15/04/2010

Question orale de J. Maus relative à la gare de Herstal

gare de Herstal

Question

 

Début 2009, la Ville a décidé de cofinancer, avec la SNCB, une étude permettant de fixer les objectifs partagés dans le dossier de réhabilitation du site de la gare.

 

Cette étude devait envisager le problème du stationnement, l’articulation des différents modes de déplacement, l’avenir de l’ancien bâtiment et la création d’un nouveau, ainsi que l’occupation des terrains actuellement en friche.

 

Pouvez-vous nous dire où en est cette étude ?  Qu’en est-il ressorti jusqu’ici ?

 

Le projet de zone d’activités économiques (avec la SPI+) est-il maintenu ?

 

Sera-t-on en mesure de respecter les délais fixés par l’Europe pour l’utilisation de l’enveloppe de subsides ?

 

L’idée d’un passage sous voie est-elle toujours à l’ordre du jour ?  En effet, tant les usagers que les riverains ne sont pas favorables à cette idée, pour des raisons de sécurité.

 

Réponse

 

L’étude en question est en cours et déjà bien avancée sur plusieurs points :

-         le sort de la gare actuelle

-         le moyen de créer la liaison entre les 2 cotés du chemin de fer

-         l’implantation éventuelle d’une nouvelle gare à droite des voies en venant de Coronmeuse (plus proche du carrefour Marexhe)

-         l’affectation du terrain à l’arrière de la gare (cour marchandises)

 

Des plans existent déjà.  Ils ont notamment été présentés à la SPI+, qualifiée par le Bourgmestre de « partenaire intéressé et intéressant ».  Elle serait en effet intéressée d’aménager, sur la cour aux marchandises, un espace entreprises.  L’ancienne gare servirait de bâtiment d’accueil pour entreprises naissantes

 

Un rendez-vous a été pris entre les partenaires (SNCB, SPI+ et Ville de Herstal) pour novembre 2009 afin de passer au montage financier (c'est-à-dire, la fixation du prix, les modalités pour la cession par la SNCB de la gare et du terrain, les possibilités de financement que la SPI+ peut obtenir de la Région Walonne).

 

Actuellement, l’idée d’un passage sous voie est maintenue mais plus sécurisé que ce qui était initialement prévu.  Le Bourgmestre précise que le dossier sera présenté lorsque la demande de permis sera introduite.

 

Lire l’article de La DH

Conseil communal du 29 octobre 2009 : les points déposés par le MR

groupe MR

1.  Question orale relative à la gare de Herstal

2.  Question orale relative au nouvel Hôtel de Ville

3.  Question orale relative au projet d’implantation commerciale sur l’ancien stade de football, rue Delsupexhe

01/02/2010

Le Conseil communal du 24 septembre 2009 en bref

Maison cale.jpg

- Après concertation avec la zone de police de Liège, un accord est intervenu quant à l’intervention du PAB (peloton anti-banditisme) sur le territoire de Herstal.  Cela fait déjà un certain temps que le sujet était évoqué au niveau de la Ville de Herstal.  Dans une logique de répartition du peloton, il y aura 3 hommes pour Herstal.  Cela permet d’avoir une prestation d’en moyenne 63h/semaine du PAB sur la zone de police de Herstal avec une enveloppe budgétaire qui rentre dans le crédit budgétaire de 200.000 EUR prévu au budget.

 

-  Le Conseil a voté sur le Plan de cohésion sociale 2009-2013 (PCS) de la Ville de Herstal.

Le Plan de cohésion sociale est défini par la Région wallonne comme un plan d’actions orienté vers la promotion de l’accès de tous aux 6 droits fondamentaux de compétence régionale (le droit à un revenu digne, le droit à la protection de la santé et à l’aide sociale et médicale, le droit à un logement décent et à un environnement sain, le droit au travail, le droit à la formation, le doit à l’épanouissement culturel et social).

Le PCS s’élabore au départ d’un diagnostic local de cohésion sociale et se décline en actions coordonnées au sein de 4 axes :

1) l’insertion socio-professionnelle.  L’opérateur de terrain est ici l’ASBL Basse-Meuse Développement, qui va mettre sur pied  des formations dans les domaines de la logistique et des métiers de demain. 

