16/12/2013

Le Conseil communal du 1er mars 2012 en bref

audit,audit des services de la zone de police,police,police de herstal,sidérurgie,travail,travailleurs,zone de rebroussement,rue large voie,rue jolet,commerçants,embouteillages,parking,informatique,consultation des pièces du conseil communal,conseil communal,sens de circulation,nouveaux sens de circulation
- Le Conseil a voté à l'unanimité la passation d'un marché de services pour la réalisation d'un audit qualité des services de la zone de police. L'objectif poursuivi est double : connaître les points forts et les faiblesses des services de la Zone, notamment en matière de qualité et disposer des pistes de solution utiles pour augmenter la cohérence des services entre eux et la qualité du service offert à la population.

 

- Le MR a soutenu la motion de la majorité sur l'avenir de la sidérurgie liégeoise. En effet, le MR est un parti qui place le travail au centre de ses priorités. Il est donc logique qu'il soutienne les travailleurs qui montrent ici leur volonté de maintenir la perennité de l'outil.

 

- Le MR a, en revanche, voté contre la réalisation d'une zone de rebroussement au carrefour de la rue Large Voie et de la rue Jolet. En effet, le Mouvement réformateur maintient que les nouveaux sens de circulation nuisent au commerce local comme aux riverains et créent de surcroît des embouteillages. Par ailleurs, la zone de rebroussement va aboutir à une diminution du parking au niveau de la piscine alors que la Ville en manque déjà cruellement.

Le Bourgmestre ne partage pas cet avis : il veut modifier complètement la philosophie du centre de la Ville et lui rendre sa convivialité, ce qui, selon lui, ne peut se faire sans y modifier complètement la mobilité. Dans les prochaines années, des places de parking seront créées ailleurs. Le Bourgmestre comprend toutefois les inquiétudes soulevées et rappelle que rien n'est définitif : on verra à l'usage.

 

- La proposition visant à modifier le ROI du Conseil communal pour permettre la consultation des pièces se rapportant à l'ordre du jour du Conseil par le biais d'un accès informatique à distance sécurisé a été retirée de l'ordre du jour. En effet, le secrétaire communal avoue ne pas disposer des moyens humains ni logistiques pour ce faire à l'heure actuelle. Toutefois, le collège estime l'idée intéressante et celle-ci servira de base à une réflexion approfondie lors de la prochaine législature.

13/12/2013

Question orale de J. Maus relative à la création d’un rond-point au carrefour des rues du Plope, Bonnier du chêne et Gaillard-Cheval à Vottem

 

Question

 

Serait-il envisageable de créer un rond-point au carrefour entre les rues du Plope, Gaillard-Cheval, et Bonnier du Chêne ?

 

En effet, ce carrefour, qui est un point d’accès important vers Vottem en provenance de Liège et de l’autoroute, est actuellement dangereux

 

Les automobilistes s’y engouffrent relativement vite, spécialement en venant du haut de la rue du Plope, et souvent sans grand égard pour les règles de priorité. 

 

Aucun marquage routier ne permet à l’automobiliste de savoir où prendre son virage, ni aux piétons de savoir où traverser en toute sécurité. 

 

La place disponible à cet endroit permettrait sans nul doute de créer un rond-point afin de résoudre les différents conflits de priorité et de ralentir la vitesse des automobilistes ainsi que de tracer plusieurs passages pour piétons.

 

Réponse

 

Ce carrefour est compliqué et situé très largement sur le territoire de la Ville de Liège.

 

Il est au centre de 5 voiries et est peu lisible par les automobilistes, avec une différence de niveau entre Liège et Vottem.

 

Selon la police, le dessin des rues ne se prête pas à la réalisation d'un rond pont sans redessiner une des rues au moins.

 

Une étude approfondie est nécessaire pour aménager le carrefour, avec des répercussions sur les conduites des impétrants et l'égouttage.

 

Le thème a déjà été abordé avec la Ville de Liège, avec laquelle une concertation devra avoir lieu en termes d'étude, de financement et de capacité de puiser dans le plan triennal.

 

La question sera réabordée lors de la prochaine réunion de concertation avec la Ville de Liège mais quand à la question de savoir quand cette réunion aura lieu, le Bourgmestre n'apporte pas de réponse.

