30/12/2010

Le Conseil communal du 9 juillet 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Le Conseil communal a adopté l’ensemble des règlements de police rendant effectives les sanctions administratives communales.

Comme l’a rappelé le Bourgmestre, l’adoption de ce système ne s’est pas faite sans débat au sein de la majorité, initialement opposée à ce type de répression.  Toutefois, de plus en plus de personnes se montrent irrespectueuses du cadre de vie, de l’environnement, de leurs voisins sans qu’aucune réponse soit apportée par le pouvoir judiciaire, qui n’est plus à même de sanctionner les incivilités.  La majorité a donc enfin reconnu la nécessité pour l’autorité communale de légiférer en la matière.

Pour le MR qui réclamait depuis longtemps la fin de l’impunité régnant en la matière et donc le recours à cet outil mis à la disposition des communes que sont les sanctions administratives, il s’agit d’une remarquable avancée.  Le Mouvement Réformateur ne peut que se réjouir de l’évolution de l’avis du Collège en la matière.  Il était (plus que) temps !  Le travail colossal réalisé par la fonctionnaire sanctionnatrice mérite également d’être souligné.  Comme tout texte législatif, il est fort probable que ces règlements développent certaines « maladies de jeunesse » et qu’il faudra, le cas échéant, rectifier le tir en fonction de leur application pratique.  Au-delà du principe même, le MR se félicite d’avoir été, par le biais de ses différentes interventions tant au niveau communal qu’à d’autres niveaux de pouvoir, le moteur des dispositions aboutissant à interdire le port de la burqa dans les espaces publics ou réglementant la mendicité.  Selon nous, une bonne information de la population au sujet de ce nouveau dispositif sera cruciale, bien que nul n’est censé ignorer la loi.  Cette information pourra, en effet, avoir en soi un but dissuasif, préventif.  Mais il faudra évidemment que, très rapidement, ces textes donnent lieu à une véritable répression de l’ensemble des incivilités constatées sur le territoire de notre Ville, avec une priorité axée sur les 5 incivilités les plus incommodantes désignées par les citoyens ayant répondu au sondage organisé à ce sujet.  La police, de même que les agents constatateurs, vont avoir un fameux boulot !

Le Bourgmestre a rejoint le MR sur la nécessité d’une bonne information à ce sujet.  Celle-ci se fera via la presse, le bouche à oreilles, les Comités de participation (qui vont recevoir une formation à ce sujet), le Conseil communal des enfants, les enseignants, …La mise en œuvre du système fera l’objet d’une évaluation d’ici un an.

A noter que les groupe PTB+ et Ecolo n’ont pas voté l’adoption du système…

Lire l'article du journal La Meuse

 

- Suite aux travaux publics sur la Place Jean Jaurès et alentours (réaménagement du centre urbain), le plan d’implantation du marché de Herstal Centre a dû être modifié.  Comme annoncé dans la réponse à ma question orale posée en février 2010, le marché démarrera à hauteur du Café « Le romantique » et remontera vers la Place Laixheau, le bas de la rue Thier des Monts et la rue Nozé.  Ces modifications seront effectives dès le début du mois d’août.

Il ne s’agit ici que de l’approbation du plan terrier : c’est le concessionnaire qui installera les ambulants déplacés sur base d’accords pris avec eux

Le MR, opposé au projet de réaménagement du centre urbain et à toutes ses conséquences négatives pour le commerce herstalien, a voté contre cette modification. 

Lire l'article du journal La Meuse à ce sujet.  

La position du MR a d'ailleurs été confirmée par la suite, cette modification du marché ayant causé de nombreuses difficultés aux commerçans concernés et aux riverains : lire l'article du journal La Meuse.

 

- Afin d’améliorer la fluidité du trafic à l’intersection des rues Croix Jurlet, en Bois et Clawenne, il a été demandé d’envisager le placement de feux de signalisation ou d’un rond-point.  Selon le Bourgmestre, l’objectif des travaux menés au croisement de la rue Louis Demeuse et Célestin Demblon est d’améliorer la fluidité du trafic en amont.  Ces travaux ont pris du retard suite à un manque de coordination des impétrants.  Il conviendra donc de refaire le point sur cette question à la fin des travaux, en automne.

27/12/2010

Question orale de J. Maus relative à l’avenir du terril de la Petite Bacnure et des terrils herstaliens de manière générale

belga-picture-349150_terrilherstal.jpg

Question

 

D’après un article paru récemment dans la presse, les travaux de sécurisation et de remise en état liés à l’éboulement du terril de la Petite Bacnure touchent à leur fin.

 

La ville avait été condamnée solidairement avec des sociétés privées (SIR et FSA) à effectuer ces travaux.  Qu’en est-il des sommes avancées ?  Pourront-elles être récupérées ?  Quel est l’état des démarches à cet égard ? 