2) l’accès à un logement décent.  Cet axe est projeté seulement pour la 2ème année du PCS.  Il s’agira d’un partenariat avec le CPAS et la SRL-Herstal visant à mettre un outil en place pour l’accompagnement social des personnes en recherche d’un logement.  Les logements d’urgence feront également partie de la thématique.
3) l’accès à la santé et le traitement des assuétudes.  Dans ce cadre, le point cannabis demandé par le MR sera créé en partenariat avec la Province de Liège.  Sa mission sera d’offrir un accueil anonyme, une information fiable, une écoute de toute personne souhaitant aborder le sujet du cannabis et une orientation des personnes vers d’autres organismes si cela s’avère nécessaire.
4) le retissage des liens sociaux, intergénérationnels et interculturels.  C’est sur cet axe que le Collège a décidé de mettre la priorité.  Une maison de la cohésion sociale sera créée, avec des antennes par quartier (Liers, Muraille, Vottem, Milmort, Pontisse).  Des maisons intergénérationnelles seront également établies dans les différents quartiers et mèneront des activités visant à mettre en relation les différentes tranches d’âge.  A noter que dans le quartier Marexhe, une maison « Marexhe Solidarité » sera gérée par l’AIGS, qui a obtenu un partenariat avec l’AWIPH.  La philosophie y sera la même.

Les PCS bénéficient de subsides de la Région wallonne mais la commune intervient quand même dans le financement.

Peu convaincu par le projet, le MR s’est abstenu sur le PCS, hormis sur le Point Cannabis qui répond réellement à un besoin et que le MR avait d’ailleurs réclamé lors d’un conseil précédent.

 

- Le délicat sujet de la mendicité a également été débattu au sein du Conseil.  En effet, des personnes font régulièrement l’aumône près du pont de Wandre ainsi qu’aux abords du « zoning commercial » de basse campagne.  La question portait tout d’abord sur le fait de savoir si la Ville avait mis en place des outils d’accompagnement social pour ces personnes.  A-t-on une idée de leur identité ? Viennent-elles d’Herstal ou d’ailleurs ?  Une aide est-elle prévue ?  Le deuxième aspect de la question portait ensuite sur la sécurité, tant pour les mendiants (peu visibles par les automobilistes dans le noir lorsque l’hiver arrive) que pour les habitants.  Le dernier volet de la question portait quant à lui sur l’impact au niveau de l’image de la Ville, que le Collège dit vouloir redynamiser. 

Le Bourgmestre a commencé par rappeler que la mendicité n’est plus une infraction pénale depuis de nombreuses années.  Néanmoins, la police de Herstal ne reste pas inactive par rapport au phénomène : les contrôles des mendiants sont réguliers, tout comme l’appel aux assistants sociaux de la police qui font avec eux le point sur leur situation (logement, revenus, mutuelle).  Certains sont pris en charge, notamment par le CPAS.  Il arrive également que la police découvre des personnes en séjour illégal sur notre territoire et prend alors contact avec l’Office des étrangers.  Les services de police sont intervenus à plusieurs reprises pour contrôler les personnes attendant au feu pour proposer aux automobilistes de laver les vitres de leur véhicule, afin que cela ne se reproduise plus, mais sans grand succès.  Le Bourgmestre a insisté sur l’impossibilité de mettre un policier à chaque carrefour, et sur la nécessité de distinguer contrôle de police et harcèlement.  En synthèse, la mendicité est un phénomène difficile à gérer.  A noter que certaines villes la réglementent en établissant des jours où elle est permise par quartier.  Dans ces cas-là, la police intervient pour faire respecter le règlement, mais il est impossible de l’interdire complètement.

 

- Dans le cadre de l’adoption du système des sanctions administratives, le fonctionnaire sanctionnateur, Mme Aglaé DISPA, a preté serment devant le Conseil.

