29/04/2009

Question orale de J. Maus relative au plan communal de mobilité

Question

 

Je vous avais déjà interrogés en mars 2007 pour connaître le calendrier quant à l’adoption du plan communal de mobilité.  Vous aviez dit vouloir faire passer celui-ci en Conseil au cours du 2ème semestre 2007.

 

Ce timing n’ayant pas été respecté, je vous ai réinterrogés à ce sujet en mai 2008, toujours pour obtenir un timing ferme et définitif pour l’adoption du PCM.   Vous m’aviez répondu que le consultant externe chargé de la réalisation de celui-ci avait pris du retard et que vous l’aviez déjà relancé plusieurs fois.  Vous espériez à l’époque disposer du projet à présenter au Collège à la rentrée de septembre et ensuite au Conseil.

 

Or nous sommes en mars 2009 (soit pile 2 ans après ma 1ère question), et toujours pas de trace du PCM !

 

Ce plan de mobilité conditionne de nombreux dossiers importants, notamment celui de la rénovation de la Place Gilles Gérard à Vottem.  En effet, concernant celui-ci vous m’aviez répondu que « tout devrait commencer fin 2008, quand le plan de mobilité sera finalisé, le cahier des charges préparé et la modification budgétaire destinée à couvrir les honoraires de l’auteur de projet chargé de l’étude votée »

 

L’arrivée du tram est par ailleurs un enjeu stratégique important, pour lequel nous devons être correctement outillés. 

 

La mobilité sera de plus en plus un enjeu crucial au cours des mois et années à venir

 

Ma question est donc, sans surprise, celle-ci : pouvez-vous nous dire où en est le plan communal de mobilité qui aurait dû être adopté depuis 2007 ?

 

Quels sont les éléments qui justifient le retard pris par le consultant externe chargé de la réalisation de celui-ci ? 

 

Des pénalités de retard sont-elles prévues dans le contrat qui nous lie au consultant ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre s’est tout d’abord dit convaincu que la mobilité constitue quelque chose de fondamental, surtout au niveau supracommunal (PUM – plan urbain de mobilité).  Il ne peut donc, lui aussi, que regretter le retard pris dans l’élaboration du plan.

 

C’est cependant la Région Wallonne, et non la commune, qui est maître d’œuvre.  C’est elle qui a désigné le consultant.  Si des pénalités sont dues, c’est donc entre le consultant et la Région wallonne.

 

Le retard s’explique par des problèmes inhérents au consultant (départ de membres du personnel qui ont dû être remplacés, ce qui a nécessité le lancement d’une procédure de recrutement etc.) et donc indépendants de la volonté de la commune ou de la Région wallonne

 

A côté de cela, les interlocuteurs autour de la table n’ont pas toujours été, selon le Bourgmestre, de bonne volonté. 

 

Actuellement, une version qui se veut définitive du PCM a été remise par le consultant à la Région, mais il reste encore des points de discussion entre ces deux parties.  La commune n’a donc pas encore été sollicitée quant à l’adoption du plan.

 

Le Bourgmestre estime pour sa part qu’il est temps d’atterrir et que la Région Wallonne et le consultant doivent se mettre d’accord rapidement sur les points qui restent à régler.

 

Quant à la question de savoir quels sont les interlocuteurs qui, selon ses propres termes, « n’ont pas toujours été de bonne volonté » (est-ce la Région wallonne elle-même ??), Frédéric DAERDEN reste évasif, soulignant qu’il n’y a pas que la Région autour de la table mais également des représentants du monde associatif, de la SNCB, du TEC,… avec leur propre sensibilité.  Les services communaux se sont, quoiqu’il en soit, toujours montrés pleinement coopératifs.

 

Le Plan communal de mobilité a une finalité d’orientation stratégique et non de contrainte (lien précédent post).  Mais il mérite plus qu’une présentation de quelques minutes au conseil communal.  C’est pourquoi la création d’une commission restreinte et pluraliste « mobilité » est envisagée.

28/04/2009

Talk Elections RTL-TVI

Découvrez un xtrait de l'interview sur le blog http://grand-barnum.blogspot.com/2009/05/jennifer-maus-de... 

 

Lire l'article du ciné-télé revue

23/04/2009

Proposition motion commune du PTB+, du MR et d’ECOLO concernant la réglementation des collages d’affiches sur les panneaux officiels situés sur le territoire communal lors des élections régionales et européennes du 7 juin 2009.

Proposition

 

Le MR s’est associé à la proposition de motion avec PTB+ et ECOLO pour la démocratie tout d’abord.  En effet, l’affichage électoral est censé informer les citoyens sur les différentes possibilités qui s’offrent à eux lors des élections.  Les luttes de collage aboutissent à biaiser l’information au citoyen, puisque les panneaux sont bien souvent quasiment recouverts par un seul parti, dont certains membres vont parfois jusqu’à monter la garde pour empêcher les autres candidats de s’y afficher.