 

Le même article fait état de votre volonté de vider le terril de ses schistes.  Le conseil communal avait voté la saisie conservatoire de ceux-ci  afin de garantir notre créance sur la société FSA en difficultés financières.  S’agit-il pour la commune de vendre les schistes afin de récupérer le montant de la créance en tout ou en partie ?

 

Pouvez-vous nous confirmer la levée des arrêtés d’inhabitabilité rue Campagne de la Banse pour fin de cette année ?  Cette levée sera-t-elle dans certains cas assortie de conditions ?

 

Je vous avais interrogés en 2006 par rapport au projet de « route des terrils », dont notre commune ne fait actuellement toujours pas partie.  Vous m’aviez dit à l’époque marquer votre intérêt pour ce projet mais attendre le dénouement du dossier de la Petite Bacnure car il aurait été inopportun d’inscrire d’abord les autres terrils puis éventuellement celui-là, qui présente un grand intérêt au niveau environnemental et touristique.  Quelle est votre position à cet égard aujourd’hui ? 

 

Réponse

 

En ce qui concerne la récupération des sommes, le Bourgmestre souligne tout d’abord qu’il regrette la décision rendue en appel.  En effet, la Ville n’est, selon lui, en rien responsable dans les évènements.  Toutefois, la justice s’est prononcée et Herstal a été co-condamnée.  La Ville a donc, contrairement aux deux autres sociétés également condamnées (FSA et SIR), pris ses responsabilités et fait sécuriser le site.  A présent, les travaux touchent à leur fin et bientôt, le problème sera donc réglé, conformément au jugement.  Il va s’agir de récupérer ce qui peut l’être auprès de la FSA et de la SIR, avec l’aide de l’avocat engagé par la Ville.  Les mesures conservatoires qui s’imposent seront prises, notamment la saisie conservatoire des schistes.  Toutefois, le Bourgmestre n’est pas très optimiste quant à nos chances de succès à ce niveau.

 

La levée des arrêtés d’inhabitabilité pourra avoir lieu dès que le jugement aura été appliqué dans toutes ses facettes techniques, et donc, quand la commune aura été dégagée entièrement de sa responsabilité.  Le timing à cet égard n’est pas précis, car tout dépend de la réception des travaux de sécurisation, mais on peut considérer que ce sera le cas vers la fin du mois d’octobre, au plus tard en décembre.  Dès la levée de ces arrêtés, les propriétaires et locataires pourront officiellement réintégrer leur habitation.  Des demandes de permis d’urbanisme pourront également être à nouveau introduites.

 

Enfin, l’avenir du terril devra également être envisagé.  Pour le Bourgmestre, un terril qui serait seulement là pour être regardé, cela ne sert à rien.  Tout le monde s’accorde sur un point : il s’agit d’un héritage du passé dont nous devons être fiers et qui doit être valorisé.  Mais quant à cette valorisation du terril, le Bourgmestre entrevoit plusieurs possibilités : soit en faire un lieu de promenade, soit en valoriser les schistes.  Le bourgmestre ne ferme donc pas la porte à un projet éventuel de qualité permettant une valorisation écologique et environnementale du site mais il laisse également la porte (grande) ouverte à un arasement du terril aux fins d’y construire des logements (qui seraient, dans son optique, minoritaires par rapport aux espaces verts qui y seraient créés).  Il souligne que les articles parus dans la presse et faisant état d’une décision quasiment certaine d’évacuer les schistes ne sont que pure provocation…La presse appréciera ! Selon le Bourgmestre, il est trop tôt pour dire quoique ce soit à ce niveau et il espère que l’on pourra y voir plus clair prochainement, ce qui, implicitement, signifie qu’il existe bel et bien un projet de logements à cet endroit.

 

Pour le MR, l’arasement du terril, à partir du moment où le site est entièrement sécurisé, ne pourra qu’être une source de nouvelles nuisances considérables, même si les schistes sont évacués par le rail, sans compter la perte écologique que représenterait la disparition du terril de la Petite Bacnure, au vu de la flore et de la faune qui s’y est développées au fil des ans.

 

Lire l'article du journal Le Soir

 

Lire l'article du journal La Meuse

 

Voir le reportage d'RTC-Liège

Conseil communal du 9 juillet 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1. Question orale relative à la mobilité à l’intersection des rues Croix Jurlet, en Bois et Clawenne

2. Question orale relative à l’avenir du terril de la Petite Bacnure et des terrils herstaliens de manière générale

23/12/2010

Le Conseil communal du 24 juin 2010 en bref

Maison cale.jpg

- La question de l’installation des forains rue Pied du Bois Gilles est revenue sur la table du Conseil.  Nous avons ainsi appris que le loyer envisagé serait 10 fois plus cher que le loyer actuel et qu’une clause du contrat interdirait la transmission de l’autorisation d’occupation aux générations futures.  Une conciliation au sujet du montant du loyer est envisagée dans le courant du mois de juillet devant la justice de paix de Herstal.  Les personnes qui, parmi les forains relogés, rencontreront des difficultés financières devront faire appel au CPAS.