 

- Suite à un reportage paru sur la chaîne de télévision régionale RTC, le Collège a confirmé son intention de profiter de la rénovation de la Tour Pépin par son propriétaire pour réaménager la Place Licour.  En effet, l’étude sur le commerce signale qu’il s’agit du zone dont on pourrait développer le potentiel, notamment en ce qui concerne le secteur HORECA.  Une réflexion est également en cours quant à la mobilité aux alentours.  L’idée est de mettre à double sens l’axe Coronmeuse-Intradel dans une logique de désengorgement de l’axe P.J. Antoine.  Une réflexion va avoir lieu sur sur la jonction entre les Boulevards et l’accès derrière l’IPES.  Cette occasion sera mise à profit pour revoir la circulation sur la Place Licour afin de la rendre plus attractive encore. 

 

- L’évolution de la situation financière de la Ville au cours des années à venir a été évoquée.  En effet, la crise a eu un impact indéniable sur le budget des communes.  Les dividendes (notamment du Holding Communal) ont diminué.  L’équilibre financier risque d’être plus difficile à trouver.  Or, beaucoup de chantiers sont en cours et les besoins sociaux sont importants.  Le Bourgmestre a tenu à rassurer, estimant que le Collège a fait preuve de prudence.  Aucune projection n’a été établie hormis un tableau prévisionnel à 5 ans établi suite à la mise de Herstal sous Plan Tonus, dont la fiabilité est fortement limitée en raison de ses imperfections et inconnues.

 

- Le conflit social au sein de l’intercommunale TECTEO a fait l’objet de longs débats au sein du Conseil.

Des membres du personnel de l’intercommunale sont tout d’abord intervenus en début de Conseil pour exprimer leur inquiétude quant à la création d’une « filiale énergie » sur laquelle l’assemblée générale de TECTEO est appelée à se prononcer le 25 septembre.  En effet, l’objet social de cette filiale recoupe, selon eux,  toutes les raisons sociale de TECTEO group mais aussi de l’ALG. Malgré les propos rassurants de la Direction voulant que la filiale cible les énergies renouvelables, la crainte des travailleurs est que l’intercommunale soit vidée de sa substance et que cela sonne par ailleurs le glas du service public.

Le conflit revenait également de manière indirecte via l’ordre du jour du Conseil, les conseillers étant amenés à prendre une décision par rapport à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de TECTEO prévue le lendemain et portant sur 3 axes : la création de ladite « filiale énergie », l’augmentation de la participation dans le capital d’Intermosane et la modification statutaire liée au point 1. 

Le MR a déclaré tout d’abord partager les craintes des salariés par rapport à la création de la « filiale Energie ».  Bien que n’ayant pas de représentants au sein du CA de TECTEO, le MR de Herstal est conscient de la nécessité d’assurer également la pérennité financière de l’entreprise.  La question se pose toutefois, eu égard aux éléments parus dans la presse, de savoir si la direction de l’Intercommunale s’est imposée à elle-même les mesures d’austérité prises à l’égard des travailleurs. Le Mouvement Réformateur posera cette question dans les instances adéquates.

Suite aux différents contacts pris, le Bourgmestre a soumis au vote du Conseil une proposition de délibération :

« Attendu que la ville de Herstal est membre de TECTEO, ayant son siège social rue Louvrex, 95 à 4000 Liège;

Vu l’ordre du jour de l’assemblée générale extraordinaire le vendredi 25 septembre 2009 ;

Attendu que l’ordre du jour de ladite assemblée est :

1. Décision de créer une filiale énergie ;

2. Augmentation de notre participation dans le capital d’INTERMOSANE ;

3. Modification statutaire;

Vu notre double souci

- de sauvegarder les droits des travailleurs et le niveau d’emploi au sein de TECTEO ;

- d’assurer aux actionnaires locaux de TECTEO leur pouvoir de contrôle sur les activités du groupe ;

Le Conseil décide :

Sous réserve de l’obtention d’un accord dans le cadre de la concertation sociale en cours au sein de TECTEO tant en matière de sauvegarde des droits des travailleurs et de la pérennité des structures intercommunales qu’en ce qui concerne les modalités d’application de l’objet social de la filiale Energie au-delà de l’alinéa 1er à savoir : « la production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables et/ou de cogénération »,

