13/12/2010

Proposition de motion de J. Maus concernant la réglementation du collage d’affiches sur les panneaux officiels situés sur le territoire communal lors des élections fédérales du 13 juin 2010

collage 2010.jpg

Proposition

 

Le collage d’affiches lors des scrutins électoraux est une habitude bien ancrée dans tous les partis.  Toutefois, lorsqu’il n’est pas réglementé, comme c’est toujours le cas à Herstal, il est également source d’un important gaspillage environnemental mais aussi financier.  Comme pour les berlines, ces sommes d’argent dépensées par les politiques – bien qu’il s’agisse ici d’argent privé et non public – ne sont pas de nature à réconcilier la population avec ses élus, surtout dans une ville comme la notre où le revenu par habitant est faible et où beaucoup ont du mal à nouer les deux bouts.

 

Dès lors, le MR, comme les années précédentes, propose une réglementation du collage d’affiches pour le scrutin fédéral de juin 2010.  Cela se fait dans bien d’autres communes et Herstal est clairement à la traine en la matière.

 

Cette proposition tient compte des objections formulées par la majorité aux propositions déposées les années précédentes.  En effet, elle ne fait référence qu’aux listes déposées valablement pour le scrutin en cours et, dans l’attente de l’application concrète des sanctions administratives communales, prévoit des sanctions appliquées dans d’autres communes recourant à une subdivision des panneaux électoraux.

 

« Considérant que le collage des affiches électorales sur les panneaux officiels prévus à cet effet est un outil démocratique d’information à la population sur les différents choix s’offrant à elle lors de ces élections ;

 

Considérant que seule la diversité des affiches visibles sur ces panneaux peut garantir un accès à l’information pluraliste des citoyens ;

 

Tenant compte de la dimension écologique de tout ce gaspillage de papier par le sur-collage systématique d’affiches ;

 

Tenant compte également du gaspillage financier engendré par ce même sur-collage, malvenu en cette période de crise ; 

 

Constatant par ailleurs que la partition des panneaux publics électoraux existe sur d’autres villes et communes de la Province de Liège,

 

Le conseil décide

 

1)  de procéder à la division des panneaux électoraux en différentes colonnes ainsi qu’à l’apposition des numéros des différentes listes au-dessus des colonnes revenant respectivement aux différents partis

2)  de répartir l’espace disponible de manière égalitaire pour chaque parti ayant déposé valablement une liste dans le cadre des élections du 13 juin 2010

3)  d’adopter une ordonnance de police en ce sens, prévoyant que les documents apposés en contravention au règlement devront être enlevés à la première réquisition de la police, faute de quoi l’autorité procèdera d’office à leur enlèvement, aux frais, risques et périls du contrevenant »

 

Réponse

 

Les autres partis d’opposition ayant également fait une demande de répartition des panneaux ont retiré leur proposition et rallié celle du MR.

 

En réponse, le Bourgmestre a tout d’abord signalé qu’il partage ce souci d’éviter le gaspillage.  Toutefois, pour lui, répartir les panneaux de manière équitable entre les différentes listes n’est pas démocratique car toutes n’ont pas le même poids électoral au sein des assemblées.  Aussi, la majorité PS-Cdh/Eph a-t-elle déposé une contre-proposition visant au partage des panneaux électoraux de manière proportionnelle au résultat du scrutin précédent pour la même assemblée.  Les partis ayant obtenu de faibles pourcentages lors de précédentes élections pourraient demander à réunir leur quota d’affichage sur un seul panneau. 

 

Non sans humour, le chef de groupe du PS a fait remarquer que les affiches pouvaient également être proportionnelles aux résultats obtenus lors des élections précédentes, Ecolo ayant droit au format « carte postale » et le PTB au format « cartes de visite »… Ces partis apprécieront…

 

Le MR aurait pu accepter cette contre-proposition, pas forcément défavorable à son égard mais selon nous, elle est anti-démocratique.  En effet, l’affichage électoral ne sert pas, en principe, à mener une « guéguerre » contre d’autres partis mais à informer correctement le citoyen des choix s’offrant à lui.  Une nouvelle élection est précisément une occasion de remettre les compteurs à zéro.  Le MR refuse dès lors de cautionner ces officialisations de la mainmise du parti socialiste sur un outil démocratique d’information des citoyens.  Il souligne par ailleurs la nécessité pour les différents partis de veiller au respect de la propreté. Il est inadmissible que les équipes soutenant les candidats arrachent les affiches et les jettent sur les trottoirs ou dans les espaces verts alors que la Ville est déjà très sale.

