17/06/2007

 Question orale de J. Maus relative à l’acquisition du site « Browning », rue Faurieux

Question

 

L’acquisition du « site Browning » de la rue Faurieux est inscrite au budget extraordinaire pour un montant de 150 000 EUR (article 12416/711-60). Lors du vote du Budget, vous m'aviez dit que la commune allait "peut-être acquérir ce site".  Pouvez-vous me dire maintenant si la commune va bien acheter ce site et si oui, pour y développer quel projet ?

 

S’agit-il d’une expropriation ? 

 

Que représente au juste le montant de 150 000 EUR inscrit au budget (estimation du prix d’acquisition, assainissement du site…. ?)

 

Le propriétaire actuel a-t-il déjà été informé de vos intentions à cet égard ?   Sans faire ici de procès d’intention (je sais que le projet présenté par le propriétaire a fait l’objet de nombreuses critiques, notamment de la CCAT), ce n’est pas la première fois que j’entends le propriétaire d’un bien situé dans le périmètre de rénovation urbaine dire qu’il a le sentiment qu’on le laisse traîner pendant plusieurs années avec un bien pour lequel on lui refuse systématiquement tout permis, et qu’il ne peut par conséquent valoriser, mais pour lequel il doit continuer à s’acquitter des taxes et autres contraintes financières.

 

Réponse

 

Le Bourgmestre refuse de dire si la commune va acheter le site, pour quel prix et pour y développer quel projet, et s’il s’agit d’une expropriation, au motif que ces questions seraient inappropriées.  (Pourtant, j’estime que le contribuable herstalien est en droit de savoir ce que la commune fait de son argent !).

 

Il précise simplement tantôt qu’il est en contact avec le propriétaire du site, qui serait intéressé à le céder, tantôt que les autorités communales vont entamer des négociations avec ce même propriétaire.

 

Lire l’article de la Meuse relatif à mon intervention au Conseil communal

 

Lire l’article de la Meuse relatif au litige opposant le propriétaire du site et la commune

Question orale de J. Maus relative à la participation de la Commune de Herstal au salon de l’emploi de la Basse-Meuse

Question

 

En 2005, notre commune avait refusé de participer au salon de l’emploi de la Basse-Meuse. 

 

En 2006, nous n’y avions pas participé non plus, soi-disant parce que nous y participions indirectement via l’asbl Basse-Meuse Développement. 

 

J’apprends qu’en 2007, nous n’y participerons pas davantage parce que la commune n’a pas pris la peine de faire parvenir une demande écrite en ce sens aux communes organisatrices, à savoir Visé, Oupeye et Bassenge.  Celles-ci, bien logiquement, ne souhaitaient pas se baser uniquement sur des rumeurs pour associer notre commune à leur démarche. et attendaient cette marque d’intérêt de notre part.  Pourquoi cette demande écrite n’a-t-elle donc pas été envoyée ?

 

Faut-il en déduire que M. le Bourgmestre juge la participation de notre commune à un salon de l’emploi superflue sachant qu’au 31 décembre 2006, nous comptions 4352 chômeurs et 513 bénéficiaires du CPAS ?

 

D’autre part, lors des débats préélectoraux, M. le Bourgmestre m’avait affirmé que l’édition 2007 du salon de l’emploi de la Basse-Meuse serait organisé par l’ASBL « Basse-Meuse Développement », et que donc les différentes communes organisatrices n’y seraient plus présentes en tant que telles. 

 

Après avoir entendu les représentants des autres communes, je m’aperçois qu’aucun d’entre eux ne partage votre point de vue.  Et on peut les comprendre : il est utile pour les communes de participer à ce salon en tant que telles, ne fut-ce que pour montrer l’intérêt qu’elles portent à cette matière sociale qu’est l’emploi, et encourager concrètement les chômeurs qui entreprennent des démarches afin de trouver un travail, en venant à eux pour leur fournir l’information nécessaire et les clés pour rendre leurs démarches fructueuses.

 

Car en quoi consiste au juste ce salon ? Des conseils pratiques à destination des demandeurs d’emplois, des renseignements sur les formations, sur l’intérim, sur le secteur des services, sur la création d’une activité indépendante, mais aussi un espace recrutement, et diverses conférences

 

Cela fait trois années consécutives qu’Herstal, une fois de plus, regarde passer le train sans monter à bord.  A côté de ça, on attend toujours la maison de l’emploi.  Que comptez-vous adopter comme position pour le futur, puisqu’il est déjà trop tard pour cette année ?  Vous concerterez-vous cette fois avec les autres communes ?

 

Réponse

 

Le Bourgmestre répond que la problématique de l’emploi le préoccupe, mais que cet enjeu dépasse les seules frontières communales.

 

Etant donné que les communes organisatrices font partie de l’ASBL Basse-Meuse Développement, il estimerait cohérent que cette ASBL organise le salon de l’emploi.

 

D’après lui, aucun accord n’a pu intervenir à cet égard parce que « certains Echevins et Echevines » craignent d’y perdre en visibilité.

 

Enfin, il estime qu’Herstal en fait déjà suffisamment pour l’emploi ( !).

 

Il promet toutefois d’essayer une nouvelle concertation pour l’édition prochaine…

 

Suite au prochain épisode !

 

Lire l’article du Soir

 

Lire l’article de la DH

 

Conseil communal du 26 avril 2007 : les points déposés par le MR

groupe MR

1. Questions orale relative à la participation de la Commune de Herstal au salon de l’emploi de la Basse-Meuse

2. Question orale relative à l’acquisition du site « Browning », rue Faurieux

3.  Question orale relative au stationnement Place Licourt, à proximité du n°75

4.  Question orale relative au placement d’une bulle à verres sur le Boulevard à hauteur de la rue Nicolas Laloux

5. Question orale relative à la proposition de la Province de Liège de réaliser un achat groupé électricité-gaz pour les communes de la Province

6. Proposition relative à l’accessibilité des commerces du centre de Herstal pendant le « village italien »

12/06/2007

Le MR, 1er parti en Communauté française et en Région Wallonne

photo avec DR

Cette victoire, nous la devons surtout à un homme, qui a eu le « cran », malgré les attaques personnelles d’autres formations politiques, malgré les tentatives des uns et des autres de diaboliser le MR comme Nicolas Sarkozy l’a été en France, malgré l’arrogance d’un PS trop puissant qui croyait pouvoir imposer ses vues sur la future coalition gouvernementale à l’électeur, de continuer envers et contre tout à porter les idées libérales et réformatrices et de prouver que, non, tous les hommes politiques ne sont pas « pourris ». 

 

L’électeur ne s’y est pas trompé.

 

Didier Reynders totalise 102.762 voix sur la circonscription de Liège (contre 92.922 pour « Papa » Daerden…non, tout le monde n’aime pas papa !)

 

A Herstal, le Mouvement Réformateur enregistre une progression de +1,04% à la chambre et de + 0,79% au sénat par rapport aux élections fédérales de 2003.  Didier REYNDERS y totalise 2.747 voix de préférence, soit 316 voix de plus qu’en 2003.

 

Plus que jamais, le Mouvement Réformateur reste la 2e formation politique sur le canton de Herstal, le CDH, bien que dans la majorité depuis les élections d’octobre 2006, enregistrant une baisse de - 2,37%..

 

Le Parti Socialiste enregistre quant à lui une perte de – 3,85%.

 

Ensemble, le meilleur arrive….même à Herstal !!!!