23/02/2008

Conseil communal du 20 décembre 2007 : le clash !

Maison caleQuasiment dès le début du conseil communal, la tension est montée d'un cran.  En effet, alors que d'ordinaire les points déposés par l'opposition sont intégrés à l'ordre du jour, le Bourgmestre a fait mine de vouloir les déplacer vers la fin du Conseil, après la présentation du budget.  Cette manière de procéder à provoqué un tollé au sein de l'opposition.  En effet, comme je l'ai signalé, cela témoigne d'une volonté du Bourgmestre de reléguer nos questions à un moment où la fatigue et/ou la lassitude se fait sentir dans le public et la presse et où ceux-ci ont parfois même quitté la salle !

C'est lors d'une proposition du conseiller communal Ecolo relative à l'organisation de la Conférence des Chefs de groupe du Conseil communal que la guerre a vraiment été déclarée entre la majorité et l'opposition.  Eric JADOT (Ecolo) a ouvert le feu en rappelant que notre précédent Bourgmestre rejetait parfois des questions de l'opposition mais toujours en séance publique, de sorte que les citoyens et la presse étaient informés du point déposé.  F. DAERDEN quant à lui, le fait lors d'une conférence de chefs de groupe à huis clos, ce qui occulte le débat d'idées.  La proposition consiste donc à pouvoir reformuler une question qui pose problème en conférence des chefs de groupe.

Nadia MOSCUFO (PTB+) ajoute qu'elle n'avait pas voté contre le règlement car il contenait des éléments positifs et qu'elle voulait croire que la conférence des chefs de groupe était une avancée démocratique.  Prenant comme exemple le refus d'un de ses points concernant le séparatisme, elle dit constater maintenant qu'elle permet d'évacuer le débat d'idées.  Or, parfois, si des questions ne sont pas directement d'intérêt communal, la commune peut servir de moteur pour provoquer le débat à d'autres niveaux de pouvoir.

Pour ma part, je précise enfin que le règlement est une façade démocratique, réglementaire pour nous faire taire, qu'on a l'impression que pour chaque point déposé, la majorité cherche de quelle manière l'évacuer sur base du règlement d'ordre intérieur.  Et pire encore, que ces refus se fondent sur des raisons qui semblent fort subjectives selon que le point agrée la majorité ou non (par exemple, la question de la conseillère MR Bernadette Vandenbergh  concernant la réalisation d'un cadastre du milieu associatif n'a été que partiellement rejetée.  En effet, la commune a refusé de dresser une liste exhaustive des associations subsidiées sur Herstal mais a accepté d'évoquer la réalisation d'un guide du milieu associatif car il a partiellement été réalisé).

A tout cela, le Bourgmestre répond qu'il ne nous brime pas, que seules 5 points ont été refusés sur 25 depuis l'entrée en vigueur du R.O.I., qu'un minimum de formalisme est nécessaire pour que l'institution fonctionne et que la conférence des chefs de groupe lui semblait, au contraire des arguments avancés, être un plus. 

Avec un ton quelque peu arrogant, il ajoute alors la phrase de trop : « tu es fâché parce qu'on vient de te refuser un point, Eric, mais ça te passera ».

Cela plus la relégation de nos questions en fin de conseil, c'en était vraiment trop.  Sans aucune préméditation et après quelques échanges de regard, les sept conseillers de l'opposition, tous partis confondus, se sont levés comme un seul homme et ont quitté la séance, abandonnant le bourgmestre et ses slides de présentation du budget communal.

Trop, c'est trop !

Article du journal la Meuse

Article du journal le Soir

Les commentaires sont fermés.