11/12/2013

Proposition de motion J. Maus au Gouvernement wallon l’incitant à adopter une réforme de la procédure des licences d’armes praticable, concertée et garantissant l’emploi

Proposition

 

«Considérant que le 9 février 2012, le Gouvernement wallon a approuvé en première lecture l’avant-projet de Décret relatif à l’importation, à l’exportation, au transit et au transfert de produits liés à la Défense ;

 

Considérant que cet avant-projet est actuellement à l’examen au Conseil d’Etat ;

 

Considérant que cet avant-projet exécute deux Directives européennes (91/477/CEE et 2009/43/CE) relatives au contrôle, à l’acquisition et au transfert d’armes ;

 

Considérant que sur les 15.000 emplois directs et indirects dans le secteur de la sécurité et de la défense comptabilisés en Wallonie, le bassin liégeois en compte 7500 ;

 

Considérant que l’industrie de sécurité et de défense, c’est du travail pour des personnes qualifiées et non-qualifiées, mais aussi pour des entreprises de travail adapté (Ateliers Jean Delcour par exemple) ;

 

Considérant que l’industrie de sécurité et de défense, c’est un savoir faire qui fait la réputation de notre région et de notre Ville ; 

 

Considérant que de nombreuses d’entreprises actives dans la défense sont présentes dans un ou plusieurs pôles de compétitivité (R&D) et recueillent des subventions dans le cadre du Plan Marshall ;

 

Considérant que le projet de réforme aura un impact sur bien d’autres secteurs économiques, car la Wallonie s’y réserve le droit d’imposer ses propres embargos en dehors de toute décision internationale ;

 

Considérant qu’une plate-forme d’experts – fait unique et remarquable – des organisations patronales et syndicales du secteur appelle à la concertation et fait des propositions constructives ;

 

Considérant que la concertation a été brutalement rompue par l’adoption de l’avant-projet de décret et qu’une série d’amendements au texte initial sont ainsi repoussés sans dialogue ;

 

Considérant que le texte actuel de l’avant-projet fait peser une menace sur l’industrie de sécurité et de défense en lui imposant des conditions d’octroi de licence d’exportation peu concurrentielles ;

 

Considérant qu’il est notamment prévu d’interdire, dans certains cas, la production de matériel tant qu’une licence d’exportation n’est pas accordée, ce qui place les entreprises wallonnes hors concurrence en Europe et dans le monde ;

 

Considérant que dans le cadre des processus de production, la réforme touche au modèle de gestion industrielle des entreprises du secteur ce qui constitue une ingérence des Pouvoirs publics dans la gestion de l’entreprise ;

 

Attendu cependant qu’une réforme rencontrant les légitimes exigences éthiques et participant à l’amélioration de la sécurité des populations à travers le monde est nécessaire ;

 

Le conseil

 

appelle le Gouvernement wallon :

-          à renouer la concertation avec la plate-forme des experts des organisations patronales et syndicales du secteur de sécurité et de défense ;

-          à mettre en place une réforme praticable pour les entreprises ;

-          à mettre en place une réforme qui garantit à l’industrie de ne pas être isolée et fragilisée sur la scène européenne et internationale ;

-          à mettre en place une réforme qui garantit les milliers d’emplois qui dépendent de l’industrie de sécurité et de défense en lui assurant un avenir.  »

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler que la Défense est un secteur délicat.

 

L'avant-projet de décret adopté par le Gouvernement wallon ne rencontre pas les préoccupations du secteur et risque d'aboutir à des pertes d'emplois.

 

Herstal est évidemment particulièrement concernée par le sujet avec la FN mais aussi beaucoup d'autres entreprises.

 

Le Collège pense dès lors comme le MR qu'il convient d'adopter une motion sur le sujet. En effet, la Belgique ne doit pas aller plus loin que l'Europe en mettant en place des règles plus dures qui nous affaiblissent par rapport à la concurrence. Il convient d'adopter les mêmes logiques de fonctionnement dans toute l'Europe pour que les entreprises européennes soient sur un pied d'égalité par rapport aux pays non-européens.

 

Le MR rejoint la majorité : il ne faut pas vouloir “laver plus blanc que blanc” au risque de crouler les entreprises et les emplois qui vont avec... Les motions déposées par le MR et par la majorité étant sensiblement les mêmes, le MR a accepté de retirer la sienne pour voter celle de la majorité.

 

Lire l'article du journal Le Soir

 

Lire l'article de la Dernière Heure

09/12/2013

Question orale de J. Maus relative à l'avenir du quartier Marexhe

Question

 

Herstal se verra prochainement dotée d’une toute nouvelle gare, ce qui est une excellente nouvelle pour ses usagers mais aussi pour le quartier de Marexhe, en cours de revitalisation.

 

A côté de cela, nous avons du prendre acte des décisions de la SNCB (fermeture du guichet) et la Région Wallonne (pas de passage du tram).