 

Cette lutte pour apparaître sur les panneaux ne contribue pas, par ailleurs, à redorer l’image du politique auprès du citoyen.

 

Enfin, il s’agit d’un gaspillage de papier considérable et les monticules d’affiches usagées qui trônent au pied des panneaux officiels n’améliorent pas le cadre de vie de notre commune déjà si sale d’ordinaire.

 

« Considérant que le collage des affiches électorales sur les panneaux officiels prévus à cet effet est un outil démocratique d’information à la population sur les différents choix s’offrant à elle lors de ces élections ;

 

Considérant que seule la diversité des affiches visibles sur ces panneaux peut garantir un accès à l’information pluraliste aux citoyens – pluralisme peu respecté par certain(s) parti(s) en région liégeoise en général, à Herstal en particulier ;

 

Considérant que cette course à l’affichage ne peut que profiter au(x) parti(s) ayant les plus gros moyens financiers pour payer tout ce matériel d’affichage, biaisant par la même notre système démocratique ;

 

Considérant la dimension écologique de tout ce gaspillage de papier par le surcollage systématique des affiches ;

 

Constatant par ailleurs l’existence de « partitions » des panneaux électoraux sur d’autres communes et villes de la région liégeoise ;

Le Conseil décide : 

1. Que les autorités communales procèdent aux mesures suivantes :

 

-         La division des panneaux électoraux en différentes colonnes à l’aide de lattes en bois, ainsi que l’apposition des noms des différentes listes au-dessus des colonnes respectives revenant aux différents partis ;

-         La répartition de l’espace disponible de manière égalitaire pour chaque parti présent au conseil communal, ainsi qu’un espace disponible pour les autres listes déposées ;

 

2. Que l’ensemble des partis présents au conseil s’engage à  respecter ces répartitions. »

 

Réponse

 

Le Bourgmestre a tout d’abord rappelé qu’il s’agit ici d’élections régionales, et non communales.  Dans un souci de cohérence, il faut donc, selon lui, faire référence à la représentation des partis au Parlement wallon (pas à la commune).  Or, dans ce cadre là, le PTB+ est un tout petit parti.

 

D’autre part, un règlement comme celui qui existe sur la Ville de Liège est impraticable à herstal où le système des sanctions administratives n’est pas encore d’application.  Or, la division n’a de sens que si elle s’accompagne de sanctions en cas de non-respect de celle-ci.

 

En guise de boutade, il souligne à cet égard que la représentante du PTB+ à Herstal s’est précisément fait condamner à Liège pour ne pas avoir respecté la répartition des panneaux et a largement critiqué la sanction qui lui était infligée dans la presse.

 

En conclusion, le Bourgmestre estime un accord tacite entre les partis en faveur d’un respect mutuel pendant la période de campagne suffisant.

 

A noter qu’EPH (Ensemble Pour Herstal, ex-CDH) a refusé de soutenir cette motion alors qu’il était le 1er parti à demander un partage équitable des panneaux lors des précédentes campagnes électorales, avant d’entrer dans la majorité…signe de maturité politique, selon le Bourgmestre

 

Lire l’article de la DH

22/04/2009

Conseil communal du 26 mars 2009 : les points déposés par le MR

groupe MR

1.  Proposition de motion commune du PTB+, du MR et d’ECOLO concernant la réglementation des collages d’affiches sur les panneaux officiels situés sur le territoire communal lors des élections régionales et européennes du 7 juin 2009.

2.  Question orale relative au plan de mobilité communal

3. Question orale relative au projet de création de lofts sur l’ancien site des Forges de Zeebruges

4.  Question orale relative à l’identification des indigents

21/04/2009

Candidature aux élections régionales pour l'arrondissement de Liège


panneau blog

Voir la liste et la présentation des candidats

15/04/2009

Le Conseil communal du 5 mars 2009 en bref

Maison cale

- Le Bourgmestre a présenté le projet rentré par la commune de Herstal dans le cadre du plan de cohésion sociale 2009-2013 de la Région wallonne  L’objectif est, en synthèse, de lutter contre les formes de précarité et les facteurs d’insécurité en assurant le développement social des quartiers.  Le PCS se décline en actions coordonnées au sein de quatre axes : l’insertion socioprofessionnelle, l’accès à un logement décent, l’accès à la santé et le traitement des assuétudes (voir à ce sujet ma proposition de création d’un « point cannabis »), le retissage des liens sociaux, intergénérationnels et interculturels.  Concrètement, l’idée de la commune dans le cadre de ce PCS est de mettre en place une « maison de la cohésion sociale » ainsi que des relais installés dans des maisons intergénérationnelles, situées dans les actuels locaux de pensionnés (à Vottem, Milmort, Liers, Pontisse, La Préalle et Marexhe – où il devrait en être créé un).  Selon l’Echevin et le bourgmestre, cet outil devrait permettre aux partenaires d’avoir accès à  l’ensemble de l’information et d’avoir des lieux de rencontre et de travail mis à disposition par la commune.  Le budget afférant au PCS pour cette année est de 542.000 EUR, dont 25% à charge du budget communal.  Une dizaine de personnes devraient être engagées dans ce cadre.  L’opposition s’est, quant à elle, abstenue sur le projet, estimant que la réflexion n’était pas suffisamment aboutie alors que Herstal part de rien (notre commune a été classée 249e sur 262 en termes de cohésion sociale, tous les indicateurs étant dans le rouge).  La mise en place de cette maison de la cohésion sociale est certes une bonne idée, mais concrètement, quelle sera la politique menée ?  Tel que présenté, le projet de la commune laisse l’impression que l’on s’inscrit plus dans le registre des bonnes intentions que dans une politique globale et réfléchie à long terme.

- Dans le cadre du dossier de l’Esplanade de la paix, le projet d'arrêté de subvention a été approuvé majorité contre opposition, celle-ci doutant de la pertinence du projet dans le cadre de la revitalisation et estimant que le projet d’espace vert – ou plutôt de pelouse – est de la poudre aux yeux.  Le MR a pour sa part regretté l’autisme du Bourgmestre face au ressenti plus que négatif de la population par rapport au projet tel qu’exposé dans la presse.

- Le Conseil a voté à l’unanimité l’acquisition d’un système de vidéosurveillance destiné à surveiller les zones propices aux dépôts clandestins (bulles à verres, dessous de ponts, etc.)

- L’avenir du stade de football situé rue Delsupexhe à Herstal a été évoqué.  En effet, des rumeurs vont actuellement bon train quant à une éventuelle réaffectation  de celui-ci (centre commercial ou encore station essence avec relais pour routiers).  Le stade en question se situe sur un terrain qui appartenait initialement à la Région Wallonne.  En 2007, le SPW (anciennement MET) a revendu le bien à Urbanicom, qui souhaite y implanter un centre commercial de 5000 m².  La commune a déjà délivré le permis socio-économique, mais il faut encore voir l’avis du fonctionnaire délégué de la Région wallonne.  Le Bourgmestre soutient ce projet en raison du caractère déjà commercial de ce pôle et de la présence à proximité de la future ligne de tram.

- Le projet de ligne de tram, précisément, est revenu sur la table du Conseil.  La question était cette fois de savoir si cette donnée allait être intégrée au futur plan communal de mobilité (PCM).  Le Bourgmestre nous a fait savoir que le PCM ne parlerait que très vaguement du tram car à l’époque où l’on a commencé son élaboration, il n’y avait pas d’éléments concrets à ce sujet.  Ce plan n’est toutefois pas figé, il ne s’agit que d’une orientation stratégique, rien n’est donc définitif.  Au niveau du plan urbain de mobilité cette fois (PUM), qui est, lui, un outil supracommunal, tout ce qui est dit au sujet du tram, c’est que les conditions d’exploitation sont réunies dans la vallée de la Meuse, entre Jemeppe et Herstal, alors que ce n’est actuellement pas le cas ailleurs. C’est au TEC Liège et à la SRWT de réaliser une étude complète sur la meilleure manière de réorganiser le transport en commun en fonction du tram.  On sait déjà que des parkings-relais sont envisagés sur Herstal (l’un au terminus de Basse-Campagne et l’autre à Coronmeuse).  Mais les infos concrètes ne seront, selon le Bourgmestre, disponible que fin 2009 voire début 2010.

- Une enquête sur la propreté publique a été menée à la demande du Ministre LUTGEN dans les 262 communes wallonnes entre le 7 août et le 12 octobre 2008 par le bureau d’études SONECOM.   Sans grande surprise, les résultats de cette enquête, récemment dévoilés dans la presse, ne sont pas très positifs pour Herstal, classée comme « peu satisfaisante ».  L’Echevin a répondu ne pas encore avoir reçu les résultats détaillés de cette enquête, et donc, ne pas pouvoir les présenter au conseil.  Il a également souligné les actions déjà mises en place : existence d’un numéro vert, actions de sensibilisation et d’éducation, poubelles supplémentaires (y compris des poubelles spécifiques pour les déjections canines), achat d’une nouvelle balayeuse,...  L’Echevin a également fait part de sa volonté de faire réaliser une autre enquête, plus précise, destinée à compléter la démarche du Ministre.  Sur la propreté, à noter également cet article du journal La Meuse qui classe Herstal parmi les « mauvais élèves » en raison d’une augmentation de 2% du volume des déchets ménagers par habitant entre 2007 et 2008.