1/ d’approuver la proposition de décision de créer une filiale énergie,

2/ d’approuver la proposition d’augmentation de participation dans le capital d’INTERMOSANE,

3/ D’approuver la proposition de modification statutaire »

Le MR a voté pour cette proposition.  En effet, le fait de développer, via une filiale, des activités dans l’énergie renouvelable et la cogénération, ne pose pas problème et est même à encourager.  En revanche, pour le reste, l’objet de la filiale est très vaste et recoupe les missions actuelle de TECTEO group mais aussi de l’ALG..  Les interlocuteurs sociaux autour de la table de négociations sont prudents et vigilents.  L’accord de la Ville vaudra uniquement si ceux-ci sont d’accord.  Dans le cas contraire, les représentants de la Ville à l’assemblée générale de TECTEO s’opposeront à la création de la filiale.

 

- Le MR a voté contre les règlements-taxes établissant les centimes additionnels au précompte immobilier et les taxes additionnelles à l’impôt des personnes physiques pour l’exercice 2010, et dont le montant demeure inchangé.

 

- Le MR s’est abstenu quant à au projet de réalisation d’un audit sur la propreté publique et ce, en raison de son coût (81 000.EUR) : la phase de diagnostic aurait très bien pu être réalisée en interne.

 

- La question de la pollution sur le site de l’ancienne décharge de Vottem est revenue sur la table du Conseil.  Le résultat de l’analyse effectuée par la SPAQUE n’est pas encore connu.  Il est à noter que l’autorisation de la construction des maisons de repos n’a jamais été conditionnée au résultat de cette analyse. L’Echevin rappelle également que le site de l’ancien athénée est en dehors du site de la décharge.

27/11/2009

Proposition de J. Maus relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien

Proposition

 

Comme convenu avec M. l’Echevin, je redépose ma proposition relative à la création d’un centre culturel virtuel.

 « Considérant la richesse du patrimoine culturel et folklorique herstalien ;

Considérant la présence sur notre territoire de deux musées, dont l’un reconnu par la Communauté française ;

Considérant l’importance du tissu associatif local, regroupé en l’ASBL « maison des associations culturelles de Herstal »

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un centre culturel ;

Considérant que l’installation de celui-ci au sein de l’Espace Browning, telle qu’envisagée actuellement, pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides ;

Considérant que l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes ; 

Considérant, partant, l’importance d’être présents dans l’univers culturel numérique

Le Conseil décide :

De faire procéder à la réalisation et l’hébergement d’un site Internet portant création d’un centre culturel virtuel herstalien ;

De confier la gestion et la mise à jour de ce site à l’ASBL Maison des associations culturelles ;

De faire figurer sur ce site, sans que cette énumération soit limitative :

-         le descriptif et les coordonnées des associations, qui pourront ainsi être facilement mis à jour et viendront en complément du répertoire déjà existant en version papier

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (podiums, salles, chapiteaux, tables et chaises,…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles »

Réponse

 

Du personnel vient d’être engagé pour le centre culturel.  Celui-ci se positionne pour être reconnu comme centre culture officiel, et doit donc respecter la législation relative aux centres culturels reconnu. 

 

Le Conseil communal a désigné des représentants au Conseil d’administration du centre culturel.  C’est ce Conseil d’administration qui prendra la décision de créer ou pas ce centre virtuel. 

 

Le CA d’octobre évoquera notamment la problématique du site internet.  La maison des associations culturelles va en effet être amenée à déposer un contrat-programme qui devra évoquer le site internet et les différentes informations que celui-ci comportera en plus des autres projets.  A cet égard, si l’Echevin estime très intéressant le principe de permettre aux différentes associations de se connaître entre elles et de se faire connaître, il juge l’idée d’exposition virtuelle plus délicate, le tout étant de faire en sorte que les gens voient encore l’intérêt de venir voir l’exposition physique.  Cela méritera donc un examen plus approfondi.  A noter également que le contrat-programme en question devra être avalisé par le Conseil communal.