 

Le projet de création d’un parking public a également été jugé non rentable par les partenaires privés.  Par ailleurs, le point relatif au PPP Promotion Marexhe a été retiré de l’ordre du jour du dernier conseil.

 

Concrètement, qu’en est-il aujourd’hui des différents projets envisagés à Marexhe ? Les usagers de la gare pourront-ils bénéficier d’un parking, et si oui, où et à quelles conditions ? Qu’en est-il de la création de nouveaux logements, d’établissements commerciaux et de PME ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre rappelle que le quartier marexhe est l'un des pôles principaux de la métamorphose de la ville. Selon lui, ces contretemps ne perturbent en rien la volonté de la Ville de modifier le quartier.

 

Le PPP a effectivement du être retiré de l'ordre du jour. Indiscutablement, la notion de parking souterrain de grande ampleur à Marexhe ne séduit pas. En effet, le quartier a subi un important déclin et la tendance n'est pas si facile à inverser. Le Collège reconnaît avoir été trop optimiste par rapport à l'attractivité immédiate du quartier. Toutefois, cela n'enlève rien à ses potentialités.

 

Concrètement, les besoins en matière de parking souterrain vont devoir être revnus à la baisse. Des expropriations supplémentaires devront avoir lieu pour réaliser des parkings en plein air et les navetteurs pourront se garer du côté de l'ancienne gare.

 

Par ailleurs, les pourparlers avancent bien avec la SNCB et la SPI+ pour reprendre l'ancienne gare et les terrains derrière dans une logique économique.

 

La question de savoir si le guichet de la gare sera humain ou électronique n'est pas du ressort de la Ville. En recréant un pole attractif, la majorité espère que davantage de personnes fréquenteront Herstal et y prendront le train. S'il y a plus de voyageurs, il y aura sans doute plus de motifs de conserver un guichetier.

 

En ce qui concerne la révision du PPP, il conviendra d'être attentif aux échéances liées aux aides du FEDER. La procédure pourrait ainsi être relancée vers les vacances.

 

Lire l'article de la Dernière Heure

Conseil communal du 1er mars 2012 : les points déposés par le MR

Nouvelle image.JPG1.  Question orale relative à l'avenir du quartier Marexhe

2. Proposition de motion au Gouvernement wallon l’incitant à adopter une réforme de la procédure des licences d’armes praticable, concertée et garantissant l’emploi

3. Question orale relative à l'implication de la Ville de Herstal dans la SCRL Immo Coronmeuse

4. Proposition relative à la modification du ROI

5. Question orale relative à la création d’un rond-point au carrefour des rues du Plope, Bonnier du chêne et Gaillard-Cheval à Vottem

05/09/2012

Le Conseil communal du 26 janvier 2012 en bref

maison cale.jpg

- Le Conseil communal a marqué son accord sur le découpage territorial de la Province de Liège en 6 zones de secours (dont une formée par le territoire actuel de l'IILE).

Cette question avait déjà été évoquée en avril 2008. A l'époque, le Conseil avait émis un avis défavorable sur le découpage proposé sous réserve de l'obtention de certaines garanties (le MR s'était abstenu). Un arrêté royal déterminant la délimitation territoriale des zones de secours était néanmoins paru, puis avait été annulé par le Conseil d'état sur un recours introduit par l'IILE (dont le but n'était pas de contester le découpage territorial mais d'amener le Gouvernement fédéral à revoir la loi du 15 mai 2007 pour permettre le maintien de l'intercommunale). Le Gouverneur est donc amené à redémarrer entièrement la procédure de consultation des communes liégeoises afin qu'un nouvel arrêté royal soit pris sur cette base pour délimiter les zones de secours de la province. Le découpage territorial proposé reste toutefois le même que le précédent.

 

- Le 27 juin 2002, le Conseil a désigné l'association momentanée CRAU/IUAT comme auteur de projet du marché relatif à l'élaboration d'un schéma de structure communal (SSC) et du règlement communal d'urbanisme (RCU). Le 30 septembre 2010 (soit 8 ans plus tard...), le Conseil a approuvé provisoirement le SSC et le RCU.

Toutefois, l'avis de la Direction de l'Aménagement Local de la Région Wallonne rendu le 21 septembre 2011 s'avère particulièrement sévère à l'égard du projet de SSC et hypothèque ses chances d'être approuvé par le Gouvernement. De profondes corrections du document sont donc rendues nécessaires, relatives notamment à des points prépondérants de nature à modifier de manière sensible la structuration du territoire. Les projets de SSC et de RCU amendés devront également être à nouveau soumis à enquête publique.

