diminuer la pression fiscale aurait été un vrai geste pour le pouvoir d'achat des Herstaliens.

L'apport du MR dans ce budget

Enfin, nous ne pouvons que nous réjouir de voir consacrés dans ce budget des projets que nous avons défendus :

  • la lutte contre les déjections canines
  • la participation au peloton anti-banditisme
  • la création d'espaces multisports à divers endroits répartis sur la commune
  • l'investissement dans le logiciel cadastre des voiries
  • l'étude de rénovation de la Place Gilles Gérard à Vottem
  • l'engagement d'un consultant en environnement, ce qui prouve que nos multiples interventions au sujet de la propreté et du cadre de vie ont fini par vous pousser à réagir (bien que nous eussions préféré que l'Echevin lui-même trouve une solution...)

Pour cette raison, le MR s'abstiendra sur votre budget 2009 »

Lire l'article du journal Le Soir

Lire l'article de la DH

15/02/2009

Conseil communal du 18 décembre 2008 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Question orale relative au projet de stade de football à Coronmeuse

2. Question orale relative à la réalisation d’un espace fitness au complexe Emile Muraille

08/02/2009

Question orale de J. Maus relative au paiement de la redevance de « l’Ecailler »

Suite aux débats ayant déjà eu lieu au sein du conseil au sujet de « l’écailler », j’ai souhaité vérifier que la redevance pour occupation du domaine public de 4015 EUR avait bien été versée par le conseiller communal PS Guido CRESCENTE.

 

S’agissant d’une question visant une personne, celle-ci a été évoquée à huis clos, ce qui explique que le débat qui s’en est suivi ne sera pas relaté ici.

 

A noter toutefois que la question a fait l’objet d’un article dans le journal La Meuse