Par ailleurs, selon le Bourgmestre, la Ville ne pourrait pas obtenir de subsides de la Région wallonne pour l’aménagement du terrain situé rue Pied du Bois Gilles au titre d’aménagement d’un terrain familial.  En effet, ces subsides sont réservés à la création de terrains d’accueil pour les gens du voyage.  Or ici, il s’agit d’indépendants ayant atteint l’âge de la pension et non de gitans.  Ces gens sont sédentaires, puisqu’ils occupent le terrain de la rue de l’Abattoir depuis 24 années.

 

- Le Conseil a voté l’adoption du plan triennal 2010-2011-2012, qui sera essentiellement consacré à l’égouttage.  L’estimation globale de l’enveloppe pour ces trois années s’élève à environ 8 millions d’euros. Après celui-ci, il restera environ 2,5% des rues à égoutter.

 

- Le MR a voté contre les modifications apportées au budget 2010.  En effet, on ne compte plus les montants crédités pour des consultances diverses.  La dernière en date : un audit concernant les polices d’assurances prises par la Ville.  Un consultant aurait en effet fait valoir que cela permettrait une réduction du budget communal consacré au volet « assurances ».  L’Echevin a toutefois garanti que ce n’est pas forcément ce même consultant qui emporterait in fine le marché !  Par ailleurs, la dotation au CPAS a fait l’objet d’une diminution drastique, justifiée par l’Echevin comme étant une différence de calcul entre le CPAS et la Ville…Inquiétant !

 

- A la demande du MR, le passage pour piétons situé en haut de la rue des Mineurs a été retracé.

 

- L’Echevin de l’environnement a communiqué les résultats de l’étude menée par la Spaque sur le site de l’ancienne décharge de Vottem.  Une campagne de forage et d’échantillonnage a été faite.  Le rapport est celui-ci : une couche géologique a protégé les eaux souterraines d’une éventuelle contamination.  Trois échantillons ont été pris dans le ruisseau et n’ont rien révélé d’anormal.  La profondeur de déchets descend jusqu’à 11 mètres sous le sol. 

20/12/2010

Proposition de J. Maus relative à la mise en place d’un observatoire du commerce herstalien

Proposition

 

« Considérant la nécessité de lutter contre le déclin de l’appareil commercial herstalien au sens large et, au contraire, de créer les conditions d’un développement harmonieux et équilibré de l’activité économique ;

 

Considérant que cet objectif se décline notamment par l’augmentation de la fréquentation commerciale, la diminution des cellules commerciales vides ou encore l’accroissement de la diversité commerciale ;

 

Considérant l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée en 2006 ;

 

Considérant que cette étude fait état de renseignements utiles à la mise en place d’une politique de développement commercial par la Ville, mais également pour les investisseurs et commerçants cherchant à s’implanter à Herstal

 

Considérant les démarches déjà entreprises par la Ville afin d’attirer les investisseurs à Herstal (demande du statut de Ville, participation au salon MIPIM, etc.) ;

 

Considérant le tout nouveau site internet dont s’est dotée la Ville de Herstal ;

 

Le conseil décide

1) de tenir une base de données informatisée permanente et donc, mise à jour, rassemblant, à l'échelle du territoire communal, des informaions quantitatives et qualitatives sur les activités économiques et de service en général e sur le commerce de détail en particulier

2) de mettre en place un outil gratuit, en ligne, ayant pour vocation de faciliter les recherches des investiseurs et reprenant comme informations géographiquement localisables :

- les commerces existants

- les cellules vides

- le mix commercial

- les flux piétons

- le revenu moyen par habitant

- les projets en cours

- les parkings

 

Réponse

 

D’emblée, l’Echevin du commerce souligne que la Ville n’a pas les ressources humaines et financières suffisantes pour mettre en place ce type d’outil.

 

Un relevé des cellules commerciales vides a été effectué suite à l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée par le SEGEFA (Etude réalisée en 2006).  Il n’est, selon l’Echevin, pas opportun que le grand public puisse recevoir des informations à ce niveau.  Il préfère mettre en contact les propriétaires et les investisseurs de manière plus discrète (à noter que la proposition visait à mettre le site internet reprenant ses données uniquement à portée des investisseurs potentiels, pas du grand public…).  Pourtant, dans sa déclaration de politique communale, le Collège s’engage à « mettre à la disposition des futurs commerçants un cadastre des surfaces commerciales disponibles »

 

L’Echevin a ensuite cité les démarches entreprises au niveau de son Echevinat afin, selon lui, de redynamiser le commerce herstalien :

- le réaménagement du centre urbain, qui va modifier l’image de la ville

- les outils de promotion du commerce tels que la foire des métiers de bouche, l’intégration au guide des bonnes tables de la Basse-Meuse en collaboration avec la Maison du Tourisme, les diverses festivités organisées en collaboration avec les associations de commerçants etc.

