27/11/2009

Proposition de J. Maus relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien

Proposition

 

Comme convenu avec M. l’Echevin, je redépose ma proposition relative à la création d’un centre culturel virtuel.

 « Considérant la richesse du patrimoine culturel et folklorique herstalien ;

Considérant la présence sur notre territoire de deux musées, dont l’un reconnu par la Communauté française ;

Considérant l’importance du tissu associatif local, regroupé en l’ASBL « maison des associations culturelles de Herstal »

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un centre culturel ;

Considérant que l’installation de celui-ci au sein de l’Espace Browning, telle qu’envisagée actuellement, pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides ;

Considérant que l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes ; 

Considérant, partant, l’importance d’être présents dans l’univers culturel numérique

Le Conseil décide :

De faire procéder à la réalisation et l’hébergement d’un site Internet portant création d’un centre culturel virtuel herstalien ;

De confier la gestion et la mise à jour de ce site à l’ASBL Maison des associations culturelles ;

De faire figurer sur ce site, sans que cette énumération soit limitative :

-         le descriptif et les coordonnées des associations, qui pourront ainsi être facilement mis à jour et viendront en complément du répertoire déjà existant en version papier

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (podiums, salles, chapiteaux, tables et chaises,…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles »

Réponse

 

Du personnel vient d’être engagé pour le centre culturel.  Celui-ci se positionne pour être reconnu comme centre culture officiel, et doit donc respecter la législation relative aux centres culturels reconnu. 

 

Le Conseil communal a désigné des représentants au Conseil d’administration du centre culturel.  C’est ce Conseil d’administration qui prendra la décision de créer ou pas ce centre virtuel. 

 

Le CA d’octobre évoquera notamment la problématique du site internet.  La maison des associations culturelles va en effet être amenée à déposer un contrat-programme qui devra évoquer le site internet et les différentes informations que celui-ci comportera en plus des autres projets.  A cet égard, si l’Echevin estime très intéressant le principe de permettre aux différentes associations de se connaître entre elles et de se faire connaître, il juge l’idée d’exposition virtuelle plus délicate, le tout étant de faire en sorte que les gens voient encore l’intérêt de venir voir l’exposition physique.  Cela méritera donc un examen plus approfondi.  A noter également que le contrat-programme en question devra être avalisé par le Conseil communal.

20/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux craintes des commerçants concernant le réaménagement de la Place Jean Jaurès

place jaurès

Question

 

Nous sommes plusieurs à avoir reçu un mail d’un commerçant de la Place Jean Jaurès au sujet du projet de réaménagement de celle-ci.

 

Les commerçants de détail craignent de manière générale une perte de la clientèle de passage suite à la limitation de l’accès automobile au centre de Herstal, au profit du zoning commercial de Basse-Campagne et de ses grandes surfaces. 

 

Le stationnement demeure également plus qu’insuffisant au centre dans le projet prévu.  Les commerçants perdront dès lors la clientèle qui cherche un accès rapide et aisé.  Si les places de stationnement sont éloignées des commerces et en nombre restreint, et qu’un certain temps est ainsi nécessaire pour se garer, les clients ne viendront plus y faire leurs achats.

 

Ces craintes ont par ailleurs déjà été relayées par le MR dans le cadre de la discussion sur le PCM.

 

On est donc bien loin des objectifs fixés par l’Etude du fonctionnement de l’appareil commercial présenté en 2007 qui voulait, notamment, que l’on recentre l’activité commerciale du centre sur la Place J. Jaurès et qui préconisait un projet global de rénovation du centre intégrant la dimension « commerce de détail ».

 

Les grandes surfaces de la périphérie bénéficient quant à elles d’un accès aisé et de vastes parkings. 

 

Sachant que les petits commerçants sont un pilier de la dynamisation des centres-villes et qu’ils contribuent à l’animation des quartiers ainsi qu’à la lutte contre le sentiment d’insécurité, de quelle manière comptez-vous intégrer au projet les craintes exprimées ?

 

Avez-vous l’intention d’organiser une réunion de concertation entre les auteurs de projet, des représentants de la Ville et les acteurs économiques du centre ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre commence par rappeler que le centre-ville de Herstal ne se limite pas à la Place J. Jaurès : il peut être étendu aux rues Demonceau, Laixheau, Large-Voie et à la Place Camille Lemonnier.  Dans ces rues, l’accès est garanti.

 

La logique suivie dans le cadre de la rénovation de la place est de donner une plus grande importance aux piétons.  Le but est ainsi, pour le Collège, de réaménager les voiries avec une place conviviale qui pourrait être le point de départ d’une nouvelle dynamique et d’un redéploiement du commerce local.    Le Bourgmestre souhaite donc rassurer les commerçants.

 

Par ailleurs, la majorité ne craint pas la concurrence entre le zoning commercial de Basse-Campagne et les commerçants du centre, qui n’offrent pas le même type de marchandises.

 

 

Le stationnement, quant à lui, répondait à la demande d’après une étude menée en 2006.  Toutefois, quelques emplacements supplémentaires seraient les bienvenus.  Le PCM relève lui que le stationnement est un réel problème.  Un groupe de travail se penche actuellement sur cette question.  On se dirige vraisemblablement vers une zone de stationnement à rotation rapide dans le centre complétée par une offre gratuite en périphérie

 

Le Bourgmestre clôture sa réponse en conviant l’opposition à une réunion d’information.  Celle-ci s’est tenue le 30 septembre 2009 en présence de l’Echevin du commerce, des experts de la commune, des commerçants et des représentants de l’opposition (à l’exception du PTB+) mais en l’absence du Bourgmestre.