 

Lire les articles du journal La Meuse

 

Lire l'article de la DH

 

Lire l'article du journal Le Soir

 

Reportage d'RTL-TVI (cette vidéo n'est plus disponible)

09/12/2010

Question orale de J. Maus relative aux premiers résultats de l’audit organisationnel des services communaux

Question

 

Le conseil a voté la passation d’un marché de services en vue de la réalisation d’un audit organisationnel sur les services communaux.

 

Où en est cet audit ? A-t-il déjà livré certains résultats ?

 

Quels sont les aspects positifs qui peuvent d’ores et déjà être mis en avant quant au fonctionnement de l’administration et au travail de ses agents ?

 

Dans l’autre sens, quels sont les points négatifs relevés et de quel ordre sont-ils ?  Des irrégularités sont-elles à déplorer au sein de l’un ou l’autre service ?

 

Réponse

 

L’auditeur a présenté la 1ère phase de son travail (diagnostic) au Collège le 17 mai dernier.  Dans ce cadre, environ 80 personnes ont été rencontrées de manière à couvrir l’ensemble des missions dévolues à l’administration communale conformément au cahier des charges.  280 points (suggestions, points de satisfaction, critiques) ont été relayés par les membres du personnel.  Tout cela a été regroupé en 42 thèmes par le consultant.

 

La 2ème phase est une phase de propositions d’améliorations avec des thématiques pouvant être réglées rapidement.  31 thèmes feront ainsi l’objet d’un groupe de travail mixte composé de représentants de l’administration communal et du consultant.  La synthèse sera soumise au Collège.

 

Selon le Bourgmestre, l’audit organisationnel des services communaux crée l’engouement des services qui collaborent activement et ont une bonne perception du consultant.

 

En ce qui concerne les éventuelles irrégularités relevées, le Bourgmestre restera fort évasif, rappelant que si l’on souhaite le maintien d’une bonne collaboration avec le personnel communal sur cette démarche, l’audit ne doit pas être perçu par lui comme ayant pour objet de repérer des dysfonctionnements au sein des services.  Si toutefois des problèmes devaient être constatés, ils feraient l’objet d’une sanction appropriée.

Conseil communal du 19 mai 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1. Question orale relative aux premiers résultats de l’audit organisationnel des services communaux

2.  Question orale relative au local situé juste à côté du café « La Résidence »

3. Proposition de motion concernant la réglementation du collage d’affiches sur les panneaux officiels situés sur le territoire communal lors des élections fédérales du 13 juin 2010

4.  Question orale relative à la voirie rue Hoyoux

 

 

06/12/2010

Le Conseil communal du 29 avril 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Le manque d’Espaces verts sur le territoire de la Ville a été évoqué.  Le futur schéma de structure soulignera d’ailleurs la nécessité d’en préserver.

Le conseil a ainsi voté de nouvelles acquisitions de parcelles en vue de la création d’un espace vert entre l’arrière de la Ferme Thiry et la rue de la Ceinture.  Le Conseil s’était déjà prononcé sur l’acquisition d’une parcelle mais, pour l’octroi d’une subvention, la Région Wallonne exige que la Ville garantisse plus de possibilités d’accès aux citoyens que ce qui était prévu dans le projet initial.  Celui-ci sera donc plus ambitieux que prévu.

Les chemins de Ravel sont également des espaces de promenade (même s’ils se limitent à quelques centaines de mètres actuellement). 

L’arboretum derrière la Résidence Louis Demeuse mérite aussi d’être mis en avant.  Le Bourgmestre ne veut toutefois pas en faire trop la promotion, afin d’éviter que les gens le détériorent ( !)

En ce qui concerne les espaces de loisirs, des projets sont en cours.  Il faut toutefois noter que les terrains sur lesquels de tels espaces pourraient être créés ne sont pas toujours la propriété de la commune mais bien de la SRL.  Par ailleurs, sur Vottem, une tentative de créer un espace de jeux avait abouti à d’importantes nuisances il y a une dizaine années.  L’ensemble des jeux avait ainsi dû être démonté (A noter que le Collège trouve toujours des arguments derrière lesquels se retrancher en ce qui concerne les demandes de plaines de jeux : nuisances, responsabilité de la commune en cas de chute d’un enfant…C’est à se demander comment d’autres communes parviennent à créer des aires de jeux !)

 

- Pour l’amélioration du site Internet de la Ville, demandée par le MR depuis longtemps, le choix s’est porté sur Agoracité, partenaire de la Région wallonne.  Le nouveau site devrait être opérationnel fin mai ou début juin 2010 et sera mis à jour de manière régulière.  Il sera présenté lors de Fête la fête.