- la prochaine mise en place d’une commission de discussion avec les commerçants

 

L’Echevin, visiblement mal renseigné, a dit ne connaître qu’un seul observatoire du commerce, sur Bruxelles, et il n’est pas possible de comparer Herstal à Bruxelles.

 

L’observatoire du commerce est un outil certes ambitieux mais il n’existe pas que sur Bruxelles.  A titre d’exemple : l’observatoire montois (http://www.investinmons.be, accessible sur base d’un mot de passe délivré par la ville).  A ce niveau, on ne peut m’accuser de partis pris !

 

Pour le MR, les manifestations de promotion, c’est un début mais cela ne suffit absolument pas à redynamiser le commerce herstalien.  Par ailleurs, si l’ensemble des acteurs politiques et économiques, tout comme les citoyens, réclamaient depuis longtemps un nouveau visage pour le centre, il faut bien constater que le projet tel qu’il est envisagé par la Ville s’est heurté à de nombreuses objections.  Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal.  Par ailleurs, le projet réduit considérablement les possibilités de stationnement dans l’hyper-centre, alors que celles-ci sont déjà largement insuffisantes à l’heure actuelle, et ce, sans qu’aucune alternative crédible soit proposée.  Lors d’une réunion avec les commerçants en septembre 2009, l’Echevin a promis d’apporter une solution au moins concernant le parking mais on attend toujours ! Dès lors, il semble inopportun de se fonder sur ce projet pour espérer une redynamisation du commerce herstalien.

Conseil communal du 24 juin 2010 : les points déposés par le MR

photo groupe MR.jpg

1.  Question orale relative au passage pour piétons, rue des Mineurs

2.  Proposition relative à la mise en place d’un observatoire du commerce herstalien

16/12/2010

Le Conseil communal du 19 mai 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Le MR s’est étonné du vote demandé au Conseil sur la résiliation de plusieurs locations de parcelles communales situées rue Pied du Bois Gilles.  Le Bourgmestre a reconnu que ces résiliations étaient demandées dans l’objectif de réaliser un projet communal, sans toutefois accepter de préciser lequel.  Devant l’insistance du MR, ayant appris par la rumeur qu’il s’agissait d’y créer un espace pour reloger les forains expropriés du quartier de l’abattoir en vue de la construction d'un nouveau hall omnisports, le Bourgmestre a simplement dit que le projet n’était pas suffisamment abouti pour être présenté au Conseil (lire l'article de la DH à ce sujet) 

 

- En ce qui concerne l’immeuble dit « l’ancien Casino », situé rue Saint-Lambert et qui représente un danger pour les piétons et automobilistes passant à proximité, le Bourgmestre a demandé au propriétaire de prendre les mesures nécessaires.  En attendant la vente de l’immeuble, un échafaudage a été placé de manière à protéger le passage des piétons.  Un garde-corps avec filets a également été placé afin d’éviter que des éléments de la façade ne tombent sur la voie publique.  Une promesse de vente devrait être signée prochainement avec un promoteur immobilier en vue de la construction de logements à cet endroit.  Cette question sera évoquée au Conseil d’administration d’Urbeo, la régie communale immobilière.  A noter que la régie communale refuse d’acquérir l’immeuble, estimé trop cher pour ses capacités financières.

 

- Le Bourgmestre a été interrogé sur l’utilité exacte et l’origine du financement du local récemment inauguré par des représentants du parti socialiste, juste à côté du café « La Résidence ».  Il s’agit d’un bureau supplémentaire pour le Bourgmestre, financé sur ses fonds propres.  On ne peut que regretter cette nouvelle appropriation d’un local par le PS, alors qu’il aurait pu servir à d’autres fins, notamment pour y établir une activité commerciale. Par ailleurs, le Bourgmestre dispose quand même de trois bureaux rien que pour lui !

 

- Il a une fois de plus été question de rénovation de la voirie.  En effet, la rue Hoyoux a récemment été réasphaltée mais lors de ces travaux, les rigoles pour l’écoulement des eaux ont été totalement omises ! L’asphalte arrive ainsi contre le bord du trottoir, ce qui est évidemment source d’importants problèmes en période de pluie ou lorsque les riverains nettoient leur trottoir, puisque l’eau ne peut s’évacuer.  L’Echevin a répondu que le problème avait bien été constaté et qu’un avaloir supplémentaire serait posé le 10 juin 2010.