23/09/2010

Le Conseil communal du 28 janvier 2010 en bref

Maison cale.jpg

- Les préoccupations des 57 occupants de places de parking en-dessous de l’immeuble « Mercator » situé rue des Mineurs ont été relayées.  Ces emplacements, parmi lesquels 27 sont occupés par des propriétaires, 11 par des habitants et 19 par des locataires, font l’objet d’une procédure d’expropriation par la Régie Communale Urbeo dans le cadre de la construction du Nouvel Hôtel de Ville.   La question se pose donc de savoir où vont stationner les occupants de ces emplacements, dans une rue déjà fort saturée.

Le Bourgmestre faisant fonction a tout d’abord rappelé que le prix d’acquisition sera fixé sur base d’expertises réalisées par des professionnels.  Il a ensuite promis que des emplacements de remplacement seront proposés aux personnes concernées pendant les travaux.  Après ceux-ci, les propriétaires pourront bénéficier d’un emplacement dans le NHV (garage fermé ou simple box, il est trop tôt pour le dire).

 

- Suite à un courrier du Comité de participation de Marexhe, la sécurité rue Saint-Lambert à Herstal, au lieu-dit « le Casino », a été évoquée.  En effet, le 19 décembre 2009, une enseigne de plusieurs mètres et d’une dizaine de kilos s’est détachée de la façade et fracassée sur le trottoir.  Si l’incident était survenu quelques heures auparavant, lorsque les enfants quittaient l’école toute proche, cela aurait pu tourner au cauchemar.  Vu l’état du bâtiment, un bloc de béton d’approximativement 2 mètres menace à son tour de s’effondrer sur le trottoir.  Il semble donc urgent de prendre des mesures afin de protéger les piétons et véhicules circulant à cet endroit.

Le Bourgmestre a répondu que les ouvriers communaux ont sécurisé l’endroit le 22 décembre.  Par ailleurs, un architecte-expert de la commune a été chargé de vérifier qu’il n’y avait plus de danger.

 

- Le MR s’est abstenu sur le vote du projet de marché de travaux pour la construction d’un nouveau centre administratif (Nouvel Hôtel de Ville)  Le MR rejoint la volonté de la majorité d’offrir de meilleures conditions de travail au personnel communal et d’améliorer l’accueil des visiteurs, dans des locaux moins vétustes et plus adaptés.  Il en va de même quant au souhait de regrouper les services communaux et du CPAS, actuellement éclatés, en un seul endroit.  A cet égard, il faut toutefois noter, comme l’a confirmé la réponse à ma question orale posée en octobre 2009, que la capacité du NHV ne sera pas suffisante pour regrouper tous les services, alors que cet objectif était pourtant clairement mentionné dans le règlement du concours visant à désigner l’auteur de projet (Section II, point 1.2. : « construction d’un centre administratif regroupant tous les services communaux et du CPAS.  Construction adaptée aux besoins actuels et futurs de l’Administration, performante en matière énergétique, accessible aux personnes à mobilité réduite).  Comme l’a relevé la CCATM (Commission Consultative d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité), qui a émis un avis défavorable sur le projet, le bâtiment envisagé est futuriste et ne s’intègre pas au bâti existant.  La toiture « écologique » envisagée pose aussi question en ce qui concerne son entretien et le coût de celui-ci.  Par ailleurs, le problème de parking dans le cadre du réaménagement de la place n’est toujours pas résolu.  Des places de stationnement seront créées pour le NHV, mais on sait d’ores et déjà que leur nombre ne sera pas suffisant par rapport aux besoins, d’autant que le projet de NHV supprime par ailleurs des parkings existants dans la rue des Mineurs (résidence Mercator).  Où vont se garer les riverains, mais aussi les membres du personnel communal n’ayant pas de place au sein de la nouvelle structure ou encore les visiteurs ?  Au point de vue économique, la construction du NHV entraînera la disparition de certains commerces assez attractifs sur le territoire communal alors que d’autre part, le réaménagement du centre urbain, avec ses nouveaux sens de circulation et son manque de places de stationnement, suscite déjà les pires craintes auprès des acteurs économiques locaux.  Enfin, en dépit de l’obtention d’importants subsides, une importante partie du coût du NHV reste à charge du budget communal.  A cela, il faut rajouter le coût des indemnités d’expropriation, sans compter l’actuelle maison communale, qui devra être restaurée puisqu’elle demeure.  Cet argent, qui provient de la poche du contribuable, aurait pu être utilisé pour des priorités plus urgentes : état des routes, des écoles, égouttage, etc.), et ce, d’autant plus que les taxes sont très élevées.

Le Bourgmestre a répondu que le permis a été octroyé le 15 janvier 2010 et que le marché doit être lancé obligatoirement afin de ne pas perdre les subsides du FEDER.

Lire l'article du journal La Meuse

Les commentaires sont fermés.