26/03/2009

Communiqué de presse : Frédéric DAERDEN tente de vendre à l’opposition un chat dans un sac

2008 039

Les groupes Ecolo, PTB et MR au conseil communal de Herstal s’unissent pour dénoncer les nombreuses zones d’ombre du projet de revitalisation urbaine pour l’Esplanade de la paix.

 

Ils ont en effet l’impression que leur Bourgmestre tente de leur vendre un chat dans un sac.  Pourquoi ?

 

Lorsque le conseil a été appelé à se prononcer sur le périmètre et le dossier-projet de rénovation urbaine ainsi que sur la convention entre la commune et le promoteur en octobre 2008, le projet a été présenté aux conseillers sous son meilleur jour, en dissimulant tous les éléments dérangeants de celui-ci, dont notamment la hauteur de la tour.  C’est une fois de plus grâce à la presse que les élus ont pu être informés de la teneur exacte du projet, et non par les autorités communales.  La question qui se pose aujourd’hui est : pourquoi cette volonté de dissimulation ?  Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

 

Tout d’abord, il faut regretter l’absence de réponse du Bourgmestre à deux courriels envoyés par une conseillère à ce sujet.

 

Ensuite, ce n’est pas, contrairement à ce qu’ont avancé certaines mauvaises langues lors des débats, le travail de l’opposition qui est ici à remettre en cause : en octobre 2008, c’est en urgence que le point avait été inscrit à l’ordre du jour.  Les conseillers n’en ont donc pris connaissance que lors des débats, sur base des seuls éléments que la majorité PS-EPH a bien voulu leur expliquer, sans possibilité de consultation préalable du dossier. 

 

La notion d’urgence permet l’inscription d’un point supplémentaire le jour même du Conseil lorsque le vote sur celui-ci ne peut attendre le mois suivant sans porter préjudice aux intérêts de la commune et, selon les termes du Code de la démocratie locale « occasionner du danger ».  Ayant enfin pu prendre connaissance des pièces du dossier, Anne-Marie BALTHASART (ECOLO), Jennifer MAUS (MR) et Nadia MOSCUFO (PTB+) ont rédigé ensemble un courrier à l’attention du Secrétaire communal demandant que la motivation de l’urgence leur soit clairement expliquée par écrit, celle-ci n’ayant pas été développée en conseil et n’apparaissant pas au procès-verbal.

 

Afin d’éviter une crise de confiance dans le fonctionnement démocratique communal, les trois drôles de dames exigent aujourd’hui que toute la lumière soit faite sur ce dossier.  Les arguments – du reste contradictoires – de Frédéric Daerden quant à l’étendue de sa connaissance du projet et des plans n’ont pas convaincus, voire même, inquiètent.  Après avoir passé l’ensemble du dossier au peigne fin, trop d’inconnues subsistent encore, par exemple, quant au titre de propriété du terrain sur lequel la construction de la tour est envisagée.

 

Anne-Marie BALTHASART (Ecolo)

Jennifer MAUS (MR)

Nadia MOSCUFO (PTB+)

 

Lire l’article du journal La Meuse

 

Lire l’article du journal Le Soir

Les commentaires sont fermés.