05/08/2007

Question orale de J. Maus relative à l’appel à candidatures dans le cadre du projet de « laboratoires locaux » initié par la Fondation Roi Baudouin

Question

 

La Fondation Roi Baudouin a initié un projet de « laboratoires locaux » composés d'acteurs de la sécurité et de la prévention (bourgmestre, police, justice) et d'autres partenaires concernés au niveau local (écoles, centres de santé, associations, habitants) de façon à élaborer des actions visant à lutter contre le sentiment d’insécurité. Il est établi que le dialogue entre les associations, les citoyens et les autorités locales est essentiel pour mieux diagnostiquer les causes du sentiment d’insécurité et proposer des réponses concrètes pour tenter d’y remédier.

 

Ces laboratoires seront implantés dans six villes et communes de Wallonie et de Bruxelles dans des contextes variés, prêtes à s’impliquer. Leur mise en œuvre est prévue de septembre 2007 à décembre 2008.

 

Les autorités locales avaient jusqu’au 18 juin pour poser leur candidature pour participer à ces « laboratoires locaux ».  Avez-vous entrepris des démarches à cet égard ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre précise que le courrier de la fondation Roi Baudouin a été reçu le 6 juin.  Cela laissait donc un délai beaucoup trop court à la commune pour réagir (il ne savait pas apparemment que le délai  pour rentrer un projet avait été allongé d’une semaine).  D’autre part, la commune est régulièrement sollicitée dans le cadre d’appels à projet.  Il est impossible de rentrer des dossiers sur tous les thèmes. 

 

Ceci dit, le Bourgmestre affirme ne pas vouloir négliger l’aspect lutte contre l’insécurité.  Les services communaux examineront le guide méthodologique proposant des modèles d’action,  qui sera élaboré à la fin du processus.  Le 17 septembre, des représentants de la commune ont également participé à un colloque sur la sécurité et la participation citoyenne.  Enfin, la méthodologie utilisée dans le projet « laboratoires locaux » n’est pas inconnue à Herstal : il existe une commission de réflexion sur l’insécurité et le vandalisme à laquelle participent la commune, la police et le CPAS, même si elle ne profite pas de subsides (ceux-ci ne sont toutefois pas énormes).  Cette commission s’est réunie une première fois en mars 2007 et une fréquence trimestrielle est prévue.  La SRL a également rentré un projet qui rentre dans le même cadre concernant le quartier de la Préalle.

Les commentaires sont fermés.