L'auteur de projet n'étant pas responsable des retards par rapport aux délais initialement fixés ni des amendements à apporter aux études déjà réalisées, des prestations supplémentaires seront facturées à la Ville pour un montant de 34.379,49 EUR.

 

- Le Conseil a voté le remplacement de la pelouse du terrain de football existant de la plaine des sports Emile Muraille par un revêtement synthétique.

 

- Le Conseil a discuté de l'opportunité pour le Bourgmestre et les Echevins d'avoir envoyé 35.000 cartes de vœux pour le Nouvel an. A titre de comparaison, la Ville de Liège en envoie 6300. Encore une dépense bien peu éthique qui s'ajoute aux berlines de luxe et aux iPhones du Collège...

 

- Le Conseil communal du 11/05/2009 a confié au groupe AMSR le soin de se livrer à une étude concernant les aménagements de sécurité les plus adaptés à chaque configuration d’école sur l'entité. Selon le Bourgmestre, cela a déjà permis de mener différentes actions sur des thèmes tels que l'éclairage des passages pour piétons, l'entretien des infrastructures, la prise en compte des écoles lors de réfections de voiries, etc.

 

- L'Echevin a confirmé que le placement de conteneurs collectifs de déchets est à l'étude pour les habitats verticaux comptant au moins 80 habitants (essentiellement des immeubles de la SRL et ceux de l'Esplanade de la Paix, actuellement soumis à collecte privée) et uniquement pour les déchets résiduels (les citoyens devraient donc également disposer d'un conteneur pour les organiques).

Selon l'Echevin, le recours à ce conteneur collectif aurait pour avantage de permettre un tri des déchets organiques et résiduels, ce qui n'est pas le cas actuellement pour les ménages qui utilisent les sacs roses. Cela diminuerait également le nombre de personnes devant venir à la commune chercher des sacs roses. En revanche, il reconnaît que cela impliquerait un changement d'habitudes pour les personnes concernées ainsi que la nécessité d'assurer une maintenance régulière des conteneurs. De plus, le stockage des conteneurs verts reste malaisé dans les endroits où l'installation d'un conteneur collectif est envisagée. Pour les immeubles recourant actuellement à un collecteur privé, le choix ne serait pas évident car le système proposé est moins cher mais plus compliqué.

Une rencontre est prévue prochainement avec Intradel et la SRL pour pour mesurer l'opportunité concrète de ce système.

04/09/2012

Question orale de J. Maus relative à l’accès au parking derrière la résidence ALES

Question

 

L’arrière de la résidence Alès est en principe accessible tant par la place Jean Jaurès que par la rue Jolet. Toutefois, en raison des travaux sur la place, l’accès ne se fait plus que par la rue Jolet.

 

Depuis les travaux, de nombreux riverains qui ne trouvent plus de place pour se garer au centre ville se garent sur le parking privé de la résidence. Cela a pour conséquence que l’accès par la rue Jolet est considérablement endommagé. Par temps de pluie, il se transforme en marécage au point d’être inaccessible aux piétons. Par ailleurs, certains véhicules ont été endommagés dans les nids de poule.

 

Considérant que le parking privé de la résidence revêt actuellement une utilité publique puisqu’il profite aux riverains en mal de places de stationnement, et ce, en raison des décisions prises par la Ville, serait-il envisageable d’empierrer l’entrée côté Jolet afin de la rendre à nouveau praticable tant pour les piétons que pour les voitures ?

 

Si cela est impossible, la Ville ne pourrait-elle pas indemniser la résidence pour la fermeture de l’accès Jean Jaurès puisque celle-ci est due à des travaux publics ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler qu'en dépit de la fréquentation publique du site, il s'agit toujours d'une propriété privée. En effet, il n'existe pas de domaine public "de fait".

 

Selon lui, l'état de l'accès ne résulte pas de l'accroissement de fréquentation de celui-ci mais d'un mauvais entretien par les propriétaires datant d'avant les travaux. Un simple empierrement ne suffirait pas à le remettre en état.

 

La situation du parking de Dexia, par exemple, est différente, car il y a une convention permettant à la Ville d'en profiter pendant les travaux. Par ailleurs, l'ampleur des travaux à réaliser pour le mettre en état n'était pas la même.

 

Enfin, l'accès par la Place Jean Jaurès sera rouvert d'ici un mois, sans indemnité pour la période pendant laquelle celui-ci n'a pas été accessible car il s'agit d'un inconvénient normal dû aux travaux publics.