26/08/2006

Promouvoir l'utilisation du vélo comme moyen de transport à Herstal

Le Gracq, ASBL ayant pour but de favoriser l'usage utilitaire du vélo et d'augmenter sa quote-part dans l'ensemble des transports, a pris contact avec les chefs de fils des différents partis politiques afin de voir si leurs programmes contient des aspects relatifs à la promotion du vélo comme mode de transport :

- efforts en matière d'infrastructures (stationnement vélo, réduction de la pression motorisée,...)

- actions concrètes de sensibilisation et de promotion du vélo (éducation d'enfants et d'adultes au vélo,...)

- des budgets et des moyens humains (coordination, concertation,...)...

Préambule

L’association communale MR d’Herstal est particulièrement sensible à la démarche du Gracq.  Tant dans un souci de sécurité, que de mobilité et de préservation de l'environnement, il nous paraît important de porter une attention toute particulière aux usagers dits « faibles », et notamment aux deux roues.

 

Vous trouverez ci-dessous, en substance, la réponse que j'ai adressée, en tant que tête de liste du MR d'Herstal,  au courrier du Gracq.  Je tiens à préciser d'emblée que cette réponse ne se veut pas exhaustive : nous sommes conscients qu'il y aurait encore bien d'autres choses à faire pour promouvoir l'utilisation du vélo à Herstal !  Etant donné le peu qui est fait actuellement pour faciliter ce type de déplacement dans notre commune, nous avons jugé préférable de nous montrer réalistes, et de nous limiter, pour l'instant, à émettre quelques propositions que nous jugeons primordiales et réalisables à relativement court-terme.

 

La réponse

 

Notre programme en vue des élections communales d’octobre 2006 place la sécurité au premier rang de nos priorités.  La vitesse de circulation est un réel problème dans notre commune.  Il n’est pas rare de voir des camions ou voitures passer dans les rues à une vitesse avoisinant les 90 km/h ! Il conviendrait, à tout le moins, de faire respecter la vitesse de 50 km/h en aglomération (voire 30 km/h lorsqu’une vitesse supérieure est inadaptée à la configuration des lieux) par une politique de prévention (chicanes, casse-vitesses, radar préventif, actions de sensibilisation…) mais aussi de répression (utilisation du radar mobile aux endroits « stratégiques ») efficace.

 

L’état des voiries communales est également problématique à Herstal.  Celles-ci sont particulièrement abîmées, et les nids de poules peuvent s’avérer fort dangereux pour les cyclistes.  De simples réparations n’apportent pas de solution durable.  Le Mouvement Réformateur propose dès lors de procéder à la réfection progressive de nos rues lorsque l’état de celles-ci le requiert.

 

Dans le cadre du plan de mobilité qui devrait être adopté prochainement par la commune, le MR veillera à ce que l’utilisation du vélo comme moyen de transport soit intégrée dans le schéma de réflexion.   S’il est inconvable, pour des raisons techniques de tracer des pistes cyclables sur l’ensemble du territoire communal, notamment en raison de l’étroitesse de la chaussée à certains endroits, il me paraît souhaitable de réaliser une forme d'itinéraire urbain pour cyclistes, un schéma de déplacement évitant les endroits dangereux ou à circulation dense, et intégrant les SUL ainsi que les tronçons du RAVEL qui, reliés entre eux et avec le réseau de voirie « normal », peuvent devenir bien plus qu’un simple espace de promenade.

17:37 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : velo, mobilite |  Facebook |

14/08/2006

Un concert qui coûte cher !

Vous l’avez certainement vu sur RTL-TVI, un concert gratuit sera organisé à Herstal le 9 septembre.

 

Gratuit ? Pas tant que ça ! Car à y regarder de plus près, c’est 42.000 EUR que vont devoir débourser les contribuables Herstaliens pour aller écouter Natasha St Pier !!

 

Dans une commune dont la situation financière est loin d’être reluisante (faut-il rappeler que Herstal est sous plan de gestion ?), où l’on rogne sans cesse sur le budget du CPAS, et où l’on prétexte constamment du manque de moyens pour réaliser un tas de choses utiles (voire indispensables) à la communauté, il y a vraiment de quoi être scandalisé !

 

Serait-ce donc que je n’aime pas la musique ? Pas du tout, au contraire, je pense que la commune devrait cesser de faire de la culture le parent pauvre de sa politique budgétaire.  Ceci dit, n’y avait-il pas moyen d’assurer un divertissement musical à un coût nettement moindre, par exemple, en invitant de jeunes artistes locaux qui ne demandent qu’à être entendus ? 

 

Mais rassurez-vous : en contrepartie de cette quote-part versée par la commune, nous aurons droit à de la publicité gratuite sur la grande chaîne nationale !

 

A qui va profiter cette pub à un mois des élections ?

 

Si, dans le contexte économique et social qui est le nôtre, ce n’était pas dramatique, la manœuvre serait vraiment, vraiment très drôle !

23:49 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : concert, finances, culture |  Facebook |

Commune envie de booster la jeunesse !

Que ce soit dans les clos, sur les places, dans les rues ou près de la gare de Herstal, il n’est pas rare de croiser les jeunes du quartier qui se retrouvent pour manger un bout, parler, écouter de la musique…

 

Rien de mal à cela ! Mais cela peut vite dégénérer en conflit lorsque les sachets de frites et les canettes jonchent le sol, que le bruit empêche les riverains de fermer l’œil avant une heure du matin, et que le phénomène « de bande » crée un sentiment d’insécurité, spécialement auprès des plus âgés.

 

D’autre part, il est bien plus valorisant pour les jeunes d’avoir un endroit rien qu’à eux pour se réunir, discuter, réfléchir et créer des liens.  Encadrés par un ou plusieurs éducateurs, les jeunes peuvent aussi développer des projets et activités, participer de manière active à la vie sociale et culturelle de leur commune et ainsi, se sentir responsabilisés.

 

C’est pourquoi le MR propose la création, dans chaque entité, d’une maison de jeunes où serait garantie la neutralité tant philosophique, que politique ou encore religieuse.

 

Cela marche dans bien d’autres communes.  Pourquoi pas chez nous ?

23:18 Écrit par Jennifer Maus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : insecurite, jeunes |  Facebook |