20/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux craintes des commerçants concernant le réaménagement de la Place Jean Jaurès

place jaurès

Question

 

Nous sommes plusieurs à avoir reçu un mail d’un commerçant de la Place Jean Jaurès au sujet du projet de réaménagement de celle-ci.

 

Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal, au profit du zoning commercial de Basse-Campagne et de ses grandes surfaces. 

 

Le stationnement demeure également plus qu’insuffisant au centre dans le projet prévu.  Les commerçants perdront dès lors la clientèle qui cherche un accès rapide et aisé.  Si les places de stationnement sont éloignées des commerces et en nombre restreint, et qu’un certain temps est ainsi nécessaire pour se garer, les clients ne viendront plus y faire leurs achats.

 

Ces craintes ont par ailleurs déjà été relayées par le MR dans le cadre de la discussion sur le PCM.

 

On est donc bien loin des objectifs fixés par l’Etude du fonctionnement de l’appareil commercial présenté en 2007 qui voulait, notamment, que l’on recentre l’activité commerciale du centre sur la Place J. Jaurès et qui préconisait un projet global de rénovation du centre intégrant la dimension « commerce de détail ».

 

Les grandes surfaces de la périphérie bénéficient quant à elles d’un accès aisé et de vastes parkings. 

 

Sachant que les petits commerçants sont un pilier de la dynamisation des centres-villes et qu’ils contribuent à l’animation des quartiers ainsi qu’à la lutte contre le sentiment d’insécurité, de quelle manière comptez-vous intégrer au projet les craintes exprimées ?

 

Avez-vous l’intention d’organiser une réunion de concertation entre les auteurs de projet, des représentants de la Ville et les acteurs économiques du centre ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler que le centre-ville de Herstal ne se limite pas à la Place J. Jaurès : il peut être étendu aux rues Demonceau, Laixheau, Large-Voie et à la Place Camille Lemonnier.  Dans ces rues, l’accès est garanti.

 

La logique suivie dans le cadre de la rénovation de la place est de donner une plus grande importance aux piétons.  Le but est ainsi, pour le Collège, de réaménager les voiries avec une place conviviale qui pourrait être le point de départ d’une nouvelle dynamique et d’un redéploiement du commerce local.    Le Bourgmestre souhaite donc rassurer les commerçants.

 

Par ailleurs, la majorité ne craint pas la concurrence entre le zoning commercial de Basse-Campagne et les commerçants du centre, qui n’offrent pas le même type de marchandises.

 

 

Le stationnement, quant à lui, répondait à la demande d’après une étude menée en 2006.  Toutefois, quelques emplacements supplémentaires seraient les bienvenus.  Le PCM relève lui que le stationnement est un réel problème.  Un groupe de travail se penche actuellement sur cette question.  On se dirige vraisemblablement vers une zone de stationnement à rotation rapide dans le centre complétée par une offre gratuite en périphérie

 

Le Bourgmestre clôture sa réponse en conviant l’opposition à une réunion d’information.  Celle-ci s’est tenue le 30 septembre 2009 en présence de l’Echevin du commerce, des experts de la commune, des commerçants et des représentants de l’opposition (à l’exception du PTB+) mais en l’absence du Bourgmestre.

 

Lire l’article du journal La Meuse d’avant Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse d’après Conseil

13/11/2009

Question orale de J. Maus relative à l’ouverture du musée communal pendant les vacances

musée communal

Question

 

Un article du journal La Meuse paru le 16 juillet dernier relevait que le musée communal de Herstal serait fermé pendant tout le mois de juillet.

 

Est-ce exact ? Ne faudrait-il pas revoir les périodes de fermeture ?

 

En effet, il semble que c’est plutôt lorsque les gens sont en vacances qu’ils prennent le temps de se cultiver et de se rendre au musée.

 

 

Réponse

 

L’Echevin confirme ces informations : le musée est bien fermé tout le mois de juillet.  Cette décision s’est justifiée en son temps par des problèmes de personnel et le choix de se concentrer sur les visites scolaires.

 

D’autres musées semblables ferment également un mois, par exemple, celui de Visé. 