 

- La problématique des garages de la Résidence Mercator, expropriés dans le cadre de la construction du Nouvel Hôtel de Ville (NHV) a été une nouvelle fois soulevée au Conseil communal.  En effet, la solution avancée par le Bourgmestre d’offrir un emplacement de remplacement dans le parking du futur NHV serait, selon la rumeur, limitée à une tranche horaire comprise entre 18h et 6h du matin.  Comment feront les personnes concernées si elles travaillent de nuit ?  Cette solution est peu réaliste.  Par ailleurs, il n’existe déjà pratiquement plus aucune place de parking libre en voirie et ce problème risque de ne pas s’arranger avec ces expropriations.  Les riverains sont inquiets.

Le Bourgmestre répond qu’Urbeo, la régie communale immobilière, est responsable des expropriations liées au NHV.  Ce n’est effectivement pas évident. Les acquisitions à l’amiable avancent.  Des expertises ont été réalisées.  Il devrait y avoir très prochainement une proposition de rachat assorti d’emplacements de parking alternatifs.  A court et moyen-terme, une solution pourrait être trouvée dans le cadre de l’immeuble appartenant à la régie des bâtiments.  A long-terme, il y aura le parking sous le NHV mais aussi le parking destiné à abriter les véhicules des futurs habitants de la promotion immobilière qui sera créée derrière le NHV ainsi que ceux des utilisateurs de la place afin que ceux-ci bénéficient d’une possibilité de stationnement proche dans une courte plage horaire.  Il est évident que les personnes concernées préféreraient bénéficier d’un box que d’emplacement mais il faudra voir ce qui est possible techniquement.

 

- De même, le problème des embarras de circulation entre le Rond point du 12e de Ligne et Basse-Campagne est également revenu sur la table du Conseil.  En effet, la mise en place d’une bretelle de circulation supplémentaire ainsi qu’un double sens derrière l’IPES a été promise mais quel est le calendrier des travaux ?

Le Bourgmestre a rappelé qu’il s’agit d’un axe géré par le SPW (ancien MET).  Cela dépend donc du budget régional, pas forcément au beau fixe en ce moment.  Des contacts pris avec le SPW, il apparaît que celui-ci considère ces travaux comme le 4e tronçon de la rénovation des Boulevards.  Le risque est donc grand de devoir patienter encore plusieurs années avant que ces travaux puissent être réalisés.  Par ailleurs, le tram, s’il va bien jusque Basse-Campagne, devrait permettre, selon lui, de réduire le flux de véhicules, mais ce ne sera pas non plus pour toute suite…

 

- Un autre dossier « chaud » est également revenu sur la table : celui de l’Esplanade de la paix.  En effet, la société Visimmo ne sera pas à même de concrétiser son projet, faute de capacités financières suffisantes.  Cette société n’était pas propriétaire du terrain concerné par le projet, mais bénéficiait simplement d’une option.  A présent, le propriétaire du terrain retrouve donc sa liberté et a fait part au Bourgmestre de son souhait de valoriser celui-ci.  De nouveaux investisseurs se sont fait connaître, avec quelques pistes « intéressantes» (selon le Bourgmestre).  Toutefois, il n’y a actuellement aucune demande de permis déposée au service de l’urbanisme, ni d’esquisses dévoilées qui pourraient être concrétisées. 

 

- Les résultats du sondage sur les incivilités ont été dévoilés.  Il y a eu 3.426 réponses sur un total de 18.327 envois (soit un pourcentage de participation de 18,69%).  Les 5 comportements les plus dérangeants selon les sondés sont les crottes de chien, suivies des dépôts clandestins de déchets, des chiens dangereux, des tags et graffitis et de la dégradation d’immeubles.  Les sanctions administratives seront pleinement d’application à partir de septembre 2010.

02/12/2010

Question orale de J. Maus relative au cadastre des voiries

routes.jpgQuestion

 

Un budget de 20.000 EUR était inscrit au budget extraordinaire de 2009 (421/742-53/20090022) pour le cadastre des voiries.  Ce budget ne figure plus au budget 2010. 

 

Ce logiciel a-t-il été créé ou acheté ? Est-il opérationnel à l’heure actuelle ?

 

Le cas échéant, pouvez-vous nous en expliquer le fonctionnement ainsi que les renseignements fournis par ce logiciel ? Notamment, celui-ci permet-il de déterminer un ordre de priorité dans la réfection des voiries ?  Donne-t-il un échéancier des travaux à effectuer ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par souligner qu’un cadastre des voiries est indispensable à une bonne gestion en la matière.  Il s’agit d’objectiver les besoins, les priorités et la planification des réalisations.  La rénovation des voiries coûte beaucoup d’argent et il faut affecter au mieux les fonds disponibles ainsi que les subsides obtenus dans le cadre des plans triennaux et du droit de tirage.  Cela ne veut toutefois pas dire que la Ville fait n’importe quoi depuis des années : il y a une connaissance relativement précise des besoins de terrain et c’est sur cette base que les choix sont réalisés.

