20/12/2010

Proposition de J. Maus relative à la mise en place d’un observatoire du commerce herstalien

Proposition

 

« Considérant la nécessité de lutter contre le déclin de l’appareil commercial herstalien au sens large et, au contraire, de créer les conditions d’un développement harmonieux et équilibré de l’activité économique ;

 

Considérant que cet objectif se décline notamment par l’augmentation de la fréquentation commerciale, la diminution des cellules commerciales vides ou encore l’accroissement de la diversité commerciale ;

 

Considérant l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée en 2006 ;

 

Considérant que cette étude fait état de renseignements utiles à la mise en place d’une politique de développement commercial par la Ville, mais également pour les investisseurs et commerçants cherchant à s’implanter à Herstal

 

Considérant les démarches déjà entreprises par la Ville afin d’attirer les investisseurs à Herstal (demande du statut de Ville, participation au salon MIPIM, etc.) ;

 

Considérant le tout nouveau site internet dont s’est dotée la Ville de Herstal ;

 

Le conseil décide

1) de tenir une base de données informatisée permanente et donc, mise à jour, rassemblant, à l'échelle du territoire communal, des informaions quantitatives et qualitatives sur les activités économiques et de service en général e sur le commerce de détail en particulier

2) de mettre en place un outil gratuit, en ligne, ayant pour vocation de faciliter les recherches des investiseurs et reprenant comme informations géographiquement localisables :

- les commerces existants

- les cellules vides

- le mix commercial

- les flux piétons

- le revenu moyen par habitant

- les projets en cours

- les parkings

 

Réponse

 

D’emblée, l’Echevin du commerce souligne que la Ville n’a pas les ressources humaines et financières suffisantes pour mettre en place ce type d’outil.

 

Un relevé des cellules commerciales vides a été effectué suite à l’étude du fonctionnement de l’appareil commercial réalisée par le SEGEFA (Etude réalisée en 2006).  Il n’est, selon l’Echevin, pas opportun que le grand public puisse recevoir des informations à ce niveau.  Il préfère mettre en contact les propriétaires et les investisseurs de manière plus discrète (à noter que la proposition visait à mettre le site internet reprenant ses données uniquement à portée des investisseurs potentiels, pas du grand public…).  Pourtant, dans sa déclaration de politique communale, le Collège s’engage à « mettre à la disposition des futurs commerçants un cadastre des surfaces commerciales disponibles »

 

L’Echevin a ensuite cité les démarches entreprises au niveau de son Echevinat afin, selon lui, de redynamiser le commerce herstalien :

- le réaménagement du centre urbain, qui va modifier l’image de la ville

- les outils de promotion du commerce tels que la foire des métiers de bouche, l’intégration au guide des bonnes tables de la Basse-Meuse en collaboration avec la Maison du Tourisme, les diverses festivités organisées en collaboration avec les associations de commerçants etc.

- la prochaine mise en place d’une commission de discussion avec les commerçants

 

L’Echevin, visiblement mal renseigné, a dit ne connaître qu’un seul observatoire du commerce, sur Bruxelles, et il n’est pas possible de comparer Herstal à Bruxelles.

 

L’observatoire du commerce est un outil certes ambitieux mais il n’existe pas que sur Bruxelles.  A titre d’exemple : l’observatoire montois (http://www.investinmons.be, accessible sur base d’un mot de passe délivré par la ville).  A ce niveau, on ne peut m’accuser de partis pris !

 

Pour le MR, les manifestations de promotion, c’est un début mais cela ne suffit absolument pas à redynamiser le commerce herstalien.  Par ailleurs, si l’ensemble des acteurs politiques et économiques, tout comme les citoyens, réclamaient depuis longtemps un nouveau visage pour le centre, il faut bien constater que le projet tel qu’il est envisagé par la Ville s’est heurté à de nombreuses objections.  Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal.  Par ailleurs, le projet réduit considérablement les possibilités de stationnement dans l’hyper-centre, alors que celles-ci sont déjà largement insuffisantes à l’heure actuelle, et ce, sans qu’aucune alternative crédible soit proposée.  Lors d’une réunion avec les commerçants en septembre 2009, l’Echevin a promis d’apporter une solution au moins concernant le parking mais on attend toujours ! Dès lors, il semble inopportun de se fonder sur ce projet pour espérer une redynamisation du commerce herstalien.

Les commentaires sont fermés.