07/04/2009

Proposition de J. Maus relative à la création d’un centre culturel virtuel Herstalien

Proposition

 

La commune envisage la création d’un centre culturel au sein de l’Espace Browning (voir précédent post concernant le site Browning).  Cela pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides.

 

Par ailleurs, même si, malheureusement, tout le monde n’a pas accès à internet, l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes. 

 

L’idée est donc de créer un centre culturel virtuel, au moyen d’un site Internet dont la gestion serait confiée à l’ASBL Maison des associations culturelles. 

 

Figureraient sur ce site :

-        les coordonnées des associations culturelles, qui pourraient être mises à jour facilement

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (salles, podiums, chapiteaux, tonnelles, tables et chaises…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles

 

Ce site ne concurrencerait en aucun cas le centre culturel réel lorsque celui-ci existera, il lui serait complémentaire, et ferait même office de « fenêtre » sur celui-ci. 

 

Ce serait également une manière de susciter chez les jeunes un intérêt pour la culture sous ses différentes formes, y compris celles qui pourraient leur paraître plus hermétiques, au travers d’un mode de communication qu’ils maîtrisent et affectionnent particulièrement.

 

A l’heure où l’on discute beaucoup de moyens d’améliorer l’image de notre commune, notamment auprès d’investisseurs privés, je suis convaincue qu’un projet tel que celui-ci lui donnerait une image jeune, dynamique et tournée vers l’avenir.

 

Enfin, ce serait l’occasion d’inscrire résolument Herstal dans l’ère du numérique, à l’heure où le site web communal,  comme nous l’avons déjà constaté et comme l’a souligné un récent article du journal la Meuse, manque un peu d’attrait. 

 

« Considérant la richesse du patrimoine culturel et folklorique herstalien ;

 

Considérant la présence sur notre territoire de deux musées, dont l’un reconnu par la Communauté française ;

 

Considérant l’importance du tissu associatif local, regroupé en l’ASBL « maison des associations culturelles de Herstal » ;

 

Considérant la volonté unanime du Conseil de créer un centre culturel ;

 

Considérant que l’installation de celui-ci au sein de l’Espace Browning, telle qu’envisagée actuellement, pourrait prendre 4 ou 5 ans compte-tenu des opérations d’achat, d’expropriation et de recherche de subsides ;

 

Considérant que l’évolution des technologies permet de mettre la culture à portée d’un grand nombre de personnes ; 

 

Considérant, partant, l’importance d’être présents dans l’univers culturel numérique;

 

Le Conseil décide :

 

De faire procéder à la réalisation et l’hébergement d’un site Internet portant création d’un centre culturel virtuel herstalien ;

 

De confier la gestion et la mise à jour de ce site à l’ASBL Maison des associations culturelles ;

 

De faire figurer sur ce site, sans que cette énumération soit limitative :

-         le descriptif et les coordonnées des associations, qui pourront ainsi être facilement mis à jour et viendront en complément du répertoire déjà existant en version papier

-         la promotion des artistes issus de notre commune

-         l’agenda des manifestations culturelles sur le territoire herstalien

-         la liste du matériel pouvant être mis à disposition des associations par la commune (podiums, salles, chapiteaux, tables et chaises,…)

-         les subsides potentiels et les formalités à remplir pour tenter de les obtenir

-         des expositions virtuelles »

 

Réponse

 

L’Echevin a tout d’abord rappelé qu’il convient de différencier le centre culturel en tant qu’institution des briques de celui-ci.  L’objectif est d’obtenir, en 2010, la reconnaissance par la Comunauté française de l’ASBL Maison des associations culturelles comme centre culturel local. Une fois cette reconnaissance obtenue, on pourra alors solliciter de la Communauté française des subsides pour construire le bâtiment du centre culturel.

 

Cette clarification faite, l’Echevin a ensuite marqué son accord sur la proposition, qu’il propose même d’élargir aux bibliothèques ainsi qu’au Musée.

 

La commune est actuellement en phase d’engagement de l’animateur(-trice) de la Maison des associations culturelles.  Celui(celle)-ci pourrait s’atteler à la réalisation du centre virtuel dès son engagement.

 

L’Echevin a dès lors proposé que la proposition soit retirée de l’ordre du jour et réinscrite lorsque l’animateur(-trice) aura été engagé.

 

Lire l’article du journal la Meuse d’avant conseil

 

Lire l’article du journal la Meuse d’après conseil

 

Lire l’article du journal le Soir