 

Ceci dit, avec la maison du tourisme de la Basse-Meuse et les travaux envisagés au musée, l’Echevin convient de procéder un réexamen global du fonctionnement de celui-ci, et notamment des horaires d’ouverture.  Il serait alors envisageable de prévoir une ouverture en juillet pour l’aspect touristique.

06/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux problèmes de sécurité et de vandalisme rue Emile Muraille

Question

 

Les habitants de la rue Emile Muraille se plaignent de nuisances occasionnées par une bande jeunes se réunissant près du hall omnisports : dégradations causées aux maisons, tapage nocturne, consommation d’alcool, immondices laissées sur la voie publique…

 

Outre cela, des dégradations sont causées à des biens appartenant à la SRL.  Des contacts pris à ce niveau, il ressort qu’il n’est pas possible de récupérer le préjudice subi auprès des parents de ces jeunes (ce qui serait peut être de nature à les responsabiliser par ailleurs) car les PV de la police ne citent pas de nom permettant d’identifier clairement les auteurs, même si la plupart des jeunes qui commettent ces méfaits sont connus.

 

La police a-t-elle examiné cette situation ? Quelles sont les mesures envisageables ?

 

Si la police se révèle impuissante à régler ce problème, envisagerez-vous d’introduire un couvre-feu comme l’ont fait certains de vos collègues (ex. : Axel Sœur à Courcelles, Paul Furlan à Thuin..).

 

Au-delà de la répression,  envisagez-vous d’engager des éducateurs de rue, par exemple, dans le cadre du plan de cohésion sociale (PCS) ?  Ne créerait-on pas une vraie maison de jeunes, qui les impliqueraient dans des projets et activités, encadrés d’éducateurs ?

 

Enfin, envisagez-vous d’engager des gardiens de la paix (loi du 15 mai 2007) ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord refusé de lire la réponse du chef de corps dans son entièreté en raison du timing imposé par le ROI (lien). 

 

En synthèse, le chef de corps estime que ce n’est pas par une intervention policière pure et dure que l’on pourra résoudre des problèmes de ce type, qui ne sont pas faciles à gérer.  Selon ses propres termes : « la police n’est pas Dieu le Père ».

 

Le  plan de cohésion sociale est axé sur l’insertion sociale intergénérationnelle.  Les éducateurs de rue (que le Bourgmestre qualifie de mesure « anti-jeunes ») ne sont donc pas envisagés dans ce cadre. 

 

Le PCS, avec sa démarche axée sur l’intergénérationnel, ainsi que les sanctions administratives, ont pour but d’éviter ce genre de nuisances en améliorant le cadre de vie des Herstaliens, en faisant en sorte qu’ils se sentent bien chez eux, en rendant la Ville et son image plus attractives.  A cet égard, le Bourgmestre affirme qu’un fait de vandalisme relaté en long et en large dans la presse nuit à l’image de la Ville.

 

Il se refuse également à toute attitude qu’il estime « excessive » par rapport aux rassemblements de nuit.  Il relève qu’il n’y a pas de dégradations au hall omnisports Emile Muraille, et ce, selon lui, parce que les jeunes viennent y jouer le mercredi et se sont ainsi approprié le hall.

 

Les gardiens de la paix ne sont pas non plus envisagés.

 

A titre de réplique, j’estime tout d’abord interpellant de rendre la presse responsable de l’image catastrophique de notre commune.  Ensuite, je rappelle ne jamais avoir défendu de position « anti-jeunes », étant quand même jeune moi-même !  La proposition n’a jamais visé à créer un état policier, mais au contraire, au-delà de la répression nécessaire, à créer un encadrement des jeunes autour d’un projet développé par eux, pour eux et avec eux.  Se contenter de dire que « la police n’est pas Dieu le Père », à un moment, ne suffit pas : il faut prendre en considération le légitime ras-le-bol des gens qui habitent à cet endroit et y apporter une réponse concrète.  Il est regrettable que la majorité soit sourde aux différentes pistes de solution avancées par le MR (couvre-feu, maison de jeunes, éducateurs de rue et gardiens de la paix).  Les habitants de la Préalle apprécieront.

 

Lire l’article du journal La Meuse paru avant le Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse paru suite au Conseil