 

Le crédit budgétaire de 2009 n’apparaît plus en 2010 car il est globalisé dans un article « informatisation, travaux et études ».

 

Des démarches ont déjà été accomplies et il faut les poursuivre.  Le GIE Qualicité, auquel la Ville a adhéré, a pour utilité de développer des programmes informatiques pour ses membres, notamment dans le domaine des travaux.  Dans ce cadre, la Ville a déjà acquis l’application Gestravaux, permettant l’amélioration de la gestion des travaux.   Toutefois, ce logiciel, qui n’est pas spécifique aux voiries, n’est pas suffisant.  Il faut un outil en temps réel, mis à jour.

 

A cette fin, une rencontre a eu lieu avec un partenaire privé potentiel qui peut nous offrir un produit intéressant et multicritères (utilisation de la voirie, passage des TEC ou non, etc), au-delà de l’aspect purement technique.  Il faut toutefois tenir compte, d’une part, de la dimension financière, et d’autre part, des ressources humaines nécessaires à l’implémentation des données indispensables au fonctionnement de l’outil.  L’audit organisationnel des services communaux permettra de déterminer quels services seront chargés de l’élaboration, de la gestion, de la maintenance de l’outil entre le service d’exécution (présent sur le terrain) et le service d’études (qui bénéficie d’un certain recul).

 

Cela signifie-t-il que nous avons acquis un logiciel inutile, puisqu’il va falloir en acheter un autre ? 

 

D’après le Bourgmestre, non car les deux applications sont compatibles et complémentaires.  La première application a son utilité mais n’est pas suffisante à elle seule et devra donc être complétée par la deuxième pour créer un véritable cadastre des voiries.

25/11/2010

Question orale de J. Maus relative aux nuisances dans le quartier de l’Allée des Arondes à Vottem

Question

 

Depuis plusieurs années, les habitants de l’Allée des Arondes et des rues avoisinantes se plaignent de nuisances dans leur quartier : acrobaties à moto, dérapages, nuisances sonores.

 

Par ailleurs, de nombreuses voitures et/ou camionnettes sont garées sur les trottoirs ou de manière à empêcher l’accès des habitants à leur garage.

 

Beaucoup de véhicules, avec ou sans plaque d’immatriculation, et d’épaves, sont stationnées dans la rue, monopolisant les possibilités de parking.

 

Des détritus sont jetés dans les propriétés privées et les jardins des habitants qui se plaignent et contactent les forces de l’ordre.  Le conflit dégénère au point d’en venir à des agressions physiques.

 

Cette situation perdure depuis plus de 6 ans. En 2004, l’un des riverains concernés recevait un courrier signé par le chef de zone précisant que « différentes actions avaient été menées à l’encontre des personnes incriminées » et que « la difficulté de la gestion de la problématique fait que des résultats ne peuvent être envisagés que sur le long terme ».

 

Quelles sont les actions menées à cet égard par la police de Herstal ? La/les rues concernées ne peuvent-elles faire l’objet d’un contrôle plus poussé de la police et les infractions commises constatées de manière systématique ? Comment est-il possible que la situation n’ait pas encore été régularisée après tant d’années ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre confirme l’existence de certaines difficultés dans le quartier : le comportement des riverains de la rue, le manque de possibilités de stationnement, les attitudes extrêmes des uns et des autres.  Selon lui, il s’agit d’un conflit de voisinage, pour lesquels la  force publique est mal outillée

 

Il précise ensuite que les services de police sont attentifs à la situation mais sont parfois dépassés.  Certaines choses ont pu être réglées : par exemple, une épave de voiture a été enlevée.  Mais il est difficile de régler rapidement et définitivement le problème. 

 

« Rapidement », sachant que le problème dure déjà depuis six ans, c’est un peu fort ! Va-t-on attendre un meurtre avant d’agir ?  Car la situation dégénère et la violence est déjà bien présente : l’un des riverains concernés a subi une agression lui ayant occasionné une incapacité de travail !  Il est difficile d’entendre que la police n’est pas correctement outillée pour résoudre le problème, tant les infractions sont diverses et répétées !  Il y aurait moyen de recourir à des patrouilles plus fréquentes et au besoin à des contrôles d’identité !

 

 En guise de réponse, le bourgmestre promet que le chef de zone va à nouveau attirer l’attention de ses services sur la question.  Les riverains présents dans la salle apprécieront…

 

 Lire l’article du journal La Meuse

Conseil communal du 29 avril 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1.  Question orale relative aux nuisances dans le quartier de l’Allée des Arondes à Vottem

2.  Question orale relative au parking rue des Mineurs

3.  Question orale relative à l’agenda des travaux Place du 12e de Ligne

4.  Question orale relative au cadastre des voiries