 

Lire l’article du journal La Meuse d’avant Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse d’après Conseil

13/11/2009

Question orale de J. Maus relative à l’ouverture du musée communal pendant les vacances

musée communal

Question

 

Un article du journal La Meuse paru le 16 juillet dernier relevait que le musée communal de Herstal serait fermé pendant tout le mois de juillet.

 

Est-ce exact ? Ne faudrait-il pas revoir les périodes de fermeture ?

 

En effet, il semble que c’est plutôt lorsque les gens sont en vacances qu’ils prennent le temps de se cultiver et de se rendre au musée.

 

 

Réponse

 

L’Echevin confirme ces informations : le musée est bien fermé tout le mois de juillet.  Cette décision s’est justifiée en son temps par des problèmes de personnel et le choix de se concentrer sur les visites scolaires.

 

D’autres musées semblables ferment également un mois, par exemple, celui de Visé. 

 

Ceci dit, avec la maison du tourisme de la Basse-Meuse et les travaux envisagés au musée, l’Echevin convient de procéder un réexamen global du fonctionnement de celui-ci, et notamment des horaires d’ouverture.  Il serait alors envisageable de prévoir une ouverture en juillet pour l’aspect touristique.

06/11/2009

Question orale de J. Maus relative aux problèmes de sécurité et de vandalisme rue Emile Muraille

Question

 

Les habitants de la rue Emile Muraille se plaignent de nuisances occasionnées par une bande jeunes se réunissant près du hall omnisports : dégradations causées aux maisons, tapage nocturne, consommation d’alcool, immondices laissées sur la voie publique…

 

Outre cela, des dégradations sont causées à des biens appartenant à la SRL.  Des contacts pris à ce niveau, il ressort qu’il n’est pas possible de récupérer le préjudice subi auprès des parents de ces jeunes (ce qui serait peut être de nature à les responsabiliser par ailleurs) car les PV de la police ne citent pas de nom permettant d’identifier clairement les auteurs, même si la plupart des jeunes qui commettent ces méfaits sont connus.

 

La police a-t-elle examiné cette situation ? Quelles sont les mesures envisageables ?

 

Si la police se révèle impuissante à régler ce problème, envisagerez-vous d’introduire un couvre-feu comme l’ont fait certains de vos collègues (ex. : Axel Sœur à Courcelles, Paul Furlan à Thuin..).

 

Au-delà de la répression,  envisagez-vous d’engager des éducateurs de rue, par exemple, dans le cadre du plan de cohésion sociale (PCS) ?  Ne créerait-on pas une vraie maison de jeunes, qui les impliqueraient dans des projets et activités, encadrés d’éducateurs ?

 

Enfin, envisagez-vous d’engager des gardiens de la paix (loi du 15 mai 2007) ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord refusé de lire la réponse du chef de corps dans son entièreté en raison du timing imposé par le ROI (lien). 

 

En synthèse, le chef de corps estime que ce n’est pas par une intervention policière pure et dure que l’on pourra résoudre des problèmes de ce type, qui ne sont pas faciles à gérer.  Selon ses propres termes : « la police n’est pas Dieu le Père ».

 

Le  plan de cohésion sociale est axé sur l’insertion sociale intergénérationnelle.  Les éducateurs de rue (que le Bourgmestre qualifie de mesure « anti-jeunes ») ne sont donc pas envisagés dans ce cadre. 

 

Le PCS, avec sa démarche axée sur l’intergénérationnel, ainsi que les sanctions administratives, ont pour but d’éviter ce genre de nuisances en améliorant le cadre de vie des Herstaliens, en faisant en sorte qu’ils se sentent bien chez eux, en rendant la Ville et son image plus attractives.  A cet égard, le Bourgmestre affirme qu’un fait de vandalisme relaté en long et en large dans la presse nuit à l’image de la Ville.

 

Il se refuse également à toute attitude qu’il estime « excessive » par rapport aux rassemblements de nuit.  Il relève qu’il n’y a pas de dégradations au hall omnisports Emile Muraille, et ce, selon lui, parce que les jeunes viennent y jouer le mercredi et se sont ainsi approprié le hall.

 

Les gardiens de la paix ne sont pas non plus envisagés.

 

A titre de réplique, j’estime tout d’abord interpellant de rendre la presse responsable de l’image catastrophique de notre commune.  Ensuite, je rappelle ne jamais avoir défendu de position « anti-jeunes », étant quand même jeune moi-même !  La proposition n’a jamais visé à créer un état policier, mais au contraire, au-delà de la répression nécessaire, à créer un encadrement des jeunes autour d’un projet développé par eux, pour eux et avec eux.  Se contenter de dire que « la police n’est pas Dieu le Père », à un moment, ne suffit pas : il faut prendre en considération le légitime ras-le-bol des gens qui habitent à cet endroit et y apporter une réponse concrète.  Il est regrettable que la majorité soit sourde aux différentes pistes de solution avancées par le MR (couvre-feu, maison de jeunes, éducateurs de rue et gardiens de la paix).  Les habitants de la Préalle apprécieront.

 

Lire l’article du journal La Meuse paru avant le Conseil

 

Lire l’article du journal La Meuse paru suite au Conseil

Conseil communal du 24 septembre 2009 : les points déposés par le MR

photo groupe MR

1.  Question orale relative aux problèmes de sécurité et de vandalisme rue Emile Muraille

2.  Question orale relative à la mendicité à Herstal

3.  Question orale relative à l’ouverture du musée communal pendant les vacances

4.  Question orale relative aux craintes des commerçants concernant le réaménagement de la Place Jean Jaurès

5.  Proposition relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien