08/01/2014

Question orale de J. Maus relative à la gestion de la problématique de la mobilité

 

Question

 

La mobilité est une thématique importante et le sera encore plus dans les années à venir.

 

La Direction de la Planification de la Mobilité du SPW organise des formations de conseiller en mobilité, qui peut être défini comme un relais entre les usagers de l’espace public (citoyens, associations, commerçants,…), les responsables politiques et les techniciens.

 

Certains fonctionnaires communaux ou de police ont-ils suivi cette formation ?

 

Au-delà des orientations données par le groupe AMSR, existe-t-il aujourd’hui, au sein du personnel communal ou de police, une personne ressource en matière de mobilité, dont la principale voire l’unique mission serait de gérer les problèmes ponctuels pouvant se poser au quotidien en la matière mais aussi, de manière plus structurelle, d’identifier les dysfonctionnements, de repérer les éventuelles incohérences dans la gestion des déplacements, d’ alerter les responsables concernés, d’organiser les réunions et d’accompagner les décideurs dans la recherche de solutions, etc. ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre reconnaît que la matière de la mobilité est importante. Elle relevait des missions de la police et pendant longtemps, Guy Hubens en a assumé la gestion. Depuis son départ à la retraite, le chef de corps, Marc PAQUAY a pris la relève.

 

Il est exact que la mobilité prend, au fil du temps, une ampleur sans commune mesure avec ce qui a été connu auparavant, indépendamment des grands travaux en cours. La voiture, les vélos, les piétons, les transports en commun, le parking sont autant de facettes qui rendent la gestion de cette matière très prenante et le Chef de zone ne pourra pas éternellement continuer à y consacrer une grosse partie de son temps. Il a donc été convenu, lors du renouvellement de son mandat, qu'il serait progressivement déchargé de cette tâche.

 

Deux agents du bureau technique ont suivi les formations leur permettant d'être agréés comme conseillers mobilité mais ils ont de plus en plus de tâches suite à la multiplication des travaux d'infrastructure donc ils ne peuvent pas s'investir totalement même si leur expertise reste utile.

 

Le groupe AMSR, quant à lui, n'est qu'un groupe de coordination entre les différents intervenants.

 

La meilleure réponse à cette problématique est donc de prévoir un emploi à temps plein de conseiller en mobilité avec un profil déterminé, qui aurait une formation de niveau supérieur en mobilité, appuyée par une expérience de terrain en la matière.

 

L'intention de la ville est de lancer rapidement la procédure dans le cadre du budget 2013 afin de décharger le chef de zone de cette tâche.

Les commentaires sont fermés.